Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Yoh en entrevue.

    Pour finir cette semaine liée à la culture "street" après Thurb, je viens à la découverte d'un artiste, Yoh, passionné par la création, la musique et les arts. Focus autour de son univers, de son collectif, de son parcours qui l'ammène aujourd'hui à se définir comme un graphiste/illustrateur. Entrevue avec le Caennais Yoh. [portfolio] [instagram] [facebook]

     

    yoh,entrevue,artiste,graphiste,culture street,street,design,tatouage,292 connexion,aëroz,yoh,thurb,spray,rap,art,cyril balayn,flolou,leshaker,culture,Comment définir en quelques lignes l’artiste que tu es Yoh ?

    Ah ! Première colle haha ! Je pense être quelqu’un de curieux, perfectionniste et insatisfait : je suis toujours ouvert à de nouveaux projets, je peux passer 20 minutes sur le même trait juste pour qu’il est la même épaisseur partout, je vais être content de mon travail une fois terminé puis après quelques heures je me dis que je suis capable de faire mieux alors je commence autre chose !

    Je suis plutôt éparpillé en fait haha ! J’ai toujours 3 ou 4 projets en cours. Ce n’est pas le meilleur moyen pour s’y retrouver dans son travail, mais ça me permet de faire les choses plus ou moins sous pression et c’est dans ces moments-là que je pense pouvoir donner le meilleurs de moi-même.

    Je suis passionné par tout ce qui touche de près ou de loin la culture urbaine, plus précisément la culture hiphop.

    Ton parcours au sein d’une école d’art est-il un élément capital pour le graphiste/illustrateur que tu es ?

    Totalement ! Il n’y a pas longtemps je suis retombé sur quelques petits dessins que j’avais fait au lycée, c’est juste incomparable. J’ai pu apprendre les bases du dessin ainsi que différentes techniques. C’est important pour pouvoir trouver son style, connaître ses limites et surtout être capable de dessiner ce qu’on voit aux bonnes dimensions. Ça m’a permis de développer un peu plus mon imagination, de voir plus loin que ce que je connaissais déjà. Je pense sincèrement que si on ne passe pas par une école d’art ou si on ne s’exerce pas soit même tous les jours, il est difficile de percer dans le métier, sachant que c’est déjà assez compliqué de faire sa place quand on a justement fait des études pour.

    Au-delà du dessin, ça m’a également permis de faire des rencontres importantes qui m’ont forcément influencé dans mon travail, que ce soit mes profs, mon directeur, mes potes, tous m’ont apporté quelque chose. Et puis c’est dans cette école que j’ai rencontrée Aëroz, avec qui j’ai créé un collectif, bref que du + !

    yoh,entrevue,artiste,graphiste,culture street,street,design,tatouage,292 connexion,aëroz,yoh,thurb,spray,rap,art,cyril balayn,flolou,leshaker,culture,Tu bosses beaucoup dans l’univers musical en composant des pochettes d’album, comment naissent les collaborations et les orientations de tes travaux ?

    Ça a commencé avec un groupe de rap français « le Trio du Jour », j’avais fait le cover du premier projet d’un des membres (Hash24), puis ensuite le cover du projet du Trio du Jour. C’est grâce à eux que mon blase a circulé, j’ai été contacté par Maxwell avec qui je continue de bosser, c’est avec son projet « Tu veux le M.A.X vol2 » que l’on m’a pris un peu plus au sérieux. Depuis on me contacte de temps en temps et c’est Hash24 qui dernièrement m’a fait rencontrer les artistes de la 75ème Session et par conséquent, qui m’a fait bosser avec eux. J’ai pu réaliser divers logos, illustrations etc.

    Pour les projets musicaux sur lesquels j’ai participé, c’est simple, ça a toujours plus ou moins commencé par « yo ! je veux ça, tu sais faire ? », après c’est surtout de l’échange, j’essaye d’en savoir un maximum sur les attentes de l’artistes pour m’approcher le plus possible de son idée. Mais ça ne se limite pas qu’a une réalisation, mon but est aussi de pouvoir le conseiller.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 0 commentaire
  • Thurb en entrevue.

    Cet artiste que je viens de rencontrer à 16 ans. C'est un graffeur, un passionné. J'ai découvert Thurb via Instagram et j'ai fini par apprendre qui est Caennais. Il bosse comme un pro, il aime ce qu'il fait, il aime la culture "street" le rap, le gaffiti et le skate. Focus autour de ce jeune homme. Thurb en entrevue [facebook] [site] [instagram]

     

    thurb,graffeur,graphiste,graffe,artiste,dessinateur,caen,caennais,ville de caen,entrevue,leshaker,spay,street,culture,graffiti,skate,rue,flolou,cyril balayn,sreet art,culture street,art,sprayThurb, tu es graphiste, dessinateur, artiste, comment te définir en une présentation rapide ?

    Ce serait difficile pour moi de me donner une qualification étant donné que je ne suis encore qu'au lycée et je pratique cette activité en tant que passion et non en tant que métier ! Je laisse le public me définir. Je suis passionné par tout ce qui touche de près ou de loin à la culture « street » (rap, graffiti ,skate .) donc c’est depuis maintenant 4 ans que j'ai commencé à dessiner plus sérieusement.

    Pourquoi ce pseudo ?

    Je ne pourrais pas dire d'où vient ce blaze, il n'y a pas vraiment d'histoire.  Je l'ai inventé il y a un an et demi car j'en cherchais un nouveau ! Et au final je ne suis pas mécontent de ce pseudo.

    Tu es jeune et tu fais du graff quelle est ta position concernant cette activité, t’arrives-t-il de graffer sur Caen ?

    Oui en effet, j'ai commencé il y a déjà une ou deux années. Mais je ne m'y suis mis sérieusement il n'y a pas longtemps. J'ai commencé à rencontrer des graffeurs de Caen et de fil en aiguille je posais avec eux le week-end ou pendant les vacances. J'ai réalisé déjà plusieurs fresques à l'université de Caen (notamment pour Noël). J'aime vraiment que ce soit des sessions posées avec des potes sans avoir à se dépêcher. Mais cependant Il y a des choses que je garderais secrètes haha.

    Tu te diversifies aussi dans le graphisme sur textile (tee-shirts etc…) ou l’on peut porter sur toi tes œuvres, une suite logique de ton travail ?

    Non pas forcément mais c'est vrai que je voulais depuis un moment imprimer et porter mes propres t-shirts. Mais je ne m'imaginais pas tenir un shop en ligne un jour. Mais comme je l'ai dit dans ma FAQ, je ne prétends pas avoir une "marque". Ma boutique est juste faite pour partager mes dessins sur textile ! Je ne veux pas que ça devienne une marque, j'ai plus envie de me concentrer sur le dessin et l'art en général. J'ai aucune envie que ma marque prenne le dessus sur mon travail. (Comme ça a pu arriver à Shepard Fairey avec OBEY). Mais cela n'empêche pas que je sois super heureux de vous voir avec vos t-shirts, et de m'occuper à fond de ma boutique !

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 0 commentaire
  • Définitions #115

    fuck,enculé,batard,solitude,fuck off,leshaker,flolou,cyril balayn,se faire foutre,connard,définitions,mise au point,doigt d'honneur,Comme une envie de tuer : Oui je t’emmerde toi. Tu te reconnaîtras. Je t’emmerde car je suis droit dans mes pompes. Les failles et les faiblesses me composent mais je déteste qu’on m’utilise. Alors oui je t’emmerde. Un jour tu comprendras mais il sera trop tard. Pauvre con ou pauvre conne (ça c’est pour brouiller les pistes).

    Evidence : Enfin un projet avec des gens dedans et des envies dans la tête. Donner un angle différent aux textes d’une blogueuse que j’affectionne particulièrement est comme une évidence pour moi. Je ne sais pas ce qu’il sortira de ce projet, mais peu importe c’est l’envie et le désir qui prime. Bientôt. #ladyblogue

    Cette solitude : Je partage des discussions très intéressante avec un ami qui souffre de ce mal. Cette véritable solitude ou tu n’as plus de contact, rien, ou t’as juste toi pour répondre à tes questions. Pour l’en sortir je me demande si nous ne devrions pas en faire un spectacle. Une histoire. Un bout de vie sur scène. En cours.

    Bah bravo : Se faire engueuler par sa mère pour cause de maquillage aggravé. Check. Bientôt 13. #mafille

    Young : Depuis que je vis dans ma ville natale je retrouve des gens, mes amis, ma jeunesse. En nous racontant nos histoires et nos souvenirs y’a du « jadis » dedans et pourtant au final on est toujours aussi jeune et plus encore qu’hier.

    Une petite Cup ? : Je voulais vous remercier pour les lectures nombreuses de la contribution de Coline Kifouine. Elle m’a dit que je lui avais redonné le goût de l’écriture et j’en suis touché. Une première contribution qui je l’espère ne sera pas la dernière.

    Une fée :  Elle est bien là et au-dessus de moi. Reste.

    [crédit photo Kenno Punder]

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 2 commentaires
  • Vous n'avez aucun message.

    connection,solitude,seul,message,portable,jadis,connecté,vintage,humeur,seul,seul au monde,flolou,leshaker,cyril balayn,Le bouton rouge du répondeur qui clignote. Tu sais cet instant magique ou en rentrant chez toi tu vas découvrir si une personne pense à toi ou a cherché à te contacter. Bon pour connaître ça il faut être un peu vieux comme moi ou pas tout jeune, ou sur un début de fin, enfin entre deux âges. C’est la première chose que tu regardais en rentrant chez toi, tu t’en faisais une joie, les plaisirs les meilleurs sont aussi les plus simples. Il pouvait y avoir de la déception en écoutant le bip bip du rien du tout, ou un message à la con.

    En cette période il existait un espace-temps ou tu pouvais te demander que quelqu’un, quelque part, pouvait tenter de te joindre ou le désirait. Tu n’étais pas dans la même notion d’attente du message, il y avait un moment où personne ne pouvait te contacter

    Nos connections servent à cela. A nous rendre compte de notre solitude quand rien ne sonne. Une nouvelle fois nous avons matérialisé ce que nous pouvions soupçonner avant.

    [crédit photo Bruno Birkhofer]

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 2 commentaires
  • Une Cup pour le nouvel an ?

    [Coline Kifouine]

     

    les princesses,cup,règle,menstruation,sang,tampon,cup,la cup,fille,femme,cycle,coline kifouine,leshaker,flolou,cyril balayn,contribution,la cup,Tu ne m’attendais plus et pourtant me voilà. Oui tu sais bien je suis toujours là où on ne s’y attend pas. Alors toi tu rigoles déjà parce que tu sais qui je suis mais les autres sont déjà en train de pédaler dans le potage. Enfin…

    Nouvel An, voilà une bonne occasion pour s’offrir une petite coupe. Ouep ! Une petite ! Non parce que tu vois, ce qu’on me dit souvent avant de me connaître, tu sais, ceux qui jugent seulement sur l’apparence… et bien ce qu’on me dit souvent c’est que je suis énorme. Enorme… Te rends tu comptes ? Je ne comprends pas bien, je suis pourtant toute petite… et bien plus petite que ce qui les effraie beaucoup moins d’habitude. Ils sont drôle les gens. Et surtout les hommes bizarrement. Oui ça c’est vraiment bizarre… Ou peut-être que je suis en plein complexe d’infériorité et lorsque je me compare je me trouve toute petite alors que… pas du tout. Tu sauras peut être mieux me dire Toi… tu auras une vision juste des choses.

    Laisse moi d’abord me présenter… A l’époque, quand j’étais encore anonyme… j’étais transparente. Basique. Simple et sans chichi. On m’aimait comme ça après tout. Je suis utile alors mon côté fashion… ça restait du détail. D’ailleurs je me demande encore maintenant quel est l’intérêt à me déguiser… Mystère. Je ne suis portant pas de celles qu’on expose. M’enfin tu sais bien, les filles et les paillettes... Et puis tu sais bien comment c’est, il a fallu se moderniser. Je me suis colorée, j’ai eu quelques variations de forme, de taille pour que je puisse m’adapter à tous les âges et être confortablement installée incognito sans gêner personne. J’aime la discrétion. Parce que chez mes copines, y a toujours un truc qui se voit. Moi j’arrive à me faire oublier. Complètement. Ou presque. On pense à moi quand même 2 fois par jour. Sous la douche en général, c’est là que je préfère sortir en toute discrétion et sans déranger personne. Enfin j’attends sagement qu’on m’y invite. Et quand on ne m’y invite pas… je ne suis vraiment pas chiante… je peux absolument tout faire ! Tout ! Et personne ne sait que je suis là ! C’est mon côté ultra malin.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les princesses [contribution]. 2 commentaires