Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Shake les entrevues. - Page 3

  • Ladyblogue en entrevue.

    Elle m'a remercié pour cette entrevue j'ai répondu en lui disant que c'était une évidence pour moi que de faire un focus sur son blog. Nous avons tous des blogs que nous suivons depuis un moment, c'est le cas pour moi avec ce dernier. J'aime son univers, son graphisme, l'esthétisme qui en transpire, Ladyblogue « l’éphémère en continu » c’est maintenant en entrevue.

     

    ladyblogue,alter ego,entrevue,interview,cyril balayn,le shaker de cyril,parler de moi,focus,l'éphémère en continu,graphisme,esthétismeTon blog est très graphique, il s’en dégage un certain esthétisme et une certaine sensualité. As-tu conscience ce qu’il dégage et de l’impact sur les lecteurs ?

    C’est vrai que j’accorde une place très importante au côté graphique de mon blog. C’est capital pour moi. Je passe parfois (souvent) plus de temps à chercher la photo pour illustrer le billet que d’écrire le billet en lui-même. Les billets sont écrits rapidement, « automatiquement », sans retouche si ce n’est orthographique.

    J’espère que mon blog dégage un univers harmonieux, tantôt étonnant, tantôt poétique, tantôt amusant, tantôt provocateur. Ensuite, l’impact sur les lecteurs… Difficile à dire. Disons que j’espère que ca leur donne envie de revenir découvrir des choses.

    Tu blog depuis quelques années, c’est un véritable exercice que de te tenir le rythme, comment fais-tu le choix des notes ?

    Je blogue depuis maintenant plus de 7 ans. Presque 2000 notes ont été publiées. Souvent on me pose cette question « comment fais-tu pour écrire si souvent ? Pour trouver les sujets ? ». En fait, Ladyblogue est un espace très spontané, sans calcul. Une émotion, une actu entendue à la radio, une photo dénichée dans un magazine, un regard dans la rue, une musique, une discussion… tout peut devenir sujet tant qu’il me touche. Il n’y a pas de choix de notes, les notes viennent à moi.

    Pour revenir sur ma première question penses-tu que ton travail dans la publicité, la communication, joue un rôle important (conscient ou inconscient) sur l’aspect visuel de ton blog ?

    C’est vrai que la photo, les couleurs, le design, la typo sont mon quotidien. D’où ma présence un peu partout sur les réseaux sociaux notamment là où l’on peut diffuser de l’image (instagram, pinterest...). L’image, le « visuel » est mon univers, fait partie de ma sensibilité.


    ladyblogue,alter ego,entrevue,interview,cyril balayn,le shaker de cyril,parler de moi,focus,l'éphémère en continu,graphisme,esthétismeTu as un second blog « Alter Ego » ou les mots sont importants. C’est un prolongement obligé de « ladyblogue », de toi et de ta passion des mots et des livres ?

    J’ai créé Alter Ego quelques années après Ladyblogue. Autant Ladyblogue est un espace irréfléchi, autant Alter Ego est pensé, pesé, calculé. Les mots sont choisis, réfléchis, écris et réécris. Ces deux univers ne pouvaient pas être communs. Alter Ego est très hermétique, je pense que la plupart ne pige rien du tout ! Mais ici, bizarrement, ce n’est pas cela qui prime. Alter Ego est un cocon beaucoup plus intimiste, presque égoïste. L’inverse de Ladyblogue.

    J’ai 40 ans lundi 25 juin que peux-tu me souhaiter ?

    D’être en accord avec toi-même. De ne pas succomber à la tentation de faire certaines choses au détriment de tes envies à toi. Ne pas tomber dans la frustration personnelle. Hyper difficile.

    Derrière Ladyblogue se cache un prénom, tu as carte blanche pour « ne pas répondre » voir même d’y ajouter trois petits points, le mystère est aussi une chose délicieuse !

    Oui, derrière Ladyblogue se cache un prénom, mais est-ce vraiment important de savoir si je m’appelle Marcelle, Églantine ou Blandine. Je ne pense pas. Je donne beaucoup de moi sur mon blog, sur ma vie, mes aspirations, mes découvertes, mes émotions. Mon prénom n’est qu’un détail de l’histoire…

    Ladyblogue l'éphémère en continu c'est ici.

    Alter Ego

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 0 commentaire
  • Papa Style & Baldas en entrevue.

    Focus sur un groupe de reggae Papa Style & Bladas. Au départ je n'y connaissais rien dans ce courant musical, alors j'ai commencé à préparer cette entrevue et j'ai remarqué très vite que nombreux de mes amies connaissent ce groupe Live. Papa Style Aka Johann est mon interlocuteur, j'ai aimé découvrir cette formation, des gens bien, du plaisir, de la musique, de la passion, des concerts, du live... en un mot c'est Papa Style & Baldas que je vous propose de découvrir avec leur dernier clip en fin de note "La révolte dans la peau". Johann encore merci pour ta disponibilité !

    papa style & baldas,baldas,papa style,danakil,reggae,la révolte dans la peau,clip,concert,x ray productions,cyril balayn,entrevue,le shaker de cyril

    Johann Aka Papa Style tu composes avec Christobal Aka Magic Baldas le groupe « Papa Style & Baldas », peux-tu nous présenter un petit historique de votre groupe, de son courant musical et de l’envie de votre collaboration ?

    Hello Cyril !! Ça fait 9 ans que l’on joue ensemble Baldas et moi, et depuis 9 mois Olive qui participait déjà à nos albums nous a rejoint sur scène. Tout part d’une très bonne entente musicale entre nous deux et d’une forte amitié aussi. On a voulu mettre cela en avant, au départ sans matos ni compo de ouf, mais les gens sentaient déjà cette énergie commune. Notre courant musical et le reggae et les dérivés, on aime passer d’un style de reggae à un autre comme le roots, le ska, le nu-roots ou le dance hall.

    En 2008 vous signez avec X-RAY Productions, qui compte dans ses rangs le groupe Danakil notamment, un grand moment je suppose ?

    Oui ce fut un bon moment pour nous, cela nous a permis de rentrer dans la scène reggae française et notamment de rencontrer la « Familla » Danakil ainsi que d’autres artistes…Mais le meilleur moment à ce niveau-là pour nous c’est notre arrivée cette année dans la team de Music’ Action Prod. Grace à eux nous allons enfin pouvoir nous épanouir totalement en live, le domaine que l’on préfère.

    papa style & baldas,baldas,papa style,danakil,reggae,la révolte dans la peau,clip,concert,x ray productions,cyril balayn,entrevue,le shaker de cyrilJ’ai eu la chance de produire des concerts dans les années 90, nous parvenions à l’époque à sensibiliser les élus ou les responsables des salles à nos projets, c’est plus difficile aujourd’hui d’obtenir satisfaction afin de vous produire le plus possible ?

    Je n’organise pas de concert personnellement mais nous jouons dans un tas de concerts et festivals organisés par des assos, ou des collectifs qui ne peinent pas tant que ça à trouver une salle etc. Par contre depuis quelques années en France la mode est à « la guerre du bruit »,on ne supporte plus la musique en été en place publique une fois par semaine, ou alors un café-concert qui organise un évènement une fois par mois est obligé de fermer sous le poids des plaintes…la France ne supporte plus la joie et l’excitation collective, encore quelques choses que vient de perdre notre pays…

    Le téléchargement à fait mal à la production musicale, les nouveaux médias et les réseaux sociaux permettent un nouveau partage et de diffusion de la musique, ton avis m’intéresse sur le sujet.

    Perso, je passe mon temps sur You tube à écouter et découvrir un tas d’artistes, c’est fantastiques cette accès à la culture mondiale, le téléchargement nous a pas trop gêné pour l’instant, nous sommes avant tout un groupe live et nous vendons pas mal d’albums en fin de concert. Je pense qu’il faut garder la diffusion libre sur internet et peut être contrôler plus le téléchargement…

    Tu travailles en collaboration avec Baldas, comment se font les choix des titres, des sujets abordés dans vos chansons ?

    Tout au feeling, c’est ça qui est énorme chez nous, je pense à un texte ou un « flow » et lui de son côté a composé  un rythme qui correspond cash au truc, c’est ça Papa Style et Baldas !!

    Le quotidien d’un groupe comme le vôtre c’est comment entre les répétitions et les tournées ?

    On bosse le son chacun a la maison, on deconne beaucoup entre nous, on peut se voir pour une soirée, un barbecue rosé, pour ma part je fais beaucoup de sport notamment la boxe anglaise dont je suis fan, Baldas quand à lui est un spécialiste de la NBA le basket américain, quand a Olive il joue dans plusieurs groupe dont Zoreol un combo de musique réunionnaise, son ile d’origine…

    Tribune libre pour cette dernière question, votre nouvel album, vos prochaines tournées, ou trouver vos albums… ?

    JE VEUX UN FEAT AVEC BUSTA RHYMES !!!!!Et on veut des places pour le Madison Square Garden pour aller voire un bon match de basket juste à côté de Spike Lee !! Sinon nos prochains gros rendez-vous sont la fête de la zique au « Bout du monde » à la Rochelle le café-concert incontournable du reggae en France et notre présence début Aout au Reggae Sun Ska, le plus gros festival de reggae en France, nous  ferons aussi la tournée promo du festival une semaine avant. On prépare aussi un nouvel album, mais là on prend notre temps, pour qu’il claque un max !!!!

    Et un gros big up a toutes celles et tous ceux qui viennent de plus en plus nombreux à nos concerts, pour eux je dis YES PAPA !!

    A voir aussi...

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 2 commentaires
  • La collection Yves Dauteuille en entrevue.

    Un jour Yves Dauteuille digne héritier de Jacques Carelman, décide de vendre un tas de vieilleries sur le site leboncoin.fr, sans oublier d’ajouter une touche personnelle dans les annonces, d’envelopper l’objet avec des mots. Il va même plus loin en publiant sur son propre espace. C’est le succès, le buzz. Aujourd’hui il vient nous présenter son recueil, un véritable objet, publié chez Flammarion. Je t’engage vivement à découvrir son site, découvrir cette poésie qui en transpire, et posséder son livre.

    Je tenais à le remercier pour sa gentillesse et sa réactivité pour cette entrevue.

    9782081282056.jpg

    Comment est née cette envie des petites annonces, cette façon décalée de présenter des objets ?

    Sans la moindre préméditation : j’ai réellement eu besoin de vendre un tas de vieilleries qui m’encombraient, en commençant par un banal  fauteuil Ikea (tous mes amis avaient le même quand j’étais jeune). J’ai fait « un pas de côté » dans la rédaction de cette annonce, puis dans les trois ou quatre suivantes. Devant les messages d’encouragement, provenant des acheteurs mais surtout des lecteurs de ces petits « sketches », j’ai poursuivi mon vide-grenier en le transformant, au fil du temps, en exercice d’écriture.

    Il se dégage une certaine poésie dans les textes qui accompagnent la description des objets, comment se fait le choix du produit, à l’instinct ou avec une grande réflexion ?

    Au départ, il n’y avait aucun « choix », puisque je me contentais de décrire les objets au fur et à mesure que je les exhumais de ma cave. Mais je dois avouer que des amis m’ont aussi confié des « pièces de collection » à vendre, comme un steppeur, des chaussures taille 48, une table à langer… Quant à la poésie, ce n’est pas à moi d’en juger. Je crois qu’elle naît d’une « lecture différente » du quotidien. Si par exemple j’observe qu’un classeur à archives comporte un trou, j’y vois un passage pour les souris, afin de détruire les factures indésirables.

    Plus l’objet est banal, insignifiant, plus les mots peuvent venir à son secours pour lui donner une chance d’exister autrement.

    Dans un autre genre, Carelman avait créé un magnifique « catalogue des objets introuvables ». Mes objets à moi sont « trouvables », mais sont livrés dans un emballage verbal.

    Tu as connu un vif succès sur le net, est-il possible de s’attendre à un tel succès ?

    Le « buzz » sur internet est par nature imprévisible, sauf si l’on diffuse par exemple la seule vidéo de Bernard-Henri Lévy faisant du monocycle. De plus, ce n’est pas une fin en soi. J’y ai surtout vu l’occasion de correspondre avec des milliers de personnes partageant une même forme d’humour et un certain goût pour les mots.

    Tu publies aujourd’hui chez Flammarion  « la collection » un recueil de tes publications. C’était une envie particulière, comment est né ce projet ? Les lecteurs vont-ils trouver des inédits ?

    C’est à travers les annonces que j’ai eu la chance d’être contacté par une professionnelle de l’édition, Fabienne, qui m’a encouragé à publier et m’a permis de rencontrer un agent littéraire (Anna), puis Flammarion. Sans ces deux personnes formidables, je ne serai jamais allé au bout du projet. Le recueil comporte effectivement des annonces inédites …dont celles du livre lui-même. On y trouve aussi des annonces disparues de la toile, car publiées au début de l’histoire. Je remercie d’ailleurs les responsables du site Leboncoin.fr, qui ont accueilli avec bienveillance mes divagations sur leur site.

    Pour moi, la publication est « la cerise sur le gâteau », surtout chez un éditeur de cette qualité. Mais j’y vois surtout l’occasion d’écrire d’autres choses, car je ne peux pas passer ma vie à vendre mon grenier !

    Petit exercice de style pour mieux te découvrir, façon « Les annonces d’Yves Dauteuille », à toi de te décrire, il est comment et il fait quoi Yves en dehors d’avoir eu une très belle idée et d’en éditer aujourd’hui un recueil ?

    Il chausse du 42, mesure 1,69 m, a une capacité pulmonaire lui permettant de souffler une bonne cinquantaine de bougies à son anniversaire, et travaille dans une agence de communication.

    Il vit heureux auprès de sa compagne dans un grand château T3 et se promène avec elle dans les montagnes, parmi les chamois joyeux et les marmottes espiègles. Il n’a pas beaucoup d’enfants, mais une fille super rigolote qui s’appelle Juliette et chausse du 39.

    Où se procurer le bouquin, des dédicaces etc… ?

    Rien de plus simple : en librairie ! Ou, si votre libraire est vraiment désagréable (ça m’étonnerait), sur les sites de vente en ligne comme Amazon, Fnac.com, Decitre…etc.

    Pour les dédicaces :  Le 9 juin à la librairie Birmann de Thonon (17 h) et peut-être en août sur une plage de l’Ile de Houat (Morbihan), s'il n'y a pas trop de vent.

    La collection

    Yves Dauteuille

    96p. 12€ Flammarion.

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 2 commentaires
  • L'héritière.

    Emmanuelle dirige une troupe de théâtre, elle présente ce samedi une pièce intitulée "L'héritière" si vous ête de passage sur Caen, n'hésitez pas c'est l'occasion d'y passer un agréable moment et de découvrir le théâtre, les acteurs et la fameuse histoire de cette héritière. je ne pourrais m'y rendre malheureusement mais "L"héritière" c'est samedi 26 mai à 20h30 à la maison de quartier de venoix 14000 caen.

     


    l'héritière,maison de quartier de venoix,caen,pièce de théâtre,richard rault,emmanuelle rault vonthron,cyril balayn,leshaker,le shaker de cyril,l'héritière,etats unis,faune parisienne1/Emmanuelle focus sur ta pièce de théâtre que tu présenteras d’ici quelques jours. Tu diriges la troupe « poivre et sel » peux-tu nous présenter cette troupe et nous présenter la pièce.

    La troupe « poivre et sel » existe depuis 6 ans et il y règne une ambiance tout à fait particulière, les adultes qui la compose viennent pour décompresser et rire ! Travailler aussi bien entendu mais le plus important c’est de passer un bon moment ensemble ! La pièce « l’héritière » a été la première que j’ai écrite seule après le départ de ma coscénariste et des modifications y ont été apporté par Richard mon coscénariste actuel (qui est aussi metteur en scène de cette pièce ci)

    C’est une histoire d’amour contrarié sous fond de vie de bistrot parisien avec la faune qui la compose… mais c’est aussi une histoire policière car on recherche l’héritière de la plus grosse fortune des États unis !!

    2/ Les acteurs de cette troupe sont-ils les mêmes chaque année, et devoir gérer une troupe est-ce un exercice compliqué ?

    Les acteurs sont en grande partie les mêmes qu’au début, sont venus se rajouter quelques acteurs de la troupe « voyelle et consonne » des irréductible du théâtre à qui les séances du vendredi ne suffise plus et exceptionnellement cette année moi-même !

    Diriger une troupe est toujours un peu compliqué il faut s’adapter à chaque public (j’entends les enfants les ados, les adultes) l’ambiance et la manière de mettre en scène est très différente d’un groupe à l’autre ! Mais cela procure le même plaisir !

    3/ Cette pièce est écrite depuis quelques années, une motivation particulière pour la présenter seulement ?

    Avec Richard on avait envie de dépoussiérer cette pièce qui n’a été joué qu’une fois et qui mérité une deuxième lecture, et puis elle collait parfaitement aux acteurs de cette troupe !

    4/ Au-delà de cette présentation unique allez-vous présenter dans une autre salle ou auprès des festivals ?

    Non malheureusement cette représentation restera unique nous n’avons pas de projets de festivals pour le moment ! Mais qui sait peut être plus tard

    5/ Tu dois piocher dans le texte de la pièce avec un copié-collé pour nous donner l’envie de venir la découvrir.

    "Pierrette : Oh, dites ! Écoutez ça : Brett Wilde, le magnat de la presse américaine, vient de mourir.

    Betty fait tomber son plateau.

    Paul : Et bien, Betty, ça ne va pas ?

    Betty : Si, si, ça va.

    Pierrette : Il a une fortune estimée à 50 M de dollars !

    Simone : Et il a des héritiers ?

    Pierrette : Justement, figurez-vous qu’il a une fille qui a disparue depuis 5 ans. Ils la recherchent actuellement… Je ne vous dis pas le pactole pour l’héritière."

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 0 commentaire
  • Rythme scolaire, et demain ?

    Focus autour du rythme scolaire et de la récente annonce du nouveau ministre Vincent Peillon soucieux de vouloir modifier la semaine des 4 jours pour les primaires et maternelles. Une annonce hasardeuse, une déferlente sur le net, afin de faire le point voici une entrevue avec Wilfried, que je viens de rencontrer, Community Manager sur des sites et forums éducatifs. (un merci à Ophélie Lacourt pour la prise de contact avec Wilfried)


    photo.jpg1/ Wilfried tu connais très bien les médias et les réseaux sociaux, suite à l’annonce  de Vincent Peillon as-tu été surpris de la forte prise de position des parents sur l’internet ?

    Pas  du tout, les tentatives de réformes des rythmes scolaires ont toujours été houleuses et plus particulièrement quand elles remettent en cause l’organisation de la famille. Cette réforme va impliquer la majorité des Français. Il est certain que chaque situation familiale va faire l’objet d’une réflexion : le budget de la garderie, les activités extra-scolaires, le transport, une nouvelle gestion de son temps de travail (la fin du travail à 80 % pour les mamans).

    2/ Peut-on parler d’une faute de communication de la part du ministre ?

    Je pense que Vincent Peillon a confondu le temps médiatique d’une campagne présidentielle à celui d’un premier ministre.  Annoncer une réforme le jour de sa prise de fonction qui aura un impact sur l’organisation de la  famille, le financement des collectivités territoriales et peut-être même sur le tourisme du week-end reflète un discours post campagne présidentielle. La réforme de l’éducation nationale est l’une des priorités des promesses de François Hollande  et Vincent Peillon a peut-être pensé que cette réforme lui était déjà acquise. Un projet de cette ampleur demande du temps, de la réflexion et de la concertation même si de nombreuses concertations avec les syndicats et les associations avaient déjà eu lieu pendant la campagne présidentielle.

    3/ J’ai rencontré un professeur des écoles dernièrement qui me dit que le rythme scolaire c’est surtout d’ouvrir des classes afin de diminuer le nombre d’éleves par classe ?

    Il semblerait que tout le monde s’accorde pour affirmer que les enfants sont surchargés par le rythme du travail, des journées trop longues avec des semaines courtes place la France ayant l’année scolaire la plus courte des pays européens. Ouvrir des classes pour diminuer le nombre d’élèves ne supprimera pas le rythme du travail et cela impactera des dépenses budgétaires supplémentaires. Reste à savoir comment ils vont financer les 60 000 postes.  L’idée d’étaler la semaine de quatre jours sur cinq est intéressante à condition de changer le calendrier des vacances scolaires. Il faut aussi redéfinir le rôle de l’école. Il serait intéressant de remettre en cause le système de notation et de l’évaluation fondée sur la comparaison et non des objectifs. La priorité doit être mise peut-être sur la compétence et non sur le savoir précis. L’exemple de la Finlande est intéressante : absence d’évaluation entre établissements et d’examens nationaux, une meilleure formation des enseignants et une continuité du programme scalaire entre les primaires et le secondaire.

    ecole_9.jpg4/ Aujourd’hui la vie des gens a changé, le travail le samedi de plus en plus répandu, les parents séparés, est-il logique et concevable d’appliquer de nouveau la reprise des cours le samedi matin ?

    Le samedi risque de ressembler aux autres jours de la semaine. Pour le père divorcé, il verra son week-end amputer d’une demi-journée en plus du vendredi soir.

    5/ Est-il pertinent de penser que l’impact sur les réseaux sociaux  est pris en considération par les politiques ?

    Les réseaux sociaux peuvent permettre de mieux connaître le comportement de français, de sonder leurs aspirations grâce à des agences de veille et ainsi mieux affiner des projets sensibles. Je ne dis pas que la polémique a été provoquée dans ce but mais c’est une opportunité à saisir afin de dégager les différents profils des internautes et de leurs aspirations. Mon activité est justement de permettre de cibler les besoins d’une entreprise, de gérer sa  communication et d’affiner les besoins auprès des réseaux sociaux.  Je pense que les politiciens viennent de comprendre qu’il ne faut pas négliger les réseaux sociaux et qu’ils représentent une véritable stratégie de communication.

    6/ Je suis absolument contre la reprise des cours le samedi matin, cela aura un impact important dans mon cadre de vie de papa solo, le bonheur du vendredi soir sans se presser et ne pas avoir à gérer le quotidien du matin. Ton opinion personnelle m’intéresse.

    Il est certain que pour les couples divorcés, la garde alternée va poser de sérieux problèmes et notamment pour les pères. La distance géographique, le temps de transport et le lever tôt des enfants ne permettra pas de récupérer la fatigue accumulée de la semaine. Je me demande si ce changement de rythme ne va pas encore dévaloriser la place du père dans la société. Les pères ressentent généralement une certaine frustration de ne pas obtenir la garde de l’enfant, de subir les préjugés par les professionnelles de la petite enfance et de l’entourage de la famille. Malheureusement, cette nouvelle organisation risque d’isoler un peu plus la place du père dans la famille.

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 7 commentaires
  • Le Shaker en entrevue.

    entrevue,mimilie,emilie daffis,la parentalité,la maison de mimilie,les regars sur les pères célibataires,le shaker de cyrilDepuis mon article chez Amstramgram, je suis sollicité par des blogueuses pour parler de la séparation, de la parentalité, mais du côté des papas. Un engouement surprenant je dois l'avouer mais qui s'explique. Tout simplement les papas prennent rarement la parole, et surtout ils ne disposent pas d'une tribune pour parler du quotiden, de la précarité, des difficultés, et des joies aussi.

    Emilie, rédactrice web et responsable du blog "la Maison de Mimilie" m'a demandé de participer à une petite entrevue. J'ai accepté après avoir passé du temps sur son site. J'aime ses idées, son style et sa façon developper ses articles. Sans parler de la joliesse d'Emile (ça c'est dit), bon bref je ne pouvais pas refuser.

    Voici donc l'article sur "Les regards portés sur les pères célibataires" que je te propose de découvrir. Un article suivi de mon entrevue "Entrevue avec Cyril, papa célibataire".

    Un grand merci à Emilie de m'offrir de nouveau cette tribune, et un message perso pour un pote à moi qui souhaite developper un blog pour les papas... y'a faire, lance toi, moi j'ai pas le temps, mais y'a faire !.

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues., Shake mes découvertes. 6 commentaires
  • Les papas prennent la parole.

    Il est rare que je vienne parler de moi au travers de ce blog. Dernièrement Mistinguett du blog Amstramgram m'a demandé de venir participer a sa rubrique "les papas prennent la parole". J'ai trouvé son idée novatrice, d'autant que son blog est un espace de maman, qui parle de maman et destiné en priorité aux mamans... y'a aussi de la présence masculine j'en suis la preuve. Cette dernière m'a transmis plusieurs thèmes et j'ai décidé de parler des "papas célibataires", un sujet que je connais bien. Voici ma contribution, je vous invite aussi à lire les commentaires en bas de note sur la page d'Amstramgram. Une dernière fois je profite de la remercier car... les papas n'ont pas suffisament la parole...pas toujours.

    mistinguett,les papas prennent la parole,papa célibataire,papa solo,séparation,mini miss,mistinguett,le sahaker de cyril

    Avant de commencer cette note il faut lancer un énorme pavé dans la mare. Être un papa célibataire même en 2011 c'est loin d'être évident, et on est loin du fantasme de l'homme seul qui va pouvoir jouir de la vie... et de ses conquêtes. Être un papa célibataire c'est au départ une rupture, un choix, dans le meilleur des cas des deux côtés. C'est très rapidement une nouvelle vie, un nouveau départ, des bases différentes, un comportement différent avec son ou ses enfants. C'est aussi la peur, le doute de ne plus avoir son être cher, son enfant près de son coeur, une crainte qui une nouvelle fois dans le meilleur des cas va se dissiper très vite.

    En effet il faut avancer, évoluer, se battre aussi, trouver un nouveau chemin, et étrangement les enfants dans les moments difficiles vous donnent des ailes et de l'energie. Très rapidement les bases reviennent, on devient un papa en pointillé (mais jamais dans le coeur), elle devient aussi une maman en pointillée... oui car aujourd'hui en grande partie les papas (et j'ai conscience que ce n'est pas toujours le cas) prennent une part importante dans la vie de l'enfant, c'est mon cas, je suis impliqué, je suis habitué à m'occuper de ma fille, dès son plus jeune âge, me retrouver seul pour m'occuper d'elle n'a jamais étais une crainte. Les papas nouvelles générations c'est aussi ça, j'en connais pas mal.

    L'autre côté du miroir c'est sa propre vie. Certains qui me liront ne seront pas forcement d'accord et j'ai conscience de ne parler que de mon cas, mais la reconstruction d'un homme qui s'occupe de ses enfants pour refaire sa vie intime n'est pas si simple et si aisé que cela. J'ai toujours étais surpris que l'on me demande une fois connaissant ma séparation « ah bah tu as ta fille tous les 15 jours ! »... non je n'ai pas ma fille tous les 15 jours, non je ne veux pas de cette vie là, non je veux ma fille autant que sa maman, et l'harmonie opère. J'ai conscience que je peux le faire, j'ai conscience d'avoir la chance de bien m'entendre avec la maman, ce sont deux composantes importantes.

    Pourtant comme je disais precedement, c'est pas facile d'être un homme impliqué, pas facile d'avoir du temps a offrir à l'autre, car dans une forme d'inconscient un papa c'est tous les 15 jours.... même en 2011.

    En conclusion ma rupture était un choix des deux côtés, j'ai conscience et la franchise de dire que c'est aussi un échec car une rupture est un échec, mais le plus important c'est de vivre en harmonie avec ses choix. Au point culminant de ma rupture (tu sais le moment ou tu vas mal !) je me suis pris une claque par ma fille en une seule phrase, en lui demandant si notre séparation ne lui faisait pas trop peur « bah tu sais papa le plus important c'est que tu sois bien »... je vous laisse cette phrase en méditation mais je sais d'avance qu'elle avait tout compris.

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues., Shake mes découvertes. 6 commentaires
  • Miniq et Marsupio.

    On pourrait le croire mais ce n'est pas une note sponsorisée. C'est juste une rencontre. C'est juste l'envie pour moi de m'interesser à une personne qui developpe son entreprise, avec les reussites et les difficultés, et c'est juste l'envie pour moi de vous faire découvrir Cathy et sa boutique...

    miniq et marsupio,le shaker de cyril,coupellle,tampon,cathy colin,coline kifouine,milf,coupelle menstruelle

     

    1/ Cathy parle nous de ta boutique. Elle s'adresse à qui et on y trouve quoi ?

     Ma boutique s'adresse plus particulièrement aux futurs et jeunes parents, sensibles à l'environnement et aux produits naturels. On y trouve tout ce qui concerne le maternage, la puériculture naturelle (couches lavables, lingettes lavables, écharpes de portage et porte-bébés physiologiques, chaussons en cuir souple, baignoire shantala, etc etc... ) et aussi tout pour la future et jeune maman (tout pour l'allaitement, intimité naturelle, etc...)

    2/ cette volonté de t'orienter vers le "bio" vers le "recyclable" t'es venue comment ?

    A la naissance de mon premier bébé, comme de nombreux parents j'ai acheté "tout le nécessaire" soit disant vital... et je me suis vite rendue compte qu'au final on n'avait pas besoin de tout ça et que tout était fait pour faire consommer les gens... J'ai commencé les couches lavables car je voulais éviter les produits chimiques sur les fesses de mon bébé. On a essayé et on a adopté le système qui n'est pas contraignant, rien à voir avec les langes de nos grand-mères! Et niveau déchets cela représente quand même 1 tonnes 1/2 de déchets en moins par bébé... 800 000 naissances par an cela n'est pas négligeable. Et les économies? 800 à 1000€ pour le premier bébé... (eau, électricité, lessive compris)

    3/ Au départ cette boutique c'est un site internet. Une raison particulière d'avoir envie d'un magasin physique ?

    J'ai commencé sur internet pour pouvoir "tester" le terrain avant d'investir un budget plus conséquent. Et puis au fur et à mesure le site a grandi et mon salon s'est rempli! La boutique est devenue nécessaire, la décision s'est prise en 24h lorsqu'un local juste en face de l'école s'est libéré! Et puis je souhaitais pouvoir accueillir les clients, montrer, expliquer, le contact humain est très important, les gens sur internet oublient souvent que derrière un site il y a des personnes en chair et en os.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues., Shake mes découvertes. 10 commentaires
  • le Sri Lanka en tandem.

    Mon pote Marc vient de traverser durant un mois le Sri Lanka en tandem avec sa compagne Mélanie. Un voyage passionnant dont il a eu l'occasion de me parler lors de son retour il y a une petite quinzaine de jours. Au travers de quelques questions (comme je l'avais fais pour mon amie Noémie lors du passage du Cyclone Earl dans les caraïbes) voici le parcours de Marc et Mélanie avec des "Zolies" photos.

    sri lanka,marco vélo,marc ouvrard,bretagne,traverser le sri lanka,tandem,vélo et tandem,le shaker de cyril

    Marc tu reviens d'un voyage d'un mois au Sri Lanka en tandem. Tu es dans le jargon un cyclotouriste, peux-tu nous dire comment t'es venue l'idée de ce voyage et le temps de préparation.

    Surtout l'envie de voyager sur une île. Je souhaitais parcourir de la montagne et Mélanie la mer. Préparation minimum, une bonne carte routière, un guide.

    Tu me racontais que les Sri Lankais connaissent très mal le camping, peux tu nous raconter des annecdotes à ce propos et comment vous trouviez votre hébergement.

    Nous avons campé une seule fois. Le reste du temps c'était du "Guest house" ou des petits hotels. Le camping est inconnu pour eux, et la plupart du temps ne comprennant pas ce que nous voulions avec notre tente les réponses furent négatives.

    sri lanka,marco vélo,marc ouvrard,bretagne,traverser le sri lanka,tandem,vélo et tandem,le shaker de cyril

    Il faut savoir aussi que les maisons au Sri Lanka ne sont pas très grandes. Une fois le maire d'un village a eu plaisir de nous recevoir, il était réticent au départ mais pour le coup nous avons eu le droit à un accueil royal.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues., Shake mes découvertes. 10 commentaires
  • Les coulisses du X.

    Un radio Shaker difficile. J'ai souhaité m'attaquer aux coulisses du X avec une entrevue en septembre dernier avec un réalisateur, Martial. Des propos hallucinants sur les méthodes de tournage, sur le recrutement des actrices... . Très rapidement la boite de production s'est opposée à la diffusion de cette entrevue, j'ai mis des mois à souhaiter un contact, à souhaiter pouvoir diffuser ma vidéo. Lundi 7 février je reçois un responsable de la production en espérant très sincérement obtenir un droit de diffusion. Caméra caché oblige mon entretien ne vas pas bien se passer, c'était une évidence. Le milieu du x est un milieu fermé.

    Un grand merci à Ludovic de chez Média-Talent de m'avoir mis en contact avec Martial le réalisateur (j'ai un gros dossier dans mes archives).

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 14 commentaires