Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

habitude

  • Chronique d'une haine ordinaire [retour sur].

    Le samedi je viendrais faire vivre de nouveau une note. A moi de piocher dans les archives et dans un texte de la semaine du 9 au 15 mars 2014. Retour sur une des rubriques du blog #suncindy nous écrivions à l’époque a deux mains. C’était le 13 mars 2014 [ici].

     

    [leshaker/Cindy]

    chronique,suncindy,violence,ordinaire,habitude,mouvement,scène,dur,se battre,flolou,leshaker,cyril balayn,blog,new york,rue,nuit,Hier soir dans la rue trois types complètement ivres étaient en train de tabasser un mec complètement alcoolisé. Dans la nuit c’était franchement assez Hollywoodien comme scène, les ombres, les visages tuméfiés, le lampadaire qui tamise la scène. C’était beau.

    Avant-hier dans la boite aux lettres une très mauvaise nouvelle. Je ne serais jamais faîtes pour gagner de l’argent. Sortir quelques instants pour respirer l’air pur de Manhattan, s’ouvrir au monde, regarder mes pieds, avoir envie de me jeter sous les rues d’une voiture, puis finalement relativiser pour sourire au monde et me dire que je n’ai rien reçu et qu’on verra demain. La vie c’est chouette sans les lendemains.

    Depuis une semaine ma timeline Facebook m’annonce le décès d’un proche. Une enfant. Un petit. Un bébé d’une amie que je n’ai vu que deux fois. L’horreur. En 2014 on annonce les douleurs et l’intime sur le réseau, la mort 2.0 est tellement plus belle. Les commentaires qui viennent rejeter les océans de larmes. J’ai gerbé. Je ne dirais rien. Je suis meilleure dans le silence.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake le Retour sur... 0 commentaire
  • Définitions #99

    définitions,cyrille de lasteyrie,vinvin,parentalité,père,entrevue,humeur,déménagement,gaz de ville,mail,cartons,flolou,leshaker,cyril balayn,habitude,parent,vierge,Ces derniers temps : J’avais la tête dans les cartons. Cela n’a rien d’exceptionnel sauf que moi je déteste.

    Déjà : « Hey ça fait 9 piges que t’es célibataire ! » (J’ai coupé court à la discussion j’ai plus d’arguments).

    Déménager : C’est aussi se rendre compte que t’as des boites qui fonctionnent comme en 1884 en 2014. On est quand même à l’heure du mail et de l’internet bordel à chier des sacs en bois.

    Guide du routard : Si tu veux le gaz de ville chez toi, pense à t’y prendre à l’avance. Pas comme moi genre deux jours avant. Sinon c’est la douche froide.

    Happy : Le grand Cyrille De Lasteyrie aka Vinvin a pris le temps de me répondre pour une rubrique. Celle des pères. Il va nous parler de « sa » parentalité avec une phrase qui me marque énormément et qui m’ouvre des horizons que je n’avais pas forcement soupçonner. Extrait – « Pour être honnête je crois que les pères ne s'intéressent pas beaucoup aux autres pères... En général nous sommes plutôt attentifs aux regards que posent les mères sur notre présence dans la cour d'école. Peut-être sommes-nous toujours en mode séduction animale, comme des lions dans la meute... ». Vous allez pouvoir découvrir cette entrevue demain mardi. Merci à toi.

    Humeur : Bousculer les habitudes, sentir les chemins nouveaux, croiser des tas de têtes et de fesses. Se souvenir des endroits quand on avait 20 ans.

    Vierge : C’est la première fois depuis 42 ans que j’ai déjà un jour de l’an annoncé à l’avance.

    Habitude : J’ai souvent tendance à les détester et pourtant elle me rassure. C’est dans ma nature. J’aime bien vivre à l’extérieur mais le cocon doit exister. Il faut que j’apprenne à mieux gérer les bouleversements, surtout ceux que j’ai choisis.

    Photo : Mr propre… comme un changement, un renouveau. Garder les bras croisés n’étant pas certain du lendemain.

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 0 commentaire
  • Ne fais pas de ton cas une généralité...

    [Emilie Daffis]

    emilie daffis,cyril balayn,shake les princesses,généralité,coutume,habitude,case,étiqueté,leshaker,flolou,princesse,prince,relation,mec,fille,nana,meuf,relation,Dans mes pensées les plus profondes (oui oui il m’arrive d’en avoir quelques fois), je me demandais pourquoi les filles / princesses / femmes avaient tendance à mettre les mecs dans le même panier ou presque, en décrétant qu’un mec était avant même d’ouvrir la bouche un connard.

    Déception de petite fille au vu du comportement d’un papa idéalisé ?

    Expériences négatives d’adolescentes où les mecs réfléchissent avec leurs entre-jambes avant de réfléchir avec leur tête ?
    Séparation douloureuse une fois adulte où les mecs n’ont pas eu le cran de faire les choses bien ?
    Même la société les met en mauvaise posture, de préjugés au stéréotypes sur des comportements violents, agressifs, idiots, ou encore sur le fait qu’un homme est de toute façon un père cancre, méchant, égoïste … Et j’en passe.

    Mais en vrai, pourquoi généraliser ? 

    Je pourrais tout aussi bien généraliser sur les femmes et les mères, en les casant dans des étiquettes complètement foireuses. Comme le fait que toutes les femmes sont castratrices, manipulatrices ou faibles par exemple.

    Alors effectivement, on a besoin d’avoir une connaissance sur le comportement humain, sur les relations intra et inter-psychique, sur le collectif et comment fonctionne le groupe dans tel ou tel situation…
    C’est rassurant de se dire que si tous les mecs sont des connards alors les femmes n’y sont pour rien.
    C’est fou le manque de responsabilité que l’on veut prendre dans un rapport entre deux personnes.

    Alors oui, il existe des mecs pas cool, oui il existe des mauvais, des perdants, des lâches, des irresponsables, des mecs qui ne peuvent s’engager, des mecs qui humilient, qui sont violents, et blessants.
    Comme il existe des femmes avec des comportements douteux, des femmes méchantes ou manipulatrices, des femmes qui peuvent être de vraies garces.
    Il y a des explications à cela, des raisons, cela ne justifie rien, mais cela s’explique.
    Et oui, il existe aussi des mecs bien, des mecs intelligents, des mecs réfléchis et responsable, des mecs amoureux, des mecs sensibles, des mecs drôles, des mecs respectueux.
    Oui il existe aussi des femmes bien, des femmes intelligentes, fortes et vulnérables, des femmes drôles …
    Un connard peut ne pas l’être toute sa vie, il a le droit aussi d’évoluer et de grandir. Une conne également.

    J’aimerais vous dire un truc, un mec n’est pas tous les mecs. Une femme, n’est pas toutes les femmes. Et si vous êtes confrontés toujours au même refrain, peut-être est-ce parce que vous êtes le dénominateur commun.

    Parce qu’en vrai si nous étions tous des généralités alors ce serait comme dire que nous sommes tous pareil. C’est comme si je disais qu’on avait tous été désiré de la même façon, qu’on avait vécu la même naissance et construit avec des parents identiques. C’est comme si je vous disais que votre histoire est la même que tout le monde, que vous n’êtes qu’une banalité. Comme si on avait eu tous la même enfance, nous avons tous vécu les mêmes traumatismes, nous avons tous été aimé de la même façon… C’est comme si je vous disais que vous manquiez de personnalité puisque vous avez la même que tout le monde. 

    Le monde serait triste si nous étions tous une généralité, sans histoire, sans différence, sans singularité, sans personnalité, sans rien. En fait nous serions comme des robots, nous agirions de la même façon pour tout et avec tout le monde. Nous ne réfléchisserions plus, nous ne nous ouvrions plus à l’autre. Nous resterions fermé dans une case, sans possibilité de pouvoir redéfinir notre vie, ni même évoluer dans d’autres horizons.

    Retrouve Emilie sur sa page Facebook...

    Lien permanent Catégories : Shake les mots d'Emilie Daffis [contribution]. 0 commentaire
  • Facebook est une bulle de convention #suncindy

    [Cindy/Leshaker]

    suncindy,cindy,mariage,convention,se marier,conventionnelle,leshaker,flolou,cyril balayn,classique,habitude,congratulations,félicitation,Jeudi 17 avril 2014. 11h04. Je me suis mariée. Je vais même t’avouer que dix minutes avant je ne savais pas que j’allais le faire, enfin le célébrer. Une fille comme moi, la première à refuser les conventions, ne jamais me soumettre pour mieux me rebeller. Il arrive dans la vie qu’on fasse des choses, qu’on définisse des choix sans pour autant savoir si ce sont les bons. En tout cas moi je ne sais jamais, enfin rarement ce qui est bon ou non (pour moi). La certitude c’est que le 17 avril je me suis mariée, sans faire le fête, sans boire un verre, sans les potes ni la famille, un mariage dans le plus grand secret.

    Il fallait choisir un partenaire qui puisse accepter. Lui je l’aime bien mais il reste trop conventionnel et il est fort probable qu’il tombe amoureux. L’autre est vraiment sympa mais il papillonne, il ne me sera pas fidèle. Décidément choisir un partenaire au travers de la sexualité reste une chose délicate et compliqué. Ma meilleure amie dit qu’après l’amour la seule chose qui reste c’est l’amitié.

    Leshaker est un ami. Il sera mon choix.

    J’ai épousé Cyril le 17 avril 2014 à 11h04. On se demande encore si la sexualité interviendra mais après réflexion nous convenons de l’hypothèse que garder le mystère des corps est la chose la plus raisonnable que nous puissions faire. En guise de faire-part une notification sur Facebook, celle où tu peux aisément identifier ta vie « sentimentale ». Nous avons cliqué « marié à… ». J’utilise rarement mon compte Facebook, les contacts sont rares. Il me permet de rester en lien avec les ami(e)s et la famille. A l’exception de deux ou trois contacts sentant la supercherie le reste de l’après-midi fut teinté de « Congratulations and warm wishes to both of you on your wedding day » la phrase la plus standard pour souhaiter un bon et joyeux mariage.

    Mais bordel. Merde. Chier. Suis-je à ce point aussi stupide pour me marier et l’annoncer sur le réseau ? L’information et l’immédiateté sur internet résonnent. Il est vrai qu’aujourd’hui on annonce sa rupture, sa liaison, son divorce, son régime, la morve de son petit dernier, la mort d’un proche aussi, alors pourquoi pas un mariage.

    Ma bulle Facebook ne me connait pas, et jeudi 17 avril 2014 je ne suis pas mariée. Il reste une trace numérique et si elle le dit c’est que c’est vrai (ou pas).

    Lien permanent Catégories : Shake Suncindy [contribution]. 0 commentaire
  • Sur le chemin.

    chemin,habitude,parcourir,trajet,leshaker,ronger,travail,quotidien,Je vais enfiler ma veste, chercher mon badge, ne pas le trouver, oublier mes pièces pour boire un café au distributeur. Je vais descendre 17 marches. Mon trajet va durer 3 minutes et 47 secondes (environ), c’est un temps moyen, j’ai eu le temps de chronométrer. La voiture de la dame-de-la-maison-d’à-côté va bloquer la rue quelques secondes car elle rentre du travail et c’est pas facile dans cette petite rue de rentrer dans le garage. Je vais balancer un geste de courtoisie à un client que je connais et qui habite juste la maison d’en face. Je vais trouver cet énorme chat blanc, il est immense, énorme, il faut que je pense à le prendre en photo. Me demander si le feu passera au rouge au moment où je vais attaquer la traversée. En général je ne gagne jamais. Passer le petit pont de bois et constater que les gens sont des gros dégueulasses en voyant les cannettes à la surface de l’eau. J’aurai le temps d’observer le ballet des caddies. Puis, lentement, m’enfermer dans la lumière artificielle et le carrelage glacé.

    Nos habitudes finiront par nous ronger. Elles font parties de nos vies. Les chemins se ressemblent. Tous les jours. Nos yeux ne découvrent que les choses de la veille, c’est une spirale. La différence reste le regard que je vais y porter. J’ai envie de mettre un grand coup de pied dans ce chemin bien tracé que je viens de décrire. Je suis en chemin…

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 8 commentaires