Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fatigué

  • La machine à penser.

    machine à penser,réflechir,cerveau,insomnie,dormir,caen,sortir,flolou,leshaker,cyril balayn,instant,usé,fatigué,Je serais curieux de savoir ce que vous faites quand la machine à penser commence à vous prendre dans ses entrailles. Avec le temps et l’expérience je n’arrive pas à la voir surgir, elle vient m’effleurer à l’horizontale au moment où le silence et la nuit plonge la pièce. Je n’use pas des drogues et de l’alcool pour lutter contre. En ce moment elle à pris possession des lieux, revient assez régulièrement et le seul remède c’est que mon corps soit assez usé et fatigué pour ne pas la laisser ma dévorer. Je ne cherche plus à lutter. Cette nuit au moment où j’écris ces lignes j’ai mis en marche mon corps. Arpenter la ville tard le soir. Caen a bien changé depuis 20 ans ou étudiant je sortais le soir. Les nouveaux quartiers, les clubs, la vie la nuit est bien plus active. J’aimerais tellement fermer les yeux et ne penser à rien. Marcher me fabrique des souvenirs sur l’instant, ceux qui m’aideront à m’endormir. Je passe encore quelques minutes devant l’ordinateur pour écrire cette note, une façon de repousser l’échéance. J’irais certainement chercher une comédie pour me faire rire sous la couette. Se glisser dans le noir en espérant s’endormir très vite, mon corps est fatigué et c’est le seul remède que j’ai trouvé. Amen.

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 4 commentaires
  • "Sarko n'était pas grand mais il n'a jamais été aussi proche du parquet"#10

    politique,politicien,élu,corruption,affaire,magouille,flolou,leshaker,cyril balayn,lettre ouverte,usé,fatigué,sarkozy,

    La politique faisait partie de nos discussions, à table, avec les potes, au détour d’un café, entre le plat de résistance et le dessert. Puis petit à petit on évite la discussion. Cette dernière attise la haine, les rancœurs et les colères. Timidement les extrêmes que nous connaissions remontent à la surface, se dressent au détour d’une rencontre, d’une discussion, ils se fondent dans le quotidien. On évite la discussion. Dans un temps (que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître), je savais que je pouvais interpeller l’élu. Je savais que les lois demeuraient importante, actif au sein d’une association j’étais, nous étions, dépendants des subventions, des mairies, de la volonté culturelle à la réalisation de nos projets. Aujourd’hui on a peut-être oublié que nous pouvions l'interpeller..

    Lentement on a oublié la possibilité du vote, oublié l’isoloir et l’urne, oublié le petit papier qui vient crier de notre conviction. Avant je ne comprenais pas (et ne voulait pas comprendre) ceux qui ne votaient pas. Aujourd’hui c’est diffèrent. Même si je ne le cautionne pas je ne peux que le comprendre. On assiste à une télé-réalité de la politique, les protagonistes sont les mêmes, les visages nous les connaissons, les évènements nous ne pouvons que les anticiper, le scénario ne change jamais.

    Je ne peux que m’y résoudre. La politique est un métier, c’est un art, c’est une mise en scène habile. Je reste toujours fasciné par ses hommes et ses femmes qui parviennent grâce au talent de la rhétorique à ne rien dire ou à rendre les mots qui n’expliquent rien si importants. Nous évoluons dans un monde qui se veut transparent et limpide. Dans un monde ou rien n’échappe au DIEU internet et à son pouvoir. Pourtant on ne sait rien. Demain non plus. Les coulisses de la politique sont fermés au public, rien ne doit filtrer et encore moins aujourd’hui.

    J’aimerais que la politique me surprenne, me voir bousculer et assister à un fonctionnement diffèrent. Je suis usé et fatigué… de ce qui se passera encore demain.

    Lien permanent Catégories : Shake la lettre ouverte... 0 commentaire
  • ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    (vide, je suis).

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 3 commentaires
  • Les princesses aiment la pluie ?

    [Lisianne]

     

    princesse,retour,pluie,vacance,mode,gloss,vernis,le shaker de cyril,fatigue,mort,sexy,attitude,temps,orage,ras le bolLe truc c'est que je suis toute mouillée. Je te vois glousser comme un idiot ou comme une idiote derrière ton écran mais c'est l'histoire de ma vie.

    Une triste histoire.

    Je suis une princesse maudite. Je suis une princesse trempée. Cette année c'était le pompon. J'avais une super destination de princesse, j'avais acheté sur un site internet le maillot de bain de la decennie, j'étais fraîche, rayonnante, habillée comme une reine enfin comme une princesse, oui mais voila je n'échappe pas à mon destin et encore moins cette année, enfin cet été.

    Je suis mouillée, trempée, humide (cesse de glousser je te vois).

    Au placard durant mes vacances mon maillot fashion victim, au placard mon gloss et mon vernis ultra tendance rose ultra rose, au placard mes petits ballerines noires sublimes... 

    J'étais une princesse avec un jogging et un polaire. La vie est moche en été et je suis une princesse qui définitivement deteste la pluie.

    Lien permanent Catégories : Shake les princesses [contribution]. 2 commentaires