Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

départ

  • Né au tout début d'une fin.

    generations,cycle,tradition,new age,jeunesse,début,fin,generation,nostalgie,leshaker,flolou,cyril balayn,commencer,1972,né,naître,départ,tradition,Né en 1972. Terminer un cycle pour en recommencer un autre, cela pourrait être notre destin. Ne jamais aller au bout des choses ou arrivant trop tard dans un train filant à tout allure. Faire avec le passé en rêvant du futur. Je suis né en 1972, au tout début d’un cycle pour « peut-être » crever au milieu ou à la fin d’un autre.

    Vivre avec le féminisme, voir les femmes indépendantes, libres, et de temps en temps se faire bousculer par la réalité et se dire que le combat reste encore de mise. Mais vivre avec et se construire autour du respect et ne plus vraiment comprendre les enjeux d’aujourd’hui et que finalement les choses avancent lentement.

    Devenir homme, garder son costume de Superman tout en passant l’aspirateur. Chercher son rôle.

    Être père. Désacraliser la paternité, un papa d’aujourd’hui, qui aime, qui vit, qui observe, qui vibre. Être un père né en 1972. Se débrouiller seul, bousculer les codes, ne pas avoir besoin de l’autre pour faire.

    Sensuellement accepter sa féminité, ne pas la cacher, en jouer de temps en temps, être à l’écoute et de nouveau comprendre que les plus belles histoires se jouent dans les films et bien moins dans la réalité.

    Je suis né en 1972. Né dans un code traditionnel tout en me construisant dans la liberté des corps et de son expression. Au milieu de tout cela trouver ma place, trouver mes repères, anticiper le lendemain, ne jamais me laisser envahir par la nostalgie.

    Je suis né au début d’un tout et au milieu d’un rien. Je suis un homme d’aujourd’hui.

    [credit photo Anna Golitsyna]

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 4 commentaires
  • J'ai décidé de ne pas m'y faire.

    départ,solitude,loin,papa solo, maman solo,parentalité,père,mère,divorce,séparation,silence,le silence,bruit,anticiper,flolou,leshaker,cyril balayn,Il y a ceux qui aiment le silence et ceux que cela angoissent. Il y a ces moments ou pour réfléchir, prendre ton temps et faire le point tu as besoin d’un silence profond, long et puissant. Il y a ces moments ou pour te sentir vibrer et palpiter tu as besoin du son dans tes oreilles, puissant lui aussi. Cet instant où tu laisses guider tes rêves ou l’instant suffit à te donner de l’énergie et l’envie de continuer. Il y a aussi des silences que tu combles en parlant seul, pour donner du relief a une solitude. Il y a aussi le bruit autour de toi que tu n’entends plus vraiment, c’est un vacarme, un chaos.

    Puis il a le silence. Le silence. Celui qui t’échappe et que tu ne peux pas combattre. Tu as conscience qu’il va venir te ronger alors tu commences à ranger autour de toi, tu évites de faire traîner des jouets, des livres et même une assiette ou un bol. Tu effaces les traces d’un passage. Ce n’est pas pour oublier, c’est pour éviter que le silence ne soit trop fort une fois de plus. Avec le temps tu ne t’habitues pas à ce départ spontané, tu ne t’habitues pas à perdre ce rire et cette joie qui était si proche de toi. On ne s’habitue jamais. On compose et on anticipe tout simplement.

    Quand elle part pour revenir très vite je range. Je n’oublie rien même les plus petits détails, pourtant je sais que quand je franchirais la porte juste après son départ un vent de solitude va venir souffler sur les murs. Je m’occupe, je bouge, je tente d’éviter de penser. Avec le temps ont fini par se connaître et on fait face à ce silence. J’ai décidé de ne jamais m’y faire, j’ai décidé de ne jamais dire que je m’habitue. Les papas, les mamans, solos ou pas on ne fait que composer, qu’anticiper. Rien de plus.

    Et on est heureux. Et ce silence en question on l’emmerde.

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 2 commentaires
  • Terminal. #suncindy

    [cindy]

    En hauteur. A l'heure ou tu liras ces lignes je serais à Austin dans le Texas. Un aller-retour pour le travail. Même si c'est super fatiguant je ne me lasserai jamais de avions, des terminaux, des embarquements, du départ, des voyages, des nuages. Jamais.

    leshaker,terminal,suncindy,aéroport,atterir,avion,boeing,texas,dallas,las vegas,etas unis,voyage,départ

    Lien permanent Catégories : Shake Suncindy [contribution]. 2 commentaires
  • Définitions #21.

    départ,pause,digitale,break,vacances,cyril balayn,le shaker de cyrilDéconnection : Ne plus regarder ses mails, ne plus suivre les actualités Facebook, ne plus se fixer sur les pixels de l'écran... ne plus ! Trois semaines à ce rythme sous la pluie du Cotentin et sous le soleil de l'Italie (j'espère). On se retrouve très prochainement certainement début août, avant peut-être, au programme des entrevues à venir, avec une coloriste BD, la playlist de Sand Angel, les chroniques de Lisianne... Pour celles et ceux qui partent bonne déconnection, pour les autres bon courage les vacances approchent. A très vite.

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 0 commentaire
  • Les chroniques de Lisianne #26. Six mois dans trois sacs.

    voyage,russie,départ,solitude,chronique,lisianne,cyril balayn,le shaker de cyril,playmobilJ’y suis. Ici et bien présente. A l’heure où tu liras ces lignes mon accompagnateur vient de me quitter depuis trois jours. Petit passage dans la petite ville, enfin village voisin, pour croiser quelques visages et prendre le temps de t’écrire quelques lignes. Téléphoner à ma sœur aussi pour la rassurer et lui expliquer une nouvelle fois que je ne fais pas QUE des conneries.

    J’ai la chance de pouvoir vivre cet espace de liberté, il devenait nécessaire. Je vais rester ici durant six mois, je reviendrais sur Paris mi-décembre. Je n’en pouvais plus de cette vie, les turpitudes de mon métier d’hôtesse de l’air au sein d’une société qui ne se porte pas bien, entendre mes copines vouloir sauver la planète en continuant à consommer plus, ne plus me trouver souriante et pleine de vie, la base de mon ADN, logiquement. Petit à petit je commençais à m’endormir dans une vie que ne me ressemblait pas.

    En Mars dernier j’ai fait une découverte, une rencontre, magique, je t’en reparlerais, l’envie de venir ici, sentir, respirer, prendre le temps, ralentir ma montre… .

    J’ai pris trois gros sacs avec moi, pas assez d’affaires évidement, des livres, nombreux, de la musique, mon ordinateur, un autre au cas où, des feuilles, des stylos, des photos, mon téléphone qui ne sert à rien ici, ma petite peluche, des talons (juste pour le plaisir), un gros pyjama très moche, un jogging (oui l’image glamour s’efface petit à petit), et puis des playmobil… j’aime bien jouer et ici y’a personne pour me regarder.

    Ici il règne un grand silence, c’est étrange de me dire que tu vas me lire, ici les pixels sont absents et pourtant déjà, je suis en train de reprendre forme.  Au travers des chroniques, mon identité numérique a besoin de perdurer, cet éloignement me fait prendre conscience de son importance, me fait comprendre du plaisir que cela me procure. A très bientôt.

    NB – 55°44'42 12"N  52°59'34 37"E

    [lisianne]

    Lien permanent Catégories : Shake les mots de Lisianne [contribution]. 0 commentaire
  • Les chroniques de Lisianne #25. Sur le départ.

    partir,départ,destination,soleil,terrasse parisienne,cyril balayn,lisianne,chronique,le shaker de cyrilJe savais que je viendrais mettre un œil ici, enfin des mots surtout. Tournant décisif dans ma petite vie, le 25 juin j’arrête pendant six mois. J’avais besoin. Mon travail d’hôtesse me faisait tourner en rond autour de la planète, et moi je faisais pareil dans ma vie, je me devais de tout bousculer.

    Mon sac est encore en bazar par terre dans ma chambre, c’est un peu la prise de tête je ne sais pas quoi prendre, un truc de fille ça ! Il va faire froid c’est certain, alors polaires et chaussettes chaudes, j’ai conscience d’un manque de glamour mais en même temps la destination ne l’est pas. Je ne suis pas inquiète j’ai préparé mon voyage et je ne serais pas seule au départ. J’ai juste besoin de me retrouver de faire le point, d’avoir ce souvenir que je vais me créer pour mieux revenir.

    En ce moment j’ai plaisir à me balader dans la capitale, plaisir à faire une terrasse lundi avec Cyril au travers d’un soleil qui pointait son nez timide pour lui raconter mon voyage, mon projet et faire le point mes futures notes. J’ai plaisir à retrouver et dîner avec mes copines, plaisir à me lever le matin, des plaisirs simples car je sais que je vais partir pour (comme je l’ai déjà dit) mieux revenir.

    Je n’ai pas envie de te donner ma destination, il faut me laisser le temps de prendre mes marques, d’y parvenir, c’est un endroit calme très calme et très lointain, j’ai pris des tonnes de bouquins, de la musique, je suis prête. Là-bas je serais avec moi on pourra donc se retrouver toute les deux et se confronter. Personne ne pourra me contacter, je ne pourrais nuire à personne, je serais seule au plein milieu d’une terre. Souhaite moi bonne chance et à bientôt.

    [lisianne]

    Lien permanent Catégories : Shake les mots de Lisianne [contribution]. 2 commentaires
  • Le grand départ.

    -2638085219432833536.jpgAvec une légère avance je t'annonce que du 30 septembre au 10 octobre je serais en voyage. Un voyage qui me tiens à coeur particulièrement car je vais retrouver un ami d'enfance. Un voyage qui sera sans nul doute l'occasion de vous transmettre mes émotions, mes découvertes, mes rencontres... et surtout de vous faire découvrir ce petit pays qu'est la Chilvaquie (un petit état coincé entre le Bouktan et La Dominique). J'y déposerais mes notes, mes photos en espérant que ma clé 3G fonctionne parfaitement ce qui n'est pas toujours le cas en Chilvaki. On se retrouve pour ce grand voyage dès le 30 septembre.

    Lien permanent Catégories : Shake mon voyage en Chilvaquie. 19 commentaires