Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ecouter

  • Interlude #11.

    Un pote Numa, un jour en mai 1995.

    (Petit rappel les interludes sont des extraits d'un petit bouquin que je possède où une copine passait son temps à noter les trucs et conneries que nous pouvions balancer).

    interlude,flou,entendre,oreilles,ecouter,le shaker de cyril,kalyoz

    interlude,flou,entendre,oreilles,ecouter,le shaker de cyril,kalyoz

    interlude,flou,entendre,oreilles,ecouter,le shaker de cyril,kalyoz

    Lien permanent Catégories : Shake les interludes. 3 commentaires
  • Le bon son de la frangine #17. Diving with Andy.

    La bon son de la frangine de Diving with Andy est le titre Sugar Sugar.

    Lien permanent Catégories : Shake ton Body [musik]. 0 commentaire
  • Bien choisir son matériel pour bien écouter.

    16pathe.jpg

    Comme nous l’avons vu dans le billet précédent, pour prendre plaisir à écouter de la musique sans nuire à ses oreilles, il faut prendre soin d’écouter la musique dans de meilleures conditions. Le ministère de la Santé et l’INPES semble commencer à en prendre conscience aussi. C’est pourquoi, ils viennent de créer un site  « écoute ton oreille » dont voici le lien : http://www.ecoute-ton-oreille.com/. Egalement en lien avec ce sujet, a lieu actuellement La semaine du son du 13 au 17 janvier à Paris. Le lien ci-joint présente le programme des manifestations. http://www.lasemaineduson.org/IMG/pdf/programme-sds-2009.pdf

    Pour revenir au cœur du sujet de ce billet : Ecouter dans de meilleures conditions, signifie écouter dans un environnement calme, et avec une « vraie » chaîne haute fidélité. On prendra alors d’autant plus de plaisir à écouter, voire découvrir la musique. En effet, nous savons maintenant que l’écoute au casque peut avoir beaucoup d’inconvénients, surtout lorsqu’il s’agit de petits écouteurs (type baladeur). A contrario, un casque Hifi adapté, de grand diamètre (souvent utilisé par les ingénieurs du son comme outil de travail), peut s’avérer satisfaisant pour écouter un peu de musique, lorsque l’on ne possède pas un salon adapté pour l’écoute. Malheureusement, ces casques n’empêchent pas non plus la fatigue auditive, à cause de la pression acoustique exercée sur les tympans.

    Par conséquent, l’idéal est donc de construire une chaîne comme on le faisait par le passé, avant l’arrivée du multimédia. Non pas que nous voulions être passéistes mais il ne peut y avoir d’autre façon d’écouter avec plaisir et sans danger, car les lois physiques de l’acoustique ne varient pas dans le temps : un petit appareil fait forcément un petit son. Et un petit son pousse l’auditeur à augmenter le volume… Enfin, un son mal reproduit induit du bruit, soit un désagrément pour l’auditeur qui finit par se détourner de l'écoute. Ce qui amène au but du billet d’aujourd’hui : sensibiliser à acquérir et concevoir une bonne chaîne haute fidélité, sans être influencé par les nouvelles technologies ou le jargon technique.  En effet, si beaucoup d’information circule sur ce sujet, elle est souvent réservée à des initiés, dans des revues spécialisées. Nous souhaitons sensibiliser un plus large public à l’importance qui doit être accordée à l’écoute de la musique dans de bonnes conditions, chez soi. Cela représente un loisir très enrichissant pour l’esprit et le bien être quotidien.

    Tout d’abord, une véritable chaîne haute fidélité se doit d’avoir la capacité de nous séduire, de nous émouvoir, de sublimer la musique qu'elle reproduit. Pour ce faire, même de nos jours, nous n'avons toujours pas trouvé d’autre moyen pour constituer une chaîne haute fidélité de l’assembler en éléments séparés, c'est à dire composée :

    - d'une source (reproduction dune ’information musicale) : Radio, Lecteur CD, Ordinateur, Platine vinyle, Platine à bandes…

    - Suivi d’un amplificateur (pour sélectionner et amplifier le son des sources),

    - Puis de deux reproducteurs sonores (pour la stéréo), c’est à dire des enceintes acoustiques,

    - Et enfin, une pièce où l’on écoute dans le calme si possible.

    Cela peut paraître évident mais on a souvent tendance à l’oublier lorsque l’on passe à l’achat de sa propre chaîne. On prête rarement attention à la qualité de tous les éléments. Le plus souvent, on s’attache encore à choisir de belles enceintes car elles sont visibles dans le salon : on les veut design ou discrètes, en fonction de notre propre style… On achète des enceintes comme on achète un meuble, en quelque sorte. Mais, jamais, ou trop rarement, on les écoute pour découvrir le son qu'elles vont reproduire. Or, l’intérêt initial d’une enceinte n’est pas forcément d’être jolie, mais surtout de reproduire fidèlement le son émis par le disque que vous voulez écouter.

    C’est pourquoi, le conseil à retenir est, si l’on veut constituer une chaîne sur laquelle on aimera écouter sans lassitude, pendant de nombreuses années, ses disques préférés, qu'il faut appliquer une règle incontournable, lors de l’achat : commencer par choisir méticuleusement la source et finir par les enceintes. La source est l'élément premier puisqu'elle est le générateur du signal musical. Chaque maillon dépend de celui qui le précède : source, amplificateur, enceintes. Il serait incongru de vouloir améliorer un mauvais signal par l'achat d'un ampli ou d'enceintes de qualité. Tout comme, d'ailleurs, la source est dépendante de la qualité de l’information musicale enregistrée ou diffusée à la radio, à la TV ou sur Internet. C'est le principal problème rencontré de nos jours par les mélomanes : leur chaîne haute fidélité bien constituée accentue la médiocre qualité d'enregistrement de beaucoup de disques, et de diffusions en ordre général (musique compressée). Nous reviendrons en détail sur ce sujet lors d'un prochain billet.  Certes, en cette période de "turpitudes" économiques, cela peut représenter un investissement plus important que celui que nous accordons désormais, en général, à ce type de matériels. Mais, c’est bien comme un investissement qu’il faut considérer le choix de sa chaîne et non comme un produit de consommation, que l’on jettera rapidement, mal fabriqué, sans intérêt.

    Par conséquent, pour préserver nos oreilles et prendre du plaisir à écouter de la musique, changeons de comportement. Réalisons des achats durables (de bons éléments de chaîne peuvent durer 20 ou 30 ans, voire plus s'ils sont entretenus), investissons dans des produits de qualité.  

    Article extrait du blog de Loic (sous son aimable autorisation), qui n'est autre que mon collègue et un passionné de son. lolo4[1].jpg

     

     

    Lien permanent Catégories : Shake mes découvertes. 0 commentaire