Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fantasme

  • A distance.

    leshaker,distance,loin,absence,kms,cyril balayn,flolou,a distance,distante,fantasme,rêve,virtuel,être loin,tu manques,Je pense à toi à distance. Je t’aime à distance. Tu es si belle à distance. Tu me fais rêver à distance. Tu es si distante depuis notre distance. Je rêve de toi, hier avec toi, ballade dans mes bras, les mains dans mes mains, un bord de plage en horizon, les galères dans le dos et les désirs en pleine tronche. J’aime ton univers à distance, les mots aussi, ta sphère et tellement proche de moi et de ce que je suis. J’imagine. Finalement t’es si proche dans ton lointain. Si tu étais à côté de moi je te sentirais lointaine.

    Je ne rêve pas de te retrouver j’aime juste t’imaginer. Je ne souhaite pas venir vers toi mais juste le souhaiter. Je rêve de toucher ta silhouette si lointaine, de te sentir au téléphone, de sentir la chaleur de tes mails. Faisons l’amour à distance. J’aime rêver l’odeur de tes cheveux. L’odeur de ton corps. Je suis le compagnon idéal de cette distance.

    Pourtant je te connais, le curseur de la sensation virtuelle est difficile à placer. T’es juste loin. Et c’est ce loin qui me passionne, qui me frissonne et m’emprisonne, ce loin que je fantasme et que je vampirise. Sucer ton sang 2.0

    Derrière nos lignes internet.

    Je me fiche de cette distance, du loin, de ce que je ne pourrais pas toucher et capter, laisse-moi imaginer et fantasmer, donne-moi le temps de capturer le virtuel. L’important c’est de ressentir.

    Debout et les bras en croix je me laisse glisser en arrière. Vous êtes derrière ? Retenez-moi.

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 0 commentaire
  • 63115200 secondes #suncindy

    [cindy]

    leshaker,suncindy,flolou,cyril balayn,solitude,upper west side,new york city,abstinence,désir sexuel,plaisir,frustration,fantasme,séduction,J'en suis en gros à 63115200 secondes, 1051920 minutes, 17532 heures, 730 jours, 104 semaines et 24 mois. En gros.

    Deux ans sans rien. Deux de choix. Deux ans à me dire que c’est inutile. Deux ans qui passent très vite. Deux ans avec des frustrations. Deux ans et des désillusions. Deux ans à sourire. Deux à faire croire que… Deux ans à chercher sans chercher. Deux ans d’autonomie. Deux ans à se souvenir. Deux ans qui semblent passer en 2 secondes. Deux ans c’est l’éternité. Deux ans de Up And Down. Deux ans à m’en foutre royalement. Deux ans à me questionner. Deux ans pour douter.

    J’en suis en gros à 63115200 secondes, 1051920 minutes, 17532 heures, 730 jours, 104 semaines et 24 mois.

    A la différence des garçons si je le souhaitais vraiment je pourrais inverser la tendance. Je vis dans un pays, dans une ville, dans un univers ou la séduction n’existe pas, ou n’existe plus. Les américains ne connaissent plus les codes de la séduction. Juste des rendez-vous qui ne donneront rien ou bien la volonté très souvent maladroite de faire comprendre le message. Entre les deux, rien. Rien du tout. Ce pays est dans l’extrême et les codes aussi.

    Moi je rêve de fantasme, d’un désir, de plaisir, qu’on vienne me tenir la porte, qu’on prenne le temps de se regarder d’un coin de l’œil. Ici rien n’est possible. C’est un constat, une observation, cette note je voulais l’écrire depuis longtemps mais je tenais à être certaine de mes propos.

    J’en suis en gros à 63115200 secondes, 1051920 minutes, 17532 heures, 730 jours, 104 semaines et 24 mois. En plein New York City, quartier de Upper West Side. A tout hasard si tu passes dans le coin, invite moi boire un verre (photo en haut à gauche), j’y viendrais avec plaisir. Et après…

    Lien permanent Catégories : Shake Suncindy [contribution]. 0 commentaire
  • Courrier des lecteurs #5.

    Recevoir un mail si tard (2h30 du matin) c'est tellement un bonheur que c'est direct sur le blog ce matin. Cette rubrique est ouverte à tous, n'hésitez pas. Un grand merci à Natacha pour son message et les derniers mots qui me vont droit au coeur. Touché.

    courrier des lecteurs,leshaker,blogueur,blog,fantasme,imagination,imaginaire,Pour une fois je viens rebondir sur les définitions, et c’est vraiment une première car au fond je ne viens jamais commenter. Je connaissais la présence de cette rubrique, alors pour une fois autant me la dédier.

    Tu t’interroges sur « On a cherché à savoir comment les gens perçoivent ce que nous sommes. » Et nous les lecteurs, comment nous percevons les blogueurs ? Le fantasme est-il obligatoire ? Avons-nous un aperçu de ce que vous êtes vraiment ?

    Il est évident que l’imaginaire au fil du temps fini par jouer, évident qu’il m’est facile au fur et à mesure de mes escapades  sur ton blog de définir un profil. Mais ton blog n’est qu’une projection, un simple aspect d’une personnalité, c’est une présence virtuelle seulement. J’ai même fini par penser que rencontrer un blogueur est en sorte une mauvaise piste, comme découvrir les coulisses ou l’explication d’un tour de magie.

    Alors depuis pas mal de temps je passe ici. J’ai suivi les exploits de Lisianne, les collaborations pour les « princesses », Irma et Florinda sont en tout cas une belle idée, réelle ou fantasque ?!!!

    Une chose est certaine on vient trouver dans un blog un univers, un quotidien, un endroit qui nous ressemble, des choses à découvrir, des idées. Le reste c’est l’imaginaire, le fantasme, le prolongement du blog quand l’écran s’éteint. Rien que pour ça, Leshaker, merci.

    Lien permanent Catégories : Shake les lecteurs. 1 commentaire