Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Confrontation.

japon,tsunami,tremblement de terre,japon ravagée,centrale nucéaire,le shaker de cyril,nucléaire,japonais

Comme vous j'ai regardé les images. Comme vous je suis étonné de ne pas avoir vu des images avec des gens luttant contre le sinistre, contre cette vague, des corps flottants dans l'eau... rien juste une vague qui va submerger des villes desertes. 

Je suis peut-être stupide mais cela me surprend. 

Je suis aussi surpris par la confrontation de cette tragèdie. D'un côté la force de la nature, la force de la planète, et d'un autre, le nucléaire, la création des hommes qui va supplanter ce tremblement de terre et ce tsunami.

C'est une catastrophe humanitaire reliée à une catastrophe nucléaire.

japon,tsunami,tremblement de terre,japon ravagée,centrale nucéaire,le shaker de cyril,nucléaire,japonais

Plus de photos ici.

Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 4 commentaires

Commentaires

  • peut-être qu'il n'y a pas eu d'images?
    il y a quand même eu des images de gens cherchant d'autres gens ou fuyant ou effondrés car ne trouvant pas leur famille...et ca c'est réel...

  • je n'ironise pas au travers de cette note. Juste le contraste avec le Tsunami en Asie ou des gens par centaines se trouvaient piégés sur les toits.... la rien presque des villes sans vie attendant la déferlante.

  • Ta note est très intéressante car le traitement de médiatique sur le tsunami me fait penser à celui du 11 septembre 2001. Les images qui tournent en boucle, des corps inexistants, toujours cette vague qui envahie les villes. Pour revenir aux images du 11 septembre 2001, la plupart des photos qui ont fait la une des journaux pendant les trois premiers jours montrent l'explosion des deux tours ou les nuages de fumée. Il y eu peu de photos sur le deuxième avions fonçant sur la tour. Ensuite, le traitement médiatique s'est focalisé sur les ruines mais toujours sans la présence des corps des victimes. Il faut peut-être voir une volonté politique de vouloir abstraire le nombre de morts pour montrer uniquement des dégâts matériels. A force de diffuser ces images répétitives, les journalistes banalisent ces catastrophes par des photos esthétisantes qui sont perçues, dans un premier temps, comme extraordinaires et irréels.

  • Je voulais te répondre mais je vais le faire ce lundi en direct à Paris. ;)

Les commentaires sont fermés.