Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

féminisme

  • Mais dis-le-moi !

    [Emilie Daffis]

    féminisme,couple,parler,communiquer,discuter,conversation,couple,divorce,humeur,se remettre en cause,flolou,leshaker,cyril balayn,querelle,s'engueuler,emilie daffis,mais dis le moi,communication,Au lieu d’attendre, au lieu de te dire que je vais deviner, au lieu de péter un câble parce que tu n’en pourras plus.
    Dis-le-moi que j’ai dépassé les bornes, quand j’ai fait ou dit quelque chose de mal.
    Je ne suis pas une femme parfaite, je ne pense pas à tout, je ne devine pas tout le temps ce qu’il peut se passer chez l’autre.
    Oui je peux observer, voir que parfois j’ai peut-être fait une connerie, je me rattrape dès que je m’en suis aperçue.
    Mais mais, il y a des fois, je ne vois rien et n’entend rien. Il y a parfois ce moment où j’ai besoin de regarder mon nombril, de me recentrer sur moi et rien que moi. Suis-je égoïste peut être et alors ?
    Ai-je ce droit de ne pas être disponible, oui. Et ce droit je le prends, c’est mon devoir de m’aimer un peu et ça me fait du bien.
    Par contre dans ces moments-là, j’avoue, je peux en faire des bêtises, je peux oublier un anniversaire, je peux oublier de téléphoner, je peux oublier des rendez-vous.
    Je peux aussi ne pas être du tout à l’écoute, trop dans mes propres pensées pour entendre ce que je devrais entendre.
    Loin de moi l’idée de vouloir intentionnellement faire du mal, quoique peut-être…
    Tu attends que je devine mes propres bourdes, mais y a des fois et bien je ne peux pas.
    Mais je crois que c’est à toi de me dire ce que tu ressens, de ce que j’ai pu faire ou ne pas faire, de ce qui te blesse.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les mots d'Emilie Daffis [contribution]. 2 commentaires
  • C'est la journée du Glop !

    C’est la journée internationale de la femme et non pas celle de la femme uniquement, nous qui aimons les nuances actuellement celle-ci est de mise. Alors je vais laisser les notes sur le bilan qu’il reste à faire pour un jour voir évoluer les égalités, laisser de côté les partages sexistes qui vont tâcher mon mur Facebook aujourd’hui et donner raison à ma fille au travers de ces photos pour lui confirmer que je n’ai définitivement pas une tête à lunette. En cette journée j'étais déjà dans le thème avec "Celle que je ne serais jamais"...

    journée internationale de la femme,femme,féminisme,féminité,égalité,clivage,droit des femmes,leshaker,flolou,cyril balayn,différente,se battre,homme et femme,inégalités,journée de la femme,lunette,tête à lunette,

    journée internationale de la femme,femme,féminisme,féminité,égalité,clivage,droit des femmes,leshaker,flolou,cyril balayn,différente,se battre,homme et femme,inégalités,journée de la femme,lunette,tête à lunette,

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant., Shake ton clic-clac [photo]. 2 commentaires
  • Lettre ouverte à Emma #11

    emma watson,féminisme,liberté,femme,être une femme,ONU,tribune,clivage,leshaker,flolou,cyril balayn,lettre ouverte,génération,liberté,femme forte,hermione,C’est l’histoire d’Emma. C’est l’histoire d’un engagement, du féminisme, d’un discours à l’ONU. Emma a eu la chance de pouvoir s’exprimer auprès d’une tribune aussi importante. Comme le monde va vite le discours d’Emma se retrouve sur les réseaux, dans les toiles d’internet. La personnalité d’Emma va propulser son engagement. Comme souvent et sous couvert de cet anonymat dégoulinant de haine, Emma va subir les foudres, les insultes et les menaces. Pourtant dans la cadre de son action Emma souhaitait mobiliser les hommes pour réduire les inégalités entre les sexes. Tout simplement.

    J’ai donc pris le temps de lire les articles autour de l’intervention d’Emma Watson au sein de l’ONU. J’ai pris aussi le temps de lire les articles qui venaient se lier autour du sujet. J’ai compris le sens des mots et la volonté de faire avancer les choses. Lu aussi que les hommes ne montent pas au créneau pour s’indigner publiquement de cette affaire. Et pourtant. Comme toi j’ai gerbé sur les commentaires, sur la haine à l’égard de cette femme et sur les menaces diverses. Nous sommes en 2014 et quand une femme parle… mais ce n’est pas aussi simple. C’est l’essence même du féminisme qu’il faut tenter de placer dans notre société.

    Alors le féminisme c’est quoi ? J’ai 42 ans mais je serais bien incapable d’en donner une signification précise. J’ai conscience des symboles et des combats, de la volonté de changer les choses mais je ne m’y retrouve pas vraiment. Je suis pourtant un homme issu d’une femme forte, indépendante, faisant le choix de la liberté de son corps. Enfant j’ai rangé ma chambre, plus grand je passais l’aspirateur et je faisais la vaisselle. Bien plus grand je respectais mes petites amies, encore plus grand (mais plus vieux aussi) je changeais les couches de ma fille. Loin de moi l’idée de dire que je suis un mec bien, juste un homme de ma génération qui vit et qui compose avec les femmes.

    Je suis aussi un homme qui observe. Le rapport des couples, les insultes, les confrontations, c’est un sujet déconcertant, tant pour les hommes que pour les femmes. La jeune génération n’échappe pas non plus à la règle. Une nouvelle fois j’ai conscience que la vie et que cette société développe de la frustration, un besoin de s’imposer pour mieux vivre demain et finir par ne plus écouter l’autre.

    Le féminisme je ne sais pas vraiment à quoi il correspond dans ma vie. Je pense que c’est tout simplement une affaire humaine et pas une histoire de chromosomes.

    L’essence même du féminisme c’est la liberté. Emma je t’embrasse tendrement. Ne lâche rien.

    Lien permanent Catégories : Shake la lettre ouverte... 6 commentaires
  • Il est où ton féminisme ?

    féminisme,confrontationliberté,leshaker,garçon,fille,battre sa femme,violence,libreJe cherche mais je ne trouve pas une réelle définition. J’ai 40 ans pourtant mais je serais bien incapable d’en donner une signification précise, j’ai bien conscience des symboles et des combats, de la volonté de changer les choses mais je ne m’y retrouve pas. Je suis pourtant un homme issu d’une femme forte, indépendante, faisant le choix de la liberté de son corps (coucou maman). Petit j’ai rangé ma chambre, plus grand je passais l’aspirateur et je faisais la vaisselle, bien plus grand je respectais mes petits amies, encore plus grand (mais plus vieux) je changeais les couches de ma fille. Loin de là l’idée de dire que je suis un mec bien, juste un mec de ma génération qui vit et compose avec les filles.

    Je suis aussi un garçon qui travaille au contact des gens et qui observe. Le rapport des couples, les insultes, les confrontations,  c’est souvent déconcertant, tant  pour les hommes que pour les femmes. La jeune génération n’échappe pas non plus à cette analyse. Une nouvelle fois j’ai conscience que la vie, cette société, développe de la frustration, le besoin de s’imposer pour mieux vivre demain, ne plus écouter l’autre.

    Du coup le féminisme je sais pas vraiment à quoi il correspond dans ma vie, je crois tout simplement que c’est une affaire humaine et pas une histoire de chromosomes.

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 4 commentaires