Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

entrevue - Page 2

  • Définitions #110

    deux,duo,couple,vent,normandie,gilles langoureau,entrevue,beauregard,festival,emilie daffis,cyril balayn,leshaker,collège,egocentrisme,caca,interview,bonheur,Virtuel : J’ai dans l’idée de briser les pixels entre nous. Balancer vos adresses par la messagerie du blog, le mail, Facebook, j’ai une envie forte de vous écrire. Chiche.

    Mouais : L’année scolaire vient de prendre fin avec un sentiment en demi-teinte même si dans l’ensemble les choses vont bien. Les difficultés relationnelles entre les élèves viennent polluer l’ambiance, aujourd’hui on s’insulte par sms. Sans paradoxe le niveau reste bon. On en parle de l’absentéisme des profs ou pas ?

    Egocentrisme : Toi aussi tu fais caca !

    Festival de Beauregard : J’y serais le samedi 4 et dimanche 5 juillet. Tu pourras même m’y croiser en compagnie d’Emilie (flashback). Et tu croises les doigts pour le vendredi 3 juillet (je t’expliquerais plus tard), mais dans le doute invoque un dieu (de ton choix).

    Entrevue : Rencontrer Doris Arnold le 30 juin et se faire refouler par Gilles Langoureau c’est aussi ce que j’aime dans cette rubrique. C’est dommage j’avais des questions pertinentes à lui poser notamment sur sa rhétorique tendancieuse. Tant pis j’irais me consoler sous les talons hauts de Doris.

    Photo : Pour une fois regarder dans la même direction dans une fluidité parfaite. Cela ne se résume pas à l’état de grâce, c’est la vie que j’ai choisi, celle d’aujourd’hui et de demain. J’avais mis la capuche car le vent normand ne pardonne pas. Elle a capté l’instant.

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 0 commentaire
  • Kinou en entrevue.

    Kinou est Caennais et il dessine. Avec une très belle idée, tirer le portrait de ses followers sur Instagram. Ils sont plus de 3000 aujourd’hui. Il vient se présenter au travers de cette très sympathique entrevue, en espérant vous donner envie de le suivre et de lui demander de vous dessiner. Toujours ma volonté de vous présenter les acteurs passionnés de la ville de Caen, Kinou en entrevue c’est maintenant. [Son Instagram] - [Son SoundCloud]

     

    kinou,kinougram,graphisme,dessinateur,caen,caennais,ville de caen,auteur,instagram,kinou en entrevue,kinou,dessinateur kinou,entrevue,flolou,leshaker,cyril balayn,followers,talent,dessin,Kinou tu dessines tes followers sur Instagram (tu en as plus de 3000 actuellement), comment est venue cette très belle idée ?

    Ça c'est fait naturellement, je n'utilisais Instagram que très peu avant de me lancer dans cette aventure. Je dois même avouer que je ne trouvais pas grand intérêt à ce réseau. Je risque de me faire des ennemis mais je trouve dommage de découvrir qu'une majorité des utilisateurs passent leurs journées à faire des selfies ou à prendre en photo leurs plats de nouilles, je ne trouve pas cela très créatif... mais bon, je dois être un vieux con... Le monde s'est transformé depuis l'arrivée du net dans nos foyers, il faut que je m'y fasse. Aujourd’hui tout le monde peux facilement s'afficher à la manière d'une star, et donc, on s'amuse à le faire, on joue à plaire, à essayer de se rendre intéressant. L'arrivée de tous ces nouveaux outils, Facebook, twitter, etc... Nous permettent de le faire, alors pourquoi s'en priver, c'est dans l'air du temps... Bref, pour en revenir à ta question, j'avais au tout début justement fait quelques portraits de célébrités que j'avais publié sur insta, moi aussi j'aime bien montrer que je sais faire des trucs bien et me la raconter! Lol. Mais voilà, faire des choses, c'est bien, mais partager des choses, c'est mieux. Créer de vrais liens avec mes followers est pour moi bien plus enrichissant que de m'afficher. Voilà pourquoi je me suis mis à les dessiner, c'est ma manière de faire pour créer un lien affectif réel avec les personnes qui suivent mon travail. Je suis conscient qu'il y a de plus en plus de monde à me suivre et que c'est assez difficile de pouvoir répondre à tout le monde, mais j'essaie constamment de faire de mon mieux.

    Tu as une parcours de dessinateur, comment est née cette envie et cette passion du dessin ?

    Je n'ai pas du tout un parcours de dessinateur, ce n'est pas du tout mon métier mais l'une de mes passion, je travaille dans l'industrie. J'ai toujours eu une âme d'artiste, et j'ai toujours été passionné par l'art sous toutes ses formes, par la création et l'innovation. Et aujourd’hui je m'y mets un peu plus sérieusement.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 2 commentaires
  • Sylmi photographe en entrevue.

    Il est un des acteurs de la ville de Caen et au-delà au travers de son travail photographique. Sylmi est un passionné et j’aime ça. J’ai souhaité faire un focus sur son activité, sur ses projets et ses ambitions. Il aime la photo, Photoshop, les super-héros et le hard-rock, entrevue avec Sylmi photographe. [page Facebook] - [site web]

     

    sylmi fotographe,caen,photographe,cliché,super-héros,sylmi,photo,photographe,flolou,cyril balayn,entrevue,leshaker,rencontre,ville de caen,caennais,jeux,nuit du jeux,cargo,Quittant l’univers de l’informatique tu as décidé de te diriger vers l’univers photographique. Peux-tu nous raconter ton parcours mais surtout l’envie de départ qui t’a conduit vers ce domaine ?

    En fait j’ai repris goût à la photographie surtout parce que j’ai retrouvé mon cocon de base qui est la ville de Caen dans laquelle je me sens très bien et à ma place, après 12 ans d’absence en passant par Paris et Grenoble. J’ai ensuite retrouvé mon cercle d’amis ainsi que tous mes points de repère et juste après j’ai retrouvé un boulot en tant qu’informaticien pour un laboratoire.

    Finalement par un concours de circonstances qui dans mon cas étaient plutôt favorables le poste qui devait être créé pour moi en 2014 n’a pas été réalisé donc je me suis dit que j’avais profité de mettre en place à nouveau mon statut d’auto entrepreneur en tant que photographe et graphiste.

    J’ai donc décidé d’investir dans mon propre matos photo et de commencer par refaire des photos de concert de hard rock chose que je faisais déjà sur Paris entre 2001 et 2004, je choisissais également d’autres thématiques afin d’être dans différentes configurations pour avoir parfaite pris en main de mon Nikon D3200.

    Étant donné que je suis graphiste je me suis dit également que cela pouvait être sympa de combiner les deux les deux professions à travers la photographie ce qui a priori est devenu ma marque de fabrique.

    Tu travailles régulièrement sur des « shooting à thème », peux-tu nous expliquer en quoi cela consiste et comment se construit le projet ?

    En ce qui concerne les shooting effectivement j’adore partir sur un thème qui souvent est en rapport avec le cinéma.

    Étant moi-même très cinéphile et comme je rêverais d’être directeur de la photographie sur un tournage de film (LOL) je me suis dit « pourquoi tu ne ferais pas des shooting inspirant de films que tu aimes ? » Et en même temps je me suis aperçu que personne n’avait vraiment dans cette voie.

    sylmi fotographe,caen,photographe,cliché,super-héros,sylmi,photo,photographe,flolou,cyril balayn,entrevue,leshaker,rencontre,ville de caen,caennais,jeux,nuit du jeux,cargo,Je suis également un énorme consommateur de bandes originales de films ce qui peut parfois me donner l’impulsion d’une source d’inspiration pour un sujet à faire.

    Après en fonction du sujet et du thème que je voudrais faire je cherche des collaborations avec des modèles hommes et femmes.

    Comme je l’ai dit juste avant de il s’agit de collaboration donc pas de notion de rémunération mais plutôt de partage commun, moi ça me permet de m’exercer aussi bien sur la photographie que sur la partie poste traitement après le shooting pour retrouver l’environnement que je souhaitais obtenir, et ça fait de la matière pour le modèle qui a parfois besoin de photos.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 0 commentaire
  • Définitions #109

    définitions,ma fille,parentalité,chaos,vierge,doris arnold,entrevue,leshaker,flolou,cyril balayn,photos,atelier,église,caen,ou trouver quoi à caen,damien lemennais,aftermovieMichel Cymes : Quand je me lève j’ai mal. Quand je marche j’ai mal. Quand j’écoute ma voisine j’ai mal. Quand j’ai envie d’écrire j’ai mal. Bordel j’ai la maladie la plus merdique de l’univers. Je pourrais vous le dire mais je sais d’avance que vous allez vous foutre de ma gueule (et vous auriez raison).

    Elle : J’ai la chance de connaître des gens bien. Ils se reconnaîtront. Et ils sont là. La base.

    Clic Clac: Vendredi dernier j’ai fait une série de photos avec l’Atelier Photographik, c’est pas ma tasse de thé mais j’avais très envie de tout changer. On a bien rigolé, très productif, il reste l’art du montage Photoshop (du chinois pour moi). J’ai hâte de voir le résultat qui sera à la hauteur de mes attentes (là c’est pour bien mettre la pression). Bientôt.

    J’ai vu la vierge : Dans cet énorme chaos qu’est ma tête et ma vie, il existe des petites pépites de joie, comme des éclats. A force d’être sur la toile et de construire des choses pas à pas ont fini par prendre la mesure de son audace. Je vais rencontrer Doris Arnold. Pour une entrevue. Il faut savoir que rencontrer Doris c’est pour moi comme un chrétien qui irait saluer le pape, sauf que moi je suis athée et fan de son art de pole dance. Elle représente la quintessence la plus ultime de la sexytude, je l’ai toujours pensé. Je vais être timide, petit, timide, liquide, tout petit, mais heureux. Bientôt.

    Dans ma peau : Ce petit bout de femme me plait. Elle. Lou. Ma fille. Petit à petit elle change dans ses envies et ses délires, dans sa façon de se tenir, dans ses odeurs, dans sa façon bien à elle de voir la vie et les choses. Ce petit bout de femme me plait.

    Vous : Merci pour tous vos gentils mots sur l’entrevue de la page « Ou Trouver Quoi à Caen », je vais de toute évidence axer mes prochaines entrevues sur les acteurs de ma ville (Caen). Très envie de m’ouvrir à cette si jolie ville et à celles et ceux qui lui donnent du mouvement. A ce titre,  demain mercredi 13, et après les portraits de Damien Lemmenais (réalisateur de l’aftermovie du Carnaval de Caen) et Yannick auteur de la page « Ou Trouver Quoi à Caen », une entrevue avec le photographe Sylmi, un passionné Caennais qui viendra nous raconter son parcours.

    Photo : Je crois que je ne me suis jamais autant baladé dans les églises de ma ville dernièrement. Je ne suis pas croyant, athée même, mais ce sont des lieux, ça résonne, ça transpire l’histoire… moi qui cherche la mienne. Cette photo est venue dernièrement illustrer les péripéties de ma voisine que je décline sur Facebook avec ces hurlements de plaisir et de jouissance absolue. Le plus drôle de cette histoire c’est passé la semaine dernière sous ma porte. Un mot de ma voisine. Elle me lit. Et elle rigole bien. Quand le hasard rejoint la réalité. A suivre donc, ici.

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 0 commentaire
  • Où Trouver quoi à Caen en entrevue.

    J’ai découvert la page facebook « où trouver quoi à Caen » en prenant mes quartiers dans la ville. J’y suis resté, j’ai apprécié le ton, ce petit côté ludique, l’idée d’avoir des infos que je n’irais pas chercher ailleurs, mais aussi les bons plans de la ville. Etant un petit curieux je voulais savoir qui se cachait derrière cette page qui compte de nombreux abonnés Caennais. Focus autour des auteurs de cette page (en particulier Yannick) un grand merci pour sa gentillesse et sa réactivité. [la page Facebook d’où trouver quoi à Caen]

     

    outrouverquoiacaen,ou trouver quoi à caen,caen,ville caennais,bon pln,ville,normand,normandie,calvados,idée,mairie,flolou,leshaker,cyril balayn,entrevue,interview,rencontre,Pouvez-vous nous donner un bref aperçu de votre page et comment est né ce projet ?

    À travers cette page, nous souhaitons comme à la terrasse d’une place de village : échanger nos coups de cœur, nos coups de griffes, nos adresses fétiches, nos livres… ; partager le programme d’animations, les bons plans, les idées de sorties. L’idée est de s’entraider en faisant appel aux compétences de chacun. Le projet est né lors d’un dîner entre amis ou au fil de la discussion chacun demandait à l’autre ses adresses, son resto préféré, le bon plan pour trouver…On s’est alors dit, mais pourquoi ne pas créer une page « Où trouver quoi à Caen ».

    On peut imaginer le travail que demande la régularité et la gestion d’une telle page, je suppose que vous avez des activités à côté comment vous organisez vous autour de ce projet ?

    Effectivement, nous animons cette page bénévolement en plus de nos activités professionnelles. Tous les matins, on commence par une revue de presse et un point sur les mails. Puis on planifie quelques publications, mais tout au long de la journée, on essaie de rester attentif à l’actualité entre nos rendez-vous.

    Avez-vous constituez une équipe depuis et les contributions sont-elles importantes pour diffuser de l’information ?

    Nous sommes toujours deux comme à la création de ce projet. Mais nous avons derrière nous un groupe d’amis qui nous suit et de plus en plus, nous recevons par mails et messages de précieuses informations et de superbes photos. Particuliers, institutions, créateurs d’évènements…viennent spontanément vers nous, c’est très sympa.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 0 commentaire
  • DLMNS en entrevue.

    J’ai découvert DLMNS sur Youtube et son aftermovie du carnaval étudiant de Caen. Il est réalisateur/cameraman/monteur et j’ai voulu en savoir plus sur son travail, ses ambitions et ses projets. J’ai découvert un passionné me rappelant au passage mes jeunes années ou internet n’existait pas et ou je filmais avec une VHS-C et un bon vieux magnétoscope pour le montage. Focus autour de Damien aka DLMNS, un grand merci à lui pour cette passionnante entrevue. [vous pouvez en savoir plus et découvrir sa page facebook ici]

     

    DMNLS,damien lemennais,réalisateur,vidéo,carnaval étudiant de caen,caen,carnaval,aftermovie,galactica,projet vidéo,coulisse,passionné,cyril balayn,flolou,leshaker,entrevue,entretien,

    Alors qui se cache derrière le pseudo DLMNS ?

    Je suis un vidéaste natif de Caen, j'ai 24 ans. Je capture des images et les met en lumière à travers des montages vidéos.

    DLMNS est né en 2010, pas simple à prononcer pour bon nombre de personne cette appellation me représente totalement car c'est l'abréviation de mon prénom et mon nom : Damien Lemennais.

    J'ai commencé à travailler en 2010 avec des clubs de la région caennaise et des djs comme Vitamine RN qui font partie intégrante de mon groupe d'amis aujourd'hui.

    Puis peu à peu je me suis exporté au-delà de Caen en travaillant dans le Nord-Ouest de la France et sur Paris, avec quelques extras sur Londres. Je travaille majoritairement dans l'événementiel.

    J'ai réalisé de nombreux projets depuis cinq ans (plus de 300) allant des boissons (Redbull, Jagermeister), des festivals, des écoles de commerces, des complexes sportifs, des artistes, la villa Christian Dior, des événements sportifs à Chelsea FC ou JO 2012 de Londres.

    Comment est venue l’idée de travailler sur la réalisation du Carnaval étudiant de Caen ?

    Lycéen à Malherbe je faisais le Carnaval étudiant et un jour j'ai décidé de faire une vidéo un peu pour le délire et quand j'ai vu le retour des caennais et l'engouement sur les réseaux sociaux j'ai compris que Caen adhérait à ce type de projet pour montrer à la France ce que la ville était capable de faire.

    Ce qui est amusant c'est que le nombre d'étudiant a augmenté au fur à mesure que je me suis investi dans le projet chaque année. J'ai filmé l'évolution des 10 000 étudiants à plus de 30 000 en quatre ans.

    En 2014, la Fédération Campus Basse-Normandie (les organisateurs) m’a contacté afin de réaliser l'aftermovie officiel de l'événement et c'est naturellement que j'ai accepté. En 2015, nous avons prolongé cette collaboration, et nous avons ainsi rassemblé nos compétences afin d'apporter une nouvelle vidéo de qualité à notre ville de Caen, un souvenir visuel qui perdura au fil des années.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 0 commentaire
  • Être père #1 [retour sur].

    Le samedi je viendrais faire vivre de nouveau une note. A moi de piocher dans les archives et dans un texte de la semaine du 16 au 22 mars 2014. Le tout premier opus d’une rubrique qui me tenait à cœur, des rencontres, des dialogues, des émotions, être père #1. Un an déjà. C’était le 18 mars 2014, ici. [Et aujourd’hui]. Joint au téléphone Dominique va bien, il n’a pas eu la mutation mais a décidé en juin dernier de se rapprocher de ses enfants. Il travaille dans un autre domaine et s’organise autour d’une garde alternée.

     

    Dominique 37 ans papa d’Enzo (7 ans) et Louise (10 ans). Grenoble.

    être père,parent,papa,solitude,father,dad,séparation,garde alternée,entrevue,interview,rencontre,flolou,cyril balayn,leshaker,retour sur,Comment tu profites de tes enfants Dominique ?

    C’est la galère depuis deux ans. Je suis loin, 145 kms de séparation. Je n’arrive pas à me faire muter proche de mes enfants. Je ne suis pas prioritaire, pas en couple, je ne rentre pas dans les cases. Je m’organise sur un week-end sur deux, bonjour les kilomètres, et les vacances le plus possible. J’ai la chance de bien m’entendre avec la maman c’est un avantage avec cette vie.

    Passage par la case « tribunal » pour bien mettre en place les droits de chacun ?

    Bien non ! J’ai pas une très grande opinion des avocats et de la justice surtout dans les affaires de séparation. J’ai tendance à penser que c’est le bon sens qui doit l’emporter. Mettre son égo de côté pour le bien-être des enfants. Je sais qu’on va dire que j’ai de la chance de bien m’entendre avec la mère et c’est une vérité, mais je m’efforce de faire en sorte que cela soit possible. Nous parvenons à nous arranger c’est le principal si ce n’était pas le cas malheureusement…. Pour certains c’est la seule solution j’en ai bien conscience.

    Tu regrettes cette séparation ?

    Humainement non. Dans ma vie de tous les jours oui. Enzo et Louise se construisent autour de ça. On a tendance à penser que c’est mieux que des parents qui restent pour le pognon, le confort ou parce que c’est comme ça… faut du courage pour se séparer et affronter cet échec.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake le Retour sur... 0 commentaire
  • Maman solo jette un oeil sur papa solo #2

    Rencontre avec Patricia 35 ans (Rennes), maman d'Anna 7 ans.

    papa solo,maman solo;parentalité,parent,père,célibat,enfant,être père,shake les daddy's,flolou,leshaker,cyril balayn,entrevue,interview,un papa,solo,maman solo,Comment pourrait se définir un papa solo selon toi ?

    Probablement comme celui de ma fille. J’ai la chance d’avoir un père pour ma fille qui est très présent, très autonome, j’ai tendance à penser les papas (pas tous je sais bien) se comportent de la même façon. Il a 40 ans, il s’est toujours débrouillé quand notre fille était toute petite, je crois qu’il n’a pas vraiment besoin de quelqu’un pour gérer.

    Pourquoi préciser son âge ?

    J’ai rencontré des hommes de sa génération. Ils ont un profil commun. Des hommes investis dans le rôle de père, ce n’est pas l’ancienne génération. Mon ex-belle-mère est une femme indépendante, libre, il a donc était élevé dans cette ambiance et cette ouverture d’esprit.

    On parle de temps en temps d’une forme de « sacralisation » de la mère.

    Alors ça je ne sais pas trop mais c’est fortement possible. Déjà sur le net y’a que des mamans qui parlent, c’est rarement les hommes, j’ai un peu tendance à penser que c’est tabou d’une certaine façon. Ça m’arrive même de me confronter à mes collègues. Elles parlent souvent des galères du quotidien en évitant le sujet du papa ou de l’homme présent dans le foyer. C’est toujours très étrange. On a l’impression que le père existe mais pas vraiment. Une forme de virtualité.

    Tu me disais observer dans un endroit où tu vas l’été de plus en plus de « papa solo ».

    Oui c’est vrai, je suis souvent dans le même terrain de camping l’été et j’observe de plus en plus les papas en mode solo que les autres années. On va finir par penser que les couples se séparent de plus en plus (et ça c’est très possible), mais je crois que les pères assument de mieux en mieux et n’ont pas besoin d’aide véritablement. Ou aussi profitent véritablement du célibat pour passer des moments forts avec les enfants. Les mentalités changent c’est une évidence.

    Un papa solo qui vit une histoire est-il toujours solo par définition ?

    Bonne question. Au travers de la séparation oui car le lien ce sont les parents et pas les personnes qui viennent dans nos vies éventuellement. La séparation conditionne le côté « solo » obligatoirement. En ce qui me concerne la présence forte du père de ma fille m’a facilité la vie je n’ai pas honte de le dire. Je sais mon enfant bien avec son père et cela favorise ma vie sociale et amoureuse, mais ça c’est une autre histoire.

    maman solo jette un oeil sur papa solo #1

    Lien permanent Catégories : Shake les daddy's [entrevue]. 0 commentaire
  • Définitions #101

    shameless,boire,pinte,bière,rencontre,toilette,vintage,souvenir,tinder,rosé,cheveux bouclès,leshaker,cyril balayn,papa solo,maman solo,entrevue,itw,flolou,père noël,Père Noël « pôle nord » : … (Donne-moi juste les rêves, les frissons, les palpitations, les envies d’aller au-delà de l’éphémère)

    En coulisse : Je passe par une phase complexe en ce moment où je déborde d’énergie avec des envies diverses, mais où rien n’est productif. J’ai un mal fou à trouver le sens de l’écriture, j’opère pourtant les mêmes phases avec mes habitudes, je ferme les yeux en souhaitant le retour de l’inspiration. C’est fou comme un blog est une empreinte de nos vies.

    Vierge : J’ai fait ma toute première rencontre Tinder. Ouais. On a bu du rosé avec des glaçons, l’ambiance était feutrée et la jolie brune avait des cheveux bouclés. Juste cet instant précis ou t’as envie de mettre sur pause.

    ITW : Toujours dans le cadre des #papas, je vais aller à la rencontre des mamans solos pour entendre et découvrir la vision qu’elles peuvent projeter sur ces derniers. J’ai hâte. Prochainement.

    Rencontre : L’internet ne se passe pas que derrière un clavier. Il est aussi important de vous rencontrer. Mon changement de vie et de ville m’a fait faire une très jolie rencontre d’un papa qui me lit depuis un moment et dont mes mots ont eu une résonnance en lui. Il est un ami aujourd’hui et ça me rend bien joyeux.

    Soirée : J’ai un pote qui a décidé au cours d’une soirée de rentrer dans le corps de Franck Gallagher #shameless et de finir comme lui. Très beau rôle de composition. Les photos viendront hanter le disque dur de mon ordinateur, comme un « énorme » dossier que je viendrais balancer de temps en temps. L’obligation du souvenir est une devise.

    Toilette : Rencontre avec deux petits jeunes de 25 ans et leur raconter la vie du bar ou « jadis » il ne portait pas le même nom. Evoquer les souvenirs dans cette rue, ce lieu branché de la ville ou nous finissions en after. J’avais l’impression d’être le père Fouras devant le visage de ces deux jeunes gens. Y’a des petits moments sympas quand tu vas dans les toilettes.

    Photo : Le clan avait 40 ans et des bananes. Balayer d’un revers de main les 25cl pour passer à la pinte. On est dans la place. Jusqu’ici tout va bien.

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 0 commentaire
  • Cyrille De Lasteyrie aka Vinvin en entrevue.

    Comme une évidence. En dehors du web, des émissions à la télé, de l'artiste, je ne connais rien de Cyrille De Lasteyrie. Mais comme une évidence, cet homme déborde de sa parentalité et de son humanité. Je ne pensais pas un seul instant que ce dernier prenne le temps de la lecture (je l'ai invité à découvrir les anciens portraits) et encore moins à me répondre. Et pourtant, Vinvin en entrevue c'est maintenant. Un immense merci à lui. Une dédicace aussi à celle qui m'a insufflé cette idée et qui se reconnaîtra.

    Pour info Cyrille De Lasteyrie joue actuellementt son seul-en-scène, mis en scène par Michèle Laroque du 9 octobre au 3 janvier 2015, à la Comédie des 3 bornes, Paris.

     

    Cyrille De Lasteyrie (Paris),  papa de Pikacha 11 ans et Jean-Zorro 13 ans.

    entrevue,parentalité,vinvin,cyrille de lasteyrie,papa,divorce,papa solo,parents solos,père,être père,flolou,leshaker,cyril balayn,delphine jory,ladyblogue,interview,portrait,vinvin en intrevue,vinvin en interview,blogueur,célébre,Vinvin après la lecture des portraits peux-tu me donner ton ressenti vis-à-vis de ces histoires si différentes ? (retrouvez les portraits ici)

    J'ai trouvé ces textes touchants, et naturellement je me suis dit que j'avais de la chance de n'être ni divorcé, ni veuf, ni éloigné de mes enfants. Une sorte de Highlander de la paternité dans un monde complexe. J'ai beaucoup aimé leurs témoignages pleins de simplicité et de sincérité. Pour être honnête je crois que les pères ne s'intéressent pas beaucoup aux autres pères... En général nous sommes plutôt attentifs aux regards que posent les mères sur notre présence dans la cour d'école. Peut-être sommes-nous toujours en mode séduction animale, comme des lions dans la meute... Alors les autres lions papas, on trinque avec eux à la fête de l'école mais ça ne va pas beaucoup plus loin.

    Tu es un auteur, tu évolues dans la création, ton rôle de père influence-t-il tes textes, ta liberté, les thèmes que tu abordes ?

    Pas du tout à ce jour. En réalité j'ai établi une frontière de protection entre mon boulot et ma paternité. Peut-être parce que je n'y vois rien d'exceptionnel à raconter pour le moment, mais surtout parce que je les protège. Je ne veux pas qu'ils servent mon travail à leur insu. De manière générale, je suis très prudent, je ne joue pas avec leur identité. Vous noterez d'ailleurs au passage que mes enfants ne s'appellent pas vraiment Jean-Zorro et Pikacha. Là aussi, je les protège...

    Tes enfants, regardent, suivent, le papa Vinvin sur le net ?

    Oui, ils surfent de temps en temps sur mes conneries et se moquent tranquillement de moi quand je rentre. Ils ont l'habitude et ça ne les secoue pas plus que cela. Ils ont davantage été marqués par mon passage à la scène, avec l'idée que des gens se déplacent pour voir leur papa jouer. Là ça prend une autre dimension pour eux. Quand c'est sur écran, c'est de la blague comme Norman ou Cyprien. Quand c'est en vrai, là ça rigole plus...

    Être père, est-ce un rôle que tu as fantasmé plus jeune ?

    Je ne l'ai pas fantasmé du tout. Je m'imaginais juste plus vieux avec des emmerdes. Et je dois dire que je n'ai pas été déçu. Je plaisante... Mais vraiment je n'imaginais rien. c'est tombé comme ça, comme tout le monde, et j'ai appris sur le tas. Je surkiffe être père et je donnerais ma vie pour eux. Point.

    Ton dernier délire, ta dernière folie avec les enfants ?

    On a habillé le clebs avec le maillot du Brésil de Neymar et ça nous a fait marrer. C'est pas non plus un énoooorme délire, mais c'est celui qui me vient. Globalement ce sont eux qui font les fous, moi je suis le papa je suis sérieux. Si.

    Lien permanent Catégories : Shake les daddy's [entrevue]., Shake les entrevues. 0 commentaire