Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Leshaker - Page 6

  • Sylmi photographe en entrevue.

    Il est un des acteurs de la ville de Caen et au-delà au travers de son travail photographique. Sylmi est un passionné et j’aime ça. J’ai souhaité faire un focus sur son activité, sur ses projets et ses ambitions. Il aime la photo, Photoshop, les super-héros et le hard-rock, entrevue avec Sylmi photographe. [page Facebook] - [site web]

     

    sylmi fotographe,caen,photographe,cliché,super-héros,sylmi,photo,photographe,flolou,cyril balayn,entrevue,leshaker,rencontre,ville de caen,caennais,jeux,nuit du jeux,cargo,Quittant l’univers de l’informatique tu as décidé de te diriger vers l’univers photographique. Peux-tu nous raconter ton parcours mais surtout l’envie de départ qui t’a conduit vers ce domaine ?

    En fait j’ai repris goût à la photographie surtout parce que j’ai retrouvé mon cocon de base qui est la ville de Caen dans laquelle je me sens très bien et à ma place, après 12 ans d’absence en passant par Paris et Grenoble. J’ai ensuite retrouvé mon cercle d’amis ainsi que tous mes points de repère et juste après j’ai retrouvé un boulot en tant qu’informaticien pour un laboratoire.

    Finalement par un concours de circonstances qui dans mon cas étaient plutôt favorables le poste qui devait être créé pour moi en 2014 n’a pas été réalisé donc je me suis dit que j’avais profité de mettre en place à nouveau mon statut d’auto entrepreneur en tant que photographe et graphiste.

    J’ai donc décidé d’investir dans mon propre matos photo et de commencer par refaire des photos de concert de hard rock chose que je faisais déjà sur Paris entre 2001 et 2004, je choisissais également d’autres thématiques afin d’être dans différentes configurations pour avoir parfaite pris en main de mon Nikon D3200.

    Étant donné que je suis graphiste je me suis dit également que cela pouvait être sympa de combiner les deux les deux professions à travers la photographie ce qui a priori est devenu ma marque de fabrique.

    Tu travailles régulièrement sur des « shooting à thème », peux-tu nous expliquer en quoi cela consiste et comment se construit le projet ?

    En ce qui concerne les shooting effectivement j’adore partir sur un thème qui souvent est en rapport avec le cinéma.

    Étant moi-même très cinéphile et comme je rêverais d’être directeur de la photographie sur un tournage de film (LOL) je me suis dit « pourquoi tu ne ferais pas des shooting inspirant de films que tu aimes ? » Et en même temps je me suis aperçu que personne n’avait vraiment dans cette voie.

    sylmi fotographe,caen,photographe,cliché,super-héros,sylmi,photo,photographe,flolou,cyril balayn,entrevue,leshaker,rencontre,ville de caen,caennais,jeux,nuit du jeux,cargo,Je suis également un énorme consommateur de bandes originales de films ce qui peut parfois me donner l’impulsion d’une source d’inspiration pour un sujet à faire.

    Après en fonction du sujet et du thème que je voudrais faire je cherche des collaborations avec des modèles hommes et femmes.

    Comme je l’ai dit juste avant de il s’agit de collaboration donc pas de notion de rémunération mais plutôt de partage commun, moi ça me permet de m’exercer aussi bien sur la photographie que sur la partie poste traitement après le shooting pour retrouver l’environnement que je souhaitais obtenir, et ça fait de la matière pour le modèle qui a parfois besoin de photos.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 0 commentaire
  • Définitions #109

    définitions,ma fille,parentalité,chaos,vierge,doris arnold,entrevue,leshaker,flolou,cyril balayn,photos,atelier,église,caen,ou trouver quoi à caen,damien lemennais,aftermovieMichel Cymes : Quand je me lève j’ai mal. Quand je marche j’ai mal. Quand j’écoute ma voisine j’ai mal. Quand j’ai envie d’écrire j’ai mal. Bordel j’ai la maladie la plus merdique de l’univers. Je pourrais vous le dire mais je sais d’avance que vous allez vous foutre de ma gueule (et vous auriez raison).

    Elle : J’ai la chance de connaître des gens bien. Ils se reconnaîtront. Et ils sont là. La base.

    Clic Clac: Vendredi dernier j’ai fait une série de photos avec l’Atelier Photographik, c’est pas ma tasse de thé mais j’avais très envie de tout changer. On a bien rigolé, très productif, il reste l’art du montage Photoshop (du chinois pour moi). J’ai hâte de voir le résultat qui sera à la hauteur de mes attentes (là c’est pour bien mettre la pression). Bientôt.

    J’ai vu la vierge : Dans cet énorme chaos qu’est ma tête et ma vie, il existe des petites pépites de joie, comme des éclats. A force d’être sur la toile et de construire des choses pas à pas ont fini par prendre la mesure de son audace. Je vais rencontrer Doris Arnold. Pour une entrevue. Il faut savoir que rencontrer Doris c’est pour moi comme un chrétien qui irait saluer le pape, sauf que moi je suis athée et fan de son art de pole dance. Elle représente la quintessence la plus ultime de la sexytude, je l’ai toujours pensé. Je vais être timide, petit, timide, liquide, tout petit, mais heureux. Bientôt.

    Dans ma peau : Ce petit bout de femme me plait. Elle. Lou. Ma fille. Petit à petit elle change dans ses envies et ses délires, dans sa façon de se tenir, dans ses odeurs, dans sa façon bien à elle de voir la vie et les choses. Ce petit bout de femme me plait.

    Vous : Merci pour tous vos gentils mots sur l’entrevue de la page « Ou Trouver Quoi à Caen », je vais de toute évidence axer mes prochaines entrevues sur les acteurs de ma ville (Caen). Très envie de m’ouvrir à cette si jolie ville et à celles et ceux qui lui donnent du mouvement. A ce titre,  demain mercredi 13, et après les portraits de Damien Lemmenais (réalisateur de l’aftermovie du Carnaval de Caen) et Yannick auteur de la page « Ou Trouver Quoi à Caen », une entrevue avec le photographe Sylmi, un passionné Caennais qui viendra nous raconter son parcours.

    Photo : Je crois que je ne me suis jamais autant baladé dans les églises de ma ville dernièrement. Je ne suis pas croyant, athée même, mais ce sont des lieux, ça résonne, ça transpire l’histoire… moi qui cherche la mienne. Cette photo est venue dernièrement illustrer les péripéties de ma voisine que je décline sur Facebook avec ces hurlements de plaisir et de jouissance absolue. Le plus drôle de cette histoire c’est passé la semaine dernière sous ma porte. Un mot de ma voisine. Elle me lit. Et elle rigole bien. Quand le hasard rejoint la réalité. A suivre donc, ici.

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 0 commentaire
  • Où Trouver quoi à Caen en entrevue.

    J’ai découvert la page facebook « où trouver quoi à Caen » en prenant mes quartiers dans la ville. J’y suis resté, j’ai apprécié le ton, ce petit côté ludique, l’idée d’avoir des infos que je n’irais pas chercher ailleurs, mais aussi les bons plans de la ville. Etant un petit curieux je voulais savoir qui se cachait derrière cette page qui compte de nombreux abonnés Caennais. Focus autour des auteurs de cette page (en particulier Yannick) un grand merci pour sa gentillesse et sa réactivité. [la page Facebook d’où trouver quoi à Caen]

     

    outrouverquoiacaen,ou trouver quoi à caen,caen,ville caennais,bon pln,ville,normand,normandie,calvados,idée,mairie,flolou,leshaker,cyril balayn,entrevue,interview,rencontre,Pouvez-vous nous donner un bref aperçu de votre page et comment est né ce projet ?

    À travers cette page, nous souhaitons comme à la terrasse d’une place de village : échanger nos coups de cœur, nos coups de griffes, nos adresses fétiches, nos livres… ; partager le programme d’animations, les bons plans, les idées de sorties. L’idée est de s’entraider en faisant appel aux compétences de chacun. Le projet est né lors d’un dîner entre amis ou au fil de la discussion chacun demandait à l’autre ses adresses, son resto préféré, le bon plan pour trouver…On s’est alors dit, mais pourquoi ne pas créer une page « Où trouver quoi à Caen ».

    On peut imaginer le travail que demande la régularité et la gestion d’une telle page, je suppose que vous avez des activités à côté comment vous organisez vous autour de ce projet ?

    Effectivement, nous animons cette page bénévolement en plus de nos activités professionnelles. Tous les matins, on commence par une revue de presse et un point sur les mails. Puis on planifie quelques publications, mais tout au long de la journée, on essaie de rester attentif à l’actualité entre nos rendez-vous.

    Avez-vous constituez une équipe depuis et les contributions sont-elles importantes pour diffuser de l’information ?

    Nous sommes toujours deux comme à la création de ce projet. Mais nous avons derrière nous un groupe d’amis qui nous suit et de plus en plus, nous recevons par mails et messages de précieuses informations et de superbes photos. Particuliers, institutions, créateurs d’évènements…viennent spontanément vers nous, c’est très sympa.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 0 commentaire
  • Je rêve d'un monde...

    Je rêve d'un monde de liberté avec des tonnes de souris dedans (et des sardines aussi).

    clic clac,photo,cliché,chat,gucci,leshaker,flolou,chat noir,animal,félin,fenêtre,réflexion,penser,cyril balayn,souris,sardines,

    Lien permanent Catégories : Shake ton clic-clac [photo]. 0 commentaire
  • Définitions #108

    ♪♫ Moi ce que j’aime chez Daniela ♪♫: Elle est à moi, c’est ma voisine, je l’adore c’est ainsi. Régulièrement elle me chante sa chanson de la jouissance et de l’orgasme (à moi ainsi qu’aux autres résidants) et c’est une douce mélodie qui s’installe. Rien ne l’arrête, ni l’heure et le temps. C’est une passionnée. J’ai donc décidé via ma page Facebook d’en faire une mini-série. J’aime son talent et je le partage.

    Marabouter : Ma voisine a quand même décidé de planter les aiguilles dans ma poupée vaudou. Bilan je suis malade au mauvais moment, les vacances, ma fille, le soleil. C’est quand même pas sympa de sa part moi qui ne fait que relater ses prouesses. Diablerie.

    Une saignée ? : Pardon j’étais juste en train d’imaginer le mec qui aurait eu la même maladie que moi au Moyen-Âge. J’ai ri.

    Bisounours : Je suis totalement amoureux de Nicole Ferroni. Ouais. C’est comme ça. Voila. Bah ouais.

    Mauvaise mécanique : On aura beau me dire que le corps humain est une belle machine, je continue de dire que ça serait plus simple si y’avait rien dedans. Tu noteras que j’ai réussi à parler de ma maladie pour me plaindre mais à ma décharge je suis un mauvais malade et en plus un garçon.

    Vidéo : Le temps passe, c’est un gros fouillis dans ma tête et dans mes envies d’écriture. Je reste planté devant l’écran du pc ou rien ne se passe, et pourtant. Comme une grosse dose d’énergie posée devant moi et que je ne fais que contempler. Alors un bon gros coup de pied au cul et il est temps de sortir du cocon.

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 0 commentaire
  • Le temps détruit tout.

    amoureux,rêve,rêver,aventure,jeunesse,jeunes,elle et lui,voyage,espèrer,le temps détruit tout,nostalgie,amour,tunnel,cyril balayn,flolou,leshaker,rien n'est impossible,espoir,Peu importe le lieu, peu importe l’horaire. Ils parlaient assez fort pour que je puisse entendre, assez pour que je vienne vous en parler. Vingt ou vingt-cinq ans peu importe.

    Lui – « Tu sais j’aimerais qu’on puisse vivre à Berlin c’est vraiment bien, les choses se passent là-bas »

    Elle – « Ouais ça serait super, il va falloir qu’on trouve du boulot, on n’aura pas besoin de beaucoup de choses, l’important c’est d’être ensemble… »

    Lui – « Au pire je bosserai six mois et après c’est toi, on va bien trouver un équilibre… »

    Elle – « Tu m’aimeras toujours ? »

    Lui – « bah bien sûr. »

    Je pourrais construire cette note avec les failles, les désillusions, la complexité de la vie et la perte des rêves. Mettre en avant que tout est éphémère, que rien ne reste, que le temps détruit tout. Il me serait si facile de faire trébucher les amoureux de cette photo avec cette instantané, si simple de me foutre de leur jeunesse qui me nargue années après années. D’un claquement de doigt me dresser à la frontière de leur rêve pour calmer le jeu et remettre la réalité de la vie à sa place, esquisser un léger sourire et ne rien dire. 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 0 commentaire
  • DLMNS en entrevue.

    J’ai découvert DLMNS sur Youtube et son aftermovie du carnaval étudiant de Caen. Il est réalisateur/cameraman/monteur et j’ai voulu en savoir plus sur son travail, ses ambitions et ses projets. J’ai découvert un passionné me rappelant au passage mes jeunes années ou internet n’existait pas et ou je filmais avec une VHS-C et un bon vieux magnétoscope pour le montage. Focus autour de Damien aka DLMNS, un grand merci à lui pour cette passionnante entrevue. [vous pouvez en savoir plus et découvrir sa page facebook ici]

     

    DMNLS,damien lemennais,réalisateur,vidéo,carnaval étudiant de caen,caen,carnaval,aftermovie,galactica,projet vidéo,coulisse,passionné,cyril balayn,flolou,leshaker,entrevue,entretien,

    Alors qui se cache derrière le pseudo DLMNS ?

    Je suis un vidéaste natif de Caen, j'ai 24 ans. Je capture des images et les met en lumière à travers des montages vidéos.

    DLMNS est né en 2010, pas simple à prononcer pour bon nombre de personne cette appellation me représente totalement car c'est l'abréviation de mon prénom et mon nom : Damien Lemennais.

    J'ai commencé à travailler en 2010 avec des clubs de la région caennaise et des djs comme Vitamine RN qui font partie intégrante de mon groupe d'amis aujourd'hui.

    Puis peu à peu je me suis exporté au-delà de Caen en travaillant dans le Nord-Ouest de la France et sur Paris, avec quelques extras sur Londres. Je travaille majoritairement dans l'événementiel.

    J'ai réalisé de nombreux projets depuis cinq ans (plus de 300) allant des boissons (Redbull, Jagermeister), des festivals, des écoles de commerces, des complexes sportifs, des artistes, la villa Christian Dior, des événements sportifs à Chelsea FC ou JO 2012 de Londres.

    Comment est venue l’idée de travailler sur la réalisation du Carnaval étudiant de Caen ?

    Lycéen à Malherbe je faisais le Carnaval étudiant et un jour j'ai décidé de faire une vidéo un peu pour le délire et quand j'ai vu le retour des caennais et l'engouement sur les réseaux sociaux j'ai compris que Caen adhérait à ce type de projet pour montrer à la France ce que la ville était capable de faire.

    Ce qui est amusant c'est que le nombre d'étudiant a augmenté au fur à mesure que je me suis investi dans le projet chaque année. J'ai filmé l'évolution des 10 000 étudiants à plus de 30 000 en quatre ans.

    En 2014, la Fédération Campus Basse-Normandie (les organisateurs) m’a contacté afin de réaliser l'aftermovie officiel de l'événement et c'est naturellement que j'ai accepté. En 2015, nous avons prolongé cette collaboration, et nous avons ainsi rassemblé nos compétences afin d'apporter une nouvelle vidéo de qualité à notre ville de Caen, un souvenir visuel qui perdura au fil des années.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 0 commentaire
  • Il paraît qu'on s'ennuie sur internet.

    ennuie,on s'ennuie sur internet,web,internet,s'ennuyer,toile,blog,la fin des blogs,c'est fini,flolou,leshaker,cyril balayn,différence,ressemblance,bloguer,blogueur,la fin des blogs,Il paraît qu’on s’ennuie sur internet. C’est en tout cas l’impression que j’ai en lisant ici et là les différents « maux », les anciens prétextant que c’était bien mieux avant et que plus rien ne reste à faire, les autres qui pensent que c’est la mort des blogs en pensant déjà à ce qui sera la tendance de demain. C’est peut-être une affaire de saison, le soleil reprenant ses droits et faisant chauffer les circuits, la volonté de tout changer pour certainement ne rien recommencer. On s’ennuie sur internet en tout cas. Un peu comme une soirée ou on cherche le contact et le social avec son verre ou l’inverse. Une soirée ou on s’emmerde, les discussions étant les mêmes que la dernière fois, les gens qui se ressemblent, les discussions et l’écoute en diagonale.

    Internet ne serait pas à la hauteur de notre attente ?

    Bien sûr que depuis quelques années déjà l’aspect mercantile a repris ses droits. On passe plus de temps à cliquer les croix, virer les bannières, chercher comment couper le son de la pub qui passe en arrière-plan. Mais internet n’a rien de lisse, c’est un espace très chaotique bien au contraire, tout dépend du regard qu’on y projette. Justement on a tendance à perdre nos envies, nos délires, notre plaisir, ce regard rempli de fougue qui veut tout dévaster sur son passage, comme légèrement désabusé devant nos écrans de ce qu’on pourrait lire. Et pourtant.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 0 commentaire