Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

corps

  • Tikero en entrevue.

    Tikero est un passionné et il aime la diversité. Il aime la photographie, les corps et la parentalité. Il est un acteur Caennais de la photographie, je l'observe depuis un petit moment déjà et je me devais de faire un focus sur son parcours. Tikero en entrevue c'est maintenant... [son site] [son facebook]

     

    tikero,photographie,caen,caennais,tikero photographie,leshaker,flolou,entrevue,cyril balayn,interview,focus,cliché,parentalité,corps,nu,nudité,tikero,herouville saint clair,Petit coup de projecteur sur ton parcours qui es-tu et que fais-tu ?

    Mon surnom est Tikero, j'ai 35 ans dans quelques semaines, je suis photographe, auteur, producteur d'instru, rappeur et éducateur spécialisé. J'ai commencé dans le domaine artistique par l'écriture à l'âge de 12 ans, le rap à 15, la production d' instru à 20 et la photo à 28. Dans le rap, j'ai appartenu à plusieurs formations avec des mecs comme Dar-K, Marcus et ai aussi collaboré avec des groupes de Jazz comme TBK. En photographie j'ai débuté en m'associant avec Emmanuel Le privé, puis avec le tatoueur et peintre Kups. Avec qui j'ai partagé un atelier dans le Vaugueux pendant un peu plus d'un an et demi.

    Au sujet de mon travail photographique, mon côté éducateur me pousse à axer mes actions autour de l'humain fragile. Mon côté rappeur me pousse à travailler dans la revendication.

    D’où vient la signification de ton pseudo ?

    Mon surnom me vient de mes débuts dans le rap, lorsque j'ai commencé à enregistrer, faire de la radio et quelques concerts. C'est une habitude dans la culture hip hop de se trouver des blazes, le mien vient d'un anagramme du surnom que mon frère avait à l'époque. Ça a donné Tikero. C'est devenu un deuxième moi, mon double, mon personnage. Je me bats un peu contre lui de temps en temps, ça à même donné lieu à un morceau qui s'appelait « skyzo »,.

    tikero,photographie,caen,caennais,tikero photographie,leshaker,flolou,entrevue,cyril balayn,interview,focus,cliché,parentalité,corps,nu,nudité,tikero,herouville saint clair,Tu travailles beaucoup sur des thématiques notamment « la beauté dans toute ses formes ». La volonté de mettre en avant les corps et un choix important dans ton travail ?

    C'est un voyage immobile. Chaque corps est un nouveau paysage, derrière chacun de ces paysages se cachent une personne à découvrir, chaque séance photo permet une rencontre. Ma thématique «  la beauté dans toutes ses formes » est particulière, c'est une prestation que je propose où je travaille et accompagne à travers une séance photo et un échange, des personnes complexées par leur image. C'est un travail où fusionnent le photographe et l'éducateur que je suis. Je mets en avant l'humain à travers sont enveloppe, et je souhaite le faire avec, si possible, poésie et respect, pour contre balancer avec tout le déferlement d'images à caractère sexuel, où la femmes est un objet ou un être qui maltraite son corps et son quotidien pour rentrer dans des critères de modes qui n'existeraient pas sans Photoshop.  

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 0 commentaire
  • Définitions #95

    définitions,humiliation,france,anniversaire,bryan ferry,slave to love,maillots,corps,muscle,flolou,leshaker,cyril balayn,archimède,avancer,blog,tex avery,jean d'ormesson,regard,Overload : Ma file voulait que les alliés débarquent le 7 juin, histoire de pouvoir assister aux cérémonies des 70 ans un samedi… et pas un vendredi jour de classe.

    Tex Avery : Que j’aime le regard de Jean D’Ormesson sur les femmes.

    Verdict : Je m’intéresse à ce que tu as, pas à ce que tu es. #malheureusement #souvent #malheureusementsouvent

    Corps à corps : Toi aussi tu fais l’amour sur du Bryan Ferry ? #slavetolove

    ♫♪ C’est la merguez, merguez party ♫♪ : 21 juin fête de la merguez, des gobelets en plastique, des odeurs de transpiration de la foule, des grammes dans le sang, des bastons du bitume et de la musique (éventuellement).

    Archimède : C’est assez incroyable cette force qui me pousse à avancer pour mieux reculer.

    5-2 : Suis-je seul à ne regarder que les matchs de la France en espérant que mon pays se fasse humilier ? #pas de bol #vraiment #vraimentpasdebol

    Réseau : 1h11 minutes pour le dernier. On est définitivement incapable de s’appeler juste 5 minutes.

    J-3 : … avant 42. Born in 1972.

    Photo : On échange les maillots ?

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 0 commentaire
  • Les chroniques de Lisianne #39. Mon retour s'annonce.

    courir,caresse,leshaker,les chroniques de lisianne,trahir,corps,amour,solitude,Il neige chez vous. Ici non. Il n’a jamais neigé d’ailleurs. Une nouvelle fois je me laisse guider au son des vagues, je ne ferais rien de ma journée, encore des heures qui vont passer et pourtant le temps passe si vite. La capitale me manque. De plus en plus. Mon absence pèse lourd. Ma solitude me fait vaciller tous les jours de plus en plus. Ce n’est si simple d’être seule, je le sais, je le savais, je le vis.

    Mon corps est une trahison. J’aime les caresses, la douceur de la peau, me faite attendrir, m’entendre dire que je suis belle, sentir l’autre, juste de la chaleur à côté de moi, compter les heures pour le retrouver, me prendre d’une folie furieuse pour le voir, juste le regarder, me faire jolie, sentir en moi la jalousie, palpiter, penser que c’est possible, rêver, me sentir légère, faire mon regard de tueuse, penser à lui, ne rien faire mais avec lui, me balader sa main dans la mienne, juste un regard, la chaleur de ma peau, me sentir vivante… le corps est une trahison et les émotions aussi.

    Je pourrais trouver un corps. C’est si simple. Mais l’amour sans l’amour, c’est me trahir, une fois de plus. Je suis bien plus forte que cela. Une fois de plus j’irais courir sur la plage, ici je suis seule, personne, je vais pouvoir gueuler, hurler, courir aussi vite que possible, sentir mon cœur palpiter et suffoquer, plus loin toujours plus loin vers la ligne d’horizon. Je vais faire ça. Courir. Mon absence et mon silence c’est pour trouver mon but, mon objectif, mon destin. Il est encore trop tôt, mais j’ai compris, je commence enfin à savoir qui je suis. Loin de ma vie, loin des miens, c’est ma réponse. Ma solitude vient de m’offrir des réponses. Mon retour s’annonce. Et je m’effacerais de cette trace numérique.

    [lisianne]

    Lien permanent Catégories : Shake les mots de Lisianne [contribution]. 0 commentaire
  • Frederic Fontenoy.

    Une très grosse claque avec le site de Frederic Fontenoy, photographe. J'ai choisis volontairement la galerie "métamorphose", selon moi la plus impressionnante. Le reste du site vaut le détour.

     

    00017ok.jpg
    00021ok.jpg
    00035ok.jpg
    F 9okb.jpg
    Lien permanent Catégories : Shake mes découvertes. 3 commentaires
  • Les sculptures hyper-réalistes.

    Pour ce dimanche on va se faire une petite virée chez trois sculpteurs. je préfére te prévenir c'est assez impressionnant, limite dérangeant (surtout le travail de Sam jinks). Ils sont trois de ma selection, Sam Jinks, Evan Penny et Marc Sijan. Ils réalisent des sculptures hyper-réalistes en silicone. Le travail est bluffant et dérangeant parfois je le disais plus haut. Je te glisse quelques oeuvres et t'invite à foncer sur les sites des scuplteurs. Clique les images.

    Sam Jinks. Le site.

    KW_1008-010.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    KW_1008-012.jpg

     

     

     

     

     

    Evan Penny. Le site.

    1.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    43.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Marc Sijan. Le site.

    DSC_0031.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    standing_girl.jpg

    Lien permanent Catégories : Shake mes découvertes. 1 commentaire
  • Les filles du Crazy avec moi... en enfer !

    crazy.jpgMercredi soir, assis confortablement dans mon fauteuil, je me lance dans une conversation avec ma Sunrise (tiens c'est vrai pourquoi sunrise ?). A un moment précis de notre conversation, je lance une phrase (que j'ai trouvé par terre) "de toute façon je finirais en enfer avec les filles du Crazy Horse". D'un coup sans crier gare ma Sunrise me lance cette phrase qui allait bouleverser mon existence  "mais pourquoi les filles du Crazy iraient en enfer ?". franchement, Sunrise, chapeau, c'est loin d'être con !.

    Je commence à me poser des questions, je m'interroge et je me dis que rien ne peut envoyer les filles du Crazy en enfer. On pourrait me dire qu'elles vivent nues, mais aujourd'hui nombreuses sont les femmes qui se montrent nues. On pourrait me dire que qu'elles s'habillent en soldat, mais nombreuses sont les femmes qui portent l'uniforme aujourd'hui. On pourrait me dire qu'elles ne se dévoilent que sous les projecteurs, mais nombreuses sont les femmes... qui fricotent en boite de nuit (pas facile celle-la). En un mot, c'est pas la peine de chercher, les filles du crazy n'ont aucune raison d'aller en enfer, j'irais donc seul la-bas avec Dorothé ou Chantal Goya ou peut-être, je dis bien peut-être, Laly de Secret Story. En tout cas Sunrise merci pour cette note tu as soulevé une véritable question.

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 4 commentaires