Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

alexandra le dauphin

  • En avant... Chômette !

    Focus sur Alexandra que vous connaissez si vous passez par ici. En contact avec sa maison d'édition (la boite à pandore), j'ai eu la chance de vous faire gagner un exemplaire du livre de cette dernière. A vous de déposer un simple commentaire... le concours reste ouvert jusqu'au 31 juillet 2014 inclus. Random viendra choisir au hasard le commentaire gagnant, et le livre d'Alexandra viendra vous rejoindre dans votre boite aux lettres. N'oubliez pas d'indiquer votre nom/pseudo et votre mail dans les zones dédiées.

     

    au boulot chômette,livre,recueil,bouquin,concours,gagner un libre,alexandra le dauphin,chomage,random,tirage au sort,cyril balayn,flolou,leshaker,jeux, concours,gagnant,Aujourd’hui, Leshaker et moi voulons vous parler d’un concours pour gagner un livre. Bon, d’accord, c’est mon livre, en fait, mais ne désertez pas avant que je vous raconte l’histoire.

    Je suis Alexandra, rédactrice web freelance. Avant d’en arriver là, j’ai dû me frotter à la recherche d’emploi et croyez-moi, celle-ci s’est avérée plutôt insolente. Impossible de la dompter et de lui faire entendre raison.

    Du coup, j’ai commencé à écrire pour dédramatiser…Pour le plaisir…Pour avancer. Et une amie m’a poussée à tenter l’autoédition. Merci à elle d’ailleurs !

    Mon stock prêt, j’ai lancé les hostilités et vendu tous mes exemplaires. Mon réseau a été au rendez-vous, mille fois merci à lui !

    Plus confiante, je me dis qu’il serait temps de tenter l’aventure « maison d’édition » et…j’ai décroché un contrat avec la Boîte à Pandore ! Depuis le 26 juin, vous pouvez trouver « au boulot, Chômette ! » partout en France et sur les sites de vente en ligne style Amazon, la FNAC…

    De quoi ça parle, « au boulot, Chômette ! » ?

    Chômette, c’est vous, demandeurs d’emploi et c’est moi. Et j’ai décidé de vous livrer ma bataille contre Pôle Emploi mais aussi contre les recruteurs. « Au boulot, Chômette ! » raconte avec humour les péripéties d’une chômeuse qui témoigne au jour le jour de ses galères professionnelles.

    La première partie du livre se concentre sur la recherche d’emploi à proprement parler (les réunions Pôle Emploi par exemple) alors que la seconde traite de la création d’une auto-entreprise pour s’en sortir, de comment procéder pour gagner en visibilité…

    Le but ? Vous faire rire ! Amener une esquisse de sourire sur le visage des demandeurs d’emploi, montrer qu’il peut être difficile de trouver du travail mais qu’il faut persévérer.

    Aujourd’hui, Leshaker a gentiment accepté que nous vous fassions gagner un exemplaire de mon livre.

    Aussi, si vous êtes intéressés, postez votre commentaire et nous tirerons le gagnant au sort !

    Nous vous souhaitons bonne chance !

    au boulot chômette,livre,recueil,bouquin,concours,gagner un libre,alexandra le dauphin,chomage,random,tirage au sort,cyril balayn,flolou,leshaker,jeux,concours,gagnant

     

     

     

     

    Edit du 1.08.2014 - Le concours vient de prendre fin et vous étiez 25 participants afin de remporter le livre d'Alexandra. C'est le commentaire n°6 qui remporte [khahina]. Un grand merci aux Editions La Boîte A Pandore via Eline Van Lysebeth. Merci à tous pour votre participation

    Lien permanent Catégories : Shake les jeux, les concours... 29 commentaires
  • Au boulot...

    [Alexandra Le Dauphin]

    au boulot chomette,leshaker,flolou,alexandra le dauphin,chomage,éditeur,édition,imprimer,cyril balayn,shake les princesses,Je suis une princesse qui vous dit : ne vous souciez pas du regard des autres !

    D’ailleurs, les autres, c’est vous, chères princesses. Et peut-être que votre avis sur mes délires est sans appel…Bon, est-ce que cela doit m’empêcher de rédiger ? Dois-je être freinée par vos remarques négatives ? Dois-je me recentrer sur une écriture plus conventionnelle capable de rentrer dans les différents moules littéraires ?

    Peut-être, mais je ne le ferai pas. Et tant pis si ma démarche reste incomprise. Je crois que pour se sentir épanoui, il faut défendre son projet et lui donner une chance d’exister et de se développer.

    Chère princesse, si je te parle de tout ceci, c’est que mon livre humoristique sur le chômage sort prochainement partout en France. Et j’ai la trouille. On est loin d’un style académique, des grandes envolées lyriques : le contraste risque de faire mal.

    Pourtant, à aucun moment je n’ai voulu changer ma façon d’écrire : j’ai souhaité rester proche de mes défauts, montrer mes failles, souligner mes erreurs pour que le lecteur se retrouve dans un journal qu’il aurait pu écrire et non pas dans une fiction projetée dans une galaxie très lointaine…

    Aussi, sur la question du regard des autres, je ne le vois pas comme un frein mais plutôt comme un moteur pour me dépasser.

    Quand on est rédactrice web freelance, le problème, c’est que nos écrits sont disponibles et consultables facilement. Il est donc aisé de juger, de démolir un texte d’un simple commentaire. Cela peut blesser ; est-ce une raison pour tout abandonner ?

    Je ne pense pas. En tout cas, j’essaie de suivre la ligne d’écriture gentiment insolente que je me suis tracée et je fais au mieux pour mettre du pep’s dans mes mots sans aller trop loin.

    Chère princesse, le seul message que j’ai envie de te faire passer c’est vis ta vie de princesse, exploite ton talent sans te soucier du qu’en dira-t-on. Crée, dessine, peint : fais toi plaisir !

    En ce qui me concerne, je me cantonne à la rédaction, la Confédération des Fées n’ayant pas été très généreuse à mon égard lorsqu’elle s’est penchée sur mon berceau.

    À deux mois de la sortie de mon bouquin, j’ai la boule au ventre, mais je ne changerai aucun mot de mon texte : il me ressemble, avec ses forces et ses imperfections…

    Pour la retrouver sur Facebook

    Lien permanent Catégories : Shake les princesses [contribution]. 0 commentaire
  • Au chômage.

    [Alexandra Le Dauphin]

    leshaker,alexandra le dauphin,brico-line.fr,cyril balayn,shake les princesses,au chomage,chomeur,auto-entrepreneur,travailler,métier,écrivain public,Chère princesse,

    Me voilà et ouf, il ne me restait que quelques jours pour te souhaiter une merveilleuse année 2014 !

    J’espère sincèrement qu’elle comblera tes attentes et que tu te dépasseras pour atteindre tes objectifs.

    De mon côté, il y a eu du changement. Et si je t’en parle, c’est peut-être aussi pour te montrer qu’avec de la persévérance et un peu de chance, on peut se sortir de l’impitoyable Pôle Emploi.

    Je ne sais pas si tu es au chômage, mais sache que tu dois garder espoir. Tu sais, ma société fêtera bientôt ses trois ans et elle est toujours là.

    Tu connais la fable de l’ami Jean ? « Le roseau plie mais ne rompt pas ». Il tient bon, face des périodes difficiles, il essaie de toucher le ciel et d’entrevoir le soleil  profondément caché derrière les nuages.

    Chère princesse, je suis passée par une recherche d’emploi décevante pour aboutir à la plus belle des surprises : tenter l’aventure auto-entrepreneur.

    Si j’évoque tout ceci, c’est parce que je n’aurais jamais cru être capable de m’en sortir. Bon, je t’avoue que la comptabilité est une calamité pour moi mais le reste…Quelle joie de me lever en faisant quelque chose que j’aime…

    J’ai dû rédiger pour différentes entreprises, passant des vêtements pour enfants à la décoration d’intérieur mais quelle surprise de me retrouver à écrire sur des menuiseries !

    Je n’y connais rien. Mes compétences manuelles sont celles d’une enfant de 8 ans (et encore) et mon esprit est plutôt fermé lorsqu’il s’agit de projeter une fenêtre en PVC dans une maison en rénovation.

    Pourtant, à force de rédiger sur brico-line.fr, par exemple, j’ai pu dédramatiser de mes propres incapacités, ce qui tombe en fait à point nommé car nous avons un projet de rénovation avec mon mari. Mon nouveau savoir pourrait être utile. Quoique.

    Prochaine étape : j’apprends à manier la truelle ? Je me visionne tous les  tutoriels du web sur « comment poser son papier peint ? » ou tout simplement, je m’achète « le bricolage pour les Nuls ? ».

    J’avais envie de te dire que quand j’ai commencé l’aventure, je ne pensais pas un jour parler « bricolage » et « menuiseries ». Maintenant, je sais même ce qu’est une baie à galandage. Yeah.

    J’arrête de me la péter avant que le Shaker ne sévisse et ne m‘envoie dans une galaxie très (trop) lointaine où ordinateurs et connexion Wifi n’existent pas.

    Tu connais maintenant, chère princesse, l’étendue de la catastrophe en ce qui concerne mes capacités manuelles. J’espère que tu seras clémente.

    Mais garde en tête le mot d’ordre du jour : persévérer !

    En ce début d’année 2014, qu’il te guide (et si je peux te renseigner sur quoi que ce soit, n’hésite pas J, je reçois souvent des messages sur comment devenir rédacteur, j’essaie d’aider au mieux. )

    Alexandra est rédactrice freelance. Pour la retrouver sur Facebook et découvrez son livre "au boulot, Chômette"

    Lien permanent Catégories : Shake les princesses [contribution]. 0 commentaire
  • Je suis une princesse qui a fait une découverte…

    [Alexandra Le Dauphin]

    alexandra le dauphin,cyril balayn,leshaker,chaussure,au boulot chomette,jikatabis,mode,japonaise,japon,mode japonaise,flolou,shake les princessesBonjour les princesses et désolée de ne pas vous avoir donné de nouvelles. Il se trouve que j’ai été fort occupée par la rédaction de mon bouquin mais on n’est pas là pour parler de cela  mais plutôt de mode alors…photo !

    Savez-vous ce que c’est ?

    La minute culture…Ce sont des jikatabis, chaussures souples japonaises pour pieds à la recherche de sensations voluptueuses.

    Le modèle ici présenté (collection automne / hiver) est porté par Delphine , alias Poupette, qui, je ne vais pas te le cacher, chère princesse, subit les moqueries de ses collègues et de sa copine rédactrice ici présente. Mais elle m’a tout de même autorisée à prendre une photo pour que je puisse te montrer l’ampleur de (hum) la catastrophe – selon moi-, la beauté de la chose – selon elle - .

    Certes, c’est vrai que cela a l’air confortable. Mais le design en pied de cochon me laisse perplexe. J’ai du mal à adhérer au concept du split des orteils. J’ai également des difficultés à voir la beauté cachée sous cette couleur marron et cette forme carrément bizarre.

    Mais peut-être est-ce moi qui suis vieux jeu ? Peut-être qu’à force de porter des chaussures  acidulées de chez Desigual je me suis fermée à une autre sorte d’originalité ?

    Aussi, chère princesse, j’en appelle à ton objectivité. Je te demande de ne pas te moquer de ma copine qui, crois-moi, essuie railleries et critiques en tout genre à chaque fois qu’elle sort ses jikatabis du placard. Mais elle assume (et assure).

    Et puis il faut la voir, elle en fière, de ses chaussures.

    Poupette, je t’embrasse. Bravo pour ton choix assumé, même si beaucoup d’entre nous sont réfractaires au pied de cochon battant le pavé humide.

    Après tout, qu’est-ce que j’y connais ?!

    Réponds franchement, chère princesse : sous ton sapin de Noël, tu trouves des jikatabis. Quelle est ta réaction ?

    Alexandra est rédactrice freelance. Pour la retrouver sur Facebook et découvrez son livre "au boulot, Chômette"

    Lien permanent Catégories : Shake les princesses [contribution]. 0 commentaire
  • Je suis une princesse qui craque…pour les joueurs d’échecs

    [Alexandra Le Dauphin]


    leshaker,shake les princesses,drôle de plume,alexandra le dauphin,échec,sexy,joueur sexyJe sais, tu te dis que je suis une princesse qui craque…tout court. Tu es habituée à ce que je te parle de sujets toujours loufoques et jamais sérieux mais là ? Le soleil m’aurait-il cramé les quelques neurones restés intacts après mon second accouchement ?

    Retour sur l’idée de ce sujet, au détour d’un repas (pas arrosé du tout, je précise, puisque je suis une princesse qui ne boit pas).

    Ce qu’il faut savoir, c’est que je trouve que les joueurs d’échecs sont sexy. Ils dégagent une aura puissante, peut-être est-ce toute cette agitation frémissante de leurs neurones alors qu’ils se concentrent sur les pièces à avancer pour gagner ?

    Peut-être est-ce leur air sérieux qui les rend craquants ?

    Enfin, toujours est-il que nous avions dans ce repas, au moins un joueur d’échecs, d’assez haut niveau.

    Ta rédactrice sur Bordeaux attend d’ailleurs qu’il lui envoie une photo de lui en plein effort de concentration. Ou pectoraux dehors. Mais crois-en mon expérience de princesse, je crois que nous devrons nous contenter d’une photo classique.

    Je sais, c’est dommage. Mais je ne lâche pas l’affaire, car je suis une princesse plutôt têtue.

    Pour illustrer ce billet, une vidéo de « the Thomas Crown Affair ».

    Avec eux, c’est sûr, les échecs, c’est très sexy. Des affinités étaient nées, des regards de braise échangés, des pièces déplacées de manière (presque) torride et le tour est joué. Steve Mac Queen et ses yeux bleus remportent la partie (de jambe en l’air).

    Alors, oui, et même si je n’avais pas cette vidéo comme preuve, je suis une princesse qui trouve que les échecs sont un jeu qui fait ressortir les facettes d’une personnalité et les subliment. Tout ce potentiel dans les cerveaux des joueurs. Cette concentration extrême, ces calculs faits et refaits pour gagner.

    Enfin, toujours est-il que je fonds. Difficile de résister. Et si un joli petit sourire vient se dessiner sur le joueur d’échecs alors qu’il avance délicatement son cavalier, je crois que j’atteins l’extase (ou le placement forcé en hôpital psychiatrique selon les points de vue).

    Est-ce moi qui suis bizarre ?

    J’en appelle à toutes les princesses du shaker, histoire de vérifier cette vérité qui est la mienne : craquez-vous pour les joueurs d’échecs ? Trouvez-vous leurs auras attirantes ?

    Au prochain numéro, une photo d’Antoine, qui se concentre lors d’une partie d’échecs. Antoine, ne te dégonfle pas.

    Edit 10/08/2013 : Alexandra vient de me faire parvenir la photo d'Antoine elle vient donc s'ajouter à l'article

    Alexandra est rédactrice freelance. Pour la retrouver sur Facebook et découvrez son livre "au boulot, Chômette"

    Lien permanent Catégories : Shake les princesses [contribution]. 0 commentaire
  • Lettre à moi à 16 ans.

    [Alexandra Le Dauphin]

    princesse,leshaker,alexandra le dauphin,drole de plume,jeunesse,courrier,écrire,leshaker,Une lettre qui circule sur le Net et à laquelle ta rédactrice, princesse sur Leshaker, a bien envie de s’abandonner, c’est la lettre nostalgie…celle où l’on a 16 ans et où le futur moi vient expliquer ce qui s’est passé depuis…J’espère que ça vous plaira, les princesses…

    Alors voilà…En réponse à mes copines rédactrices qui se sont lancées dedans…

    Ma chère Alexandra, (enfin, devrais-je dire princesse Alexandra)

    Tu as 16 ans et avouons-le gaiement, c’est un peu la loose.

    Ok, au lycée, ça va. Bon, comme tous les membres de ta famille, tu es une calamité en Maths (tu as d’ailleurs explosé ta moyenne personnelle dans cette matière, un joli  4/20) mais tu es facilement pardonnée puisque tu compenses avec de bonnes notes dans tout ce qui touche au littéraire. Ouf.

    Ce qui t’a valu une petite discussion avec ton professeur de Mathématiques, perplexe face au fossé qui sépare le domaine scientifique du domaine littéraire, c’est le grand écart des notes.

    Bref. Ne t’en fais pas, tu ne deviendras pas chercheur, ni biologiste mais rédactrice déjantée et écrivain, alors, tant que tu sais additionner, soustraire et multiplier, tu pourras survivre.

    Les quelques boutons d’acné que tu as vont disparaître sous peu. Ils s’en iront peupler d’autres visages et ne retrouveront plus le chemin du tien, enfin, au moins jusqu’à tes 32 ans ; j’imagine que tu es soulagée.

    Côté mec, c’est le no man’s land. Il faut dire que tu es un peu timide mais en coupant tes pantalons de quelques centimètres et…Non, en fait, change tout. Tes habits sont un peu démodés. Porte des couleurs flashy, tu vas voir, tu vas gagner en assurance, ça va révolutionner ta vie amoureuse.

    Cela dit, un peu avant tes 18 ans tu vas rencontrer l’homme de ta vie, celui avec qui tu es toujours à ce jour, le père de tes enfants. Alors, si tu veux continuer la mode sac à patate invisible, ne te gêne pas, ça ne changera pas la donne.

    Enfin, j’espère. Il ne faudrait pas que je créé deux futurs distincts en te donnant ce conseil.

    Tes copines du moment : Claire et Anaïs. La douce et intelligente Claire, que tu vois beaucoup moins maintenant mais qui te suivra sur Facebook et achètera ton livre « au boulot Chômette ! » (merci Claireeeeeee !) et Anaïs, dont tu as complètement perdu la trace car pas sur Facebook. Snif.

    Les fous rire en cours d’Histoire Géographie ne font que commencer. Adepte du bavardage pendant les cours, ne change rien. Cache toi sous la table avec Claire quand le prof, excédé par les crises de rigolade dira : « elle n’a rien compris, elle n’a rien écouté », un truc qui est resté entre nous…

    Cher moi à 16 ans, le cours de Philosophie arrivera bientôt. Ce sera la seule matière littéraire où tu seras un peu larguée et où tu rameras pour atteindre le 10/20, et comme c’est coefficient 7, ça te plombera un peu la moyenne. Mais tu auras quand même ton bac avec mention et malgré tes prouesses en Maths (le 3 / 20 est de rigueur au lycée, où tu n’atteindras jamais la moyenne).

    Cher moi du passé, tu t’es bien amusé. Et laisse-moi te dire que tu as du bol d’avoir rencontré ce garçon à 17 ans…Il va amener sur ta vie confiance et sérénité.

    Ne le laisse pas partir.

    Voilà, je te laisse. Continue à bien étudier en Anglais, ça t’aidera toujours. N’abandonne pas le Russe non plus ; bon, ce sera moins utile, mais comme tu adoreras cette langue, autant la chouchouter. (Par contre, ne prends pas option Japonais en DEUG, ça ne te plaira pas du tout).

    Ah et une dernière chose, petite princesse de 16 ans : quand les gens et tes amis te pousseront à devenir rédactrice, n’hésite pas une seule seconde, c’est là que tu vas t’éclater et pas en vendant des logiciels hyper compliqués à calculs multiples…Forcément.

    Alexandra est rédactrice freelance. Pour la retrouver sur Facebook et découvrez son livre "au boulot, Chômette"

    Lien permanent Catégories : Shake les princesses [contribution]. 4 commentaires