Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Être égoïste ou comment être mal perçu.

[Emilie Daffis]

selfish,être,soi,seul,alone,égoïste,égoïsme,penser à soi,reflexion,emilie daffis,contribution,cyril balayn,flolou,leshaker,respecterIl y a de ces périodes où je ressens le besoin de prendre du recul. Je n’arrive pas à écrire et puis pour dire quoi, ce que j’observe ? Ce que je ressens ? Ce qui se passe dans ce monde de fous et qui me rend dingue ? Ce qui va se passer dans ma vie et qui ne regarde que moi et moi ?

Il y a de ces périodes où se recentrer devient vital, à trop donner tu en oublies l’essentiel : toi.
A trop être avec les autres, tu en oublies que la première personne à qui tu dois faire attention c’est toi. Toi et seulement toi.
Les gens appellent cela être égoïste à partir du moment où tu décides de ta vie, de tes besoins, où tu vas prendre ce temps pour toi et seulement toi. Et surtout, parce que tu n’es pas disponible pour eux.
C’est marrant, j’appelle cela de l’amour, de l’amour pour soi, et selon moi c’est le plus beau cadeau que l’on puisse se faire.
S’aimer soi, se donner à soi et seulement soi, pour être au monde pleinement.

Alors effectivement se donner à soi nécessite de dire parfois non aux autres.  Mais n’est-ce pas une forme de respect et d’amour que d’être vrai et authentique ?
N’est-ce pas aimant de dire non à l’autre parce que sinon ce serait se forcer, être faux, faire semblant et jouer un rôle ?
Parce que l’autre en réalité a besoin de quoi : d’amour, de disponibilité, d’écoute, de reconnaissance, non ?
Mais si l’on n’est pas soi, si l’on fait semblant, si l’on écoute qu’à demi-mots, est-on vraiment dans l’amour ? Si l’on est présent physiquement mais pas psychiquement ?
Est-ce juste pour lui et pour soi ?

Non, c’est injuste, cela n’aide personne sur le long terme, juste à pourrir la relation de timbres toxiques.
J’ai essayé mais ça ne marche pas pour moi. J’ai vraiment essayé mais cela me fait du mal de donner sans m’aimer moi.

Parce que j’avais le sentiment de ne pas être vraiment moi.
Parce que j’avais l’impression que je m’oubliais pour que les autres existent.
Parce que j’avais besoin de ne pas écouter ma propre souffrance, c’est tellement plus simple, plus facile mais plus lâche. J’en suis complètement responsable, j’en avais besoin moi.
Ce sont mes propres ressentis, d’autres verront sûrement autrement.
Dans la conscience collective, être égoïste c’est mal vu, mal perçu. Il vaut mieux être généreux, ça fait mieux, moins tâche.

Ce que je crois en réalité, c’est que l’on ne peut être réellement généreux que si l’on est égoïste avec soi. C’est un brin tordu mon raisonnement. Mais peu importe. Ce que je crois vraiment c’est que pour aimer les autres pour ce qu’ils sont, en entier, il est vital de s’aimer soi en entier.
On ne doit pas être là pour les autres, on ne doit pas les aimer plus que soi, on ne doit pas se sacrifier pour eux. Non c’est malsain, c’est ne rendre service à personne.
Ce dont je suis convaincue, c’est que nous sommes tous ensemble, on n’est pas là les uns avec les autres, comme une équipe, nous sommes liés mais pas attachés.

Bref, pour moi être égoïste c’est s’aimer soi, pour être avec les autres pour de vrai, et non pour de faux.
Etre égoïste, c’est se donner de l’amour pour vivre avec les autres sans leur faire porter le poids de l’amour.
Etre égoïste c’est se respecter et permettre aux autres de se respecter eux-mêmes.
Etre égoïste, c’est savoir ce que l’on veut pour soi, c’est décider de sa vie, de ce que l’on veut en faire, de ce que l’on veut être.
Etre égoïste, c’est se dire que chacun à sa propre vie, que chacun est responsable de sa vie, que chacun fait ses propres choix.
Etre égoïste c’est vivre sa vie.

Mais ne faites pas l’amalgame, être égoïste c’est « être moi », être soi-même, cela ne veut pas dire ne pas aimer les autres, cela ne veut pas dire que l’on rejette les autres, cela ne veut pas non plus dire que l’on vaut mieux que les autres, et encore moins que les autres ne sont rien.
Non être soi-même, c’est se reconnaître en tant que personne vivant sur cette terre. C’est reconnaître ses désirs, ses besoins, c’est se dire oui et savoir dire non aux autres quand cela est nécessaire.

En quoi est-ce mal que de vouloir le meilleur pour soi et de donner le meilleur pour les autres ?

Lien permanent Catégories : Shake les mots d'Emilie Daffis [contribution]. 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.