Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

crise

  • T'es au courant ? #7. Bonne année.

    leshaker,t'es au courant,année 2013,positif,tnt,crise,météoriteLeshaker - T'es au courant que 2013 vient d'arriver ?

    Harold - J’ai aussi entendu dire que l’on avait changé d’année, j’ai l’impression qu’elle a commencée comme elle s’est terminée, c’est-à-dire par cette sensation de vertige :

    Le vertige du spectacle politique avec le Le tweet de Valérie Trierweiler ; la prise de pouvoir entre Fillon et Copé ; Arnaud Montebourg en marinière face ArcelorMittal ; l’exil de Gérard Depardieu.

    Vertige des chiffres : L’aide internationale de 130 milliards d'euros pour la dette Grecque ; plus de 60 000 personnes tuées depuis le début du conflit syrien ; "Gangnam Style" de Psy : un milliard de vues sur YouTube.

    Vertige de l’horreur : la connerie humaine ayant causé l’échouage du paquebot Costa Concordia ; l’affaire de Mohamed Merah, le drame de l'école de Newton……

    Vertige de la chute : le saut de la Reine d’Angleterre en James Bond Girl à la cérémonie des Jeux olympiques ; le saut supersonique de Felix Baumgartner ; le saut de Curiosity atterrissant sur Mars ; la plongée de James Cameron de 11 km sous la mer au fond de la faille «Challenger Deep».

    Leshaker - Juste pour me rassurer les inégalités entre les riches et pauvres vont se creuser durant toute cette année ?

    Harold - Notre président nous a rassuré en nous annonçant que l’année 2013 « ça va être dur, c'est dur, mais on va s'en sortir parce qu'on met tous les moyens pour ça » sauf pour Gérard Depardieu, révélateur de la stigmatisation des  riches par la presse. Tout ce brouhaha médiatique sur l’exception française et sur la bienséance des propos de Depardieu et du premier ministre me font doucement sourire. Ces tintamarres polémiques inutiles qui font vendre occultent des sujets bien plus sérieux comme l’exemple de l’évasion fiscale des multinationales du numérique comme Google et Amazone implantées en France et qui échappent au fisc.

    leshaker,t'es au courant,année 2013,positif,tnt,crise,météoriteLeshaker - Le clivage entre les hommes et les femmes va perdurer, rassure-moi ?

    Harold - L’image de la femme représentée dans la pub et les revues féminines du style Cosmopolitan avec la rubrique « Tests et Quiz Psycho» et la question du mois "Spécial homme : passez vos amis au potomètre », les canons de beauté anorexiques dans la haute couture, le marketing de la chirurgie esthétique, le sexisme ordinaire a encore de beau jour.

    Leshaker - La nébuleuse TNT va encore durant cette année nous donner du bon programme "télé-réalité", a grand renfort d'insultes, de bastons (comme dans la vraie vie) ?

    Harold - J’ai l’impression de voir des chaînes discount. Ces cobayes de laboratoire écervelés aux facultés narcissiques qui nous invitent à partager la perversion du voyeurisme des téléspectateurs me laisse pantois. Si la télé est perçue comme une valeur éducative pour apprendre à vivre dans la société, c’est-à-dire manipuler l’autre, humilier le plus faible et rien glander de la journée, je peux t’affirmer que le clivage entre les hommes et les femmes va perdurer pendant très longtemps.

    Leshaker - J'y pense d'un coup, rassures-moi, la fin de la crise c'est pas pour cette année ?

    Harold - Bien au contraire, on nous annonce que la météorite 2011-AG5 va peut-être percuter, avec un peu de chance, notre planète le 5 février 2040. Après le calendrier Maya, la fin du monde du 22 décembre 2012, l’invasion des vénusiens christiques venus récupérer les trésors des templiers à Bugarach dans le but de créer une faille spatio-temporelle pour nous bouffer, je pense que la tendance du catastrophisme des médias est symptomatique d’un monde en mutation.

    Leshaker - On va continuer à s'entretuer dans le monde entier pour alimenter nos médias ?

    Le problème des médias c’est la redondance des informations qui arrivent en masse et en boucle dès qu’une actualité est marquante. La façon de capter l’attention des consommateurs addictes de l’actualité, le forcer à ingurgiter une quantité d’information répétitive, n’a d’autre but de susciter de l’inquiétude et de la peur : crise économique, climatologique, diplomatique et technologique. Cette inertie de l’inquiétude est aussi auto alimentée par les réseaux sociaux et les blogs qui viennent se greffer sur les sites de grands quotidiens. C’est aussi la limite de la transparence médiatique.

    2013 même merde finalement ?

    Je te rassure les inégalités sociales vont encore perdurer. Le fossé de l’Europe sociale se creuse de plus en plus entre le nord et le sud. Le riches payeront encore moins d’impôt que les pauvres si l’on croit le conseil des prélèvements obligatoires de 2011. Le secteur de luxe n’a jamais dégagé autant de bénéfices cette année. Suis-je un peu pessimiste ? Peut-être que oui si je me réfère sur l’étude de l’INSEE qui révèle que les Français sont satisfaits de leur vie sur une note de 6.8 sur 10. Tout va bien dans le meilleur des mondes.

    Lien permanent Catégories : Shake si t'es au courant ! 4 commentaires
  • Retour sur... Le bruit des clés.

    Le samedi c'est "Retour sur..." une note mais il y a un an. Il me fallait piocher dans une note du 29 au 4 juin 2010.

    Durant cette semaine j'ai découvert un son super sympa, ma fille avait eu une super idée pour stopper une fuite de pétrole, et je parlais de l'amitié entre un homme et une femme. Mon choix s'arrête sur une note du 2 juin 2010, sur une expérience que je garde en moi et que je ne regrette pas du tout sur le plan humain. La note d'origine.

     

    son,sympa,pétrole,crise,pétroliaire,etats unis,amitié,homme,femme,prison,clé,bruit,le shaker de cyril

    J'ai connu la prison. Il y a environ une bonne dizaine d'années. Etrangement c'était au quartier des femmes  de la prison de la ville ou je vivais à l'époque, à Caen.  Une expérience que je n'oublierais jamais.

    Je n'étais qu'un simple intervenant,  le mercredi, durant deux mois. J'ai eu l'opportunité d'accéder à cette enceinte grâce à Stéphanie (une amie) qui travaillait dans l'administration pénitentiaire.  Mon rôle consistait à écrire un scénario avec les femmes qui le souhaitaient, pour « éventuellement » un jour réussir à le tourner (mais nous savions que ce projet à ce stade était irréalisable).

    Immersion complète d'une seconde sur l'autre dans l'univers carcéral.  Juste le temps de me présenter le personnel, de me diriger rapidement vers le quartier des femmes, de rentrer dans une pièce assez grande avec des tables et des chaises, puis d'attendre. Bien avant j'avais signé une décharge de l'administration si à tout hasard il devait m'arriver malheur.

    Les détenus arrivent. Elles se placent. Je me présente, je ne sais pas si je dois les laisser se présenter. Elles me donnent des prénoms que je ne vais pas retenir. Rapidement je présente le projet, mes envies, ma motivation, je trouve les mots assez facilement. De temps en temps toutes les minutes (un peu moins peut-être) une des surveillantes regarde par l'œilleton de la porte. Ma première surprise c'est le nombre des participantes (j'ai oublié combien sont les détenues, mais elles sont bien une dizaine avec moi). Je vais vite comprendre que pour certaines ce n'est pas le projet, mais la possibilité de pouvoir s'extraire de la cellule quelques heures. J'ai 1h30 d'intervention.

    Et puis je fais la boulette, une bonne  grosse boulette de débutant. A la fin je dis aux filles que la semaine prochaine nous allons commencer à écrire le scénario. Quand je reviendrais la semaine suivante mon groupe sera de moitié car la plupart ont eu peur, car elles ne savent ni lire ni écrire. C'est con et je le regrette encore, j'ai été stupide.

    Puis le mercredi défilent. Les filles me racontent les histoires, les douleurs, la vie, la détention, les surveillants, la prison,  le travail en prison... . A la fin je connais toutes les histoires et je sais en partie les raisons de la détention. Une d'elle va me laisser un souvenir assez inoubliable, Gisèle L., mon amie m'avait prévenu, une femme assez charismatique, très belle, envoûtante et une magouilleuse de première (pas le temps de te raconter son histoire il me faudrait un blog entier). Gisèle va contribuer énormément  au scénario, elle va m'écrire des lettres aussi. Je vais découvrir dans ses écrits une autre version de son histoire, de sa détention. Elle me raconte son plaisir lors de ses déplacements avec la police pour se rendre au tribunal. Elle me raconte que certains très sympas avant de se diriger tout de suite vers ce dernier profite de l'occasion pour lui montrer la mer, juste le temps de quelques minutes. Je vais lire les lettres de Gisèle le soir chez moi. Quand je rentre dans l'enceinte je suis surveillé à mort, je passe sous le détecteur, ma chemise qui contient les feuilles du scénario est ouverte. A l'inverse quand je quitte la prison, plus rien, pas un gardien, juste celui qui m'ouvre la grande porte vers la sortie. La première fois je n'avais pas vu que Gisèle avait glissé des écrits dans ma pochette. Puis j'ai laissé faire.

    A terme un scénario est écrit, le contrat est rempli. L'histoire reste très simple, elles vont l'intituler « le bruit des clés ». Ce bruit des clés des surveillants qu'elles ne supportent plus. Hier soir je suis tombé sur ce manuscrit et j'ai eu envie de vous faire partager cette expérience. La prison c'est un endroit difficile. Je le sais, je l'ai vu, et comme souvent quand je rencontre des gens me dirent que la prison c'est les vacances ça me donne envie d'ouvrir ma gueule. J'ai le souvenir quand je quitte l'établissement  de ne pas rentrer chez moi directement, en général je me promenais dans les rues de Caen un bon moment car c'est terriblement oppressant  la prison, une  véritable sensation d'enfermement à grande échelle. Je garderais à vie je pense cette expérience en moi, et souvent je pense aux filles que j'ai rencontré car je sais que certaines sont encore en prison.

    Lien permanent Catégories : Shake le Retour sur... 0 commentaire
  • La crise n'est qu'un mensonge.

    4527797541_1ab9cb114d_o.jpg

    Moi je dis que c'est bien. C'est bien car la nature nous prouve que malgré toute notre technique, et tout le fric du monde nous sommes bien impuissants face à un volcan. C'est rassurant. Je sais le type qu'est bloqué depuis des jours ne doit pas se dire la même chose mais au risque de me répéter, je le dis puis le dis encore, c'est rassurant.

    Néanmoins étant donné que je ne suis qu'un petit lombric puant, je ne m'étais pas interrogé sur les éventuels retombées écologiques de cette catastrophe, ni les médias d'ailleurs.

    Force est de constater une chose en tout cas. Plus de 7 millions de personnes bloqués par ce "pitit" nuage Islandais. Inutile de te rappeler que nous avons, que nous continuons et que nous continueront à traverser une crise économique, sociale et financière... bah moi cette catastrophe elle me fait dire et comprendre une chose...

    « Putain c'est dingue le nombre de gens qui voyagent...en dépit de cette crise »

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 8 commentaires
  • Une solution pour relancer l'économie.

    Photo042.jpg

    En ce moment nous sommes en train de souffrir car "la crise = pas de clients = pas de vente =  pas de CA = rien", bref c'est pas la joie mais vous le savez déjà. Bon bah chez nous quitte a tomber sur un bon client autant lui prendre ce qui lui reste, donc rien à foutre, actuellement on a fait péter un casque à 118 euros sur le catalogue. Pas d'limite !.

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 2 commentaires
  • Un idiot à Paris.

    Un extrait du film "Un idiot à Paris" qui date de 1967, avec l'immense Bernard Blier. 1967-2009, je ne vois pas la différence dans les propos ;)

    Merci Loïc pour cette trouvaille.

    Lien permanent Catégories : Shake mes découvertes. 1 commentaire
  • La crise en logo.

    Bad Year.jpgApple.jpg

    Ferrari.jpgNokia.jpg

    Lien permanent Catégories : Shake mes découvertes. 0 commentaire
  • Traders.

    Lien permanent Catégories : Shake mes découvertes. 0 commentaire