Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Shake les princesses [contribution]. - Page 3

  • Bilan sportif...

    [Alexandra Le Dauphin]

    shake les princesses,leshaker,princesses,bilan sportif,sportive,drole de plumes,chroniqueuse,chomette,Chère princesse, le mois dernier, je t’ai raconté mes fermes intentions de me mettre plus au sport et d’être plus assidue sur toutes les surfaces où l’on peut se démener.

    Je vais être franche : c’est une catastrophe. Oui, tu peux te moquer.

    D’accord, il y a eu un petit séjour en Espagne qui n’a rien arrangé mais je dois admettre que je suis une princesse qui a caressé le rêve de raffermir ses cuisses sans pour autant s’en donner les moyens.

    En un mois, si l’on ne tient pas compte des mes courses effrénées pour rattraper mon petit dernier qui a la fâcheuse tendance à vouloir échapper à ma vigilance, je peux dire que le bilan sportif est proche du zéro.

    Heureusement que la marche compte pour faire monter le compteur de mes pas, car j’en ai usé et abusé, surtout sur le sol espagnol, à battre le pavé dans les boutiques comme toute princesse qui se respecte.

    Ce que je te propose : la huée virtuelle. Vas-y, ne te gêne pas…

    Parce que j’ai eu beau croire en ma volonté de faire plus de sport, elle n’a visiblement pas suffi.

    Chère princesse, tu dois bien te moquer. Et tu as raison. À la limite, tu peux rédiger ton commentaire bien critique, histoire de piquer là où ça fait mal et qui sait, dans trois semaines, je viendrai te dire merci ?!

    On a parfois besoin d’un bon coup de pied pour avancer, tu ne crois pas ?

    Je ne te promets rien, mais j’essaierai de conjuguer sport et ordinateur à tous les temps du futur, histoire d’avancer sur tous les fronts.

    Je suis une princesse qui cherche sa motivation, mais je suis certaine qu’elle est là, quelque part. Si ça se trouve, elle me lit, et elle fulmine de me filer un bon coup de pied au derrière…

    Allez, princesse, si tu aussi tu as noté « faire du sport » sur ta to-do list mais que ça passe après « lancer la machine » ou « acheter du PQ », viens me le raconter. Je me sentirai moins seule.

    Objectif pour le mois prochain : faire au moins un match de tennis en compétition. On y croit. (Surtout mon prof, qui va finir par m’engueuler).

    Alexandra est rédactrice freelance. Pour la retrouver sur Facebook et découvrez son livre "au boulot, Chômette"

    Lien permanent Catégories : Shake les princesses [contribution]. 2 commentaires
  • Je suis une princesse sportive (enfin, j’aimerai).

    [Alexandra Le Dauphin]

    leshaker,drole de plume,chronique,princesse,sportive,sport,courir,jogging,chomette,Aujourd’hui, chère princesse, je t’implique dans ma vie sportive. Pire, je compte sur toi pour me donner un grand coup de pied au biiiiiiiip afin de me remettre au sport bien comme il faut.

    Car autant je peux taper des heures sur mon clavier d’ordinateur sans m’arrêter, autant je n’arrive pas à fouler des heures l’asphalte environnant et pourtant, ça m’oxygènerait.

    Avant, je n’avais pas de mal à concilier les deux : rédiger ne m’empêchait pas de courir et vice versa. Mais aujourd’hui, avec deux petits loups avec la petite bouée de sauvetage qu’ils m’ont laissé à la place du ventre, c’est plus difficile de trouver du temps.

    Je suis donc une princesse sportive (dans mes rêves) mais je reste persuadée qu’avec deux ou trois mots doux de ta part, je peux me dépasser et organiser une heure non-stop de course à pied.

    D’accord, au début, je ne résisterai que 8 minutes trente, soufflant comme un phoque à l’arrivée et passerai le reste de l’heure à regarder les mouches voler pour faire style que j’ai travaillé dur.

    Mais petit à petit, peut-être que je pourrai me dépasser ?

    (Qui a rigolé ?)

    Sur le shaker, on aborde ses problématiques de maman et d’entrepreneure, non ? Eh bien figure-toi, chère princesse, que celle-ci est de taille et je pense que tu ne me contrediras pas.

    Nous sommes toutes des princesses avec de nombreuses priorités qu’il faut caser dans un emploi du temps non extensible et peu enclin à s’adapter à nos petits caprices.

    Alors, il faut composer. (Et parfois se décomposer). Mais au final, on y arrive, à faire un peu de sport malgré ses enfants, son travail et sa maison à ranger. Non ?

    Du coup, histoire de me motiver et m’obliger à bouger mes miches de rédactrice habituée à son confort devant l’écran, je propose que tu me bottes le derrière pour que j’aille profiter du bon air et battre mon record.

    Chère princesse, je prends cet engagement solennel : courir, tenir, courir, tenir, courir, tenir jusqu’à ce que je ne souffle plus comme un phoque à la fin de l’exercice et crois-moi, ça doit être faisable. (Des années d’entraînement ?).

    Enfin bref, maintenant que tout ceci est dit, je suis une princesse qui n’a plus le droit de se dégonfler au risque de ne plus pouvoir te regarder dans les yeux (virtuels) la prochaine fois que je viendrai te parler sur le Shaker.

    J’ai donc environ trois semaines pour tenir mes engagements et venir te raconter. Pression, pression.

    J’espère que tu seras indulgente. Peut-être même que je t’aurai motivée ?

    Allez, j’y crois !

    Tu comptes te mettre au  sport, toi ?

    Alexandra est rédactrice freelance. Pour la retrouver sur Facebook et découvrez son livre "au boulot, Chômette"

    Lien permanent Catégories : Shake les princesses [contribution]. 1 commentaire
  • Je suis une princesse en colère.

    [Alexandra Le Dauphin]

    leshaker,princesses,chronique,colère,plagiat,copie,reprise,drôle de plume,C’est dit…Aujourd’hui, pas de chichi, nous sommes entre nous et je pense que Leshaker ne m’en voudra pas de piquer ma petite crise devant toi, chère princesse.

    La raison de cet énervement ?! On me copie de toutes parts…

    La première fois, je n’ai trop rien dit. La seconde (reprise flagrante carrément d’une partie de mon site internet), j’ai protesté. La troisième fois, je viens l’écrire sur l’espace libre de ce bon vieux Shaker, tout en espérant ne pas t’irriter, chère princesse.

    Oui, la rédactrice que je suis s’insurge de constater que quelques-unes de ses consœurs ont visiblement un univers de création littéraire limité, puisqu’elles piquent allègrement mes mots, expressions et parfois pires, extraits entiers de mes articles.

    Chère princesse, je ne sais pas ce que tu penses de ces affaires de plagiat, mais en ce qui me concerne, ça m’énerve.

    La pluralité des personnalités est telle qu’elle devrait empêcher ce genre de problème. Et pourtant, ta rédactrice constate qu’elle n’est pas la seule touchée !

    Télésecrétaires, graphistes, créatrices…La liste de celles qui se sont vues plagier est longue.

    D’un côté, tu peux penser que c’est un « honneur », dans le sens où cela prouve que les  idées sont appréciées, mais d’un autre, on peut plutôt voir cela comme une plaie…

    Le reflet dans le miroir est celui de personnes sans personnalité, volant les traits d’esprits des autres et les faisant passer pour les leurs…

    Le jour où les clients s’en apercevront, cela fera mal. Maigre consolation, mais petit réconfort quand même.

    Ta rédactrice est désolée d’aborder ce sujet, mais au bout de quatre ou cinq fois où elle constate qu’on lui a « volé » ses mots, la coupe est pleine…

    Chère princesse, j’espère que tu ne m’en veux pas de te parler de tout ceci, Drôle de Plume voit Leshaker comme une ambiance « autour-de-la-machine-à-café » et te raconte les aléas de son univers de rédaction web comme ils viennent, avec de bons et mauvais moments.

    Aujourd’hui, ta rédactrice évoque un travers. Demain, tu auras de la légèreté.

    Ceci est un cri qui vient du cœur : arrêtez de copier ! Pour des supposées littéraires, montrez que vous en avez sous la plume sans voler l’encre des autres…

    Idem pour mes amies princesses créatrices qui ont connu les mêmes déboires…Je vous soutiens, les filles.

    Alexandra est rédactrice freelance. Pour la retrouver sur Facebook et découvrez son livre "au boulot, Chômette"

    Lien permanent Catégories : Shake les princesses [contribution]. 3 commentaires
  • Je suis une princesse phobique du dentiste.

    [Alexandra Le Dauphin]

    phobie,dentiste,peur,fraise,leshaker,drôle de plume,rédactrice,Aujourd’hui, je me dévoile. Et c’est pas joli à lire. Il faut savoir reconnaître ses faiblesses, et de ce côté-là, je suis une princesse qui assume son incapacité à réussir quoi que ce soit en cuisine, sa désastreuse attitude face au marteau et aux clous ou sa nullité totale en matière d’orientation.

    Comme si cela ne suffisait pas, les fées qui se sont penchées sur mon berceau de princesse se sont acharnées, il n’y en avait pas une pour rattraper l’autre, tiens !

    Si vous aviez été là le jour de ma naissance, vous auriez entendu :

    -          « petite princesse, non seulement tu seras une plaie de la cuisine, du bricolage et de l’orientation, mais en plus tu te liquéfieras devant ton dentiste et te taperas la honte à chacun de tes passages sur le siège de l’épouvante ».

    Sérieux, merci les fées.

    En tant que rédactrice, j’aimerai te dire chère princesse que je fabule, que mon boulot c’est de broder mais le pire, c’est que ce qui va suivre est vrai. Retour sur ma dernière visite dans l’antre de la roulette.

    8h00 du mat’, un samedi par -2° dehors. Ca commençait bien. Mon lit de princesse ne m’avait pas empêché de passer une nuit blanche à méditer sur les horreurs qui allaient se dérouler dans ma bouche.

    8H00 du matin, donc, Drôle de Plume-princesse phobique de la roulette part à l’aventure à quelques mètres de chez elle, le cœur battant (à la limite de la crise cardiaque) et angoissant sur les misères qui l’attendaient.

    8h02 : dans la salle d’attente. Le bruit du claquement des dents de ta rédactrice couvre tous les bruits environnants. Je ne te fais pas un dessin, tu vois l’ampleur de la catastrophe.

    8h13 : mon prince m’avance mon siège. Enfin, c’est un drôle de prince avec masque et lunettes en plastique bien moches. Ajustage du siège. Premiers tremblements de la jambe droite.

    8h16 : ce n’est pas compliqué, maintenant tout mon corps de princesse tremble. Je manque de mordre le dentiste, qui, semblant ne rien voir, me demande si tout va bien.

    L’anesthésiant local masque la douleur d’un détartrage massif mais pas le bruit infernal qui a lieu dans ma bouche. Bzzzzzzzzzzz et re-bzzzzzzzzzzzzz.

    Le siège de princesse s’est transformé en siège de la hantise, où mes mains crispées s’agrippent aux accoudoirs si fort qu’elles pourraient bien les malmener.

    Je ne sais pas si tu as peur de l’avion, mais à ce moment précis, je me suis figuré que j’étais en phase de décollage dans un A-320 me cramponnant à ma place en attente de la torture qui allait suivre et priant pour que ledit A-320 décolle vite fait, bien fait et que l’on en parle plus. Tout ça dans un vacarme assourdissant et sans aucune garantie que le vol serait sans heurt.

    C’est exactement ce que j’ai ressenti dès les premières minutes sur mon siège de l’angoisse.

    Alors oui, chère princesse, c’est la loose. Mais ta rédactrice ne fabule pas sur ce coup- là.

    J’espère donc que tu te livreras et me raconteras ton dernier coup de stress, histoire que je me sente moins seule.

    Alexandra est rédactrice freelance. Pour la retrouver sur Facebook et découvrez son livre "au boulot, Chômette"

    Lien permanent Catégories : Shake les princesses [contribution]. 5 commentaires
  • Je suis une princesse qui déteste l’hiver !

    [Alexandra Le Dauphin]

    leshaker,drole de plume,princesse,shake les princesses,froid,hiver,Rien de nouveau sous le soleil…Je préfèrerai avouer que j’adore me rouler dans la neige (que nous n’avons pas, à Bordeaux d’ailleurs) ou me cailler en pleine rue parce que je n’aime pas les manteaux trois couches d’épaisseur…Mais non. J’ai horreur de l’hiver, du froid, du ciel inexpressif…

    Du coup, je suis une princesse qui bougonne. Je râle quoi. Genre : mais bon sang, quand le printemps reviendra-t-il ?

    Je sais, ce n’est pas un sujet très pertinent mais à vrai dire, c’est ma préoccupation du moment : que mon foutu thermomètre décolle du 4 degrés et me propose des températures qui me donnent envie d’aller dehors.

    Au lieu de cela, je reste sur mon canapé de princesse à rédiger des trucs à l’eau de rose et à me morfondre d’un climat plus conciliant. Mais aucune négociation n’est possible avec le temps.

    Dame Météo fait ce qui lui plaît et à défaut de faire chanter les oiseaux sous mes fenêtres, elle me propose un remake de « autant en emporte le vent » avec dans le rôle principal la bise qui valse derrière mes volets (charmant).

    Pas étonnant que je préfère rester à l’intérieur à siroter mon capuccino.

    Je te le dis, chère princesse, vivement l’été, la chaleur, les oiseaux qui insufflent de l’optimisme.

    Mais avant, il faut passer par la case « hiver » et déjouer les pièges sordides que nous propose ce compagnon austère : tu reprendras bien un petit rhume ?

    Je passe sur la grippe, la gastro et tous les virus qui pullulent en cette saison pour tenter de me convaincre que l’hiver, c’est chouette.

    Mais rien n’y fait.  Je suis une princesse qui aime le ciel expressif, les visages colorés et je ne croise rien de tout cela en me promenant dans les rues hivernales.

    Du coup, chère princesse, je m’interroge : est-ce moi qui suis anormale ? Aimes-tu l’hiver ? Considères-tu le crissement de tes bottes à la mode dans la neige comme un plaisir ? Ou est-ce que corvée de quitter ton nid douillet et de t’engouffrer dans le froid extérieur ?

    Oui, c’est sûr, je suis une princesse qui attend l’arrivée du printemps comme un gamin attend Noël.

    Et toi ? Princesse des glaces (à la vanille)  ou princesse de glace ?

    Alexandra est rédactrice freelance. Pour la retrouver sur Facebook et découvrez son livre "au boulot, Chômette"

    Lien permanent Catégories : Shake les princesses [contribution]. 0 commentaire
  • Mes résolutions de princesse !

    [Alexandra Le Dauphin]

    résolutions,princesses,leshaker,drole de plume,nouvelle année,bonne résolutions,shake les princesses,Chère princesse,

    Nous sommes en 2013, j’en profite pour te souhaiter une excellente année. Que les 365 jours à venir te procurent joie, santé, prospérité, accomplissement professionnel et personnel. Oui, tout ça. Sincèrement.

    J’ai une copine qui n’aime pas trop parler de la nouvelle année (« marre de tous ces vœux », qu’elle dit) : c’est vrai que ça sent la guimauve à plein nez. Manque de bol pour toi, je suis une princesse adepte des chamallows au coin du feu.

    De ce fait, je ne te souhaiterai pas de joyeuses pâques début Janvier comme fait mon amie princesse rebelle.

    Je pense que ça t’es égal de connaître mes résolutions, mais je vais tout de même en écrire quelques-unes. Après, ce sera à ton tour de me dire les tiennes (ou à la limite, de me dire si toi aussi tu en as marre de tous ces messages suintant la guimauve en début  d’année).

    -          Plus de moments passés en tête-à-tête avec Monsieur Drôle de Plume

    -          Plus d’activité physique (parce que faire mon tennis le samedi matin, c’est bien, mais des petits footings en plus par-ci par-là, c’est mieux)

    -          Moins de rédaction de texte après 20 h00 (sans commentaire)

    -          Gommer les épisodes « je peste toute seule » (c’est loin d’être gagné, je suis une princesse râleuse)

    Je ferai au mieux pour relever le pari, d’autant plus que je n’ai pas choisi des choses insurmontables non plus (histoire d’arriver au moins à tenir une de ces résolutions)

    Je rajouterai bien que je ne mettrai plus de parenthèse dans ma chronique humoristique sur le shaker, mais celle-ci, je serai bien incapable de la tenir. (Ne compte pas le nombre de choses que je mets entre parenthèse, c’est hallucinant. Mais je ne peux pas m’en empêcher. La preuve.)

    Si tu me lis, chère princesse, sache que tu peux me raconter ce dont tu as envie.

    Parce qu’au final, je parle, te dévoile mon côté princesse râleuse, mais je ne sais rien de toi.

    Qui es-tu ? Que cherches-tu en venant sur le shaker ? Quelles sont tes bonnes résolutions ?

    Tu n’es pas obligée de répondre à toutes ces questions mais je serai ravie de te lire. Promis, je ne râlerai pas. Au contraire, je serai ravie.

    Au plaisir de te lire, donc.

    Alexandra est rédactrice freelance. Pour la retrouver sur Facebook et découvrez son livre "au boulot, Chômette"

    Lien permanent Catégories : Shake les princesses [contribution]. 1 commentaire
  • Noël pour les princesses.

    [Alexandra Le Dauphin]

    noël,princesse,abdos,sexy,pere noël,leshaker,drole de plumes,shake les princesses,célibataire,Chère princesse,

    Tu es célibataire, quelque part, tu as de la chance. Si, si, en cherchant bien, tu vas vite comprendre que c’est chouette un 25 Décembre d’être une princesse en solo.

    J’t’explique.

    Déjà, pour une non-clélibataire, mère de 3 enfants, le 25 Décembre commence à 6h14 du matin, l’heure du nain surexcité, qui vient constater si le Père Noël a bien accompli sa mission sans se demander comment il a bien pu passer par la cheminée sans avoir entamé son régime Weight Watchers.

    6h14, donc. La non-célibataire-princesse- gâtée donne un petit coup de pied discret au mâle, histoire qu’il participe à l’humeur festive de ce jour spécial. Évidemment, ça commence par une engueulade, car le mâle n’aime pas qu’on le dérange à cette heure-ci.

    Mais toi princesse célibataire ? 6h14 ? Un 25 Décembre ? Tu…dors ! Pas de gosse, pas de mari tire-au-flanc, l’ami Sommeil te berce de ses rayons bienveillants jusqu’à 8h53.

    Oui, princesse célibataire, savoure, parce qu’après finies les grasses mat’ avec ton pote Sommeil.

    En plus, sous ton sapin, la dernière saison de « How I met your mother » ! Pour le coup, tu es aussi excitée qu’une gosse, et te demande déjà comment Barney Stinson va évoluer au cours de cette saison.

    Ah…Barney…Le rêve pour toutes les célibataires (enfin, non, au final, c’est plutôt un joli cauchemar, ce type)

    Autant tu es une Princesse, autant lui, c’est le Roi de l’entourloupe. Mieux vaut ne pas être en couple avec lui pour Noël, il ruinerait tout.

    Avec son p’tit minois craquant et ses tablettes bien façonnées, il a avalé de la Princesse à tour de bras, avec comme leitmotiv : le carrosse doit avoir dégagé avant 6 h14 du mat’ (aussi appelé l’heure de Barney).

    Tu vois, mieux vaut être célibataire à Noël qu’en couple avec un pseudo-mec aux pectoraux douteux (mais qui pourraient poindre avec quelques heures d’abdos-fessiers).

    Je m’égare. Comme d’habitude. C’est un peu ma marque de fabrique.

    Je suis une princesse perdue dans le labyrinthe des mots mais tu vois l’idée : ne fais pas n’importe quoi car tu te retrouverais avec n’importe qui pour Noël !

    Je te laisse, chère princesse, j’ai un pot-au-feu en cours.

    J’déconne. La fée Maïté ne s’étant pas penchée sur mon berceau, je suis une princesse du cuit-vapeur. Mais j’assume. Même pas honte.

    À toi la parole, chère princesse. Surtout si tu aimes les abdos. 

    Alexandra est rédactrice freelance. Pour la retrouver sur Facebook et découvrez son livre "au boulot, Chômette"

    Lien permanent Catégories : Shake les princesses [contribution]. 10 commentaires
  • Princesse sportive ?

    [Alexandra Le Dauphin]

    princesse,sport,sportive,shake les princesses,drôle de plume,leshaker,Je ne sais pas pour toi, mais j’essaie de faire un peu de sport. Pas facile quand on a deux enfants et que les journées s’enchaînent sans qu’on n’arrive toujours à les optimiser comme on voudrait…

    Le Samedi matin, c’est MON moment. Une heure trente de détente (enfin presque, tu vas comprendre pourquoi). Je suis une princesse qui joue au tennis. Bon, sans ma couronne, évidemment. Et dans un langage pas très princier. En fait, oublie carrément que je suis une Princesse quand je suis sur le court de tennis (ou alors, une très bon marché, dont le Roi et la Reine auraient foiré l’éducation). Il faut dire que le Prof n’aide pas. Toujours à charrier ses élèves, celui-là.

    Du coup, pendant une heure trente, entre sueur et désespoir, je cours dans tous les sens pour gommer les excès de la semaine,  tout en sachant pertinemment qu’il faudrait au moins une journée de tennis intensif pour venir à bout du quart de mes réserves pour l’hiver. Mais ce n’est pas grave, c’est déjà ça en moins dans mes cuisses.

    Sauf que le Prof-Tout-Puissant, armé de son arme fatale (le bonnet tricoté par Mémé Yvette, destiné à son p’tit garçon et non pas à un plus que trentenaire au crâne démesuré) me déconcentre. Ok, la (fausse) Princesse que je suis à tendance à s’éparpiller, ce n’est pas nouveau. Alors, je propose qu’on interdise les objets susceptibles d’être méchamment vannés sur le court. (T’en penses quoi, coach, si tu me lis ?) Mais il y a plus grave. L’étiquette du Prof de tennis va en prendre un coup quand vous aurez lu ces lignes.

    Étant gauchère, les gestes tennistiques sont inversés par rapport à la majorité des élèves du cours. Et j’ai bien envie de vous parler de l’explication du Prof (toujours le même, celui au bonnet trop petit d’avant-guerre, mais je ne me moque pas, je constate, hein ?) Motivée comme jamais, j’attendais la consigne, en princesse sage (pour une fois). Le Prof l’explique aux droitiers, puis se souvenant (tiens donc) qu’il a deux gauchères dans son cours, tente de nous montrer les gestes à appliquer.

    princesse,sport,sportive,shake les princesses,drôle de plume,leshaker,Et là, cramponne-toi à ton siège, voici l’explication faite pour nous qui sommes latéralisées à l’inverse de tout le monde (je cite) : « alors, les gauchères, pour vous, c’est hop hop hop ». Hum. De quoi ? Suite à cela, le Prof n’arrivant pas à simuler l’exercice à l’envers, a pris une minute pour y réfléchir et nous proposer une explication plus rationnelle que ce fameux « hop hop hop ». Je suis mesquine, mais il fallait en parler, non ?

    Je sens déjà le souffle de la révolte gronder chez mon coach tennistique. Ça va chauffer pour mon matricule. Mais j’l’avais prévenu  qu’il n’échapperait à la sentence Drôle de Plume. Parce que votre rédactrice adore écrire sur des gens ordinaires, dotés de bonnets extraordinaires. Les situations de la vie courante, celles qui te parlent, doivent être mises en valeur, non ? Maintenant, je file me terrer dans un coin et attends la peine capitale (22 tours de terrain sans s’arrêter pour crime envers sa Majesté des Balles).

    Fais du sport, quoi, chère Princesse. Mais choisis bien ton Prof.

    Alexandra est rédactrice freelance. Pour la retrouver sur Facebook et découvrez son livre "au boulot, Chômette"

    Lien permanent Catégories : Shake les princesses [contribution]. 0 commentaire
  • La lettre d'amour.

    [Alexandra Le Dauphin]

    Aujourd’hui, chère princesse, j’ai envie de te parler de la lettre d’amour. Je sais, c’est bizarre comme sujet, mais pas tant que ça. Tu sais quoi ? (Et je t’assure que c’est vrai) La requête la plus tapée pour arriver sur mon site Internet est « lettre d’amour » ou « exemple lettre d’amour ». J’ai même eu « rédiger une lettre d’amour drôle ». Tout ça loin devant « rédaction web » à mon grand regret. Non pas que je n’aime pas écrire des lettres d’amour (au contraire) mais j’aimerai une répartition plus équitable du pourcentage des mots-clés, c’est tout (Google, si tu m’entends…)

    lettre d'amour,écriture,le shaker de cyril,shake les princesses,drole de plume,aimer,rédaction web,princesse,Bref, tout ça pour te dire que la lettre d’amour a la côte. On ne dirait pas comme ça, mais l’esprit princesse romantique existe toujours d’après mon Google Analytics. Et je trouve ça touchant. Je pensais que l’heure était au sarcasme et à l’individualisme. Je me plaçais en princesse désabusée, mais heureusement, tu m’as prouvé que c’était n’importe quoi ! Car le résultat est là : la requête « lettre d’amour » explose toutes les statistiques de mon site Internet, loin devant tout le reste en plus ! ( À part « faire-part de mariage original, normal, ça va ensemble).

    Cette constatation fait du bien. Et j’espère que tu continueras à chercher un modèle de lettre d’amour, que tu t’en inspireras pour rédiger tout ce que tu as sur le cœur. Cela dit, si j’ai un conseil : ne copie pas une trame écrite par quelqu’un d’autre. Ca sentirait le trafiqué. Parle de tes sentiments avec pudeur, sans en faire trop. Raconte au destinataire de ta lettre ce qu’il provoque chez toi, pourquoi tu as besoin lui. Ne le noie pas sous les platitudes, sois inventive ! Utilise les métaphores, colore tes mots avec les pinceaux de l’amour et pleure, ris, hurle si ça te chante !

    Écrire une lettre d’amour, ce n’est pas facile. C’est mettre à nu tes sentiments et t’exposer à une déception en cas de non-retour. Mais si tu fais mouche…Waou. C’est tout le mal que je te souhaite, chère princesse.

    Si tu piques une crise d’hystérie devant ta feuille blanche parce que tes mots n’ont pas la portée espérée, pense à Drôle de Plume. Tape « lettre d’amour », et suis le chemin de Google, tu me trouveras, bienveillante, pour rédiger les cris de ton cœur sur papier glacé.

    Alexandra est rédactrice freelance. Pour la retrouver sur Facebook et découvrez son livre "au boulot, Chômette"

    Lien permanent Catégories : Shake les princesses [contribution]. 0 commentaire
  • Princesse nostalgique.

    [Alexandra Le Dauphin]

    Je suis une princesse nostalgique…

    Je ne sais pas quel âge tu as, chère princesse, mais n’as-tu pas souvent regardé en arrière et senti une pointe de nostalgie face à ces instants de télé remontant le temps et te faisant redécouvrir Candy, Heidi, Goldorak ou Minus et Cortex ? Oui, enfin, Minus et Cortex, c’est plutôt moi que cela concerne.  Tu connais ?

    Ce dessin animé faisait partie des Animaniacs (attention, top générique : « on est les animaniacs, on a signé des contrax, soyez cool, soyez relax, sur le rire y’a pas de taxe, on est les animaniacs »)

    animaniacs,le shaker de cyril,drome de plume,shake les princesses,nostalgie,cortex,Ouais, c’est nul, écrit comme ça. Voici la bande-son, à n’écouter que si tu as une mémoire de poisson rouge. Parce que c’est le genre de mélodie qui te trotte dans la tête pendant des heures (comme la pub de Carglass, mais en pire). Si je te parle de ceci, chère princesse, c’est parce qu’en me rendant à ma banque, j’ai croisé un camion avec Cortex peint en gros plan et je me suis dit : tiens, quelqu’un d’autre que moi connaît ce truc… Il faut dire qu’à l’adolescence, on s’entiche de n’importe quoi et on a vite fait de mettre des posters de gros rats aux cerveaux proéminents pour montrer son côté rebelle. Hum. Y’a pire comme méthode pour montrer son insoumission. Mais passons.

    Tout ça pour te dire que mine de rien, voir Cortex qui me fixait depuis son camion affreusement géant, ça m’a fait quelque chose. C’est grave, docteur ?

    Je l’ai pris en photo (avec mon Iphone, d’où la qualité médiocre du cliché – cela dit, tu me donnerais un appareil ultra sophistiqué que je te ferai une photo  floue tout de même) et mon cœur s’est serré : Cortex, où te caches-tu ? As-tu réussi à conquérir le monde avec le cerveau génial que tu possèdes ? Ne maltraites-tu pas trop Minus, pauvre créature sans cervelle qui te suivait dans toutes tes tentatives de putsch ?

    Ah, nostalgie…Goldorak, Bioman, Lucille embrasse-moi, Jeanne et Serge, Oliv’ et Tom…Vous nous manquez…

    Même réécouter une des chansons de Bernard Minet m’a fait tout bizarre. Pourtant, c’était loin d’être un chef d’œuvre… « Dis-moi Bioman pourquoi  dans tout l’univers, les forces du mal veulent s’emparer de la Terre…. ». Je te passe la suite, ça risque aussi de trotter dans ta tête, et mélangé à la musique des animaniacs, bonjour la cacophonie… Je sais, chère princesse, j’ai lâché du lourd, là. Mais c’est la faute au camion de Cortex, à sa tronche de rat non rabougri et ses yeux démoniaques. Il fallait que je psychanalyse tout ça et c’est tombé sur toi. Si tu as besoin de me parler de tes années Princesse Sarah, sache que j’attends ton commentaire.

    En attendant, je vais me shooter à Cortex, et respirer les vapeurs de son cerveau dérangé tout en écoutant en boucle le générique des animaniacs. Et dire que j’ai 31 ans. Même pas peur.

    À bientôt pour une autre folle aventure, qui sait ce que je vais croiser sur ma route ?

    Alexandra est rédactrice freelance. Pour la retrouver sur Facebook et découvrez son livre "au boulot, Chômette"

    Lien permanent Catégories : Shake les princesses [contribution]. 0 commentaire