Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Leshaker - Page 2

  • Définitions #115

    fuck,enculé,batard,solitude,fuck off,leshaker,flolou,cyril balayn,se faire foutre,connard,définitions,mise au point,doigt d'honneur,Comme une envie de tuer : Oui je t’emmerde toi. Tu te reconnaîtras. Je t’emmerde car je suis droit dans mes pompes. Les failles et les faiblesses me composent mais je déteste qu’on m’utilise. Alors oui je t’emmerde. Un jour tu comprendras mais il sera trop tard. Pauvre con ou pauvre conne (ça c’est pour brouiller les pistes).

    Evidence : Enfin un projet avec des gens dedans et des envies dans la tête. Donner un angle différent aux textes d’une blogueuse que j’affectionne particulièrement est comme une évidence pour moi. Je ne sais pas ce qu’il sortira de ce projet, mais peu importe c’est l’envie et le désir qui prime. Bientôt. #ladyblogue

    Cette solitude : Je partage des discussions très intéressante avec un ami qui souffre de ce mal. Cette véritable solitude ou tu n’as plus de contact, rien, ou t’as juste toi pour répondre à tes questions. Pour l’en sortir je me demande si nous ne devrions pas en faire un spectacle. Une histoire. Un bout de vie sur scène. En cours.

    Bah bravo : Se faire engueuler par sa mère pour cause de maquillage aggravé. Check. Bientôt 13. #mafille

    Young : Depuis que je vis dans ma ville natale je retrouve des gens, mes amis, ma jeunesse. En nous racontant nos histoires et nos souvenirs y’a du « jadis » dedans et pourtant au final on est toujours aussi jeune et plus encore qu’hier.

    Une petite Cup ? : Je voulais vous remercier pour les lectures nombreuses de la contribution de Coline Kifouine. Elle m’a dit que je lui avais redonné le goût de l’écriture et j’en suis touché. Une première contribution qui je l’espère ne sera pas la dernière.

    Une fée :  Elle est bien là et au-dessus de moi. Reste.

    [crédit photo Kenno Punder]

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 2 commentaires
  • Vous n'avez aucun message.

    connection,solitude,seul,message,portable,jadis,connecté,vintage,humeur,seul,seul au monde,flolou,leshaker,cyril balayn,Le bouton rouge du répondeur qui clignote. Tu sais cet instant magique ou en rentrant chez toi tu vas découvrir si une personne pense à toi ou a cherché à te contacter. Bon pour connaître ça il faut être un peu vieux comme moi ou pas tout jeune, ou sur un début de fin, enfin entre deux âges. C’est la première chose que tu regardais en rentrant chez toi, tu t’en faisais une joie, les plaisirs les meilleurs sont aussi les plus simples. Il pouvait y avoir de la déception en écoutant le bip bip du rien du tout, ou un message à la con.

    En cette période il existait un espace-temps ou tu pouvais te demander que quelqu’un, quelque part, pouvait tenter de te joindre ou le désirait. Tu n’étais pas dans la même notion d’attente du message, il y avait un moment où personne ne pouvait te contacter

    Nos connections servent à cela. A nous rendre compte de notre solitude quand rien ne sonne. Une nouvelle fois nous avons matérialisé ce que nous pouvions soupçonner avant.

    [crédit photo Bruno Birkhofer]

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 2 commentaires
  • Une Cup pour le nouvel an ?

    [Coline Kifouine]

     

    les princesses,cup,règle,menstruation,sang,tampon,cup,la cup,fille,femme,cycle,coline kifouine,leshaker,flolou,cyril balayn,contribution,la cup,Tu ne m’attendais plus et pourtant me voilà. Oui tu sais bien je suis toujours là où on ne s’y attend pas. Alors toi tu rigoles déjà parce que tu sais qui je suis mais les autres sont déjà en train de pédaler dans le potage. Enfin…

    Nouvel An, voilà une bonne occasion pour s’offrir une petite coupe. Ouep ! Une petite ! Non parce que tu vois, ce qu’on me dit souvent avant de me connaître, tu sais, ceux qui jugent seulement sur l’apparence… et bien ce qu’on me dit souvent c’est que je suis énorme. Enorme… Te rends tu comptes ? Je ne comprends pas bien, je suis pourtant toute petite… et bien plus petite que ce qui les effraie beaucoup moins d’habitude. Ils sont drôle les gens. Et surtout les hommes bizarrement. Oui ça c’est vraiment bizarre… Ou peut-être que je suis en plein complexe d’infériorité et lorsque je me compare je me trouve toute petite alors que… pas du tout. Tu sauras peut être mieux me dire Toi… tu auras une vision juste des choses.

    Laisse moi d’abord me présenter… A l’époque, quand j’étais encore anonyme… j’étais transparente. Basique. Simple et sans chichi. On m’aimait comme ça après tout. Je suis utile alors mon côté fashion… ça restait du détail. D’ailleurs je me demande encore maintenant quel est l’intérêt à me déguiser… Mystère. Je ne suis portant pas de celles qu’on expose. M’enfin tu sais bien, les filles et les paillettes... Et puis tu sais bien comment c’est, il a fallu se moderniser. Je me suis colorée, j’ai eu quelques variations de forme, de taille pour que je puisse m’adapter à tous les âges et être confortablement installée incognito sans gêner personne. J’aime la discrétion. Parce que chez mes copines, y a toujours un truc qui se voit. Moi j’arrive à me faire oublier. Complètement. Ou presque. On pense à moi quand même 2 fois par jour. Sous la douche en général, c’est là que je préfère sortir en toute discrétion et sans déranger personne. Enfin j’attends sagement qu’on m’y invite. Et quand on ne m’y invite pas… je ne suis vraiment pas chiante… je peux absolument tout faire ! Tout ! Et personne ne sait que je suis là ! C’est mon côté ultra malin.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les princesses [contribution]. 2 commentaires
  • Vous allez m'aimer bordel de merde

    C'était un bien joli noël. Et c'est tellement important de se donner du plaisir soi-même. Vous étiez-là. Une grande partie. Ceux que je connais de près comme de loin, vous que j'ai aimé lire dans mes entrevues. Vous étiez-là. Je ne cherche jamais rien dans mes délires et mes envies, je fonctionne à l'instinct et au feeling. Juste le fun, vous, nous, tous, un immense merci pour mon plus cadeau de noël, vos photos, vos messages. Je n'oublie pas celles et ceux qui ne sont pas là et qui ont pris le temps de me répondre. Merci, merci et merci et plus encore.

     

    #ladyblogue ma base en matière de blog. La première que j'ai commencé à suivre et c'est encore le cas aujourd'hui. La plus grande blogueuse du monde et de la terre entière (voir de l'univers intergalactique).

    joyeux noël,hohoho,père noël,cadeaux,kado,blog,cyril balayn,la siphonée,sylmi photographe,dlmns,kinou,le beau temps,tikero,ladyblogue,restons futiles,vinvin,cyrille de lasteyrie,selfie,participation,contribution,souhaiter un joyeux noël,cyril balayn,flolou,blogueur,

    #vinvin auteur, producteur et comédien... une chance incroyable que ce grand Mr de l'internet vienne contribuer à mon noël. N'en doute pas il aime aussi Clint Eastwood.joyeux noël,hohoho,père noël,cadeaux,kado,blog,cyril balayn,la siphonée,sylmi photographe,dlmns,kinou,le beau temps,tikero,ladyblogue,restons futiles,vinvin,cyrille de lasteyrie,selfie,participation,contribution,souhaiter un joyeux noël,cyril balayn,flolou,blogueur,

    #sylmi un photographe et un passionné. Vivre de son art est certainement la chose la plus compliqué. Il a une énergie débordante et prochainement j'ai des projets avec lui

    joyeux noël,hohoho,père noël,cadeaux,kado,blog,cyril balayn,la siphonée,sylmi photographe,dlmns,kinou,le beau temps,tikero,ladyblogue,restons futiles,vinvin,cyrille de lasteyrie,selfie,participation,contribution,souhaiter un joyeux noël,cyril balayn,flolou,blogueur,

    #DLMNS un vidéaste de talent. J'ai commencé à apprecier son travail en découvrant l'aftermovie du carnaval de Caen. J'aime bien ce mec. Flashback de mes années ou je bossais avec une caméra VHS.

    joyeux noël,hohoho,père noël,cadeaux,kado,blog,cyril balayn,la siphonée,sylmi photographe,dlmns,kinou,le beau temps,tikero,ladyblogue,restons futiles,vinvin,cyrille de lasteyrie,selfie,participation,contribution,souhaiter un joyeux noël,cyril balayn,flolou,blogueur,

    #kinou ce dessinateur de talent est suivi aujourd'hui par plus de 11 000 personnes sur Instagram. Son idée, dessiner ses abonnés. Une idée de fou, j'aime.

    joyeux noël,hohoho,père noël,cadeaux,kado,blog,cyril balayn,la siphonée,sylmi photographe,dlmns,kinou,le beau temps,tikero,ladyblogue,restons futiles,vinvin,cyrille de lasteyrie,selfie,participation,contribution,souhaiter un joyeux noël,cyril balayn,flolou,blogueur,

    #la siphonnée elle est une toute nouvelle blogueuse et surtout très engagée. J'avais eu l'occasion de la découvrir lors de la manifestation Movember sur la santé masculine. 

    joyeux noël,hohoho,père noël,cadeaux,kado,blog,cyril balayn,la siphonée,sylmi photographe,dlmns,kinou,le beau temps,tikero,ladyblogue,restons futiles,vinvin,cyrille de lasteyrie,selfie,participation,contribution,souhaiter un joyeux noël,cyril balayn,flolou,blogueur,

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 0 commentaire
  • Ho HO Ho

    C'est noël et je trouve que cette petite réalisation de mon pote graphiste et très très jolie. 

    leshaker,graphisme,graphique,réalisation,palette graphique,cyril balayn,david rault,leshaker,flolou,dessin,header

     

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 0 commentaire
  • Définitions #114

    définitions,tabou,statistique,flolou,leshaker,cyril balayn,blog,coup de coeur,père noël,amis,bonnasse,meuf,girly,Projet : Dans l’idée de poser des mots avec un comédien sur vos textes, vous les blogueurs, vous que j’aime lire. Je selectionne actuellement quelques textes, et on verra si la video et un acteur charismatique donne un autre sens, un autre goût à vos mots. Début 2016.

    Marketing : Pour la première fois de ma vie Star Wars m’a soulé.

    Digital : Tu le sais ou pas mais si tu oses m’envoyer ton adresse (ici ou sur facebook en message privé) tu me verras atterir dans ta boite aux lettres. Le projet est débile mais c’est aussi l’occasion de sortir du numérique et de vous envoyer un petit mot chez vous.

    Flasback : La vie reste quand même un grand tourbillon. J’ai retrouvé des amis et découvert des vies.

    Croire au Père Noël : Donne moi du soleil, loin, loin, loin, très loin… déconnection

    Tabou : je sais qu’au fond vous êtes derrière vos écrans. Je le sais. Pourtant force est de constater que vous ne me suivez plus, ou differement, ou plus du tout. J’ai toujours eu conscience de mon envie de bloguer puis avec le temps j’ai fini par aimer que vous me suiviez que vous me lisiez. J’ai certainement moins d’envie, j’ai certainement loupé un tournant pour vous accrocher, peut être que je n’ai pas trouvé le moyen de vous/nous interesser. Il est si simple de manquer un rendez-vous. La chose qui me rassure c’est qu’en general j’ai de l’audace dans les derniers moments.

    Sous-marin : Mon compte Facebook se modifie un peu. Il faudra m’ajouter ou juste t’abonner (ça c’est bien si t’as la honte que j’apparaisse dans ta liste d’amis), pour me suivre totalement. 

    Photo : J’ai peut-être trouvé mon style.

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 2 commentaires
  • Denis en entrevue.

    Comme une évidence de faire un focus sur le travail de Denis. Il est blogueur. Photographe aussi. il aime Paris et les jolies choses. J'aime son travail depuis quelques années déjà, ses articles et sa façon de mettre en scène cette si jolie ville. Je vous invite vivement à parcourir son blog photos, Denis en entrevue c'est maintenant... [denis Photos] [Le blog] [facebook]

     

    denis,photo,photographe,denisphoto,paris,thématique,blogueur,leshaker,flolou,cyrilbalayn,parisien,bobo,modèle,entrevue,interview,blog,appareil photo,cyril balayn,leshaker,denis,photographe,Denis tu mets en scène cette merveilleuse ville de Paris au travers de ta vision d’où vient cet amour pour cette ville ?

    Bonjour Leshaker d’abord merci beaucoup pour cette entrevue c’est un grand privilège de passer chez toi, moi qui te lit depuis fort fort longtemps.

    Mon amour de Paris date de mon adolescence alors que j’habitais en banlieue, je rêvais d’y vivre, mais plutôt pour les côté cosmopolite et festif. J’aime les gens et la foule et Paris est l’endroit idéal pour se fondre dans la masse et observer ce qui se passe. C’est avec le temps que je me suis passionné par l’architecture de cette ville.

    C’est avec mon blog que j’ai commencé à tout photographier pour illustrer mes articles et que je me suis aperçu qu’il y avait tant de choses différentes à voir. J’aime Paris et c’est l’endroit que je photographie le plus mais j’adore la France qui regorge de beautés et soyons fou, le monde entier ! Il y a tant de choses à faire, je regrette tellement de ne pas en profiter d’avantage, c’est dommage d’être enfermé dans un bureau à essayer de gagner sa vie.

    Comment s’organise une séance et comment viennent les idées de mettre en valeur les lieux ?

    Je suis très attaché à la lumière c’est la seule chose qui change quand on regarde un monument, donc je vais surtout me balader le matin ou en fin d’après-midi pendant les heures où la lumière est la plus douce.

    En fait je vais plutôt chercher de la lumière et si je croise la tour Eiffel en arrière-plan c’est tant mieux mais je n’irais pas spontanément la photographier, sauf si je dois écrire un article. Mais à Paris j’ai un peu fait le tour des endroits à photographier, je recherche surtout des ambiances grâce aux gens, car ce sont les parisiens qui font vivre cette ville, j’aime beaucoup la photographie de rue pour saisir le quotidien mais je me tourne de plus en plus vers le portrait car j'aime les gens et les femmes en particulier...

    Depuis les attentats ton travail s’opère t’il différemment et comment vit le parisien que tu es ?

    Absolument pas, je suis sorti le lendemain pour faire des photographies du forum des Halles qui était complètement vide un samedi après-midi, c’était tellement flippant. Mais je n’ai pas changé mes habitudes même s’il faut l’avouer par moment j’ai un peu peur, mais plus pour ma fille qui va vivre dans le drôle de monde que nous lui laissons que pour moi-même.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 0 commentaire
  • Né au tout début d'une fin.

    generations,cycle,tradition,new age,jeunesse,début,fin,generation,nostalgie,leshaker,flolou,cyril balayn,commencer,1972,né,naître,départ,tradition,Né en 1972. Terminer un cycle pour en recommencer un autre, cela pourrait être notre destin. Ne jamais aller au bout des choses ou arrivant trop tard dans un train filant à tout allure. Faire avec le passé en rêvant du futur. Je suis né en 1972, au tout début d’un cycle pour « peut-être » crever au milieu ou à la fin d’un autre.

    Vivre avec le féminisme, voir les femmes indépendantes, libres, et de temps en temps se faire bousculer par la réalité et se dire que le combat reste encore de mise. Mais vivre avec et se construire autour du respect et ne plus vraiment comprendre les enjeux d’aujourd’hui et que finalement les choses avancent lentement.

    Devenir homme, garder son costume de Superman tout en passant l’aspirateur. Chercher son rôle.

    Être père. Désacraliser la paternité, un papa d’aujourd’hui, qui aime, qui vit, qui observe, qui vibre. Être un père né en 1972. Se débrouiller seul, bousculer les codes, ne pas avoir besoin de l’autre pour faire.

    Sensuellement accepter sa féminité, ne pas la cacher, en jouer de temps en temps, être à l’écoute et de nouveau comprendre que les plus belles histoires se jouent dans les films et bien moins dans la réalité.

    Je suis né en 1972. Né dans un code traditionnel tout en me construisant dans la liberté des corps et de son expression. Au milieu de tout cela trouver ma place, trouver mes repères, anticiper le lendemain, ne jamais me laisser envahir par la nostalgie.

    Je suis né au début d’un tout et au milieu d’un rien. Je suis un homme d’aujourd’hui.

    [credit photo Anna Golitsyna]

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 4 commentaires
  • Pornographie et addiction.

    J’ai rencontré Lionel en mai 2014 pour la rubrique « Être père ». J’ai gardé des liens bien évidement avec quelques papas. Puis un jour à force de discussion, de partage et une certaine complicité Lionel et moi avons échangé. Un jour nous avons parlé d’une thématique, celle de la pornographie, de l’addiction qu’elle peut procurer et des troubles que ce dernier vivait. Un sujet intéressant selon moi et dont j’ai souhaité faire partager le parcours de cet homme. Les propos de Lionel ne concernent que lui. Mes entrevues ne sont que des photographies d’une situation à un instant très précis. Rien n’est figé. Jamais. Merci à lui. [Lionel 37 ans, Laval]

     

    pornographie, addiction,sex,sexe,bite,baiser,solitude,jacquie et michel,sexualité,homme seul,père,leshaker,flolou,cyril balayn,entrevue,addictif,site porno,porno,pornographie,Lionel tu as 37 ans la pornographie se consomme facilement actuellement, t’es tombé dans le chaudron il y a longtemps ?

    Pas vraiment. Je te mentirai si je te disais que je n’ai jamais rien regardé. C’est devenu surtout un palliatif depuis ma séparation, une sorte d’engrenage dans lequel je me suis glissé. J’ai honte et pas vraiment, je trouve ça pathétique bien sûr mais c’est la seule solution que j’ai réussi à trouver.

    Une solution ?

    Oui une solution à ma solitude. Une solution à n’avoir personne dans ta vie, à te faire chier tous les soirs, la solution pour combler un manque, la solution physiologique. A un moment tu composes, tu fais ce qui semble le plus simple et le mieux pour toi. T’as pas toujours raison.

    Tu en parles comme une drogue. C’est le cas ?

    Oui c’est le cas, enfin il me semble. Je suis actuellement dans une période de remise en cause suite à certains évènements. Il est tellement si simple d’allumer le pc, tellement si simple d’y accéder sans payer. J’ai des limites. Je ne tombe pas dans l’addiction financière des sites ou des chaines tv pour en avoir plus encore, c’est ma seule limite, mais ce n’est pas forcement pire.

    Cette pornographie dont tu parles comment tu l’utilise ?

    Comme une dose quotidienne. Bim t’allumes le pc et tu fonces dessus. C’est à la limite d’y aller sans en avoir envie, un peu comme cette clope que tu allumes sans vouloir fumer. Je te dis c’est tout le souci aujourd’hui et depuis des années il est si simple d’y accéder.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 2 commentaires
  • Pourquoi il faut aimer Orelsan !

    comment c'est loin,orelsan,gringe,pathécaen,caen,ville de caen,tournage,film,caen,leshaker,flolou,cyril balayn,critique,comment c'est loin,cinéma,avant première,Comment c’est chiant, comment c’est long. Comment je vais faire ? Comment vais-je supporter ? Au final Comment c’est loin l’ovni cinématographique d’Orelsan n’est rien de tout cela.

    Je ne partais pas perdant car je n’ai jamais véritablement détesté l’univers de ce dernier, j’ai fini par m’intéresser à cet artiste très souvent attaqué par la violence de ces textes et là aussi je ne comprenais pas. Mercredi dernier, 20 heures, j’avais le cul assis sur le fauteuil de l’avant-première de Comment c’est loin pour tenter de comprendre finalement.

    La résonance du film est plus forte chez les caennais, le film étant tourné dans notre jolie ville #pasobjectif. Pourtant je me suis laissé entrainer dans l’univers d’Orelsan, je suis bien plus vieux que lui mais pourtant il reflète une certaine génération, les galères, les orientations, les envies, l’éphémère, la quête de l’identité, les réussites et les échecs dans le même sac.

    comment c'est loin,orelsan,gringe,pathécaen,caen,ville de caen,tournage,film,caen,leshaker,flolou,cyril balayn,critique,comment c'est loin,cinéma,avant première,On se marre bien aussi dans ce film (et c’était pas gagné). Acheter un portable pour se faire passer pour une fille et converser avec son pote pour analyser sa rhétorique des sms, j’ai trouvé l’idée très amusante. A ce titre l’idée n’est pas nouvelle, j’ai dialogué par mail avec un mec (un canadien) durant des mois (j’étais jeune mais le web existait déjà), juste pour voir comment les choses peuvent se passer dans la tête des garçons. Mon côté féminin je l’exploitais déjà. Tu vois quand je te dis que ce film parle à ma génération, aussi.

    Comment c’est loin n’est pas un grand film, mais il a un avantage sur les autres. Il est fabriqué par des gens passionnés, avec les moyens du bord. Le film se termine d’un coup, rapide, comme une impression d’inachevé et c’est d’ailleurs l’idée centrale du film.

    Orelsan, Gringe et l’équipe du film arrivent sur scène. Merci. Comment c’est loin est une photocopie d’un bout de vie. A découvrir "éventuellement" (sortie le 9 décembre).

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 0 commentaire