Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

entrevue - Page 3

  • Définitions #99

    définitions,cyrille de lasteyrie,vinvin,parentalité,père,entrevue,humeur,déménagement,gaz de ville,mail,cartons,flolou,leshaker,cyril balayn,habitude,parent,vierge,Ces derniers temps : J’avais la tête dans les cartons. Cela n’a rien d’exceptionnel sauf que moi je déteste.

    Déjà : « Hey ça fait 9 piges que t’es célibataire ! » (J’ai coupé court à la discussion j’ai plus d’arguments).

    Déménager : C’est aussi se rendre compte que t’as des boites qui fonctionnent comme en 1884 en 2014. On est quand même à l’heure du mail et de l’internet bordel à chier des sacs en bois.

    Guide du routard : Si tu veux le gaz de ville chez toi, pense à t’y prendre à l’avance. Pas comme moi genre deux jours avant. Sinon c’est la douche froide.

    Happy : Le grand Cyrille De Lasteyrie aka Vinvin a pris le temps de me répondre pour une rubrique. Celle des pères. Il va nous parler de « sa » parentalité avec une phrase qui me marque énormément et qui m’ouvre des horizons que je n’avais pas forcement soupçonner. Extrait – « Pour être honnête je crois que les pères ne s'intéressent pas beaucoup aux autres pères... En général nous sommes plutôt attentifs aux regards que posent les mères sur notre présence dans la cour d'école. Peut-être sommes-nous toujours en mode séduction animale, comme des lions dans la meute... ». Vous allez pouvoir découvrir cette entrevue demain mardi. Merci à toi.

    Humeur : Bousculer les habitudes, sentir les chemins nouveaux, croiser des tas de têtes et de fesses. Se souvenir des endroits quand on avait 20 ans.

    Vierge : C’est la première fois depuis 42 ans que j’ai déjà un jour de l’an annoncé à l’avance.

    Habitude : J’ai souvent tendance à les détester et pourtant elle me rassure. C’est dans ma nature. J’aime bien vivre à l’extérieur mais le cocon doit exister. Il faut que j’apprenne à mieux gérer les bouleversements, surtout ceux que j’ai choisis.

    Photo : Mr propre… comme un changement, un renouveau. Garder les bras croisés n’étant pas certain du lendemain.

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 0 commentaire
  • Mamzelle Mistinguett en entrevue.

    Derrière Mistinguett se cache une maman de trois beaux enfants. Une vie, un parcours, le tout premier blog de "maman" que j'ai commencé à suivre. J'ai toujours aimé la pudeur qui se dégageait de ce blog, nous avons eu elle et moi dernièrement un dialogue autour de l'anonymat à respecter. La trace numérique est un sujet à prendre en considération. Focus autour de son auteure et du blog - Maman, son blog et nous...

    [Le blog - Le facebook]

    mamzelle mistinguett,amstrangram,mistinguett,maman son blog et nous,blogueuse,entrevue,itw,interview,maman solo,blog de maman,papa solo,parentalité,pudeur,pudique,flolou,leshaker,cyril balayn,règles,photo,enfants,bambins,Dans le cadre des entrevues focus sur Mlle Mistinguett et son blog « Maman, son blog et nous ». Présentation.

    Ha, c'est toujours intimidant de devoir se présenter. Alors, on va la faire simple. Moi, c'est Mamzelle-Mistinguett, auteure (ha j'adore ce terme) du blog "Maman, son blog et nous" où j'officie depuis septembre 2009. Au tout début, le blog s'appelait Amstramgram, puis il est devenu Amstramgram, le Blog et puis finalement, je me suis offert un nom de domaine rien qu'à moi: «Maman, son blog et nous" bien plus raccord à ma vie, qui est celle, évidemment, d'une maman.

    L’interactivité avec les mamans est-elle nécessaire ?

    Je ne cherche pas à échanger qu'avec des mamans. Ce n'est pas mon but. Mon but est de partager mon quotidien. Evidemment, il touche sans doute plus une mère de famille qu'une adolescente férue de mode.   J'aime que mes articles suscitent un intérêt. En bien ou pas, mamans ou pas, c'est toujours intéressant de voir que ses écrits sont lus et commentés. Ce serait mentir que de dire que je n'aime pas cela, on blogue pour soi-même, mais aussi pour avoir un retour, sinon cela peut devenir, je crois, très vite frustrant. Alors, maman ou pas, peu importe. Tout le monde est le bienvenu chez moi.

    Tu as des instants de vie dédiés à ton blog, des rituels ?

    Oui, je m'octroie une pause blog, l'après-midi, lorsque mes enfants sont à l'école (ou à la sieste, pour ma plus petite). C'est mon moment à moi, pendant lequel je m'évade quelque instant. Je profite du calme de ce moment-là pour rédiger, planifier, mes futurs articles. Il m'arrive aussi de me connecter  le soir mais là, j'en profite surtout pour lire les blogs des copines. Par contre, le week-end, j'essaie (et je dis bien, j'essaie) de ne pas bloguer . Mon amoureux et mes enfants passent avant tout.

    mamzelle mistinguett,amstrangram,mistinguett,maman son blog et nous,blogueuse,entrevue,itw,interview,maman solo,blog de maman,papa solo,parentalité,pudeur,pudique,flolou,leshaker,cyril balayn,règles,photo,enfants,bambins,Tu as ouvert la parole aux pères y’a très longtemps dans le cadre d’une rubrique dédiées, penses-tu que celle-ci soit suffisante sur le net ? J’ai toujours cette impression (peut être fausse) que la parole des pères est moins entendue, que l’empathie soit plus complexe.

    Détrompes toi. J'ai vraiment l'impression que les papas commencent à prendre  de plus en plus de place sur le net et dans la vie de tous les jours. On prend de plus en plus le temps de les écouter, les impliquer dans leur rôle. On voit d'ailleurs bien plus de "blogs de papa" (avec un très grand lectorat) qui n'existaient pas ou peu à l'époque où  j'ai commencé à bloguer. Dans les émissions, les média, la parole leur ai souvent donnée. Je crois que les meurs avancent, doucement mais, surement.

    Comment parviens-tu après toutes ces années à te fixer des règles dans la « pudeur » pour justement ne jamais trop en montrer ? De la même façon les photos sont toujours des regards ou des cadrages précis, tu te fixes la règle de ne jamais dévoiler le visage de tes proches ?

    Après toutes ces années, il n'y a toujours pas de calculs. Je blogue comme je vis au quotidien c'est-à-dire au feeling et en pudeur. J'en montre mais pas trop parce que c'est ainsi. Par peur, peut-être, je ne sais pas mais montrer mes enfants à "visage découvert", non. Parce que ce serait nous dévoiler et, y perdre notre anonymat. Il y a eu bien sûr des moments où j'ai eu envie d'en montrer plus. Je trouve évidemment mes enfants très beaux, j'aime la photo et c'est vrai que parfois, devoir cadrer en mode "blog" me frustre mais bon, c'est furtif, et puis l'idée d'entretenir le mystère et d’attiser la curiosité me plait assez et qui sait, c'est peut-être cela qui plait aussi à mon petit lectorat. Ceci dit, je trouve que j'en montre bien plus qu'à mes tout débuts de blogueuse.

    Et les projets de demain, sur ton blog?

    A ce jour, pas de réels projets. Comme je l'ai dit, je blogue au feeling. Rien n'est jamais établi à l'avance. Je ne m'impose rien. Je continuerai sans doute à bloguer avec plaisir et si un jour ce n'est plus le cas, alors, j’arrêterai, sans aucun doute.

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 2 commentaires
  • Être père #4

    Le mardi au sein de cette rubrique vous allez découvrir dix portraits de pères. Des gens différents, des situations différentes, des galères, des joies, des concessions et du bonheur aussi. Merci à eux.

    Rencontre avec Yves, 53 ans (Boulogne Billancourt), papa de Maeva 25 ans, Julien 21 ans et Lucie 17 ans.

    être père,leshaker,papa solo,célibataire,séparation,shake les daddy's,flolou,cyril balayn,entrevue,interview,père,papa,solitude,séparation,avoir un enfant,Elle était comment ta vie Yves avant de connaître cette séparation ?

    Avec le recul d’aujourd’hui je dirais à 100 à l’heure, jamais le temps pour rien, encore moins pour ma femme ni pour mes enfants. J’ai travaillé comme un chien la tête dans le guidon pour avoir une belle maison et du pognon. C’était un choix de vie à deux que je regrette complètement.

    Cette vie ne te suffisait plus ?

    Je pense que j’aurais pu continuer ainsi pas mal de temps. Au final je m’occupais de rien, ma femme ne manquait de rien et les enfants non plus. Puis petit à petit notre couple s’est enfoncé, de moins en moins de partage, un amant, une maitresse, nous sommes restés ensemble pour les gosses. La pire connerie, le pire des choix. Nous nous sommes séparés finalement y’a 7 ans suite à une grosse galère, un moment franchement difficile Maeva avait 18 ans un âge pas simple pour vivre une séparation.

    Une grosse galère ?

    Oui suite à une énorme restructuration d’entreprise, la société m’a licencié presque du jour au lendemain. Le couple n’a pas survécu au choc, les galères, l’argent qui va commencer à manquer, bref mon ex-femme a préféré claquer la porte. Ceci étant je lui en veux pas, notre couple était à la dérive je pense que le moindre petit grain de sable suffisait à faire stopper la machine.

    Se reconstruire seul, recommencer une nouvelle vie, pas simple ?

    Bah non et encore moins en faisant le bilan. J’ai pris du recul tout de suite, ras le bol de travailler comme un chien, ras le bol de ne pas profiter, me rendre compte que j’ai pas vu les gosses grandir… dans la balance la belle bagnole et la belle maison je peux te dire que ça ne pèse pas lourd au final. Puis pas simple de redevenir un papa solo avec des enfants que tu n’as pas pris le temps de connaître. Je regrette infiniment.

    Et ta vie d’aujourd’hui alors ?

    Profiter. Contempler. Ne rien branler. J’ai pris conscience un peu tard que la vie passe très vite et que j’ai plus de 50 piges. Je regrette mon absence et mon choix de vie de l’époque mais je ne regrette pas ce que je suis aujourd’hui. C’est l’avantage de ma séparation. Je me suis retrouvé à vivre dans 50 m2 le truc que je ne connaissais pas, et puis tisser les liens avec mes enfants. Une harmonie s’est installée depuis. 7 ans en même temps ça passe si vite. Je vis plus modestement qu’avant,  l’image de la belle famille qui vit dans une belle maison est un peu loin désormais, mais franchement je m’en fiche royalement. Le matériel j’en veux plus. Bref j’ai changé.

    Lien permanent Catégories : Shake les daddy's [entrevue]. 0 commentaire
  • Fredouat en entrevue.

    Fredouat est un pote, celui que je lisais, qui a pris le temps de me lire aussi, puis la rencontre depuis avec de la vraie vie dedans et Paris en décor. Fredouat est un blogueur qui a pris le temps de la pause ces derniers temps. Il revient depuis quelques semaines dans une nouvelle aventure. Je vous laisse découvrir le personnage et focus sur « Programme YouTube » son nouveau blog. #programmeyoutube


    entrevue,youtube,chaine youtube,découverte,leshaker,fredouat,cyril balayn,la tv c'est old,découvrir youtube,entretien,Tu te lances dans une nouvelle aventure au sein de la blogosphère. D’où vient l’idée, l’envie et le désir de partager ?

    J'ai réalisé il y a bientôt un an que je cumulais mes "petits rendez-vous" sur YouTube où j'attendais les dernières vidéos de Youtubeurs sur des sujets extrêmement variés.

    Mais si on veut sortir des chaînes stars de Cyprien ou Norman dont la qualité est toute relative, il est très difficile de trouver son chemin et de tomber sur les perles plus ou moins connues de YouTube. C'est là que j'ai décidé que quitte à chercher des chaînes, autant essayer de faire profiter les autres de mes trouvailles. Mais si le site "prend", j'espère qu'il deviendra une communauté de partage où les lecteurs suggéreront eux aussi des chaînes à présenter.

    C’est le header de ton blog « Parce que la Tv, c’est old ». Réalité ou fantasme ?

    La TV est old, mais l'illusion de sa bonne santé perdure pour une raison démographique : la France est old  Si on se concentre sur la tranche des 15/25, on constate que YouTube prend une part de plus en plus importante dans leur consommation vidéo. Cette génération est habituée à la consommation "à la carte", elle a grandi dans le web 2.0. Nous nous avons vécu sa transition, et sommes donc en retard sur certains phénomènes qui nous ont échappés. Il est parfois difficile pour un trentenaire de réaliser que YouTube, ce n'est pas que les lolcat et des vidéos "one-shot".

    Les chaines commencent-elles vraiment à prendre l’ampleur de cette émergence, réagissent-elles véritablement ou le média traditionnel à encore de beaux jours devant lui ?

    Canal+ débauche des youtubeurs pour ses programmes courts, Endemol décide de produire la chaîne "It's big" en invitant des youtubeurs à produire des vidéos pour eux... Oui, la TV a pris conscience du phénomène... mais ne l'a pas compris.

    Canal+ a complètement raté la gestion de la plupart des formats courts obtenus (La Question de la Fin, mon dieu quelle horreur), "It's Big" est un bide car on essaie d'y appliquer les "recettes classiques de la télé". Mais je ne pense pas que la TV soit proche de la mort. Je pense qu'un gros dégraissage va avoir lieu quand la nouvelle génération sera aux commandes. Mais attention, YouTube risque aussi de devenir le caniveau de TF1, M6 et leurs amis.

    Peut-on craindre à terme que YouTube se définisse comme un média classique par la suite, les Majors prenant le contrôle de la production, ou penses-tu que les Youtubers garderont le pouvoir afin de proposer des chaines originales ?

    Oui. Les medias fonctionnent par cycle, et YouTube finira un jour par devenir aussi mauvais que d'autres. Maintenant qu'on sait que YouTube rapporte de l'argent et permet de faire passer des messages publicitaires plus ou moins déguisés, les programmes pour "temps de cerveau disponible" débarquent, et je ne citerai pas de noms ici.

    Mais là où il y a de l'espoir, c'est que YouTube n'est pas un média élitiste. Pas besoin d'un studio et de grands moyens pour réussir : nos youtubeurs français les plus vus ont une caméra, un micro et une chambre. Donc, le contenu alternatif sera toujours disponible. Sauf si YouTube décide de changer les règles du jeu.

    entrevue,youtube,chaine youtube,découverte,leshaker,fredouat,cyril balayn,la tv c'est old,découvrir youtube,entretien,De façon très succincte YouTube surf en ce moment sur un vent de polémique. Les Youtubers rencontrant des soucis avec les « ayants droits », ils arrivent fréquemment de rencontrer des vidéos supprimées, sans le son… explique nous l’origine de cette crise !

    Un des principes fondateurs et essentiels à la création sur YouTube, c'est le "Fair Use", qu'on peut traduire par "Usage Raisonnable". Il s'agit d'un ensemble de lois aux USA qui permettent de ne pas soumettre aux droits d'auteurs (ou autres formes de propriété intellectuelle) les usages non abusifs de leurs support. Par exemple, un critique de cinéma ne va pas payer pour pouvoir utiliser quelques images de bande-annonce dans sa vidéo. Cette législation a ses équivalents dans d'autres pays, mais est très compliquée à uniformiser.

    Mais YouTube a récemment décidé que le plus simple sera d'être le plus strict possible par défaut; et de n'autoriser que les ayant-droits à utiliser leur contenu sur YouTube, ou à en autoriser l'utilisation à des tiers choisis par leurs soins. Si cela s'applique, beaucoup de questions vont se poser : est-ce la fin des critiques de cinéma, des let's Play (découverte d'un jeu avec le spectateur) ? Est-ce la naissance de chaînes Premium pour les ayants droits, qui fonctionneront alors comme des chaînes de télé censurant toute production ne leur plaisant pas ?

    Mais ne nous emballons pas, je suis personnellement persuadé qu'ils vont faire marche arrière, puisque certains ayant-droits ont déjà refusé eux-mêmes ce principe. En effet, pourquoi vouloir empêcher des youtubeurs de parler de leur production sans avoir à débourser un centime ?

    Y’a plus de télévision chez toi alors ?

    Une télévision 80cm mon pote ! Cathodique, qui pèse 20kgs et grésille dès que je l'allume !

    Je ne regarde quasiment plus la TV, à peine une heure par semaine pendant que je fais le ménage. Mais je compte quand même m'offrir un bel écran... pour les DVD/Blu-ray et pour regarder mes vidéos YouTube en meilleure qualité grâce à la box ! Je ne rejette pas la TV en bloc, certains programmes sont très bons, mais je les passe en Relay sur mon ordi pendant que je travaille sur mon blog par exemple. Ma TV, c'est une apparition éphémère sur le 2ème écran de mon ordinateur.

    Dernier coup de cœur YouTube ?

    Doxa, une émission proposée par Dany Caligula, un jeune passionné de philosophie qui expose brièvement des réflexions sur de grands sujets classiques de la discipline. C’est un sujet auquel j’aurais adoré participé, je trouve que la démarche philosophique est incomprise et mise à mal du fait de la manière dont elle est enseignée. Il s’agit pourtant de la plus belle des sciences. Voir quelqu’un la  vulgariser aussi bien est très touchant.

    Programme YouTube - Page Facebook - Twitter

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 2 commentaires
  • Mr Antoine Daniel en entrevue.

    Pour cette nouvelle rencontre focus autour de Mr Antoine Daniel créateur et présentateur de l’émission What The Cut. Pourquoi lui ? Antoine fait ce que nous faisions à l'époque, des vidéos, mais sans internet et avec un camescope s-vhs (oui j'ai 40 ans) c'est donc un moyen d'expression qui me parle. Enfin, et c'est un sentiment personnel, le type à du talent, et une voix. Merci à lui de m'avoir accordé du temps pour cette entrevue.

     

    antoine daniel,what the cut,entrevue,leshaker,chaine youtube,hors serie,vidéos,Antoine tu es le créateur de What The Cut, une série qui fonctionne bien sur le net actuellement, peux-tu nous présenter le concept en quelques lignes ?

    What The Cut est une émission dont le but est de commenter trois vidéos trouvées sur internet de façon humoristique. Mais il y a aussi des épisodes spéciaux sur des sujets particuliers où il y a plus de trois vidéos.

    Y’a une envie au départ, un truc qui t’as poussé à faire des vidéos ?

    J'avais envie de "'m'installer sur internet", avoir un concept récurrent, quelque chose que les gens pouvaient identifier. Au final je n’avais pas trop de but en commençant, juste m'amuser. Je me suis inspiré du concept de l'émission américaine =3 de Ray William Johnson.

    Ta chaine Youtube est créée depuis février 2012 tu vas atteindre les 45 000 abonnés, c’est une chose que tu peux anticiper ou le tourbillon est une surprise ?

    Je peux anticiper, je me rends bien compte du "succès" de la chaîne. Malgré tout, je reste tout de même surpris, agréablement évidemment, je n'imaginais pas un seul instant que tout irait aussi vite.

    Cyprien, Norman (en autres) sont des gens qui ont contribués à cette expression sur le net, tu en penses quoi d’eux ? Et as-tu des gens qui t’ont inspirés ?

    Cyprien, Norman & Co sont des gens que je respecte mais je ne m'en suis pas du tout inspiré, ce n'est pas réellement mon type d'humour. En France ma chaîne préférée est celle du Joueur du Grenier, ses vidéos sont bossées, drôles et inventives. Je suis beaucoup intéressé par les chaînes anglophones, mon Youtuber préféré est un anglais : Tomska.

    Un épisode se réalise en combien de temps ? Des projets futurs ?

    Un épisode se réalise globalement en 3 jours, 5 jours pour un hors-série. Oui, plein de projets, des vidéos absurdes avec un ami en préparation, une web série, et d'autres trucs

    J’ai un membre de ma famille qui t’adore, Stephen, il est jeune, il t'adore, il me parle de toi, une petite dédicace pour lui !

    Ben dédicace à Stephen, merci de me regarder et de continuer à partager mes vidéos. 

    La chaine sur Youtube - Le Facebook du garçon.

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 2 commentaires
  • Les chroniques de Lisianne #35. "téléphone maison"

    shake les mots de lisianne,leshaker,pacifique,lien,entrevue,au téléphone,contact,visa,aventure,Je laisse glisser un léger sourire, prendre le temps de m’assoupir, écouter le silence qui règne, me souvenir. J’ai eu ma sœur au téléphone, j’ai eu ma sœur pendant 27 minutes, le temps d’une discussion un petit moment pour nous deux juste elle et moi. Au départ j’étais arrivée guerrière, dans l’idée de briser mon silence de tenter vainement de m’expliquer, de trouver chez elle les réponses dont j’ai besoin, puis les choses se sont « comme souvent » déroulées autrement. Juste ma voix –

    « C’est moi ! »

    Puis le silence, entendre au loin les jeux de mes neveux, les sanglots de ma sœur. Un « c’est moi » à des milliers de kilomètres d’elle, le son d’une voix pour lui redonner l’image d’une sœur pour me retrouver face à elle et non dans cette course que je vis depuis quelques mois. Après les sanglots de ma sœur viennent les rires, quelques mots, la qualité de la conversation est limite mais je m’en fiche y’a juste un bout de fil qui vient de nous relier cela suffit. Elle avait besoin de l’entendre, je lui glisse –

    « Pardonne-moi ! »

    Elle devait l’entendre, loin d’un mea-culpa je me devais de lui dire, le silence et l’absence sont une souffrance dont je mesure aujourd’hui les dégâts, il n’est jamais trop tard. Elle aura le temps de me demander si je vais bien, si je mange bien, si je suis en bonne santé, l’instinct protecteur de ma sœur fait surface, je n’ai pas vraiment le temps de lui dire ou je suis, juste l’idée du pacifique, de cette terre brûlé, volontairement je ne donne pas de détails, il est trop tôt, mon retour doit s’effectuer dans le calme et la sérénité et je ne suis pas encore prête.

    Je laisse échapper un sourire au moment où je raccroche, nous n’avons rien échangé dans les mots mais tellement dans l’émotion. Je suis vivante. Dans quelques semaines je me dois de revenir en France pour des problèmes de visa, accorder quelques temps à des services administratifs et je pourrais de nouveau voguer ailleurs. Le temps pour moi d’accorder quelques heures à l’auteur de ce blog dans la capitale, libre à lui s’il le souhaite d’en raconter l’entrevue. Il est temps pour moi de continuer à tracer cette route, loin de vous, mais tout en gardant les gens que j’aime auprès de moi, donner de mes nouvelles, prendre le temps de vous faire parvenir mes chroniques et de vous donner le goût du départ et de l’aventure. Ici ce n’est pas mieux qu’ailleurs mais c’est loin et c’est l’horizon… et l’horizon dans mon cœur de petite fille m’a toujours fait rêver.

    [Lisianne/Leshaker]

    Lien permanent Catégories : Shake les mots de Lisianne [contribution]. 2 commentaires
  • T'es au courant ?#6. C'est un enchantement.

    t'es au courant,frederic lopez,la parenthèse enchantée,leshaker,laurent boyer,entrevue,en terre inconnueLeshaker - T'es au courant que Fréderic Lopez jouit d'un capital sympathie fort dans son émission "La Parenthèse Inattendue" ?

    Harold - Je pense que le succès des émissions de Frédéric Lopez repose sur l'idée de l'empathie, une prise de conscience de l'autre par la bienveillance. Un concept que l'on retrouve dans de nombreuses émissions et plus précisément chez M6 appelé communément « télé coaching ». Ces émissions qui vous proposent des solutions et du réconfort pour régler vos problèmes privés et professionnels et faire face aux inquiétudes de la crise économique : refaire la déco de sa maison avec des meubles suédois, trouver l'amour de sa vie avec une personne au mode de vie diamétralement opposée dans un pré.... L'idée c'est aussi répandu dans le management des entreprises qui n'hésitent pas investir dans la création des salles de sport, des crèches pour leur bien-être de leur salariés dévoués au culte de la performance et du chiffre. Certains économistes et philosophes pensent que l'empathie serait l'un des moteurs de l'histoire de la civilisation et pourrait être la solution pour créer un nouveau modèle d'économie, de civilisation basés sur les nouvelles technologies de communication et un meilleur partage de production énergétique écologique. Pour revenir aux émissions de Frédéric Lopez, je ne suis pas étonné de son succès, car il a su créer des émissions qui correspondent à cette tendance, mais dont je ne partage pas son discours sur le bonheur et sur la compassion de l'autre.

    Leshaker - Lopez c'est un peut notre Laurent Boyer des temps modernes ?

    Harold - Je trouve qu'il y a une analogie entre le point de vue carte postale de Dame nature de Yann Arthus-Bertrand et de son écologie mercantile et celle de Frédéric Lopez qui nous propose un voyage introspectif à la rencontre des groupes ethniques en voie de disparition. Cette vision humaniste écologique de Rendez-vous en terre inconnue qui flirte sur l'idée du néo bon sauvage pour nous faire prendre conscience par des images en HD que des civilisations peuvent disparaître à cause des pays industrialisés me rebute. Comment peut-on prendre au sérieux cette bienveillance pour son prochain par le point de vue d'une célébrité faisant du tourisme ethnique équitable ? La plupart des invités sont des humoristes, des acteurs qui seront capables de jouer sur plusieurs registres émotionnels afin de respecter le cahier des charges de la production. On a d'abord l'effet de surprise quand il découvre la destination, le sérieux sur l'avenir de cette communauté, le rire pour créer un effet de groupe et les larmes pour clôturer l'émission, et je ne parle de la soirée diapos en deuxième partie de la soirée en présence de l’invitée. 

    t'es au courant,frederic lopez,la parenthèse enchantée,leshaker,laurent boyer,entrevueCes invités en mal de désacralisation de leur image de star, à la recherche de leur moi originel souhaitant rencontrer ces gentils sauvages non pervertis par la société moderne et apprendre à quel point ils sont heureux malgré l'avenir sombre de leur communauté, il faut bien une morale. Le bonheur, c'est l'autre message important que l'on retrouve dans toutes ses émissions et notamment dans « La parenthèse inattendue ». Cette émission version vintage d'un temps suspendu ou des invités se retrouvent dans une maison remplis d'objets nostalgiques pour parler de leur enfance, de leur traumatisme et de la façon dont ils ont pu surmonter les épreuves de la vie. Merci à Frédéric Lopez d'avoir su créer des émissions nombrilistes pour bobos en mal de vire qui vont s’empresser d’organiser leur prochaine vacance à faire du tourisme ethnique et qui aimerait bien louer la maison de « La parenthèse inattendue » le temps d’un week-end. La comparaison avec l’émission Fréquence Star de Laurent Boyer est évidente mais je pense qu’il y a avait moins d’artifice et plus spontanée.

    Leshaker - La multiplication des émissions et des séquences ou les personnalités se racontent pullulent de plus en plus, on va finir par croire que cela fait fantasmer la ménagère ?

    Harold - Prosternons nous devant ses idoles païennes des temps modernes. Cette télé pseudo réflexive dont les invités se congratulent avec outrance leur bonheur autour d’une table avec pour décors un public passif qui les envie.

    Leshaker - Et son on finissait par renvoyer Lopez en terre inconnu ?

    Harold - Il est trop habitué au confort technique avec une logistique digne d’une superbe production hollywoodienne. Je le vois mal faire un reportage dans l’esprit J'irai dormir chez vous.

    Lien permanent Catégories : Shake si t'es au courant ! 8 commentaires
  • T'es au courant #4. FuckingSandy.

    J'ai ouvert la rubrique "T'es au courant" à mon amie Cindy qui vit à New York qui comme vous le savez vient de voir passer l'ouragan Sandy. Moment difficile pour elle, mais rien que des dommages matériels.


    ouragan sandy,entrevue,cindy,le shaker de cyril,tempête,cyclone,Leshaker - T’es au courant Cindy que Sandy est passée ?

    Cindy - #fuckingSandy !

    Leshaker  - Tu étais ou lors du passage de la tempête ?

    Cindy - Chez moi, j’ai eu de la chance, je suis dans un quartier de Manhattan qui a peu souffert de l’ouragan et qui dispose de l’électricité. C’était très impressionnant, la tempête est arrivée à une vitesse folle, les gens étaient au courant la tv ne cessait de répéter les messages d’alerte. Ce n’est que le matin que j’ai vraiment pris la mesure des dégâts.

    Leshaker - Ambiance ville morte ?

    Cindy - Proche des images du film « je suis une légende » avec Will Smith, la réalité venant rejoindre la fiction.

    Leshaker – Toi tu vas bien c’est le plus important ?

    Cindy – Oui moi je vais bien mais mon agence moins. Elle se trouve dans le sud de Manhattan, elle n’a pas supporté le passage de l’ouragan, car évidement je donne sur le trottoir (pourtant très pratique pour regarder les gens qui passent)… bref 4 mètres de flotte, un paysage chaotique, des ordis dans la flotte, des dossiers, des papiers très importants. Je savais que la tempête ferait mal mais j’étais loin de penser à la montée de l’eau.

    Leshaker – MAAF ?

    Cindy – Si tu savais le bordel des assurances aux Etats Unis. Comme quoi notre pays c’est un bon pays (oui il faut le dire aussi !)

    Leshaker – Et le moral ?

    Cindy – J’en ai profité pour me couper les cheveux, m’aérer la tête, faire des choses différentes, je crois même que j’irais courir dimanche lors du marathon… je repousse le moment de ma reprise, de mon boulot… je suis maudite, ma petite boite n’avait que 8 mois et il va falloir la faire renaître.

    Lien permanent Catégories : Shake si t'es au courant ! 0 commentaire
  • Camille en entrevue.

    Une entrevue avec une de mes connaissances, Camille qui est coloriste BD. Une profession dont on parle peu, une passion en tout cas et le plaisir de donner de la couleur. Camille en entrevue pour Leshaker c'est  maintenant.

    camille galichet,camille paganotto,coloriste bd,festival bd angoulême,cyril balayn,le shaker de cyril,dessiner,colorier,entrevue

    Salut camille, tu es coloriste BD, peux-tu en quelques lignes nous présenter ton parcours ?

    Etant donné l'absence de formation à ce métier, mon parcours est comme celui de tous les coloristes, atypiques. J'ai fait des études universitaires d'italien et de français langue étrangère, me destinant au professorat et puis les rencontres de la vie m'ont fait découvrir l'existence de ce métier que (comme beaucoup de personne) je ne soupçonnais même pas. J'ai tout de suite été attirée !

    La Bd est une passion depuis toujours, y’a-t-il eu un évènement qui s’est imposé à toi pour un jour t’imposer comme coloriste ?

    Pas du tout. S'imposer dans ce "créneau" est extrêmement délicat et notre place est remise en jeu avec chaque nouvelle parution. Il faut savoir être toujours présent en terme de qualité du travail et en quantité d'albums, 2 choses très difficiles à combiner ensemble.

    J’imagine que c’est un travail artistique en étroite collaboration avec les auteurs, comment se fabrique cette alchimie ?

    Effectivement, en tant que coloriste nous devons être à l'écoute des auteurs, de leurs demandes, de l'univers qu'ils recherchent et cela se fait soit par un cahier des charges très détaillé soit par une "connexion artistique", une sensibilité commune sur des thèmes, des ambiances...

    camille galichet,camille paganotto,coloriste bd,festival bd angoulême,cyril balayn,le shaker de cyril,dessiner,colorier,entrevueDepuis toutes ces années le souvenir le plus marquant que tu gardes de tes rencontres, de ton travail ?

    Difficile de n'en garder qu'un ! Les longues soirées du festival d'Angoulême dont ma rencontre avec l'agent américain d'Alex Ross alors que la navette nous avait oubliés 3 heures sur un parking, et dernièrement ma rencontre avec l'adorable et excellent Philippe Geluck avec qui j'ai une série en cours.

    Tu as participé à l’organisation en 2006 du festival de la Bande Dessinée de Lyon, c’est encore d’actualité aujourd’hui ?

    Effectivement j'ai participé à l'organisation du festival lors de sa création en occupant le poste de responsable des auteurs et ce pendant 4 années. Aujourd'hui je me suis retirée de cet engagement car le festival en prenant de l'ampleur, nécessitait de travailler plus de 3 mois consécutifs, bénévolement, et cela m'était devenu impossible.

    Avant de nous quitter Camille, ton actualité du moment c’est... ?

    En Août vous devrez voir sortir le premier tome d'une nouvelle série avec Devig (scénario et dessin) "Le croiseur fantôme" chez Casterman.

    Site.

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 0 commentaire
  • Ladyblogue en entrevue.

    Elle m'a remercié pour cette entrevue j'ai répondu en lui disant que c'était une évidence pour moi que de faire un focus sur son blog. Nous avons tous des blogs que nous suivons depuis un moment, c'est le cas pour moi avec ce dernier. J'aime son univers, son graphisme, l'esthétisme qui en transpire, Ladyblogue « l’éphémère en continu » c’est maintenant en entrevue.

     

    ladyblogue,alter ego,entrevue,interview,cyril balayn,le shaker de cyril,parler de moi,focus,l'éphémère en continu,graphisme,esthétismeTon blog est très graphique, il s’en dégage un certain esthétisme et une certaine sensualité. As-tu conscience ce qu’il dégage et de l’impact sur les lecteurs ?

    C’est vrai que j’accorde une place très importante au côté graphique de mon blog. C’est capital pour moi. Je passe parfois (souvent) plus de temps à chercher la photo pour illustrer le billet que d’écrire le billet en lui-même. Les billets sont écrits rapidement, « automatiquement », sans retouche si ce n’est orthographique.

    J’espère que mon blog dégage un univers harmonieux, tantôt étonnant, tantôt poétique, tantôt amusant, tantôt provocateur. Ensuite, l’impact sur les lecteurs… Difficile à dire. Disons que j’espère que ca leur donne envie de revenir découvrir des choses.

    Tu blog depuis quelques années, c’est un véritable exercice que de te tenir le rythme, comment fais-tu le choix des notes ?

    Je blogue depuis maintenant plus de 7 ans. Presque 2000 notes ont été publiées. Souvent on me pose cette question « comment fais-tu pour écrire si souvent ? Pour trouver les sujets ? ». En fait, Ladyblogue est un espace très spontané, sans calcul. Une émotion, une actu entendue à la radio, une photo dénichée dans un magazine, un regard dans la rue, une musique, une discussion… tout peut devenir sujet tant qu’il me touche. Il n’y a pas de choix de notes, les notes viennent à moi.

    Pour revenir sur ma première question penses-tu que ton travail dans la publicité, la communication, joue un rôle important (conscient ou inconscient) sur l’aspect visuel de ton blog ?

    C’est vrai que la photo, les couleurs, le design, la typo sont mon quotidien. D’où ma présence un peu partout sur les réseaux sociaux notamment là où l’on peut diffuser de l’image (instagram, pinterest...). L’image, le « visuel » est mon univers, fait partie de ma sensibilité.


    ladyblogue,alter ego,entrevue,interview,cyril balayn,le shaker de cyril,parler de moi,focus,l'éphémère en continu,graphisme,esthétismeTu as un second blog « Alter Ego » ou les mots sont importants. C’est un prolongement obligé de « ladyblogue », de toi et de ta passion des mots et des livres ?

    J’ai créé Alter Ego quelques années après Ladyblogue. Autant Ladyblogue est un espace irréfléchi, autant Alter Ego est pensé, pesé, calculé. Les mots sont choisis, réfléchis, écris et réécris. Ces deux univers ne pouvaient pas être communs. Alter Ego est très hermétique, je pense que la plupart ne pige rien du tout ! Mais ici, bizarrement, ce n’est pas cela qui prime. Alter Ego est un cocon beaucoup plus intimiste, presque égoïste. L’inverse de Ladyblogue.

    J’ai 40 ans lundi 25 juin que peux-tu me souhaiter ?

    D’être en accord avec toi-même. De ne pas succomber à la tentation de faire certaines choses au détriment de tes envies à toi. Ne pas tomber dans la frustration personnelle. Hyper difficile.

    Derrière Ladyblogue se cache un prénom, tu as carte blanche pour « ne pas répondre » voir même d’y ajouter trois petits points, le mystère est aussi une chose délicieuse !

    Oui, derrière Ladyblogue se cache un prénom, mais est-ce vraiment important de savoir si je m’appelle Marcelle, Églantine ou Blandine. Je ne pense pas. Je donne beaucoup de moi sur mon blog, sur ma vie, mes aspirations, mes découvertes, mes émotions. Mon prénom n’est qu’un détail de l’histoire…

    Ladyblogue l'éphémère en continu c'est ici.

    Alter Ego

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 0 commentaire