Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'arme fatale ou comment utiliser un enfant.

[Emilie Daffis]

shake les princesses,princesse,enfant,en colère,l'arme fatale,utilisation,pervers narcissique,bambin,bébé,séparation,colérique,colère,flolou,leshaker,cyril balayn,emilie daffis,Je suis en colère, j’ai mal, vraiment mal, je ne savais pas quoi en faire de cette rage qui se répand en moi. La seule chose dont je suis sûre c’est qu’il faut que je l’exprime, il me faut la libérer autrement que par la violence de mes actes.
Je suis dans l’incompréhension la plus totale. Je ne comprends pas que pour servir ses intérêts on puisse oublier l’existence même de son enfant. Je ne comprends pas que pour détruire l’autre on se serve de son enfant.
Je peux entendre que la souffrance est telle, que l’on décide de faire du mal à l’autre (je crois qu’on l’a tous fait).

Mais là où j’ai envie de vomir mon dégoût, c’est que l’on puisse utiliser un enfant innocent pour détruire l’autre parent. Un enfant qui croit en ses deux parents, qu’il aime tous les deux.

Comment un adulte, un parent, disant aimer son enfant, peut vouloir détruire celui ou celle avec qui il a partagé sa vie ?
Comment un parent peut se décider d’utiliser son enfant (celui dont il dit aimer) comme arme puissante contre l’autre parent ?
Comment un parent peut abuser de la faiblesse de l’autre parent, à savoir celui d’avoir un enfant, pour asseoir sa dominance et ses couilles/ovaires ?

C’est injuste et si dégueulasse, il n’y a pas de mots pour décrire ce sentiment de dégoût.
Et pourtant, tous les jours il y a ce genre de comportement, tous les jours on crée des bombes à retardements.

Cette bombe à retardement, c’est cet enfant, qui subit cette violence, qui se sent coupable, fautif, qui est entre les deux, sans pour autant faire un choix sans s’en vouloir de le faire,  qui se construit avec et qui un jour finira par exploser.
Il explosera quand il n’en pourra plus.
Quand et comment je n’en sais rien, peut-être que certains choisiront la violence gratuite, d’autres choisiront de fuir, d’autres voudront taire leurs souffrances en prenant de l’alcool ou des drogues, d’autres encore se feront du mal directement. Honnêtement, là je n’en sais plus rien du tout.
Et puis certains n’exploseront pas, certains seront résilients et grandiront comme ils peuvent, comme ils veulent avec cette envie d’aimer mais surtout d’être aimé.
J’ai envie d’y croire, parce que je sais que les enfants ont une force incroyable en eux, mais tous ne le verront pas ainsi.

Alors quoi, que faire ?

Quand vous vous séparez, que vous êtes parents, je sais que l’on a mal, je sais que l’on souffre et que l’on peut être en colère.
Oh oui, je le sais que trop bien, mais pensons aux enfants, pensons à ces êtres qui n’ont rien demandé et qui se retrouvent au milieu d’une guerre d’adulte.
Une guerre qui ne concerne que deux cœurs blessés. Une guerre d’égo, de vision de la vie, de valeurs qui diffèrent, mais qui ne concerne en rien les enfants.
Franchement, c’est si jouissif de voir l’autre avoir mal ? C’est si orgasmique que cela de vouloir détruire l’autre parent en utilisant sa faiblesse, à savoir son enfant ?
Et puis, une fois que le mal est fait, ça fait quel effet de voir son enfant malheureux ?
Ah, oui évidemment, j’oubliais, on ne le voit pas, ou alors on ne voit que ce que l’on veut voir, c’est-à-dire penser que c’est de la faute de l’autre, de celui que l’on a mis à terre ?
Oui évidemment, c’est de sa faute, sinon pourquoi avoir cette envie de le détruire ?

Une fois j’ai lu (je ne sais plus où, pardon pour l’auteur que je ne peux citer) que le meilleur moyen de faire face à ses ennemis étaient d’être heureux.
Je crois que c’est la plus belle solution, pour soi, et pour ses enfants.
Soyez heureux ,peu importe que l’on essaye de vous détruire.
La seule personne qui peut vous empêcher d’être à terre : c’est vous, pas lui, pas elle, pas les autres.
Soyez heureux vous et avec vos enfants.
Prenez soin de vous, et d’eux aussi. 

Lien permanent Catégories : Shake les mots d'Emilie Daffis [contribution]. 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.