Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

désir

  • Définitions #107

    carnaval étudiant,caen,y'a t-il un pilote dans l'avion,crash,aérien,escarpins,usine,desespoir,usé,désabusé,amour,interressant,défilé,statistique,blogueur,leshaker,flolou,cyril balayn,prise de tête,envie,désir,jacquie et michel,La honte : J’ai lu des choses folles sur le thème des blogs, sur sa disparition, sur son évolution. J’ai lu des choses écrites par des blogueurs des premiers jours désabusés, usés, sans magie et considérant que c’était mieux hier et bien moins demain. Et elle, toujours la même, qui parle d’envie, de déconne, de désir, sans prise de tête. Heureusement.

    - de 18 : Merci Jacquie et Michel ! (oui je sais ça fait toujours rire).

    Urne : Un jour je viendrais écrire pour t’expliquer pourquoi je n’y crois plus. Que je vienne t’expliquer mon parcours associatif, très jeune l’intérêt que j’avais pour la politique, le choix des subventions. Il faudrait que je vienne te l’expliquer pour créer le débat, mais le faire impose de se raconter, de parler de soi et de rentrer dans des détails. Je sais qu’on perdu l’envie, l’ambition, le partage, les idées…

    ? : La question c’est de savoir si on désire une femme à la couleur de ses escarpins.

    Y’a-t-il un pilote dans l’avion : On vient de se rendre compte que l’homme n’est pas un objet mais un élément imparfait. Il va devenir complexe de rendre transparent l’interaction entre l’homme et la machine. La seule chose étant de rendre l’humain à un étant d’objet qu’on pourra contrôler. C’est en cours.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 3 commentaires
  • Définitions #75.

    super héros,définitions,leshaker,flolou,décalage,solitude,pôle emploi,recherche,désir,rive de l'orne,caen,Super-héros : Dans le regard de ma fille lorsque je lui explique le mystère des parapluies chinois.

    2.0 : Il m’arrive d’être vide, c’est le cas en ce moment, les notes se font rares, l’envie est pourtant présente, mais il manque l’ébullition. C’est la rentrée, le quotidien au galop, le téléphone qui sonnera moins, les amis si loin, le blog fidèle sera là pour combler les silences et les absences.

    Kms : La distance est un poison…

    Tv : C’est en suivant les réseaux sociaux et l’engouement autour du Grand Journal que je viens de prendre conscience que j’allume la télé mais que je ne la regarde strictement jamais. Un jour (quand je serais grand) il faudra vraiment l’éteindre.

    Décalage : Avec mon visage fade, mes cernes, ma fatigue, mon manque de motivation, cela fait donc bien trois mois que je suis parti à Barcelone ? #besoindepartir #encore

    Désir : Je veux vivre sur les rives de l’Orne à Caen, dans le nouveau quartier, tout en haut, dans un grand appartement avec un immense balcon ou une grande terrasse, des murs blancs et quelques meubles… je veux de l’espace et prendre de la hauteur.

    Pôle emploi : Je cherche du travail, si t’as une idée pour moi… sur un malentendu.

    Photo : Force est de constater que derrière moi c’est  « tellement vrai » sur NR12, tu noteras que je ne regarde pas le programme !

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 8 commentaires
  • Les chroniques de Lisianne #38. Philosophie de vie.

    chewing gum,leshaker,les chroniques de lisianne,envie,philosophie de vie,philosophe,désir,Comment répondre à cette question ? Comment ? Me demander si tu dois encore me publier. C’est question restera sans réponse. Ici, dans cet espace je glisse une empreinte, j’y glisse mon parcours, mes douleurs, mes peines, mes joies, et pourtant je ne me dévoile pas vraiment.

    Tu sais depuis trois ans j’ai une philosophie de vie. Un truc con. Je fonctionne à l’envie. Pour moi et pour les autres. Il ne faut jamais rien attendre des autres. C’est une idée mais il n’est pas simple de s’y conformer, j’ai souvent du mal et puis étant entière j’aime la réciprocité. Pourtant je n’ai plus envie d’attendre les autres. Je suis une communicante, c’est ainsi, c’est comme ça et c’est dans mon ADN.

    Alors je fonctionne à l’envie. Je tranche. Si tu ne veux pas me joindre, pas me voir, tant pis ce n’est pas grave, je n’irais pas courir derrière toi, pour autant je ne viendrais pas te juger, c’est ton choix, ton envie, ton désir, je ne juge pas l’humain, juste une situation. Je fonctionne ainsi depuis quelques années, avec mes amies, avec mes anciennes amies, mes anciens contacts, certains comprennent, les autres… les autres… ils ne se retournent pas, ils tracent la route et au final ce n’est pas pour autant qu’ils reviennent vers moi, pour me donner des nouvelles, entendre le son de ma voix, juste profiter de moi quelques minutes ou quelques heures.

    Et souvent le temps me donne raison, et je déteste ça. Je ne suis pas une femme de certitude. Je n’aime pas les certitudes. Mais le temps me donne raison, l’envie quand elle n’est pas au rendez-vous il ne faut pas la chercher, il faut laisser les gens dans les wagons et quitter la gare.

    Moi, tu vois, je voyage.

    Et toi ? Tu cherches encore à savoir si tu dois me publier… tu le sais bien que tu continueras, tu veux savoir et connaître mon secret et l’épilogue de mon voyage, de mon histoire, de mon parcours. Cette fois le temps ne me prouvera pas que j’ai raison, la raison étant la publication de ma chronique. Je suis du chewing gum Leshaker, comme dirais...

    « Si j'avais le cœur dur comme de la pierre - J'embrasserais tous les garçons de la Terre - Mais moi j'ai le cœur comme du chewing gum  - Tu me goûtes et je te colle »... Brigitte.

    [lisianne]

    Lien permanent Catégories : Shake les mots de Lisianne [contribution]. 1 commentaire
  • Leshaker & Mimilie #8. La nuit nous appartient... ou pas.

    Cette semaine Emilie et moi ne proposons pas un surf entre nos deux blogs car vous pouvez retrouver la même note chez elle ici-même. Au détour de notre envie, dans l'écriture, Emilie à commencé une histoire que je me suis appliqué à continuer. Une écriture à deux, pour un plaisir partagé.

     

    leshaker&mimilie,le shaker de cyril,désir,avoir envie,sexe,sexuelle,chamage,mon coeur tremble,avoir envie d'elle,désir,puissance,sensualité,faire l'amour,elle et moiJe suis seule chez moi en train d’écrire mon texte pour LeShaker. Nous venons de passer une délicieuse soirée. Pourtant, je suis comme frustrée, j’avais envie de plus. Depuis que nous nous connaissons, nous avons toujours été sur la même longueur d’onde. Nous nous comprenons facilement et nos discussions peuvent durer des heures. Je ne suis pas folle, je sentais bien cette tension sexuelle entre nous, mais je crois que nous étions trop gêné. Hésitante, je suis sortie de sa voiture sans me retourner.

    Tout à coup, j’entends des pas vers ma porte d’entrée. Serait-ce lui ? Non, il doit être en voiture aussi perturbé que moi …

    Je m’approche doucement de mon entrée, sur la pointe de pied je colle mon oreille à la porte. Ne respirant plus, je regarde par le judas, juste pour voir au cas où …

    Merde, c’est lui !!! Qu’est-ce que je fais ? J’ai envie mais si peur. Peur de ce qui va se passer entre nous. Si je le laisse entrer, je sais que nous allons vivre un moment inoubliable, mais à quelle fin ? J’angoisse totale, mon ventre est noué, j’ai les mains moites, et mon cœur bat la chamade.

    Je jette un dernier coup d’œil, il n’est plus là. Si je ne le rattrape pas, il sera trop tard. Nous ferons comme si de rien n’était, comme si il ne s’était rien passé. Alors que je sais que c’est faux. « A un moment donné ma vieille, va falloir assumer ce que tu veux ! ».

    Arf, j’ouvre la porte sans réfléchir, descends les escaliers deux par deux, arrive dans le hall en transe. Je l’aperçois au loin. Je cours, je ne veux pas louper le coche !

    Je l’appelle. Il se retourne. Son sourire me transperce le cœur. On s’est compris, on sait.

    Je m’arrête, sourie bêtement en me mordant la lèvre. Il met ses mains sur mes joues, et m’embrasse doucement. On se regarde intensément, quand je l’embrasse à mon tour, nous nous cherchons, nous nous tâtons du bout de nos langues. Je lui attrape la main, nous ne nous disons rien, et l’emmène chez moi….

    Mimilie.

    … et me voici dans la place. Je n’avais rien souhaité, juste passé une très agréable soirée en sa compagnie, comme souvent, comme toujours. L’instant reste figé, je regarde autour de moi et je dois bien l’avouer, elle me fascine, grande, très grande, mon regard se porte sur elle. Je ne dis rien, je pose juste un doigt sur sa bouche pour lui demander de ne rien dire.

    Je ferme les yeux, mon visage se porte sur sa nuque, je traverse son corps du bout de mes lèvres, pour mieux la sentir, pour mieux la comprendre, pour mieux la déstabiliser.

    Elle se lève, allume quelques bougies, fait glisser du son dans nos oreilles. Depuis l’instant où j’ai franchi la porte de chez elle en sa compagnie nous n’avons pas parlé. Elle sait. Je sais.

    Et pourtant. Au détour d’un geste pour la couvrir de mes bras, de ce geste ou je devrais me laisser guider pour aller vers elle, je décide de me lever toujours dans un silence profond. Le temps pour moi de transpercer ce silence et lui dire « … que je vais tout gâcher, que demain nos regards vont changer, que je devrais partir, que c’est mieux ainsi… »

    Je file vers la sortie, tel un zombie inutile, le temps passe vite en la porte de son entrée s’approche très vite vers moi et pourtant je suis au ralenti.

    Elle me bloque. Elle pose un doigt sur mes lèvres, m’ordonne de ne plus rien dire de la soirée. Elle prend ma main, au passage souffle sur un ou deux bougies… le temps semble s’arrêter, je suis bien, je suis serein, dans ma tête c’est un zapping de nos années, de nos discussions, de nos émotions, de notre partage.

    Elle fige son regard, je plonge le miens en elle, elle laisse glisser sa robe sur ses talons, mordille sa lèvre, j’aime la sensualité et le glamour qui se dégage de cette femme.

     Le reste de la nuit nous appartient.

    LeShaker.

    Lien permanent Catégories : Shake Mimilie & Leshaker 2 commentaires
  • Interlude #4.

    interlude,le shaker de cyril,rencontre,désir,parler,fille,un quart d'heure,minutes

    interlude,le shaker de cyril,rencontre,désir,parler,fille,un quart d'heure,minutes

    interlude,le shaker de cyril,rencontre,désir,parler,fille,un quart d'heure,minutes

    Lien permanent Catégories : Shake les interludes. 2 commentaires
  • Wicked game.

    Chris Isaak "Wicked game", un titre bien choisi pour ce samedi soir...

    Lien permanent Catégories : Shake ton Body [musik]. 0 commentaire