Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Live From Istanbul #3

leshaker,live,istanbul,turquie,violence en turquie,ankara,manifestation,

Tu étais sur Paris pour la présentation de la Warner Day y'a quelques semaines avant les évènements, tu sentais sur Istanbul un vent de mécontentement avant ton départ ?

Oui et non. Ça fait des années que les "européens de Turquie" (les occidentalisés, qui représentent une minuscule partie de la population et qui vivent majoritairement à Istanbul, sur la rive européenne) encaissent sans trop rien dire les décisions arbitraires de Erdogan qui de son cote accélère visiblement les prises de position et les réglementations vers un état de plus en plus islamisé. Il a lancé énormément de chantiers gigantesques depuis quelques mois, qui vont véritablement changer l'aspect d'Istanbul sur le long terme, et il multiplie les lois et décrets tournes vers un état beaucoup plus religieux. Peut-être est-ce à cause de la rumeur qui lui a trouvé un cancer du côlon et qui ne lui donne plus qu'un an à vivre; Erdogan étant d'une mégalomanie pathologique, ceci expliquerai sans doute cela, et puis il ne faut pas oublier qu'avant de diriger le pays, Erdogan a été footballeur pro pendant 15 ans et a passé 4 ans en prison pour incitation à la haine - un type bien, donc. Mais ce qui est sûr c'est que la situation a atteint un point dangereux: 50% des turcs le soutiennent, arme au poing s'il le faut, et 50% des turcs le détestent - arme au poing aussi s'il le faut. En fait, on est à deux doigts d'une véritable guerre civile. Moi, je ne pensais pas qu'on était si près du chaos. Mais force est de constater que si, en fait. Erdogan était en tournée au Maghreb, il est rentre ce matin et la première chose qu'il a déclaré à l'aéroport c'est "tous les chantiers seront menés à leur terme". Donc, en clair: "je vous emmerde". Là, je crains vraiment l'escalade. "There will be blood", comme dirait PT Anderson.

L'opposition entre l'état et la jeunesse est incarnée par une jeune femme habillée de rouge. C'est quand même un copié collé à la lutte des thaïlandais dans les rues de Bangkok habillés de chemises rouges, on frôle le plagiat ?

La couleur rouge est synonyme de passion, de révolte, c'est aussi la couleur du sang. Elle augmente la pression artérielle, elle excite et énerve. Et elle se voit de loin en milieu urbain, ou le décor est plutôt gris. C’est pour ça que Spielberg a habillé une petite fille en rouge dans la liste de Schindler, pour symboliser la prise de conscience de Liam Neeson envers l'horreur en face de lui. Du bon gros symbole qui tache, pour les téléspectateurs de TF1. Là, c'est juste une nana en robe rouge qui se prend un jet de flotte dans la gueule, et la photo a été récupérée par des journalistes bas du front en mal de symboles neuneus. Rien de plus.

#merci à David Rault mon pote qui vit à Istanbul (tu l'auras compris), à demain (normalement) !

Lien permanent Catégories : Shake le live from Istanbul. 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.