Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Princesse sportive ?

[Alexandra Le Dauphin]

princesse,sport,sportive,shake les princesses,drôle de plume,leshaker,Je ne sais pas pour toi, mais j’essaie de faire un peu de sport. Pas facile quand on a deux enfants et que les journées s’enchaînent sans qu’on n’arrive toujours à les optimiser comme on voudrait…

Le Samedi matin, c’est MON moment. Une heure trente de détente (enfin presque, tu vas comprendre pourquoi). Je suis une princesse qui joue au tennis. Bon, sans ma couronne, évidemment. Et dans un langage pas très princier. En fait, oublie carrément que je suis une Princesse quand je suis sur le court de tennis (ou alors, une très bon marché, dont le Roi et la Reine auraient foiré l’éducation). Il faut dire que le Prof n’aide pas. Toujours à charrier ses élèves, celui-là.

Du coup, pendant une heure trente, entre sueur et désespoir, je cours dans tous les sens pour gommer les excès de la semaine,  tout en sachant pertinemment qu’il faudrait au moins une journée de tennis intensif pour venir à bout du quart de mes réserves pour l’hiver. Mais ce n’est pas grave, c’est déjà ça en moins dans mes cuisses.

Sauf que le Prof-Tout-Puissant, armé de son arme fatale (le bonnet tricoté par Mémé Yvette, destiné à son p’tit garçon et non pas à un plus que trentenaire au crâne démesuré) me déconcentre. Ok, la (fausse) Princesse que je suis à tendance à s’éparpiller, ce n’est pas nouveau. Alors, je propose qu’on interdise les objets susceptibles d’être méchamment vannés sur le court. (T’en penses quoi, coach, si tu me lis ?) Mais il y a plus grave. L’étiquette du Prof de tennis va en prendre un coup quand vous aurez lu ces lignes.

Étant gauchère, les gestes tennistiques sont inversés par rapport à la majorité des élèves du cours. Et j’ai bien envie de vous parler de l’explication du Prof (toujours le même, celui au bonnet trop petit d’avant-guerre, mais je ne me moque pas, je constate, hein ?) Motivée comme jamais, j’attendais la consigne, en princesse sage (pour une fois). Le Prof l’explique aux droitiers, puis se souvenant (tiens donc) qu’il a deux gauchères dans son cours, tente de nous montrer les gestes à appliquer.

princesse,sport,sportive,shake les princesses,drôle de plume,leshaker,Et là, cramponne-toi à ton siège, voici l’explication faite pour nous qui sommes latéralisées à l’inverse de tout le monde (je cite) : « alors, les gauchères, pour vous, c’est hop hop hop ». Hum. De quoi ? Suite à cela, le Prof n’arrivant pas à simuler l’exercice à l’envers, a pris une minute pour y réfléchir et nous proposer une explication plus rationnelle que ce fameux « hop hop hop ». Je suis mesquine, mais il fallait en parler, non ?

Je sens déjà le souffle de la révolte gronder chez mon coach tennistique. Ça va chauffer pour mon matricule. Mais j’l’avais prévenu  qu’il n’échapperait à la sentence Drôle de Plume. Parce que votre rédactrice adore écrire sur des gens ordinaires, dotés de bonnets extraordinaires. Les situations de la vie courante, celles qui te parlent, doivent être mises en valeur, non ? Maintenant, je file me terrer dans un coin et attends la peine capitale (22 tours de terrain sans s’arrêter pour crime envers sa Majesté des Balles).

Fais du sport, quoi, chère Princesse. Mais choisis bien ton Prof.

Alexandra est rédactrice freelance. Pour la retrouver sur Facebook et découvrez son livre "au boulot, Chômette"

Lien permanent Catégories : Shake les princesses [contribution]. 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.