Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

courir

  • MO-TI-VA-TION. #suncindy

    [cindy]

    Séance de sport. Le pire dans ma vie. Il fait beau c'est le moment de mettre mes jolies baskets. Je suis déja fatiguée avant de commencer. Reste à savoir si je vais tenir le rythme, en même temps je vais courir seule, je préfére, je fais "genre" je suis sportive quand un beau mâle arrive à ma hauteur, mais crois moi je serre les dents. Courage Cindy (Leshaker aka Cyril, tu devrais t'y mettre aussi !).

    sport,leshaker,suncindy,courir,jogging,footing,transpirer,fatiguer,sueur,running

    Lien permanent Catégories : Shake Suncindy [contribution]. 3 commentaires
  • Je suis une princesse sportive (enfin, j’aimerai).

    [Alexandra Le Dauphin]

    leshaker,drole de plume,chronique,princesse,sportive,sport,courir,jogging,chomette,Aujourd’hui, chère princesse, je t’implique dans ma vie sportive. Pire, je compte sur toi pour me donner un grand coup de pied au biiiiiiiip afin de me remettre au sport bien comme il faut.

    Car autant je peux taper des heures sur mon clavier d’ordinateur sans m’arrêter, autant je n’arrive pas à fouler des heures l’asphalte environnant et pourtant, ça m’oxygènerait.

    Avant, je n’avais pas de mal à concilier les deux : rédiger ne m’empêchait pas de courir et vice versa. Mais aujourd’hui, avec deux petits loups avec la petite bouée de sauvetage qu’ils m’ont laissé à la place du ventre, c’est plus difficile de trouver du temps.

    Je suis donc une princesse sportive (dans mes rêves) mais je reste persuadée qu’avec deux ou trois mots doux de ta part, je peux me dépasser et organiser une heure non-stop de course à pied.

    D’accord, au début, je ne résisterai que 8 minutes trente, soufflant comme un phoque à l’arrivée et passerai le reste de l’heure à regarder les mouches voler pour faire style que j’ai travaillé dur.

    Mais petit à petit, peut-être que je pourrai me dépasser ?

    (Qui a rigolé ?)

    Sur le shaker, on aborde ses problématiques de maman et d’entrepreneure, non ? Eh bien figure-toi, chère princesse, que celle-ci est de taille et je pense que tu ne me contrediras pas.

    Nous sommes toutes des princesses avec de nombreuses priorités qu’il faut caser dans un emploi du temps non extensible et peu enclin à s’adapter à nos petits caprices.

    Alors, il faut composer. (Et parfois se décomposer). Mais au final, on y arrive, à faire un peu de sport malgré ses enfants, son travail et sa maison à ranger. Non ?

    Du coup, histoire de me motiver et m’obliger à bouger mes miches de rédactrice habituée à son confort devant l’écran, je propose que tu me bottes le derrière pour que j’aille profiter du bon air et battre mon record.

    Chère princesse, je prends cet engagement solennel : courir, tenir, courir, tenir, courir, tenir jusqu’à ce que je ne souffle plus comme un phoque à la fin de l’exercice et crois-moi, ça doit être faisable. (Des années d’entraînement ?).

    Enfin bref, maintenant que tout ceci est dit, je suis une princesse qui n’a plus le droit de se dégonfler au risque de ne plus pouvoir te regarder dans les yeux (virtuels) la prochaine fois que je viendrai te parler sur le Shaker.

    J’ai donc environ trois semaines pour tenir mes engagements et venir te raconter. Pression, pression.

    J’espère que tu seras indulgente. Peut-être même que je t’aurai motivée ?

    Allez, j’y crois !

    Tu comptes te mettre au  sport, toi ?

    Alexandra est rédactrice freelance. Pour la retrouver sur Facebook et découvrez son livre "au boulot, Chômette"

    Lien permanent Catégories : Shake les princesses [contribution]. 1 commentaire
  • Les chroniques de Lisianne #39. Mon retour s'annonce.

    courir,caresse,leshaker,les chroniques de lisianne,trahir,corps,amour,solitude,Il neige chez vous. Ici non. Il n’a jamais neigé d’ailleurs. Une nouvelle fois je me laisse guider au son des vagues, je ne ferais rien de ma journée, encore des heures qui vont passer et pourtant le temps passe si vite. La capitale me manque. De plus en plus. Mon absence pèse lourd. Ma solitude me fait vaciller tous les jours de plus en plus. Ce n’est si simple d’être seule, je le sais, je le savais, je le vis.

    Mon corps est une trahison. J’aime les caresses, la douceur de la peau, me faite attendrir, m’entendre dire que je suis belle, sentir l’autre, juste de la chaleur à côté de moi, compter les heures pour le retrouver, me prendre d’une folie furieuse pour le voir, juste le regarder, me faire jolie, sentir en moi la jalousie, palpiter, penser que c’est possible, rêver, me sentir légère, faire mon regard de tueuse, penser à lui, ne rien faire mais avec lui, me balader sa main dans la mienne, juste un regard, la chaleur de ma peau, me sentir vivante… le corps est une trahison et les émotions aussi.

    Je pourrais trouver un corps. C’est si simple. Mais l’amour sans l’amour, c’est me trahir, une fois de plus. Je suis bien plus forte que cela. Une fois de plus j’irais courir sur la plage, ici je suis seule, personne, je vais pouvoir gueuler, hurler, courir aussi vite que possible, sentir mon cœur palpiter et suffoquer, plus loin toujours plus loin vers la ligne d’horizon. Je vais faire ça. Courir. Mon absence et mon silence c’est pour trouver mon but, mon objectif, mon destin. Il est encore trop tôt, mais j’ai compris, je commence enfin à savoir qui je suis. Loin de ma vie, loin des miens, c’est ma réponse. Ma solitude vient de m’offrir des réponses. Mon retour s’annonce. Et je m’effacerais de cette trace numérique.

    [lisianne]

    Lien permanent Catégories : Shake les mots de Lisianne [contribution]. 0 commentaire