Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les chroniques de Lisianne #5. Je suis une fille sans saveur.

monsieur-papa-1977-03-g.jpgC'est un exercice compliqué d'écrire. Je partais avec des envies, des désirs, je me retrouve sans rien, sans énergie, sans passion. Début de semaine par un coup de téléphone à Cyril, lui faire comprendre que je ne suis pas prête pour surmonter mes démons, que je suis pas une princesse forte comme je me définissais.

Il m'invite à continuer. Il ne dit rien de plus, il me dit que c'est moi qui décide, que l'envie de partager et d'écrire c'est moi qui la contrôle, je dois donc m'inviter à continuer et me demander si ma motivation reste entière. Il m'interroge sur l'origine de ma déprime. Silence. je raccroche.

J'avais tellement envie de donner un ton décalé à cette rubrique moi la "Fashion Girly From Paris", moi qui voyage, moi qui désire apprendre et comprendre, pleurer et rigoler, me voir heureuse et émotive.

Bordel je suis toujours à fleur de peau il m'est impossible de me sortir de ce chemin sans fin. Et s'il avait raison, si je devais m'interroger sur l'origine de ma déprime, dépasser ma séparation qui n'est qu'un évenement dans ma vie. Et puis je dois quand même te faire rire, tu vas finir par penser que je suis une fille sans saveur... c'est déjà le cas, bon d'accord. Je m'envole.

[Lisianne/Leshaker]

 

PS - J'ai appris y'a deux ans que l'homme que je pensais être mon père n'est pas "mon père". L'origine de ma déprime... tu es au courant Cyril, et toi aussi derrière ton clavier.

Lien permanent Catégories : Shake les mots de Lisianne [contribution]. 3 commentaires

Commentaires

  • Pourquoi ai-je accroché immédiatement à tes chroniques? Elles déménagent en tous sens et ça me parle.

  • Merci pour elle, je ne cesse de lui dire de continuer.

  • Merci pour ce témoignage qui me donne envie... de continuer.

Les commentaires sont fermés.