Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

identité

  • Celle que je ne serais jamais.

    homme,femme,identité,sexualité,transexualité,sexe,clivage,flolou,cyril balayn,leshaker,être une femme,sensualité,pin up,qui suis-je,masculinitéJe me demande souvent quelle femme je serais si la nature m’avait composé autrement. Aurais-je eu les mêmes idées au même moment, parler du féminisme plus que de la parentalité au sein du blog, traduire mes humeurs de femme avec des mots différents de ceux que j'écris aujourd’hui ? Mon prénom c’est Cyril, le féminin est Cyrielle. Quelle Cyrielle serais-je ?

    De prime abord j’aurais tendance à pencher vers les femmes dont j’aspire la féminité, le glamour, le vernis, le style pin-up mélangé à une bonne dose d’anticonformisme et de Rock’n’Roll. Oui mais là c’est l’homme qui parle. Cyrielle sort de corps. On a tous tenté d’approcher cet univers à des moments de vie, mis nos pieds dans les talons hauts pour voir l’effet, enfiler des collants, s’habiller en fille, en allant même plus loin adoptant la position du missionnaire en se marrant avec les potes et en hurlant « mais bordel vous faites comment ? (avec nos gueules de cons qui approchent et effleurent votre visage).

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 2 commentaires
  • Mon empreinte.

    empreinte,leshaker,contribution,numérique,nostalgie,identité,Voici un espace. Un espace à combler, pour y ajouter des mots, des vidéos ou des photos. Le principe est de ne rien dire. Si seulement nous pouvions écouter le silence dans nos vies numériques. Mon silence à moi dure depuis plus de 4 ans. Un blog, un espace, mon identité numérique, mes humeurs, mes désirs, mes empreintes, un espace qui ne témoigne de rien finalement. Je suis le seul à pouvoir ajouter de la nostalgie et des souvenirs sur les notes que je dépose. Comme vous.

    J’ai le plaisir des livres et de la lecture depuis 4 ans. Avant je n’écrivais pas. Jamais. La feuille blanche était une douleur, le clavier et l’écran un plaisir. Pourtant nos témoignages sont éphémères, je le revendique, il suffirait d’une énorme panne pour tout supprimer. Mais il ne se passe jamais rien sur la toile. Calme plat. Le seul plaisir ultime que nous pourrions prendre sera demain, plus tard, lire et relire nos notes, les mots, se souvenir du moment, de cet instant ou l’envie était forte de se perdre encore quelques instants devant nos pixels. Notre aventure numérique est personnelle.

    Pourtant je suis ici. Une envie pressante de frapper le clavier et de venir contribuer. J’y ajoute une nouvelle fois mon empreinte du soir, 2h26 du matin, dans la nuit du 23 au 24 février. En terminant cette missive j’irais me coucher, avec le plaisir de découvrir cette note dans mon espace. J’ai une certitude. C’est l’émotion. Nous cherchons à nous en procurer. A toi de m’en donner.

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 0 commentaire
  • Les chroniques de Lisianne #12. Double-je.

    double,je,doublure,moi,toi,nous,le shaker de cyril,cassure,identité,chronique,lisianneLundi 15h15. Il va arriver, les  pas dans le couloir ne trompent jamais. Il se fixe sur le thé et moi aussi finalement. Instant figé de notre conversation…

    …. Alors tu aimes écrire, c’est sympa, je ne pensais pas que tu continuerais.

    C’est toujours une torture, la panique de l’écran blanc, je serais curieuse de connaître la réception chez les lecteurs.

    Force est de constater l’impact de cette rubrique et des chroniques, mon interaction avec les lecteurs de mon blog est très faible, on est dans le vide, mais ce n’est pas le plus important.

    Je pensais donner une image plus légère, j’ai l’impression d’être ou de donner une image fausse de moi, en même temps c’est ma vie, ma vision des choses, c’est assez proche de ce que je suis.

    Finalement tu es qui Lisianne ?

    Je suis le fruit d’une création, le fruit d’une vision, le fruit d’une femme que je ne serais jamais. Tu es moi, et moi je suis toi, au travers de cette rubrique et de ce scénario. L’important ce n’est pas ce que je suis ou si j’existe, l’important ce sont les mots.

    Lundi 15h49. Il quitte mon appartement, les pas dans le couloir ne trompent jamais. L’odeur du thé est encore présente.

    Moi je quitte cette note, et prépare déjà la prochaine.

    [Lisianne/Leshaker]

    Lien permanent Catégories : Shake les mots de Lisianne [contribution]. 0 commentaire