Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Définitions #105

francois simon,paris dernière,paris première,simon says,définitions,interlope,louche,burn-in,humeur,leshaker,flolou,cyril balayn,projet,papa solo,violetta,affiche,disney,concert,Projet : En « presque » dix ans c’était une perspective impossible. Nous deux et nos compagnes. Un repas le plus simple du monde autour de quatre assiettes. On lance un défi encore plus complexe en 2015, faire de cette année le repas du siècle à six. Nous trois et nos compagnes. Six assiettes. N’y voit pas de métaphore, il ne s’agit que de gastronomie, de vie et de plaisir partagé. Il nous reste dix mois.

? : Je m’interroge. Est-il possible de construire un blog autour du rien ? Comment faire s’il ne se passe rien ? Il faut de temps en temps revenir aux fondamentaux et rebondir sur une phrase, un mot, un sens ou une odeur. Comme avant. C’est toujours mieux avant.

Curseur : Le burn-in s’installe avant le burn-out. Et entre les deux, juste cet espace avant de sombrer, il se passe quoi ? #surlefil

A l’instant : Recevoir à cet instant même un mail de Francois Simon (critique gastronomique et présentateur de Paris dernière). Joie. Youpi. Bonheur. Réponse immédiate de ma part que voici - « Il est fort probable que vous ne lisiez pas ce mail dans l'instant. Pourtant la réception de ce dernier ce samedi soir à deux heures du matin ne peut me faire que sourire. François Simon himself. Vous ne partiez pas gagnant j'aimais le sens du Paris interlope de Philippe Besson. Et pourtant. J'aime votre vision, votre blog, cet univers de la gastronomie que je ne connais pas. Alors merci pour vos mots » #parisderniere #simonsays

Se rencontrer : On m’a donné l’envie d’un projet autour des papas et des mamans solos. Par une option 2.0, un événement réel avec des gens et du sang dedans. Il faut juste que je fasse table rase de mes rencontres diverses et de mes notes antérieures, que je me tienne à cette conviction qu’il est possible de débattre et d’écouter les autres. Pourtant je doute. Les gens, les histoires, les situations sont toutes différentes il n’existe pas de colonne vertébrale. On y pense.

Bonne pioche : Le projet autour du blog est toujours en cours, en profondeur mais tellement à l’air libre. Assez pour que je vienne vous siffloter d’une idée sur papier prochainement. En construction.

Késako : Je ne veux pas qu’on m’aime. Tu crois qu’il est vraiment possible que je défende cette idée ?

Photo : Voilà. (je t'invite à lire cette ancienne note de Delphine Jory sur le sujet, sans oublier de jeter un oeil aux commentaires. #rire #oupas)

Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.