Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

instant

  • 1559.

    fin,the end,fin du blog,blogging,finir,leshaker,cyrilbalayn,flolou,instant,une vie,solitude,terminerOn va se dire au revoir. Ce n’est pas utile d’en faire des lignes on va se dire au revoir. Une page se tourne ici et ailleurs car au fond je n’ai plus rien à vous dire. Enfin plus précisément les mots que j’écris ne sont plus pour vous. C’est pas une séparation juste un changement, une nouvelle orientation. Je ne suis pas un homme figé, il faut que je me laisse bercer par mes certitudes et ma volonté

    J’ai passé mes dernières soirées à lire et relire mes notes depuis des années. Au fond me suis-je raconté ? J’en sais rien et ce n’est pas le plus important. Ici j’ai canalisé mes émotions et ma solitude et c’est loin d’être pathétique.


    Faut que je bouge, que je me dresse, que je me fasse des cicatrices. Cela ne passe pas dans les mots bien au contraire, mais dans l’action. Alors on va se dire au revoir.

    Ici, à cet endroit, je n’ai plus rien à vous écrire.

    On trouvera une autre sphère, il faut bien que je pose des mots et que mes conneries prennent corps.

    Je n’oublie rien. Vous encore moins.

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 2 commentaires
  • Chambre 308.

    éphémère,chambre,hôtel,voyage,couloir,moquette,flolou,leshaker,cyril balayn sur direct 8,instant,blog,invitation,vivre dans les hôtels,Dans une vie que j’ai fantasmé je voulais vivre dans les hôtels. Avoir mon endroit à moi et en changer régulièrement car les habitudes m’assassinent. Me retrouver dans un cocon confortable sans me soucier d’une coupure de courant ou d’un dégât des eaux. Dans ce désir j’arpentais les couloirs car la moquette que l’on retrouve souvent à tendance à me rassurer. Les numéros sur les portes sont aussi un témoignage du voyage. Ce n’est qu’un fantasme je ne vivrais jamais dans les hôtels. Les souvenirs se fabriquent au détour de nos destinations ou avec ma fille nous fermons les yeux pour découvrir notre chambre. On pousse la porte et c’est la surprise. C’est une sensation de bien-être, comme un endroit où rien ne peut arriver ni venir t’atteindre. C’est la suppression de la boite aux lettres et des mauvaises nouvelles. Un espace en dehors du temps comme une parenthèse, une trace éphémère.

    Dans cette vie que j’ai fantasmé on ne pouvait pas me trouver. La chambre d’hôtel reste le seul endroit où personne ne peut savoir où tu vis. Personne.

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 0 commentaire
  • La machine à penser.

    machine à penser,réflechir,cerveau,insomnie,dormir,caen,sortir,flolou,leshaker,cyril balayn,instant,usé,fatigué,Je serais curieux de savoir ce que vous faites quand la machine à penser commence à vous prendre dans ses entrailles. Avec le temps et l’expérience je n’arrive pas à la voir surgir, elle vient m’effleurer à l’horizontale au moment où le silence et la nuit plonge la pièce. Je n’use pas des drogues et de l’alcool pour lutter contre. En ce moment elle à pris possession des lieux, revient assez régulièrement et le seul remède c’est que mon corps soit assez usé et fatigué pour ne pas la laisser ma dévorer. Je ne cherche plus à lutter. Cette nuit au moment où j’écris ces lignes j’ai mis en marche mon corps. Arpenter la ville tard le soir. Caen a bien changé depuis 20 ans ou étudiant je sortais le soir. Les nouveaux quartiers, les clubs, la vie la nuit est bien plus active. J’aimerais tellement fermer les yeux et ne penser à rien. Marcher me fabrique des souvenirs sur l’instant, ceux qui m’aideront à m’endormir. Je passe encore quelques minutes devant l’ordinateur pour écrire cette note, une façon de repousser l’échéance. J’irais certainement chercher une comédie pour me faire rire sous la couette. Se glisser dans le noir en espérant s’endormir très vite, mon corps est fatigué et c’est le seul remède que j’ai trouvé. Amen.

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 4 commentaires
  • Un instant dans la vie #3.

    leshaker,instant,vie,economie,tournant,expansion,entreprise,tee-shirt,sérigraphie,Nous devions être en 1995. A cette époque j’avais 23 ans, des cheveux frisés, et j’étais mince. J’étais étudiant, je n’en foutais pas une et pourtant le Deug de socio c’etait très intéressant. Je préférais me perdre dans mes rêves, mes copains, mes projets, mes envies. Nous étions un groupe, une association, nous n’arrêtions jamais de lancer des projets artistiques (festival, tournage, organisation de concerts…) nous aimions ça, la synergie était forte avec ce groupe.

    A force de collaboration avec diverses personnes nous nous étions tournés vers la sérigraphie, le design, nous avions même testé de l’impression sur des tee-shirts. Puis un jour une rencontre avec des professionnels du « textile », une envie pour cette jeune entreprise de collaborer avec nous au travers du design, de la sérigraphie, et de l’évènementiel. Un rendez-vous important, je crois que nous savions. J’y suis allé avec lui, mon pote de toujours, le noyau dur. Deux entrepreneurs en pleine expansion, et juste en face, nous deux. Les deux gamins.

    C’était en 1995. Mes souvenirs s’effacent. Nous n’avons jamais donné suite et je me souviens plus de la raison. Mais une chose subsiste en moi (et c’est bien pour cette raison que je l’écris ici), c’est que nous pouvions prendre un tournant dans nos vies ce jour-là. Même si le projet n’aurait pas fonctionné, même si cette collaboration pouvait ne pas perdurer, même si… nous avons prouvé notre imaturité, notre fossé entre nos désirs, nos délires et nos envies, et le manque de discernement économique.

    Il y a toujours des moments dans la vie ou il faut anticiper le virage. J’ai continué tout droit, et pourtant je ne regrette rien.

    #photo coupure Ouest-france 1994 #rectif j'avais déjà pas de cheveux

    Lien permanent Catégories : Shake un instant dans la vie. 2 commentaires
  • insouciance.

    insouciance,leshaker,instant,vieillir,vieillesse,jeunesse,greenpeace,enfant,petit,bouille,Se réveiller un peu moins vite. Se rendre compte durant le jogging qu’il est plus difficile d’aller plus vite, plus loin. Un, deux, trois, cheveux blancs. Ne pas forcement faire son âge. Se dire qu’il est bon de ne pas fumer, de ne pas boire (avec modération), de garder une certaine forme. Se lever un matin avec une sciatique pour la première fois. Se dire que le corps parle et te dit que tu es moins jeune qu’hier. Avoir 20 ans dans la tête, et 40 sur le corps. S’endormir plus vite lors d’une soirée arrosée. Etre un meilleur amant qu’avant, le croire, le savoir, en douter, certitude. Revoir les anciennes photos et se rendre compte du temps qui passe. Perdre des cheveux. Gagner en profondeur mais surtout en poids. Faire plus de sport pour perdre moins. Ecouter son cœur et se dire que c’est une belle machine depuis 40 ans. Regarder sa peau. Revoir cette bouille d’enfant en bannière quand j’affiche mon blog. Penser avoir toujours connu les ordis et l’internet. Se tromper. 1972. Les années passent. Vouloir une pause.

    Puis d’un coup d’un seul, dans la rue, hier soir, deux filles de chez Greenpeace voulant te faire signer un papier et qui en s’approchant de toi, « Bonsoir jeune homme… ». Sourire. Heureux. Garder la pêche et cette fraîcheur, ne jamais perdre mon insouciance. 

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 4 commentaires
  • Définitions #8.

    paques,manager de rayon,gros con,diriger,diviser pour mieux régner,le shaker de cyril,david rault,instant,lan,gage du corps et des gestes,mimilie&leshaker,header,bandeauPâques : Sous la pluie, sous les nuages, et les œufs dans l’herbe.

    Manager : Lui faire comprendre qu’elle n’en aura jamais le titre avec une entrée fracassante dans son bureau et refermer la porte dans un fracas. Être humain et diriger des équipes ne s’improvise pas, diviser pour mieux régner encore moins.

    Mimilie&Leshaker : On débute le 14 avril ici. A la suite d’une longue conversation téléphonique nous nous sommes enfin « trouvés ». L’aventure commence, les interviews aussi et sans avoir écrit une ligne.

    Header : J’avais envie de changer mais j’ai déjà en commande auprès de mon designer David un bandeau pour mon Facebook qui tarde à arriver (oui oui je sais t’es en train d’écrire un bouquin sur le langage des gestes et du corps) mais quand même !

    Santé : Je commence à moins voir les petits caractères, c’est grave docteur ?

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 0 commentaire