Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cas cahuzac

  • Lettre ouverte à mes parents #2.

    cahuzac,enfant,enfance,leshaker,mensonge,mentir,cas cahuzac,affaire cahuzac,mentir,les yeux dans les yeux,lettre ouverte,parents,Je ne pensais pas vivre un jour un tel désastre. J’en suis désolé. Un mea Culpa n’est même pas nécessaire, je crois que je ne vais rien faire, si je pouvais me foutre sous terre quelques années ça m’arrangerais bien.  Maman, papa. Pourquoi ? Ma réussite c'est pourtant des joies et de la fierté. pour des parents l'assurance de mon avenir. Plus le temps passe et moins je comprends, et c’est pareil chez vous je pense. Je n’ose même pas croiser votre regard. Je suis un enfant, un gosse, un sale môme, un petit con. Je n’ai pas changé. J’ai pourtant cru le contraire jusqu’au 2 avril dernier.

    Mais c’est de ta faute papa aussi. A toujours me suivre, ne jamais me lâcher de peur que je fasse des conneries. J’adorais tellement petit dérober de la bouffe dans le réfrigérateur, crois-moi il me fallait une dose de mensonge pour affronter ton regard de tueur un bout de jambon dans la bouche alors que nous devions passer à table dans les 5 minutes. Plus tard, bien plus tard lors d’une fête avec des amis, je devais avoir 17 ans, la connerie de dérober des bouteilles  de vin sans le demander. Sacrilège. J’ai tenu tête, je m’en souviens encore, « je te jure c’est pas moi » ça résonne encore en moi.

    Tu me croiras ou pas mais le jour de l’émission chez Bourdin j’ai pensé à la scène, vraiment, l’ambiance, les copains, le délire, la fumée, les bouteilles qui se vident. Puis ton regard du lendemain. J’étais heureux. T’affronter et te mentir sont mes armes, j’ai combattu durant des années. Me voilà à terre à présent.

    Je demande votre pardon. A l’enfant que j’étais. C’est de ma faute, vraiment de ma faute, les yeux dans les yeux il va falloir me croire, cette fois.

    Lien permanent Catégories : Shake la lettre ouverte... 0 commentaire