Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Leshaker

  • Crazy Family #2

    Ma petite réalisatrice de fille. Bon ceci étant je viens d'apprendre par la magie Youtube qu'elle a frôlé la mort trois fois. L'épisode du chouchou est pourtant vrai et c'est entièrement de ma faute #pereindigne

    Lien permanent Catégories : Crazy Family [vidéo] 2 commentaires
  • 1559.

    fin,the end,fin du blog,blogging,finir,leshaker,cyrilbalayn,flolou,instant,une vie,solitude,terminerOn va se dire au revoir. Ce n’est pas utile d’en faire des lignes on va se dire au revoir. Une page se tourne ici et ailleurs car au fond je n’ai plus rien à vous dire. Enfin plus précisément les mots que j’écris ne sont plus pour vous. C’est pas une séparation juste un changement, une nouvelle orientation. Je ne suis pas un homme figé, il faut que je me laisse bercer par mes certitudes et ma volonté

    J’ai passé mes dernières soirées à lire et relire mes notes depuis des années. Au fond me suis-je raconté ? J’en sais rien et ce n’est pas le plus important. Ici j’ai canalisé mes émotions et ma solitude et c’est loin d’être pathétique.


    Faut que je bouge, que je me dresse, que je me fasse des cicatrices. Cela ne passe pas dans les mots bien au contraire, mais dans l’action. Alors on va se dire au revoir.

    Ici, à cet endroit, je n’ai plus rien à vous écrire.

    On trouvera une autre sphère, il faut bien que je pose des mots et que mes conneries prennent corps.

    Je n’oublie rien. Vous encore moins.

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 2 commentaires
  • Gambettes et Cie.

    [Coline kifouine]


    gambette,jambes,collants,bas,porte jarretelle,sexy,legs,nude,jupe,épilation,tenue,femme,humeur,princesse,flolou,leshaker,cyril balayn,coline kifouine,contributionJe ne travaille bien que sous la pression… et mettre la pression ça tu sais faire ! Bon ok j’exagère un peu c’est vrai que j’ai le démarrage difficile, que veux-tu on ne se refait pas…

    Il faut que je te parle d’un truc… Le speed dating pour gambettes. Je t’explique.

    Elles sont deux et se sentent seules l’hiver. Elles cherchent un homme pour leur tenir chaud. Un vrai. Un confortable. Un qui ne les laissera pas tomber. Un pour deux. Ou un pour chacune. Faut tout tester pour juger, c’est ça la liberté !

    Enfin…

    Elles commencent par tester l’Unique. Le modèle qu’elles connaissent depuis l’enfance au fond. Rassurant. Il faut dire que le choix est énorme et que, forcément, chacune y trouve son compte. Et puis comme ça, les soucis sont gérés à deux… quand il se fait la malle, on change tout et on recommence avec du neuf ! C’est confortable si c’est le bon, et ça dure des années sans se poser de questions…
    Tout se passe à merveille sauf qu’un jour… on se demande ou on vous fait remarquer sic si l’herbe n’est pas plus verte ailleurs. Heu enfin, s’il n’y a pas plus féminin, sexy, tout ça quoi… Parce qu’il faut l’avouer, il a beau être joli, sympa, et toutes les qualités de confort... il est loin d’être glamour.
    Après le « ça, ça n’est pas pour moi », l’idée fait son chemin et puis… on se lance. Terminé le modèle unique… un pour chacune, c’est p’têt bien aussi. Chacune ses soucis. Et si une a un problème elle est libre de changer… juste le sien. Oui ça aussi c’est la liberté.

    Compliqué. Il faut encore tester les modèles… Tu comprends Leshaker, il y a ceux qui te collent à la peau et ceux qui ont besoin d’aide… Mieux vaut se faire sa propre opinion.
    Sacrées gambettes… Faut qu’elles comprennent aussi qu’il y a des contraintes. Par exemple, les contraintes qui te font courir partout et qui crient « Mamaaaaaan », celles qui veulent que tu joues au ballon, que tu te baisses pour faire les lacets ou autres joyeusetés du genre. Et les contraintes qui entraînent des grands moments de solitude… Ces grands moments où tu sens, où tu sais…. Que ça tient à un fil… que si tu bouges d’un centimètre tu vas te retrouver dans une situation très délicate à gérer. C’est cette situation d’ailleurs qui m’a refait penser au fait que tu attendais mon billet. Depuis longtemps. Trop longtemps. Avoue Leshaker, c’est Toi qui m’a envoyé un sort !

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les princesses [contribution]. 0 commentaire
  • J'ai rendez-vous.

    Tu sais que je me cherche en ce moment, j’ai toujours cette envie d’écrire mais je trouve pas les mots et c’est limite pire j’ai rien à te raconter. Enfin si j’ai des trucs. Il doit y avoir un manque d’énergie, une connexion qui ne se fait pas, il est de coutume de dire ou de penser qu’il faut donner du temps et faire une pause. Ouais mais le problème c’est que la notion du temps j’ai un gros souci avec ça. Je l’emmerde le temps.

    Prends le temps.

    Tu verras demain.

    Il faut être patient.

    Pas à pas.

    Il fera jour demain.

    Tu verras les choses autrement.

    Patience.

    Il faut être certain.

    Seul le temps…

    rendez vous,blog,projet,inspiration,dieu,god,église,invoquer,cyril balayn,force,puissance,curé,leshaker,flolou,j'ai rendez vousBon tu l’auras compris tout cela m’emmerde gravement. Je passe du temps en ce moment à chercher une autre plateforme pour écrire d’un trait, y’a mon Tumblr qui me fait de l’œil car c’est un espace assez ouvert pour y poser des choses futiles et inutiles. Je crois tout simplement que je cherche un endroit où je ne pourrais pas me relire. Va comprendre. Etant donné que je cherche l’inspiration je vais faire ce que j’ai toujours fait. Je vais filer dans une église moi qui suis athée, dans mon début de prière y’a toujours un début avec « je suis désolé de venir ici moi qui ne crois pas en toi » et après je me lance. Dans le doute j’invoque.

    Je crois au fond de moi que c’est un tournant, une page qui se tourne, je n’ai pas envie d’arrêter mais justement de continuer mais je cherche la route qui me permettra d’être totalement ce que je suis. Y’a toujours eu un lien assez étroit entre mes années de blog et ce qui se passe dans ma vie, mais je sais aussi que je n’ai jamais franchi la frontière de l’impudique. Jamais.

    Bon je te laisse y’a dieu qui m’attends on a des choses à se raconter lui et moi.

    Crédit photo Moses Stell

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 2 commentaires
  • Lola Simone en entrevue.

    Vous connaissez peut-être Lola Dans la salle de bain, mais peut être connaissez-vous mieux Lola Simone ? en plein changement d’identité numérique cette jeune YouTubeuse Caennaise qui vit actuellement à Barcelone propose des vidéos sur sa chaine et compte aujourd’hui plus de 7500 abonnés et elle ne va pas s’arrêter là.

    Lola c’est une fille avec de l’énergie dedans. Au programme « je pue des pieds », « la première fois », mais aussi « le harcèlement scolaire ». Mais pas que. Lola ressemble à ses vidéos et ses vidéos lui ressemblent. Lola Simone en entrevue… [YouTube] [Facebook]

     

    lola dans la salle de bain,lola simone,youtubeuse,chaine,lola,barcelone,caen,ville de caen,entrevue,normandie,harcelement scolaire,je pu des pieds,fille,leshaker,cyril balayn,flolou,entrevue,interview,rencontre,Lola tu es une YouTubeuse. Comment est née l’envie de ta première vidéo et l’idée d’en faire une chaîne ?

    L'idée de ma première vidéo m'est venue de mes copines de lycée. On était une bande de 9 nanas, toujours collées, et je leur disais super souvent "ah tu sais l'avocat sur les cheveux ça fait ça" "si ta bague rouille sur ta peau tu dois faire ça" "putain j'aimerai trop expliquer aux gens que les filles font ce qu'elles veulent" et BIM elles m'ont toutes dit peu à peu "Mais Lola Pourquoi tu fais pas un blog sérieux ?". L'idée a pris de l'ampleur dans ma tête, et j'adore écrire... sauf que j'ai une écriture très orale, et que j'ai vite compris que j'avais envie d'un support plus direct, plus expressif, plus moi. J'ai donc tourné ma première vidéo, qui était un make up foireux, avec une voix monochrome et un air qui disait "je vais me suicider". Ah haha ! Et avec le temps j'ai réussi à montrer ce que je suis réellement.

    Tu as développé ton blaze Lola dans la salle de bain avec plus de 7000 abonnés, tu as changé de nom dernièrement en Lola Simone pourquoi ce choix ?

    Alors ce choix me trottait dans la tête depuis de nombreux commentaires qui me disaient " tu pourrais parler de n'importe quoi, je viens ici juste pour t'écouter parce que tu es drôle"

    Et là je me suis MERDE, je suis pas faîte pour ne parler QUE de beauté. J'ai tenté plusieurs vidéos hors sujets et ce sont celles qui ont le plus plu.

    Lola Simone c'est moi, entièrement. Ce sont mes deux vrais prénoms (et j'en cache un troisième encore plus mignon qui est : Thérèse), il représente un vrai décalage que je suis à moi seule je pense. Depuis que j'ai changé tu ne peux même pas imaginer la libération que je ressens, j'ai l'impression que je peux aller réparer une bagnole et le filmer que ça restera dans le thème ! J'ai besoin de parler, de m'exprimer, de crier (ok beaucoup crier), de me maquiller, de me démaquiller, de voyager, de manger ; et tout ça sur ma chaîne.

    Et non je n'ai pas peur de perdre des abonnés, je pensais que cet ancien blaze représentait un blocage, et je pense que j'ai eu raison. Il suffit d'aller voir sous la vidéo où j'annonce ce changement pour lire des dizaines de gens me disant "je ne comprenais pas pourquoi tu t'appelais comme ça". Et d'ailleurs, depuis ce changement (il y a trois jours), je suis suivi par 560 personnes de plus, belle confirmation :)

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 4 commentaires
  • Définitions #116

    définitions,pause,nostalgie,stop,rupture,mouvement,humeur,calme,leshaker,flolou,cyril balayn,blog,agir,faire,action,choses,Il faudrait : Que je décide vraiment d’arrêter ou de partir vers des horizons nouveaux. J’ai de plus en plus de mal à définir cette aventure que je traîne depuis 7 ans avec vous. Mon blog aujourd’hui est un immense salle d’archives de mes comptes, de mes projets et de mes envies. Et pourtant. Je ressens de moins en moins le besoin de venir vous parler et vous écrire. Je ne sais pas pourquoi et je ne cherche pas à le comprendre. Une personne très importante à mes yeux aujourd’hui, demain et à l’infini m’a dit que je n’allais pas assez loin, qu’elle ne serait jamais tombée en harmonie avec mon univers. Elle a raison. Mon blog reflète ce que je suis finalement, un début d’une chose sans jamais aller assez loin pour justement faire d’une idée une action. Pourtant au milieu de tout cela y’a vous, les gens que j’ai rencontré, les choses que j’ai eu envie de créer. Les heures passées devant l’écran pour effacer l’absence de ma fille, les heures à tenter d’échapper au quotidien. On se démerde tous pour tenter d’être bien. Y’a 7 ans j’ai commencé cette aventure. L’envie de vous écrire reviendra probablement, aujourd’hui les mots, les envies de taper avec rage sur le clavier s’exprime autrement. Si vous saviez. Si vous pouviez deviner ce que je ne peux vous raconter ici.  Il va me falloir du temps et un jour je viendrais vous raconter la plus grande aventure de toute ma vie… chiche.

    Je devrais : Ne rien supprimer. Tout garder. L’empreinte ADN de mon univers reste et restera. J’ai toujours l’envie de vous découvrir, de continuer les entrevues, de développer mes idées de demain, de laisser la liberté à vos contributions comme depuis des années. Jamais je ne viendrais effacer tout ça. Jamais. Puis je me dis que ça va être super fun de relire tout cela quand j’aurais 60 piges et tenter de me remettre dans la situation du moment. J’aime bien la nostalgie quand elle nous pousse vers demain.

    Je vais faire : Et agir. Je crois que j’ai enfin compris qui je suis, ce que je vais devoir faire pour être moi véritablement. J’ai décidé d’arrêter de courir une bonne fois pour toute, j’emmène avec moi mes souvenirs et vos regards, tous ceux que j’ai rencontré. Je garde un œil sur vous. Si vous saviez ce qui brûle en moi, si vous saviez la puissance et l’intensité que cela représente.

    Dans cette pause je n’ai jamais autant avancé qu’aujourd’hui. Les définitions #116 sont donc les dernières. Les entrevues vont continuer, les projets aussi, les photos sur Instagram, Facebook pour vous parler. Une pause avec des choses en mouvement.

    J’ai décidé d’être. Elle se reconnaîtra.

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 0 commentaire
  • Yoh en entrevue.

    Pour finir cette semaine liée à la culture "street" après Thurb, je viens à la découverte d'un artiste, Yoh, passionné par la création, la musique et les arts. Focus autour de son univers, de son collectif, de son parcours qui l'ammène aujourd'hui à se définir comme un graphiste/illustrateur. Entrevue avec le Caennais Yoh. [portfolio] [instagram] [facebook]

     

    yoh,entrevue,artiste,graphiste,culture street,street,design,tatouage,292 connexion,aëroz,yoh,thurb,spray,rap,art,cyril balayn,flolou,leshaker,culture,Comment définir en quelques lignes l’artiste que tu es Yoh ?

    Ah ! Première colle haha ! Je pense être quelqu’un de curieux, perfectionniste et insatisfait : je suis toujours ouvert à de nouveaux projets, je peux passer 20 minutes sur le même trait juste pour qu’il est la même épaisseur partout, je vais être content de mon travail une fois terminé puis après quelques heures je me dis que je suis capable de faire mieux alors je commence autre chose !

    Je suis plutôt éparpillé en fait haha ! J’ai toujours 3 ou 4 projets en cours. Ce n’est pas le meilleur moyen pour s’y retrouver dans son travail, mais ça me permet de faire les choses plus ou moins sous pression et c’est dans ces moments-là que je pense pouvoir donner le meilleurs de moi-même.

    Je suis passionné par tout ce qui touche de près ou de loin la culture urbaine, plus précisément la culture hiphop.

    Ton parcours au sein d’une école d’art est-il un élément capital pour le graphiste/illustrateur que tu es ?

    Totalement ! Il n’y a pas longtemps je suis retombé sur quelques petits dessins que j’avais fait au lycée, c’est juste incomparable. J’ai pu apprendre les bases du dessin ainsi que différentes techniques. C’est important pour pouvoir trouver son style, connaître ses limites et surtout être capable de dessiner ce qu’on voit aux bonnes dimensions. Ça m’a permis de développer un peu plus mon imagination, de voir plus loin que ce que je connaissais déjà. Je pense sincèrement que si on ne passe pas par une école d’art ou si on ne s’exerce pas soit même tous les jours, il est difficile de percer dans le métier, sachant que c’est déjà assez compliqué de faire sa place quand on a justement fait des études pour.

    Au-delà du dessin, ça m’a également permis de faire des rencontres importantes qui m’ont forcément influencé dans mon travail, que ce soit mes profs, mon directeur, mes potes, tous m’ont apporté quelque chose. Et puis c’est dans cette école que j’ai rencontrée Aëroz, avec qui j’ai créé un collectif, bref que du + !

    yoh,entrevue,artiste,graphiste,culture street,street,design,tatouage,292 connexion,aëroz,yoh,thurb,spray,rap,art,cyril balayn,flolou,leshaker,culture,Tu bosses beaucoup dans l’univers musical en composant des pochettes d’album, comment naissent les collaborations et les orientations de tes travaux ?

    Ça a commencé avec un groupe de rap français « le Trio du Jour », j’avais fait le cover du premier projet d’un des membres (Hash24), puis ensuite le cover du projet du Trio du Jour. C’est grâce à eux que mon blase a circulé, j’ai été contacté par Maxwell avec qui je continue de bosser, c’est avec son projet « Tu veux le M.A.X vol2 » que l’on m’a pris un peu plus au sérieux. Depuis on me contacte de temps en temps et c’est Hash24 qui dernièrement m’a fait rencontrer les artistes de la 75ème Session et par conséquent, qui m’a fait bosser avec eux. J’ai pu réaliser divers logos, illustrations etc.

    Pour les projets musicaux sur lesquels j’ai participé, c’est simple, ça a toujours plus ou moins commencé par « yo ! je veux ça, tu sais faire ? », après c’est surtout de l’échange, j’essaye d’en savoir un maximum sur les attentes de l’artistes pour m’approcher le plus possible de son idée. Mais ça ne se limite pas qu’a une réalisation, mon but est aussi de pouvoir le conseiller.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 0 commentaire
  • Thurb en entrevue.

    Cet artiste que je viens de rencontrer à 16 ans. C'est un graffeur, un passionné. J'ai découvert Thurb via Instagram et j'ai fini par apprendre qui est Caennais. Il bosse comme un pro, il aime ce qu'il fait, il aime la culture "street" le rap, le gaffiti et le skate. Focus autour de ce jeune homme. Thurb en entrevue [facebook] [site] [instagram]

     

    thurb,graffeur,graphiste,graffe,artiste,dessinateur,caen,caennais,ville de caen,entrevue,leshaker,spay,street,culture,graffiti,skate,rue,flolou,cyril balayn,sreet art,culture street,art,sprayThurb, tu es graphiste, dessinateur, artiste, comment te définir en une présentation rapide ?

    Ce serait difficile pour moi de me donner une qualification étant donné que je ne suis encore qu'au lycée et je pratique cette activité en tant que passion et non en tant que métier ! Je laisse le public me définir. Je suis passionné par tout ce qui touche de près ou de loin à la culture « street » (rap, graffiti ,skate .) donc c’est depuis maintenant 4 ans que j'ai commencé à dessiner plus sérieusement.

    Pourquoi ce pseudo ?

    Je ne pourrais pas dire d'où vient ce blaze, il n'y a pas vraiment d'histoire.  Je l'ai inventé il y a un an et demi car j'en cherchais un nouveau ! Et au final je ne suis pas mécontent de ce pseudo.

    Tu es jeune et tu fais du graff quelle est ta position concernant cette activité, t’arrives-t-il de graffer sur Caen ?

    Oui en effet, j'ai commencé il y a déjà une ou deux années. Mais je ne m'y suis mis sérieusement il n'y a pas longtemps. J'ai commencé à rencontrer des graffeurs de Caen et de fil en aiguille je posais avec eux le week-end ou pendant les vacances. J'ai réalisé déjà plusieurs fresques à l'université de Caen (notamment pour Noël). J'aime vraiment que ce soit des sessions posées avec des potes sans avoir à se dépêcher. Mais cependant Il y a des choses que je garderais secrètes haha.

    Tu te diversifies aussi dans le graphisme sur textile (tee-shirts etc…) ou l’on peut porter sur toi tes œuvres, une suite logique de ton travail ?

    Non pas forcément mais c'est vrai que je voulais depuis un moment imprimer et porter mes propres t-shirts. Mais je ne m'imaginais pas tenir un shop en ligne un jour. Mais comme je l'ai dit dans ma FAQ, je ne prétends pas avoir une "marque". Ma boutique est juste faite pour partager mes dessins sur textile ! Je ne veux pas que ça devienne une marque, j'ai plus envie de me concentrer sur le dessin et l'art en général. J'ai aucune envie que ma marque prenne le dessus sur mon travail. (Comme ça a pu arriver à Shepard Fairey avec OBEY). Mais cela n'empêche pas que je sois super heureux de vous voir avec vos t-shirts, et de m'occuper à fond de ma boutique !

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 0 commentaire
  • Définitions #115

    fuck,enculé,batard,solitude,fuck off,leshaker,flolou,cyril balayn,se faire foutre,connard,définitions,mise au point,doigt d'honneur,Comme une envie de tuer : Oui je t’emmerde toi. Tu te reconnaîtras. Je t’emmerde car je suis droit dans mes pompes. Les failles et les faiblesses me composent mais je déteste qu’on m’utilise. Alors oui je t’emmerde. Un jour tu comprendras mais il sera trop tard. Pauvre con ou pauvre conne (ça c’est pour brouiller les pistes).

    Evidence : Enfin un projet avec des gens dedans et des envies dans la tête. Donner un angle différent aux textes d’une blogueuse que j’affectionne particulièrement est comme une évidence pour moi. Je ne sais pas ce qu’il sortira de ce projet, mais peu importe c’est l’envie et le désir qui prime. Bientôt. #ladyblogue

    Cette solitude : Je partage des discussions très intéressante avec un ami qui souffre de ce mal. Cette véritable solitude ou tu n’as plus de contact, rien, ou t’as juste toi pour répondre à tes questions. Pour l’en sortir je me demande si nous ne devrions pas en faire un spectacle. Une histoire. Un bout de vie sur scène. En cours.

    Bah bravo : Se faire engueuler par sa mère pour cause de maquillage aggravé. Check. Bientôt 13. #mafille

    Young : Depuis que je vis dans ma ville natale je retrouve des gens, mes amis, ma jeunesse. En nous racontant nos histoires et nos souvenirs y’a du « jadis » dedans et pourtant au final on est toujours aussi jeune et plus encore qu’hier.

    Une petite Cup ? : Je voulais vous remercier pour les lectures nombreuses de la contribution de Coline Kifouine. Elle m’a dit que je lui avais redonné le goût de l’écriture et j’en suis touché. Une première contribution qui je l’espère ne sera pas la dernière.

    Une fée :  Elle est bien là et au-dessus de moi. Reste.

    [crédit photo Kenno Punder]

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 2 commentaires