Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

DLMNS en entrevue.

J’ai découvert DLMNS sur Youtube et son aftermovie du carnaval étudiant de Caen. Il est réalisateur/cameraman/monteur et j’ai voulu en savoir plus sur son travail, ses ambitions et ses projets. J’ai découvert un passionné me rappelant au passage mes jeunes années ou internet n’existait pas et ou je filmais avec une VHS-C et un bon vieux magnétoscope pour le montage. Focus autour de Damien aka DLMNS, un grand merci à lui pour cette passionnante entrevue. [vous pouvez en savoir plus et découvrir sa page facebook ici]

 

DMNLS,damien lemennais,réalisateur,vidéo,carnaval étudiant de caen,caen,carnaval,aftermovie,galactica,projet vidéo,coulisse,passionné,cyril balayn,flolou,leshaker,entrevue,entretien,

Alors qui se cache derrière le pseudo DLMNS ?

Je suis un vidéaste natif de Caen, j'ai 24 ans. Je capture des images et les met en lumière à travers des montages vidéos.

DLMNS est né en 2010, pas simple à prononcer pour bon nombre de personne cette appellation me représente totalement car c'est l'abréviation de mon prénom et mon nom : Damien Lemennais.

J'ai commencé à travailler en 2010 avec des clubs de la région caennaise et des djs comme Vitamine RN qui font partie intégrante de mon groupe d'amis aujourd'hui.

Puis peu à peu je me suis exporté au-delà de Caen en travaillant dans le Nord-Ouest de la France et sur Paris, avec quelques extras sur Londres. Je travaille majoritairement dans l'événementiel.

J'ai réalisé de nombreux projets depuis cinq ans (plus de 300) allant des boissons (Redbull, Jagermeister), des festivals, des écoles de commerces, des complexes sportifs, des artistes, la villa Christian Dior, des événements sportifs à Chelsea FC ou JO 2012 de Londres.

Comment est venue l’idée de travailler sur la réalisation du Carnaval étudiant de Caen ?

Lycéen à Malherbe je faisais le Carnaval étudiant et un jour j'ai décidé de faire une vidéo un peu pour le délire et quand j'ai vu le retour des caennais et l'engouement sur les réseaux sociaux j'ai compris que Caen adhérait à ce type de projet pour montrer à la France ce que la ville était capable de faire.

Ce qui est amusant c'est que le nombre d'étudiant a augmenté au fur à mesure que je me suis investi dans le projet chaque année. J'ai filmé l'évolution des 10 000 étudiants à plus de 30 000 en quatre ans.

En 2014, la Fédération Campus Basse-Normandie (les organisateurs) m’a contacté afin de réaliser l'aftermovie officiel de l'événement et c'est naturellement que j'ai accepté. En 2015, nous avons prolongé cette collaboration, et nous avons ainsi rassemblé nos compétences afin d'apporter une nouvelle vidéo de qualité à notre ville de Caen, un souvenir visuel qui perdura au fil des années.

Techniquement comment es-tu équipé lors du carnaval ? Fais-tu une préparation en amont pour ne rien louper ?

Je ne peux pas tout ramener car les conditions de tournage ne sont pas souvent simples et arrangeantes. Je tourne avec un boitier canon 5D mark III en 35mm et go pro. Facilement transportable pas trop lourd, permettant d'effectuer un travail de qualité sans rendre les déplacements difficiles.

Comme chaque année, il y a eu une préparation en amont avec le tournage dans la ville de Caen des monuments et des endroits clefs mais aussi avec la FCBN (Fédération Campus Basse-Normandie) où pour cette édition j'ai été à la préparation dans l'usine à chars quelques jours avant l'événement. Je trouvais ça intéressant de montrer aussi les backstages et de mettre en valeur les bénévoles qui travaillent jour et nuit pour rendre le défilé possible.

Le carnaval rassemble en moyenne 30 000 personnes dans les rues quelles sont les difficultés que tu rencontres le plus ?

Le plus dur est de monter sur les chars en mouvement et de se déplacer dans la foule, c'est une journée assez physique. Même si dans l'euphorie de l'événement on ne se rend pas compte des efforts.

C'est aussi d'avoir un œil partout, éviter les perturbateurs qui ne se rendent pas forcément compte du prix du matériel mais dans l'ensemble les gens sont très sociables et surtout ici pour s'amuser.

Cette année le temps ne nous a pas aidé non plus, que ce soit pour les techniciens, artistes ou les photographes nous avons dû bâcher régulièrement le matériel selon les averses pour ne pas rien abîmer.

C'est les risques du métier mais un grand soleil comme l'année dernière c'est toujours préférable pour tout le monde.

Des envies particulières pour les éditions prochaines ?

J'aimerais comme la majorité des caennais que l'organisation du Carnaval soit reprise (La FCBN laissant sa place) car je pense que c'est un événement culturel important pour cette ville encore plus depuis quelques années au vue de son évolution. Les étudiants en ont besoin et ça permet de tous se retrouver chaque année. J'aimerais aussi que le soleil soit de nouveau parmi nous l'année prochaine car ça y joue beaucoup sur l'ambiance générale.

A titre personnel, j'aimerais réaliser à nouveau l'aftermovie officiel pour la troisième fois consécutive avec le nouvel organisateur (s’il y en a un) et tenter de faire encore mieux que les éditions précédentes pour rendre hommage à ma ville native. Ne vivant plus sur Caen c'est toujours un plaisir de revenir ici et de tourner.

Ton actualité du moment et tes projets futurs ?

Je bosse régulièrement sur Paris en ce moment, mon dernier projet "Galactica" avec Wolfgang (disponible sur Youtube) pour le Gala INSEEC Paris 2015.

Pour les caennais on prépare activement la Fête de la Musique et la scène électro "Vitamine RN & Friends" (rue écuyère) comme chaque année qui cartonne bien. Sinon je vais être amené à travailler sur divers événements à Paris, Tours, Rennes, Granville, Caen, dans les mois à venir.

A long terme, j'aimerais continuer dans cette voie dans le milieu de l'image en gardant cette fougue et cette passion car il faut être passionné pour faire ce métier. Continuer à transmettre des émotions, sensibiliser les gens et ceux qui me suivent, progresser car rien n'est jamais acquis d'avance. Mais aussi montrer ma vision des choses et de la vie sur chacune de mes vidéos.

Je remercie les personnes qui auront pris le temps de lire, d'en apprendre plus sur moi et sur les coulisses du Carnaval Etudiant. 

Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.