Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Shake Suncindy [contribution].

  • Burning Live

    [Cindy/Leshaker]

    A l’heure ou des tonnes d’eau glacés se déversent sur les corps des « puissant, des « influents", des « décideurs », moi j’irais m’enfermer dans le désert du Nevada pour le Burning-Man 2014. Un endroit où il fait chaud et où tu bouffes du sable et des space cake.

    C’est un rassemblement qui fait fantasmer (ou pas). Ma présence n’est que professionnelle. Travaillant dans la communication j’organise tous les ans pour un collectif de créateurs New Yorkais la préparation de cet évènement. Au risque de te surprendre je n’y vais jamais par choix, ni par envie, ce n’est pas dans la culture ni dans mon ADN, ma recherche intérieure s’exprime autrement.

    Je suis terriblement fatiguée avant de commencer. J’ai passé un mois en France afin de me ressourcer, d’écouter, de croiser, les gens - les amis – la famille. Alors foutre ma tronche dans la ville éphémère de Black Rock City n’est pas une option souhaitée pleinement. La logique du billet vert me donne le sourire si cette perspective n’était pas envisageable.

    Lundi 25 je serais sur le sol blanc du Burning Man. Je reviendrais par deux fois ici-même négativement puis positivement afin de te donner mon impression sur cette manifestation. Je suis heureuse de retrouver les lignes de ce blog. Je galère toujours autant pour trouver les mots et construire une (espèce de début d’idée à la con). Note plus tard : ne pas oublier mes lingettes, mais putain de lingettes, le seul truc indispensable dans le désert en plus des (lunettes-crème solaire-chapeau-lampe de poche-vélo-vêtement de pluie-foulard-masque-de la tune)

    Je burn

    Tu burn

    il/elle burn

    Nous burnons

    Vous burnez

    ils/elles burnent

    Lien permanent Catégories : Shake Suncindy [contribution]. 2 commentaires
  • This Is The End #suncindy

    [Cindy/Leshaker]

    leshaker,suncindy,cindy,this is the end,fin,terminé,accident,bouffé d'oxygène,dernier souffle,flolou,cyril balayn,new york,burning man,sin city,hopital,accident de voiture,nouvelle vie,Il y a environ six mois j’ai eu un terrible accident de voiture. Un gros boum, un gros choc, un truc avec du sang et des poumons qui souffrent, des os cassés. Miraculeusement ce n’était pas mon jour pas mon heure, pas ici, pas dans cette avenue.  Puis la vie recommence avec un rythme différent, les clopes en moins, la jambe en galère, les choses simples deviennent compliqués, les jours deviennent un peu plus long, le téléphone sonne moins, les programmes Tv deviennent ton encyclopédie. Tu cherches ton énergie, cette volonté de pouvoir bruler les planches de nouveau. Petit à petit tu recommences ta vie. Avec le volant dans les mains tu fais perler la sueur sur ton front, tu gueules sur le dernier connard qui tourne sans regarder, puis petit à petit tu recommences ce que tu faisais hier.

    De cet accident je ne garde rien, même pas des souvenirs. Je me souviens uniquement que de ce que j’ai fait le matin même, de mes habits, d’une fille que j’ai croisé juste avant de monter dans la voiture. Je garde juste le souvenir du dernier moment, le dernier souffle avant le choc, la dernière bouffée d’oxygène avant l’impact, la dernière recherche d’air pur à mettre dans mes poumons. Je me demande ce que je ferais et où je serais le jour de cette « véritable » dernière bouffée d’oxygène.

    Le 25 aout je serais à la nouvelle édition du Burning Man. Là-bas se trouve un petit « temple » ou les gens déposent des photos des proches disparus. Un lieu de recueillement. Moi pour la première fois j’y déposerais ma photo, moi qui ne suis pas croyante j’invoque les esprits de mon éternel remerciement, de ce changement que cet accident a provoqué en moi.

    Une page se tourne, mes rubriques aussi. C’est donc la dernière des #suncindy depuis le 9 juillet 2013. J’aime l’endroit, j’aime le mec qui tient cet espace, alors j’y reviendrais, autrement et différemment… comme ce que je suis et ce que je vis aujourd’hui. Merci.

    Lien permanent Catégories : Shake Suncindy [contribution]. 2 commentaires
  • Facebook est une bulle de convention #suncindy

    [Cindy/Leshaker]

    suncindy,cindy,mariage,convention,se marier,conventionnelle,leshaker,flolou,cyril balayn,classique,habitude,congratulations,félicitation,Jeudi 17 avril 2014. 11h04. Je me suis mariée. Je vais même t’avouer que dix minutes avant je ne savais pas que j’allais le faire, enfin le célébrer. Une fille comme moi, la première à refuser les conventions, ne jamais me soumettre pour mieux me rebeller. Il arrive dans la vie qu’on fasse des choses, qu’on définisse des choix sans pour autant savoir si ce sont les bons. En tout cas moi je ne sais jamais, enfin rarement ce qui est bon ou non (pour moi). La certitude c’est que le 17 avril je me suis mariée, sans faire le fête, sans boire un verre, sans les potes ni la famille, un mariage dans le plus grand secret.

    Il fallait choisir un partenaire qui puisse accepter. Lui je l’aime bien mais il reste trop conventionnel et il est fort probable qu’il tombe amoureux. L’autre est vraiment sympa mais il papillonne, il ne me sera pas fidèle. Décidément choisir un partenaire au travers de la sexualité reste une chose délicate et compliqué. Ma meilleure amie dit qu’après l’amour la seule chose qui reste c’est l’amitié.

    Leshaker est un ami. Il sera mon choix.

    J’ai épousé Cyril le 17 avril 2014 à 11h04. On se demande encore si la sexualité interviendra mais après réflexion nous convenons de l’hypothèse que garder le mystère des corps est la chose la plus raisonnable que nous puissions faire. En guise de faire-part une notification sur Facebook, celle où tu peux aisément identifier ta vie « sentimentale ». Nous avons cliqué « marié à… ». J’utilise rarement mon compte Facebook, les contacts sont rares. Il me permet de rester en lien avec les ami(e)s et la famille. A l’exception de deux ou trois contacts sentant la supercherie le reste de l’après-midi fut teinté de « Congratulations and warm wishes to both of you on your wedding day » la phrase la plus standard pour souhaiter un bon et joyeux mariage.

    Mais bordel. Merde. Chier. Suis-je à ce point aussi stupide pour me marier et l’annoncer sur le réseau ? L’information et l’immédiateté sur internet résonnent. Il est vrai qu’aujourd’hui on annonce sa rupture, sa liaison, son divorce, son régime, la morve de son petit dernier, la mort d’un proche aussi, alors pourquoi pas un mariage.

    Ma bulle Facebook ne me connait pas, et jeudi 17 avril 2014 je ne suis pas mariée. Il reste une trace numérique et si elle le dit c’est que c’est vrai (ou pas).

    Lien permanent Catégories : Shake Suncindy [contribution]. 0 commentaire
  • De la poussière en pleine gueule #suncindy

    [Cindy]

    burning man,suncindy,cindy,flolou,lesjaker,cyril balayn,expérience,burners,balck rock,nevada,chaleur,nature,se retrouver,burning man,Ce que je préfère c’est de m’y rendre. Ce que je préfère c’est le début et les préparatifs. Ce que je préfère c’est de ne pas savoir ce que je vais découvrir. J’aime tellement que c’est la troisième fois que je vais m’y rendre. Il fait chaud et froid, le vent souffle souvent très fort et la terre n’a rien d’accueillante. Et pourtant.

    J’ai la chance de pouvoir m’y rendre dans des conditions idéales. Les artistes qui constituent le collectif New Yorkais que j’accompagne aiment profiter de la douceur du lieu avec des fauteuils, des canapés et des balançoires. Et puis j’aime le nom tout simplement. Black Rock City. Nevada. Bordel j’aime.

    Je vais adorer écouter la musique dès le matin, prendre le temps de remonter la source du son. Adorer écouter mes compères me raconter tard le soir les rencontres et les expériences de la journée (impossible de tout découvrir). Je vais apprécier sentir le « temple » qui ne finira pas de se transformer au fil des jours, un mémorial éphémère. Sentir la chaleur du feu qui glisse sur le corps de Burning Man.

    Me voici dans dans la communauté des « Burners », ceux qui vivent un Burning Man. Etrangement raconter son aventure est impossible, on frôle l’impudique, il est trop compliqué de trouver les mots et les formes. Comment pouvoir vous faire ressentir les sensations ?

    Le Burning Man est une expérience personnelle et différente selon les êtres. C’est ce que j’aime.

    Dans la vie pourtant je suis plus folle que là-bas. Mon côté française peut-être. Je ne sors jamais indemne de cette folie. Oui le Burning Man c’est la folie et des excès, du délire aussi. Mais c’est aussi de l’art, un mouvement perpétuel de création. Je ne suis que spectatrice bien souvent, je me laisse guider par la douce folie de mes ami(e)s. A distance j’observe. Bien souvent j’ai besoin de prendre le temps d’être seule, de traîner dans les allées, juste de regarder les uns et les autres, ne jamais parler. Le bordel de Burning Man provoque en moi un silence puissant.

    Je jette un regard de petite fille dans cette ville éphémère. Je reste émerveillée par l’organisation (car oui le Burning Man reste un évènement parfaitement maitrisé), bref j’aime être là. Il me reste quelques mois avant la prochaine destination vers Black Rock City (août).

    Dans mon sac j’ai une petite fiole avec le sable de Black Rock. L’énergie que je peux ressentir se traduit souvent des jours, des semaines ou bien des mois après. Je suis silencieuse là-bas. Tellement silencieuse. Je laisse au vestiaire celle que je suis. Je suis calme, légère, je contemple. En 2015 j’ai fait la promesse d’emmener Leshaker au Burning Man. Je suis certaine qu’il est prêt pour cette expérience unique.

    Poser un pied sur le sol, sentir la chaleur, me prendre de la poussière dans la gueule. Tu penseras à moi car je serais en pleine jouissance.

    Lien permanent Catégories : Shake Suncindy [contribution]. 0 commentaire
  • Chronique d'une haine ordinaire #suncindy

    [Cindy/Leshaker]

    leshaker,suncindy,cindy,flolou,cyril balayn,chronique,haine,ordinaire,désinvolte,solitude,new york,vie ordinaire,quotidien,rouge,classique,reglement de compteHier soir dans la rue trois types complètement ivres étaient en train de tabasser un mec complètement alcoolisé. Dans la nuit c’était franchement assez Hollywoodien comme scène, les ombres, les visages tuméfiés, le lampadaire qui tamise la scène. C’était beau.

    Avant-hier dans la boite aux lettres une très mauvaise nouvelle. Je ne serais jamais faîtes pour gagner de l’argent. Sortir quelques instants pour respirer l’air pur de Manhattan, s’ouvrir au monde, regarder mes pieds, avoir envie de me jeter sous les rues d’une voiture, puis finalement relativiser pour sourire au monde et me dire que je n’ai rien reçu et qu’on verra demain. La vie c’est chouette sans les lendemains.

    Depuis une semaine ma timeline Facebook m’annonce le décès d’un proche. Une enfant. Un petit. Un bébé d’une amie que je n’ai vu que deux fois. L’horreur. En 2014 on annonce les douleurs et l’intime sur le réseau, la mort 2.0 est tellement plus belle. Les commentaires qui viennent rejeter les océans de larmes. J’ai gerbé. Je ne dirais rien. Je suis meilleure dans le silence.

    La déception est une violente pulsion. Je m’ennuie de ces notes et de ces mots. Je m’ennuie de son insolence et de sa rébellion qui n’est que du vent. Je m’ennuie de ce qu’elle n’est plus. Je m’ennuie des papillons qui virevoltent autour d’elle pour mieux s’écraser sur sa beauté brune. Elle fût. RIP à une Lady qui ne se délecte que des mots des autres. Retrouve ta violence.

    Pour la première fois je ne me souvenais plus du code ma carte. Du prénom d’une amie.

    Aujourd’hui face à la glace c’était difficile. Je me maquille trop, souvent, tout le temps. Je parle mal et j’aime bien. J’insulte ma glace. Souvent je me demande ce que je fou là. J’ai jamais la réponse. On cherche tous à retrouver l’innocence. Je crois que je suis en accord avec moi-même.

    C’est une belle journée.

    Lien permanent Catégories : Shake Suncindy [contribution]. 0 commentaire
  • J'me marre #suncindy

    [Cindy/Leshaker]

    leshaker,suncindy,couple,cyril balayn,flolou,cindy,new york,prostitution,marié,divorce,amitié,désabusée,J’me marre. Je rigole. Je suis totalement désabusée. Je devrais vraiment tirer un trait sur les « rendez-vous ». Les petits moments de plaisir qui vont devenir des clichés après deux ou trois verres. Un soir de fille comme les autres, comme ceux de demain et plus encore…

    Helen voudrait un homme avec du caractère. Elle le dit. Elle ne dit pas que la caractère c’est de lui tenir tête, de mal lui parler pour mieux exister. A la limite de l’humilier.

    Carolyn cherche l’amour et la vie à deux. Elle le dit. Elle ne dit pas qu’elle ne supporte plus la solitude, l’assiette solitaire et les galères de fin du mois.

    Deborah est seule et célibataire. Elle le dit. Elle ne dit pas qu’elle voit Alan et Bruno en secret, de temps en temps. L’un se croit unique et l’autre aussi. Le pouvoir du mensonge.

    Elise est célibataire. Elle le dit. Elle ne dit pas qu’elle aime cette vie, bouffer des conneries  et porter un pantalon vert pour dormir.

    Craig est un homme. Il le dit. Il ne dit pas qu’après nous avoir écouté il s’enfoncera dans Brooklyn pour trouver une prostituée.

    Samantha est mariée et n’aime plus son mari. Elle le dit. Elle ne dit pas que dans sa tête tourne une seule phrase en boucle qui lui permet de tenir et de se lever tous les matins « bah c’est comme ça ! »

    Les phrases, les mots, les rires et les silences. Je regarde ce bout de monde. Samantha va partir, son mari Craig finira la soirée en notre compagnie, il rentrera plus tard. J’me marre. Je rigole. Je suis totalement désabusée.

    Lien permanent Catégories : Shake Suncindy [contribution]. 2 commentaires
  • 63115200 secondes #suncindy

    [cindy]

    leshaker,suncindy,flolou,cyril balayn,solitude,upper west side,new york city,abstinence,désir sexuel,plaisir,frustration,fantasme,séduction,J'en suis en gros à 63115200 secondes, 1051920 minutes, 17532 heures, 730 jours, 104 semaines et 24 mois. En gros.

    Deux ans sans rien. Deux de choix. Deux ans à me dire que c’est inutile. Deux ans qui passent très vite. Deux ans avec des frustrations. Deux ans et des désillusions. Deux ans à sourire. Deux à faire croire que… Deux ans à chercher sans chercher. Deux ans d’autonomie. Deux ans à se souvenir. Deux ans qui semblent passer en 2 secondes. Deux ans c’est l’éternité. Deux ans de Up And Down. Deux ans à m’en foutre royalement. Deux ans à me questionner. Deux ans pour douter.

    J’en suis en gros à 63115200 secondes, 1051920 minutes, 17532 heures, 730 jours, 104 semaines et 24 mois.

    A la différence des garçons si je le souhaitais vraiment je pourrais inverser la tendance. Je vis dans un pays, dans une ville, dans un univers ou la séduction n’existe pas, ou n’existe plus. Les américains ne connaissent plus les codes de la séduction. Juste des rendez-vous qui ne donneront rien ou bien la volonté très souvent maladroite de faire comprendre le message. Entre les deux, rien. Rien du tout. Ce pays est dans l’extrême et les codes aussi.

    Moi je rêve de fantasme, d’un désir, de plaisir, qu’on vienne me tenir la porte, qu’on prenne le temps de se regarder d’un coin de l’œil. Ici rien n’est possible. C’est un constat, une observation, cette note je voulais l’écrire depuis longtemps mais je tenais à être certaine de mes propos.

    J’en suis en gros à 63115200 secondes, 1051920 minutes, 17532 heures, 730 jours, 104 semaines et 24 mois. En plein New York City, quartier de Upper West Side. A tout hasard si tu passes dans le coin, invite moi boire un verre (photo en haut à gauche), j’y viendrais avec plaisir. Et après…

    Lien permanent Catégories : Shake Suncindy [contribution]. 0 commentaire
  • Teasing #suncindy

    leshaker,cyril balayn,suncindy,convertir,solitude,conversion,temps,moins,convertir les années,teaser,teasing,leshaker,

    J'en suis en gros à 63115200 secondes, 1051920 minutes, 17532 heures, 730 jours, 104 semaines et 24 mois. Oui bon d'accord deux ans !

    #teaser #prochainenote

    Lien permanent Catégories : Shake Suncindy [contribution]. 0 commentaire
  • Du bois dans nos vies.

    [cindy/leshaker]

    Elle est universitaire, française, trentenaire, mariée, c’est une amie que je ne pensais jamais retrouver, une fille simple, une certaine classe et un petit côté folle-dingue qui lui va bien. Elle est plutôt drôle, pétillante, franchement pas conne, bouge ses fesses pour faire fondre les rondeurs. C’est une maman, deux beaux enfants, la plus petite n’est pas forcement la plus facile, il lui arrive de gueuler un bon coup. Je ne la connais pas dépressive, elle reste à l’écoute, un sourire très souvent sur son visage. Elle n’a pas vraiment changé et avec le temps nous n’avons plus vraiment rien à nous dire. En tout cas j’ai le temps de noter que c’est dimanche, et dimanche j’y serais.

    leshaker,suncindy,noce de bois,5 ans de mariage,célébration,marié,flolou,cyril balayn,Une belle maison, un beau jardin, un endroit rare dans ce quartier, un espace protégé dans cette ville si bruyante. Le buffet remporte tous les succès, elle, magnifique dans cette petite robe qui lui donne un air si coquin. Lui, ni beau ni moche, passable, trop simple, un visage qu’on peine à reconnaître (ça c’est très chiant), il semble en retrait, derrière, il semble pensif comme si cette petite fête ne lui correspond plus. Un côté français certainement, c’est un couple dans l’habitude, faut dire que les américains… .

    5 ans de mariage que nous devons célébrer en levant nos verres. Du bois dans les traditions, du bois dans nos assiettes, dans mon sourire, du bois dans les lèvres des invités, du bois dans les discussions, ce putain symbole d’une rigidité parfaite. J’ai trouvé l’élément trop souvent cité dans la tête des amoureux comme si cela devait les pousser à se rassurer. Le bois rassure.

    Combien de temps encore ?

    Mes cheveux sont rouges depuis quelques jours. Je vis dans une ville où les gens se fichent de ça. J’ai quitté cette fête la tête basse, le corps vide. Je voyais ce putain de bois ici, là, puis ici, et très loin là-bas, ce connard de bois partout. Encore combien de temps avant le passage du bûcheron ? Décidément je suis une  éternelle pessimiste, ou alors une femme d’expérience. Je ne sais pas. L’avenir nous le dira.

    Lien permanent Catégories : Shake Suncindy [contribution]. 2 commentaires
  • What's Up ? #suncindy

    [cindy]

    leshaker,what's up,hotel,suncindy,voyager,fille,travailOn pourrait passer le temps de la note sur la photo. On pourrait passer le temps de la note à expliquer la position, les jambes, la tenue, le paysage à droite, les chaussettes, le style de la jupe, il serait facile de tout décortiquer. Depuis que cette rubrique existe je ne me suis jamais autant dévoilée. Se mettre en scène n’est pas facile, la photo que tu inscris en réalité tu viens de la prendre trois fois, puis encore une autre fois car au final tu n’aimes pas la position ou l’éclairage. L’instant figé n’existe pas, il n’existe jamais, du moins il ne trouve pas de résonance dans le virtuel.

    On pourrait imaginer que c’est le matin, l’après-midi ou un début de soirée. C’est une fin de journée.

    On pourrait imaginer la ville, le pays, l’endroit. Sacramento en Californie.

    On pourrait imaginer l’état d’esprit, l’ambiance, le désir. Fatiguée, usée, mais heureuse.

    Je suis heureuse de vivre dans les hôtels, je suis heureuse de passer du temps en dehors de chez moi, si je pouvais je passerais ma vie dans les hôtels, c’est un cocon bien chaud et protégé. J’ai cependant une nuance c’est que j’aime vivre dans les hôtels sous condition d’avoir un « chez moi », un endroit, un espace ou je reviendrai toujours, je ne suis pas du signe du cancer pour rien.

    On pourrait m’imaginer juste après cette photo. Je n’ai plus de souvenirs. J’ai pris cette photo y’a trois semaines lors d’un de mes déplacements. Je devrais twitter pour le souvenir. C’est l’avantage de l’immédiat.

    Le plus important c’est moi, là, ici, demain ailleurs, faut que je bouge, bouger, me déplacer, ne jamais rester figée comme cette photo.

    Lien permanent Catégories : Shake Suncindy [contribution]. 0 commentaire