Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La machine à penser.

    machine à penser,réflechir,cerveau,insomnie,dormir,caen,sortir,flolou,leshaker,cyril balayn,instant,usé,fatigué,Je serais curieux de savoir ce que vous faites quand la machine à penser commence à vous prendre dans ses entrailles. Avec le temps et l’expérience je n’arrive pas à la voir surgir, elle vient m’effleurer à l’horizontale au moment où le silence et la nuit plonge la pièce. Je n’use pas des drogues et de l’alcool pour lutter contre. En ce moment elle à pris possession des lieux, revient assez régulièrement et le seul remède c’est que mon corps soit assez usé et fatigué pour ne pas la laisser ma dévorer. Je ne cherche plus à lutter. Cette nuit au moment où j’écris ces lignes j’ai mis en marche mon corps. Arpenter la ville tard le soir. Caen a bien changé depuis 20 ans ou étudiant je sortais le soir. Les nouveaux quartiers, les clubs, la vie la nuit est bien plus active. J’aimerais tellement fermer les yeux et ne penser à rien. Marcher me fabrique des souvenirs sur l’instant, ceux qui m’aideront à m’endormir. Je passe encore quelques minutes devant l’ordinateur pour écrire cette note, une façon de repousser l’échéance. J’irais certainement chercher une comédie pour me faire rire sous la couette. Se glisser dans le noir en espérant s’endormir très vite, mon corps est fatigué et c’est le seul remède que j’ai trouvé. Amen.

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 4 commentaires
  • Définitions #101

    shameless,boire,pinte,bière,rencontre,toilette,vintage,souvenir,tinder,rosé,cheveux bouclès,leshaker,cyril balayn,papa solo,maman solo,entrevue,itw,flolou,père noël,Père Noël « pôle nord » : … (Donne-moi juste les rêves, les frissons, les palpitations, les envies d’aller au-delà de l’éphémère)

    En coulisse : Je passe par une phase complexe en ce moment où je déborde d’énergie avec des envies diverses, mais où rien n’est productif. J’ai un mal fou à trouver le sens de l’écriture, j’opère pourtant les mêmes phases avec mes habitudes, je ferme les yeux en souhaitant le retour de l’inspiration. C’est fou comme un blog est une empreinte de nos vies.

    Vierge : J’ai fait ma toute première rencontre Tinder. Ouais. On a bu du rosé avec des glaçons, l’ambiance était feutrée et la jolie brune avait des cheveux bouclés. Juste cet instant précis ou t’as envie de mettre sur pause.

    ITW : Toujours dans le cadre des #papas, je vais aller à la rencontre des mamans solos pour entendre et découvrir la vision qu’elles peuvent projeter sur ces derniers. J’ai hâte. Prochainement.

    Rencontre : L’internet ne se passe pas que derrière un clavier. Il est aussi important de vous rencontrer. Mon changement de vie et de ville m’a fait faire une très jolie rencontre d’un papa qui me lit depuis un moment et dont mes mots ont eu une résonnance en lui. Il est un ami aujourd’hui et ça me rend bien joyeux.

    Soirée : J’ai un pote qui a décidé au cours d’une soirée de rentrer dans le corps de Franck Gallagher #shameless et de finir comme lui. Très beau rôle de composition. Les photos viendront hanter le disque dur de mon ordinateur, comme un « énorme » dossier que je viendrais balancer de temps en temps. L’obligation du souvenir est une devise.

    Toilette : Rencontre avec deux petits jeunes de 25 ans et leur raconter la vie du bar ou « jadis » il ne portait pas le même nom. Evoquer les souvenirs dans cette rue, ce lieu branché de la ville ou nous finissions en after. J’avais l’impression d’être le père Fouras devant le visage de ces deux jeunes gens. Y’a des petits moments sympas quand tu vas dans les toilettes.

    Photo : Le clan avait 40 ans et des bananes. Balayer d’un revers de main les 25cl pour passer à la pinte. On est dans la place. Jusqu’ici tout va bien.

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 0 commentaire
  • Once Upon a Time.

    J’ai connu une période associative quand j’étais jeune. Une époque où le net n’existait pas et où nous devions nous organiser pour diffuser l’information. Une période sympa et constructive ou nous vivions dans une forme d’insouciance artistique. Un de mes amis ne cessait de dessiner, une manière d’illustrer les moments et d’en garder l’empreinte (le Facebook ou Twitter de l’époque en quelque sorte). Il vient de mettre la main sur des anciens croquis qui résument assez bien l’ambiance de cette époque. Les planches sont très référentielles mais ça va parler à celles et ceux qui bossent en groupe. Nous étions jeunes, les dessins datent de 1994, nous avions 20 ans… et des bananes. (N'oubliez pas de cliquer les pages pour un affichage sympa sauf si vous avez les yeux de Steve Austin)

    vintage,planche bd,dessins,dessinateur,époque,référence,souvenirs,flolou,cyril balayn,david rault,leshaker,se souvenir,période,once upon a time

    vintage,planche bd,dessins,dessinateur,époque,référence,souvenirs,flolou,cyril balayn,david rault,leshaker,se souvenir,période,once upon a time

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 0 commentaire
  • Lettre ouverte à Linda #12

    linda blair,exorcisme,l'exorciste,horreur,film d'épouvante,démon,démoniaque,cyril balayn,flolou,leshaker,lettre ouverte,conjurer,peur,sombre,Linda, je suis passé par le stade derrière la porte et dans la pénombre du couloir à regarder pour la première fois ta sale tronche de Regan. J’étais jeune et en pyjama. Un second stade ou installé confortablement dans le canapé j’ai découvert le père Lankester Merrin se faire vomir dessus pendant que tu lui balançais des obscénités. J’étais encore jeune et certainement en pyjama.

    A ce stade j’ai plus vraiment dormi la nuit. On est bien d’accord je n’y croyais pas une seule seconde à ton histoire de démon, mais dans le doute. Plus tard avec un ami je suis même allé à la bibliothèque de ma ville (copain Google n’était pas né), j’ai découvert le succès du film, les photos du tournage, le mannequin utilisé dans le film, les quelques anecdotes de tournage. J’avais même une copie VHS. Je m’en souviens car je pense que cette copie est restée 30 secondes chez moi car hors de question qu’une copie de ce film traîne dans les quartiers. Je n’y crois pas à ton histoire, mais dans le doute.

    Dans les années 2001 tu reviens sur grand écran. J’étais bien moins jeune et je ne dormais plus en pyjama. En plus j’avais une copine de couchage. Pour m’exorciser ou conjurer le sort j’ai décidé de venir voir ta petite tronche de poupée folle au cinéma. J’ai découvert ta prestation de l’araignée dans l’escalier mais finalement, et à mon plus grand étonnement je n’ai rien ressenti de démoniaque en moi. L’exorcisme était en cours.

    Bien plus tard (ça c’est un signe) je change de chaine sur un vulgaire signal TNT et je tombe en plein sur ta tronche de merde. L’ambiance, la musique, la fameuse scène ou tu descends de l’escalier pour venir pisser sur le tapis devant les invités et la phrase « vous allez mourir là-haut ». Inutile de te dire que je déteste le moment ou le film est diffusé, n’attendant qu’une seule chose, la scène de fin et le prochain programme. En plus à cette époque je n’avais plus de copine de couchage alors pour m’endormir et commencer l’exorcisme, une comédie ou un bon Walt Disney et de rigueur. Je n’y crois pas à ton histoire de merde, mais dans le doute.

    Dernièrement j’ai regardé le film avec des amis, chez des amis. Exorcisme total. Juste les flashs de temps en temps sur le chemin du retour, bien regarder derrière moi et ne pas me retrouver dans le noir du couloir de l’immeuble. Jusqu’ici tout va bien.

    Puis là aujourd’hui, tout de suite. Ta tronche sur la toile avec un Tigrou. C’est encore un signe, c’est le doudou de ma fille. Linda tu ne vas pas me faire chier longtemps, l’exorcisme total c’est de te placer au sein du blog, de défier le démon par les pixels. Challenge pas facile, d’habitude j’écris avec la musique sur les oreilles mais j’ai retiré les écouteurs, dans le doute. Y’a des bruits que je n’entends jamais dans ce putain d’appartement. On est bien d’accord je n’y crois pas une seule seconde à ton histoire, mais ton film reste pour moi le plus terrifiant de l'univers et de la galaxie, et si le blog reste bloqué des années sur cette note c'est que...

    Lien permanent Catégories : Shake la lettre ouverte... 0 commentaire
  • Ils s'aiment.

    nabilla,couteaux,violence,daniel lavoie,flolou,leshaker,cyril balayn,hotel,violence conjugual,bfm,ils s'aiment,Ils s'aiment comme avant

    Avant les menaces et les grands tourments

    Ils s'aiment tout hésitants

    Découvrant l'amour et découvrant le temps

    Y'a quelqu'un qui se moque

    J'entends quelqu'un qui se moque

    Se moque de moi, se moque de qui?

     

    Ils s'aiment comme des enfants

    Amour plein d'espoir impatient

    Et malgré les regards

    Remplis de désespoir

    Malgré les statistiques

    Ils s'aiment comme des enfants

     

    Enfants de la bombe

    Des catastrophes

    De la menace qui gronde

    Enfants du cynisme

    Armés jusqu'aux dents

     

    Ils s'aiment comme des enfants

    Comme avant les menaces et les grands tourments

    Et si tout doit sauter,

    S'écrouler sous nos pieds

    Laissons-les, laissons-les, laissons-les

    Laissons-les s'aimer

     

    Et si tout doit sauter

    S'écrouler sous nos pieds

    Laissons-les, laissons-les

    Laissons-les s'aimer

     

    Enfants de la bombe

    Des catastrophes

    De la menace qui gronde

    Enfants du cynisme

    Armés jusqu'aux dents

     

    Ils s'aiment comme avant

    Avant les menaces et les grands tourments

    Ils s'aiment comme avant

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 0 commentaire
  • Définitions #100

    définitions,caen by night,street art,flolou,leshaker,cyril balayn,cantine,parentalité,bite,quequette,pènis,soeur cristinaFroid : « Savelys bonjour votre temps d’attente est estimé à… 10 minutes » quand une chaudière qui déconne vient ruiner tes espoirs de confort à glander devant la télé.

    100 : Nous y voici. La rubrique la plus visité du blog. J’ai longtemps souhaité en finir pour changer le sens de mes humeurs. Finalement j’y trouve un endroit que j’aime et ou je peux écrire assez librement.  #100

    User les semelles : Je crois que je n’ai jamais autant écumé la ville le soir et la nuit. Et je me dis que je vais revenir à mon premier amour du blog qu’est la vidéo. Des petits Caen By Night. Ça va être de la merde mais par galanterie évitez de me le dire au début que je me fasse plaisir.

    Suor : C’est sans doute le défi, l’athée qui sommeille en moi, le costume, l’habit. Je suis raide dingue de Sœur Cristina. Ceci étant je m’égare peut être car j’ai commandé pour Noël Emmy Rossum #shameless. Et je souhaite que les lutins su père Noël ne viendront pas m’annoncer une rupture de stock bordel de merde.

    Don’t Forget : J’ai fait une rencontre exceptionnelle. Un truc qu’il est impossible d’oublier car c’est la vraie vie. Se prendre un charisme aussi violent dans la tronche est d’une violence dévastatrice. #LogOff

    Racket : Oui je suis un papa solo. Oui la maman de ma fille vit dans la ville ou cette dernière est scolarisée. Oui j’ai décidé, nous avons décidé que c’est moi qui règle la cantine. Oui je ne vis pas dans la même ville. Non je ne veux pas m’organiser autrement. Non nous ne sommes pas passé devant un juge, c’est notre choix, notre droit, nous défendons cette idée que la justice dans notre cas n’est pas utile. J’en ai ras le bol chaque année de devoir me battre pour ne pas me faire appliquer le tarif « hors commune ». Ce n’est même pas une question de fric c’est juste une question de principe. C’est du racket organisé. Je vais devoir une nouvelle fois passer du temps à téléphoner, à me justifier, et cela va durer des mois avant que je puisse obtenir ce que je souhaite. Ras le bol. La modification du sens de la parentalité passe aussi par l’administratif. C’est notre quotidien. Nous sommes en 2014, le combat ne change pas.

    Photo : Quand l’art urbain s’exprime dans les rues de Caen moi j’adhère.

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 0 commentaire