Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

interview

  • Lola Simone en entrevue.

    Vous connaissez peut-être Lola Dans la salle de bain, mais peut être connaissez-vous mieux Lola Simone ? en plein changement d’identité numérique cette jeune YouTubeuse Caennaise qui vit actuellement à Barcelone propose des vidéos sur sa chaine et compte aujourd’hui plus de 7500 abonnés et elle ne va pas s’arrêter là.

    Lola c’est une fille avec de l’énergie dedans. Au programme « je pue des pieds », « la première fois », mais aussi « le harcèlement scolaire ». Mais pas que. Lola ressemble à ses vidéos et ses vidéos lui ressemblent. Lola Simone en entrevue… [YouTube] [Facebook]

     

    lola dans la salle de bain,lola simone,youtubeuse,chaine,lola,barcelone,caen,ville de caen,entrevue,normandie,harcelement scolaire,je pu des pieds,fille,leshaker,cyril balayn,flolou,entrevue,interview,rencontre,Lola tu es une YouTubeuse. Comment est née l’envie de ta première vidéo et l’idée d’en faire une chaîne ?

    L'idée de ma première vidéo m'est venue de mes copines de lycée. On était une bande de 9 nanas, toujours collées, et je leur disais super souvent "ah tu sais l'avocat sur les cheveux ça fait ça" "si ta bague rouille sur ta peau tu dois faire ça" "putain j'aimerai trop expliquer aux gens que les filles font ce qu'elles veulent" et BIM elles m'ont toutes dit peu à peu "Mais Lola Pourquoi tu fais pas un blog sérieux ?". L'idée a pris de l'ampleur dans ma tête, et j'adore écrire... sauf que j'ai une écriture très orale, et que j'ai vite compris que j'avais envie d'un support plus direct, plus expressif, plus moi. J'ai donc tourné ma première vidéo, qui était un make up foireux, avec une voix monochrome et un air qui disait "je vais me suicider". Ah haha ! Et avec le temps j'ai réussi à montrer ce que je suis réellement.

    Tu as développé ton blaze Lola dans la salle de bain avec plus de 7000 abonnés, tu as changé de nom dernièrement en Lola Simone pourquoi ce choix ?

    Alors ce choix me trottait dans la tête depuis de nombreux commentaires qui me disaient " tu pourrais parler de n'importe quoi, je viens ici juste pour t'écouter parce que tu es drôle"

    Et là je me suis MERDE, je suis pas faîte pour ne parler QUE de beauté. J'ai tenté plusieurs vidéos hors sujets et ce sont celles qui ont le plus plu.

    Lola Simone c'est moi, entièrement. Ce sont mes deux vrais prénoms (et j'en cache un troisième encore plus mignon qui est : Thérèse), il représente un vrai décalage que je suis à moi seule je pense. Depuis que j'ai changé tu ne peux même pas imaginer la libération que je ressens, j'ai l'impression que je peux aller réparer une bagnole et le filmer que ça restera dans le thème ! J'ai besoin de parler, de m'exprimer, de crier (ok beaucoup crier), de me maquiller, de me démaquiller, de voyager, de manger ; et tout ça sur ma chaîne.

    Et non je n'ai pas peur de perdre des abonnés, je pensais que cet ancien blaze représentait un blocage, et je pense que j'ai eu raison. Il suffit d'aller voir sous la vidéo où j'annonce ce changement pour lire des dizaines de gens me disant "je ne comprenais pas pourquoi tu t'appelais comme ça". Et d'ailleurs, depuis ce changement (il y a trois jours), je suis suivi par 560 personnes de plus, belle confirmation :)

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 4 commentaires
  • Denis en entrevue.

    Comme une évidence de faire un focus sur le travail de Denis. Il est blogueur. Photographe aussi. il aime Paris et les jolies choses. J'aime son travail depuis quelques années déjà, ses articles et sa façon de mettre en scène cette si jolie ville. Je vous invite vivement à parcourir son blog photos, Denis en entrevue c'est maintenant... [denis Photos] [Le blog] [facebook]

     

    denis,photo,photographe,denisphoto,paris,thématique,blogueur,leshaker,flolou,cyrilbalayn,parisien,bobo,modèle,entrevue,interview,blog,appareil photo,cyril balayn,leshaker,denis,photographe,Denis tu mets en scène cette merveilleuse ville de Paris au travers de ta vision d’où vient cet amour pour cette ville ?

    Bonjour Leshaker d’abord merci beaucoup pour cette entrevue c’est un grand privilège de passer chez toi, moi qui te lit depuis fort fort longtemps.

    Mon amour de Paris date de mon adolescence alors que j’habitais en banlieue, je rêvais d’y vivre, mais plutôt pour les côté cosmopolite et festif. J’aime les gens et la foule et Paris est l’endroit idéal pour se fondre dans la masse et observer ce qui se passe. C’est avec le temps que je me suis passionné par l’architecture de cette ville.

    C’est avec mon blog que j’ai commencé à tout photographier pour illustrer mes articles et que je me suis aperçu qu’il y avait tant de choses différentes à voir. J’aime Paris et c’est l’endroit que je photographie le plus mais j’adore la France qui regorge de beautés et soyons fou, le monde entier ! Il y a tant de choses à faire, je regrette tellement de ne pas en profiter d’avantage, c’est dommage d’être enfermé dans un bureau à essayer de gagner sa vie.

    Comment s’organise une séance et comment viennent les idées de mettre en valeur les lieux ?

    Je suis très attaché à la lumière c’est la seule chose qui change quand on regarde un monument, donc je vais surtout me balader le matin ou en fin d’après-midi pendant les heures où la lumière est la plus douce.

    En fait je vais plutôt chercher de la lumière et si je croise la tour Eiffel en arrière-plan c’est tant mieux mais je n’irais pas spontanément la photographier, sauf si je dois écrire un article. Mais à Paris j’ai un peu fait le tour des endroits à photographier, je recherche surtout des ambiances grâce aux gens, car ce sont les parisiens qui font vivre cette ville, j’aime beaucoup la photographie de rue pour saisir le quotidien mais je me tourne de plus en plus vers le portrait car j'aime les gens et les femmes en particulier...

    Depuis les attentats ton travail s’opère t’il différemment et comment vit le parisien que tu es ?

    Absolument pas, je suis sorti le lendemain pour faire des photographies du forum des Halles qui était complètement vide un samedi après-midi, c’était tellement flippant. Mais je n’ai pas changé mes habitudes même s’il faut l’avouer par moment j’ai un peu peur, mais plus pour ma fille qui va vivre dans le drôle de monde que nous lui laissons que pour moi-même.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 0 commentaire
  • Restons Futiles en entrevue.

    Restons Futiles est un slogan parfaitement trouvé pour ce jeune blog présent sur le net depuis quelques mois. Et il buzz déjà. Comme à mon habitude je me dirige vers les acteurs caennnais et perrine en est l'instigatrice. C'est une jolie plume, un univers, c'est élégant et c'est drôle en plus. Je vous laisse découvrir cette dernière en entrevue et n'oubliez pas... restons Futiles. [restons futiles le blog] [facebook]

     

    restons futiles,perrine,blog caen,buzz,caen,caennais,tendance ouest,entrevue,interview,mode,lifestyle,blogueuses,leshaker,flolou,cyril balayn,focus,restons futiles,Ton blog est né depuis quelques mois, il s’intitule « Restons Futiles », peux-tu nous le présenter et pourquoi ce titre ?

    Créer mon blog, ça me trottait dans la tête depuis quelques années. Je rêvais d’un espace pour ma plume, mes photos, pour rire, pour mes mots et pour mes maux aussi. Je rêvais d’un espace résolument positif, pour contrecarrer la grisaille ambiante, d’un espace où on essaierait toujours d’en rire plutôt que d’en pleurer. D’un endroit rafraichissant, doux comme une barbapapa mais avec un peu de fond quand même, parce que bon, ça fait toujours du bien un peu de fond.

    Pour ne jamais perdre de vue ces objectifs, j’ai choisi de l’appeler « Restons Futiles ». Tout simplement.

    Tu parles mode, déco, bons plans, mais aussi de toi et de ton univers… te diversifier est une volonté ?

    Mon commandement numéro un, c’est la spon-ta-néi-té. J’essaie de ne pas calculer, de ne surtout pas anticiper, je n’ai aucun post écrit d’avance, je marche en flux tendu (tout en restant dé-tendue) parce que je tiens par-dessus tout à rester ancrée « dans l’instant », au feeling.

    Alors oui, y’a un peu de tout. Tout ce qui m’anime en fait. Je ne crois pas qu’on puisse être passionnée par un seul sujet, je crois qu’on est fait de plein de choses, qui accumulées, forment notre univers. Restons Futiles, c’est mon univers et, plus j’ai d’invités à la maison, mieux je me porte! Le partage. Oui, c’est ça : le partage (commandement numéro deux! :D). 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 0 commentaire
  • Tikero en entrevue.

    Tikero est un passionné et il aime la diversité. Il aime la photographie, les corps et la parentalité. Il est un acteur Caennais de la photographie, je l'observe depuis un petit moment déjà et je me devais de faire un focus sur son parcours. Tikero en entrevue c'est maintenant... [son site] [son facebook]

     

    tikero,photographie,caen,caennais,tikero photographie,leshaker,flolou,entrevue,cyril balayn,interview,focus,cliché,parentalité,corps,nu,nudité,tikero,herouville saint clair,Petit coup de projecteur sur ton parcours qui es-tu et que fais-tu ?

    Mon surnom est Tikero, j'ai 35 ans dans quelques semaines, je suis photographe, auteur, producteur d'instru, rappeur et éducateur spécialisé. J'ai commencé dans le domaine artistique par l'écriture à l'âge de 12 ans, le rap à 15, la production d' instru à 20 et la photo à 28. Dans le rap, j'ai appartenu à plusieurs formations avec des mecs comme Dar-K, Marcus et ai aussi collaboré avec des groupes de Jazz comme TBK. En photographie j'ai débuté en m'associant avec Emmanuel Le privé, puis avec le tatoueur et peintre Kups. Avec qui j'ai partagé un atelier dans le Vaugueux pendant un peu plus d'un an et demi.

    Au sujet de mon travail photographique, mon côté éducateur me pousse à axer mes actions autour de l'humain fragile. Mon côté rappeur me pousse à travailler dans la revendication.

    D’où vient la signification de ton pseudo ?

    Mon surnom me vient de mes débuts dans le rap, lorsque j'ai commencé à enregistrer, faire de la radio et quelques concerts. C'est une habitude dans la culture hip hop de se trouver des blazes, le mien vient d'un anagramme du surnom que mon frère avait à l'époque. Ça a donné Tikero. C'est devenu un deuxième moi, mon double, mon personnage. Je me bats un peu contre lui de temps en temps, ça à même donné lieu à un morceau qui s'appelait « skyzo »,.

    tikero,photographie,caen,caennais,tikero photographie,leshaker,flolou,entrevue,cyril balayn,interview,focus,cliché,parentalité,corps,nu,nudité,tikero,herouville saint clair,Tu travailles beaucoup sur des thématiques notamment « la beauté dans toute ses formes ». La volonté de mettre en avant les corps et un choix important dans ton travail ?

    C'est un voyage immobile. Chaque corps est un nouveau paysage, derrière chacun de ces paysages se cachent une personne à découvrir, chaque séance photo permet une rencontre. Ma thématique «  la beauté dans toutes ses formes » est particulière, c'est une prestation que je propose où je travaille et accompagne à travers une séance photo et un échange, des personnes complexées par leur image. C'est un travail où fusionnent le photographe et l'éducateur que je suis. Je mets en avant l'humain à travers sont enveloppe, et je souhaite le faire avec, si possible, poésie et respect, pour contre balancer avec tout le déferlement d'images à caractère sexuel, où la femmes est un objet ou un être qui maltraite son corps et son quotidien pour rentrer dans des critères de modes qui n'existeraient pas sans Photoshop.  

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 0 commentaire
  • Harmonie en entrevue.

    Focus sur un blog que j'apprécie et que je lis depuis quelques années déjà [après la pluie le beau temps]. Harmonie en est l'auteure. Une jeune Caennaise qui aime et qui nous fait découvrir cette si jolie ville avec des bonnes adresses, des découvertes, des coins de rue... Au travers de l'entrevue elle m'a posé une question en me demandant ce que j'aimais en tant que lecteur masculin : Un blog est une sphère, un style, un coin presque à l'abri du monde, je suis donc très fidèle à l'esthétisme qui se dégage de ce blog. Au contraire garde l'esprit féminin de ce blog. Entrevue avec Harmonie c'est maintenant - [le blog après la pluie le beau temps] [facebook] [twitter] [instagram]

     

    harmonie,après la pluie le beau temps,lifestyle,caennais,caennaise,bonnes adresses sur caen,life,normand,ville,calvados,cyril balayn,flolou,leshaker,entrevue,interview,ville de caen,le beau temps,Harmonie ton blog s’intitule « après la pluie le beau temps » c’est une référence à notre ciel normand ou c’est tout autre chose ? Qu’est-ce qu’un blog « life style ?

    J'ai choisi ce nom il y'a une dizaine d'année, quand j'ai commencé mon blog. C'est en effet une référence au ciel Normand qu'on peut qualifier de changeant !

    Ce proverbe est également très optimiste, car il signifie que même si l'on se trouve dans une situation difficile, de bonnes nouvelles finiront par arriver.

    Enfin, c'était le nom d'une petite boutique qui n'existe plus, et qui se trouvait à Bricquebec, dans la Manche. Je m'y rendais chaque été pour acheter des épuisettes avec mes cousins quand j'étais petite, cela marquait le début de l'été, et me mettait toujours en joie.

    Quand j'ai décidé de créer mon blog, des années plus tard, j'ai repensé à cette boutique, au bonheur que j'éprouvais à y entrer, à l'odeur des vacances d'été, ainsi qu'à ce proverbe résolument optimiste. Et mon blog se situant en Normandie, ce nom s'est imposé de lui même.

    Enfin, le terme « lifestyle » est une sorte de non-catégorie où l'on trouve pêle-mêle une multitude de sujets. Un blog mode parlera mode, un blog cuisine présentera des recettes,...  mais le terme lifestyle sert à qualifier un blog abordant plusieurs thématiques.

    C'est un blog qui peut passer d'un sujet à un autre, du coq à l'âne, ou... de la pluie au beau temps !

    Tu focalises assez souvent tes articles sur la ville de Caen, qu’apprécies-tu au sein de cette ville ? 

    La première fois que je suis arrivée à Caen, j'ai détesté la ville. Je l'ai trouvé froide et très petite.

    Mais j'ai fini par découvrir de petites rues cachées, et de jolis endroits, que j'aime beaucoup photographier dès que l'occasion se présente. Il ne faut pas se fier à l'apparence de Caen, à première vue. C'est une vieille dame, qui a connue beaucoup de drames, et qui a du se reconstruire. Elle est plus forte qu'elle n'y paraît, et plus secrète aussi. Ce qui la rend beaucoup plus complexe et intéressante. Il y'a des millions d'anecdotes et de traces du passés cachées entre ses murs.

    J'ai aussi appris que les Caennais sont à l'image de leur ville : ils peuvent paraître distants au premier abord, mais une fois que vous leur prouvez que vous êtes digne de confiance, ils deviennent les plus fidèles des amis.

    harmonie,après la pluie le beau temps,lifestyle,caennais,caennaise,bonnes adresses sur caen,life,normand,ville,calvados,cyril balayn,flolou,leshaker,entrevue,interview,ville de caen,le beau tempsJ'ai compris que Caen n'est pas une ville qui s'offre aux badauds, qui se découvre au premier visiteur, mais une ville qui s'apprivoise. J'aime son côté sauvage. Il faut la connaître pour l'aimer, il faut arpenter des millions de fois ses ruelles pavées pour l'apprécier, mais une fois qu'on s'y installe, on ne veut plus la quitter.

    D'ailleurs, je suis partie deux ans, et j'ai tout fait pour revenir vivre ici ! J'avais même écrit une lettre d'amour à Caen en revenant ! [ici]
    Sans oublier qu'en dix ans, Caen a beaucoup évoluée, des quartiers ont été rénovés, de nouveaux concepts de sorties et de boutiques se sont installés, des associations se sont montées, et j'espère que cela va continuer ! C'est ce dynamisme que j'essaie de montrer, à travers mon blog.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 0 commentaire
  • Igor Hollman en entrevue.

    Igor Hollman est comme il se définit lui-même un amoureux de la nature, un passionné. Dernièrement il a connu le "buzz" avec ses clichés des aurores boréales qu'ils étaient possible de voir sur les côtes normandes. Focus autour de son travail et de sa passion. [son facebook]

     

    entrevue,aurore boréale,interview,climat,nature,phénomène,climatique,leshaker,flolou,cyril balayn,boréale,côte normandeEn quelques lignes petite présentation du photographe et de ton travail, en un mot qui es-tu ?

    Contemplatif et amoureux de la Nature depuis mon plus jeune âge, je me suis lancé dans la photographie depuis 2010 (achat de mon premier reflex numérique) dans le but de capter ces instants où les éléments se mettent en scène. Mon regard photographique se porte essentiellement sur le thème du paysage et des ambiances que la Nature peut délivrer, notamment à travers différentes lumières et conditions météo. En effet, les manifestations atmosphériques suscitent en moi une réelle fascination pour ne pas dire attraction ; en particuliers les orages et les phénomènes qui y sont associés. Ces phénomènes peuvent être la foudre, les vents tourbillonnaires, ou encore les structures nuageuses aussi insolites que chaotiques. J'aime cette sensation de me sentir tout petit et de côtoyer l'immensité comme l'intimité de la Nature, d'avoir en quelque sorte cette impression de vivre un instant privilégié en assistant aux premières loges à un spectacle qu'elle m'offre généreusement. La photo est pour moi, à la fois une façon de m'évader et de communiquer ces instants où la nature exprime, non seulement son caractère et sa puissance, mais également une part de son infinie beauté.

    Dernièrement tu as assisté aux aurores boréales vues sur la côte normande, un phénomène naturel magnifique, peux-tu nous en parler et comment est-il possible de le distinguer ?

    En effet, j'ai eu la chance d'assister à ce spectacle incroyable il y a peu. Pour celles et ceux qui ne connaissent pas vraiment ce « phénomène », ce sont à l'origine des radiations émises par le Soleil à la suite d'une éruption qui entrent en collision avec la haute atmosphère terrestre (magnétosphère) et qui vont ensuite être canalisées par l'intermédiaire du champs magnétique de notre planète au niveau des pôles (Nord/Sud). Il en résulte alors ces nappes lumineuses et colorées que l'on observe habituellement dans les hautes latitudes. Seulement il arrivent que des éruptions soient bien plus violentes qu'en « temps normal » et qu'elles projettent avec une très forte intensité une grande concentration de particules permettant ainsi l'observation d'aurores jusqu'à des latitudes beaucoup plus basses, comme ce fut le cas dernièrement.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 0 commentaire
  • Définitions #110

    deux,duo,couple,vent,normandie,gilles langoureau,entrevue,beauregard,festival,emilie daffis,cyril balayn,leshaker,collège,egocentrisme,caca,interview,bonheur,Virtuel : J’ai dans l’idée de briser les pixels entre nous. Balancer vos adresses par la messagerie du blog, le mail, Facebook, j’ai une envie forte de vous écrire. Chiche.

    Mouais : L’année scolaire vient de prendre fin avec un sentiment en demi-teinte même si dans l’ensemble les choses vont bien. Les difficultés relationnelles entre les élèves viennent polluer l’ambiance, aujourd’hui on s’insulte par sms. Sans paradoxe le niveau reste bon. On en parle de l’absentéisme des profs ou pas ?

    Egocentrisme : Toi aussi tu fais caca !

    Festival de Beauregard : J’y serais le samedi 4 et dimanche 5 juillet. Tu pourras même m’y croiser en compagnie d’Emilie (flashback). Et tu croises les doigts pour le vendredi 3 juillet (je t’expliquerais plus tard), mais dans le doute invoque un dieu (de ton choix).

    Entrevue : Rencontrer Doris Arnold le 30 juin et se faire refouler par Gilles Langoureau c’est aussi ce que j’aime dans cette rubrique. C’est dommage j’avais des questions pertinentes à lui poser notamment sur sa rhétorique tendancieuse. Tant pis j’irais me consoler sous les talons hauts de Doris.

    Photo : Pour une fois regarder dans la même direction dans une fluidité parfaite. Cela ne se résume pas à l’état de grâce, c’est la vie que j’ai choisi, celle d’aujourd’hui et de demain. J’avais mis la capuche car le vent normand ne pardonne pas. Elle a capté l’instant.

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 0 commentaire
  • Où Trouver quoi à Caen en entrevue.

    J’ai découvert la page facebook « où trouver quoi à Caen » en prenant mes quartiers dans la ville. J’y suis resté, j’ai apprécié le ton, ce petit côté ludique, l’idée d’avoir des infos que je n’irais pas chercher ailleurs, mais aussi les bons plans de la ville. Etant un petit curieux je voulais savoir qui se cachait derrière cette page qui compte de nombreux abonnés Caennais. Focus autour des auteurs de cette page (en particulier Yannick) un grand merci pour sa gentillesse et sa réactivité. [la page Facebook d’où trouver quoi à Caen]

     

    outrouverquoiacaen,ou trouver quoi à caen,caen,ville caennais,bon pln,ville,normand,normandie,calvados,idée,mairie,flolou,leshaker,cyril balayn,entrevue,interview,rencontre,Pouvez-vous nous donner un bref aperçu de votre page et comment est né ce projet ?

    À travers cette page, nous souhaitons comme à la terrasse d’une place de village : échanger nos coups de cœur, nos coups de griffes, nos adresses fétiches, nos livres… ; partager le programme d’animations, les bons plans, les idées de sorties. L’idée est de s’entraider en faisant appel aux compétences de chacun. Le projet est né lors d’un dîner entre amis ou au fil de la discussion chacun demandait à l’autre ses adresses, son resto préféré, le bon plan pour trouver…On s’est alors dit, mais pourquoi ne pas créer une page « Où trouver quoi à Caen ».

    On peut imaginer le travail que demande la régularité et la gestion d’une telle page, je suppose que vous avez des activités à côté comment vous organisez vous autour de ce projet ?

    Effectivement, nous animons cette page bénévolement en plus de nos activités professionnelles. Tous les matins, on commence par une revue de presse et un point sur les mails. Puis on planifie quelques publications, mais tout au long de la journée, on essaie de rester attentif à l’actualité entre nos rendez-vous.

    Avez-vous constituez une équipe depuis et les contributions sont-elles importantes pour diffuser de l’information ?

    Nous sommes toujours deux comme à la création de ce projet. Mais nous avons derrière nous un groupe d’amis qui nous suit et de plus en plus, nous recevons par mails et messages de précieuses informations et de superbes photos. Particuliers, institutions, créateurs d’évènements…viennent spontanément vers nous, c’est très sympa.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 0 commentaire
  • Être père #1 [retour sur].

    Le samedi je viendrais faire vivre de nouveau une note. A moi de piocher dans les archives et dans un texte de la semaine du 16 au 22 mars 2014. Le tout premier opus d’une rubrique qui me tenait à cœur, des rencontres, des dialogues, des émotions, être père #1. Un an déjà. C’était le 18 mars 2014, ici. [Et aujourd’hui]. Joint au téléphone Dominique va bien, il n’a pas eu la mutation mais a décidé en juin dernier de se rapprocher de ses enfants. Il travaille dans un autre domaine et s’organise autour d’une garde alternée.

     

    Dominique 37 ans papa d’Enzo (7 ans) et Louise (10 ans). Grenoble.

    être père,parent,papa,solitude,father,dad,séparation,garde alternée,entrevue,interview,rencontre,flolou,cyril balayn,leshaker,retour sur,Comment tu profites de tes enfants Dominique ?

    C’est la galère depuis deux ans. Je suis loin, 145 kms de séparation. Je n’arrive pas à me faire muter proche de mes enfants. Je ne suis pas prioritaire, pas en couple, je ne rentre pas dans les cases. Je m’organise sur un week-end sur deux, bonjour les kilomètres, et les vacances le plus possible. J’ai la chance de bien m’entendre avec la maman c’est un avantage avec cette vie.

    Passage par la case « tribunal » pour bien mettre en place les droits de chacun ?

    Bien non ! J’ai pas une très grande opinion des avocats et de la justice surtout dans les affaires de séparation. J’ai tendance à penser que c’est le bon sens qui doit l’emporter. Mettre son égo de côté pour le bien-être des enfants. Je sais qu’on va dire que j’ai de la chance de bien m’entendre avec la mère et c’est une vérité, mais je m’efforce de faire en sorte que cela soit possible. Nous parvenons à nous arranger c’est le principal si ce n’était pas le cas malheureusement…. Pour certains c’est la seule solution j’en ai bien conscience.

    Tu regrettes cette séparation ?

    Humainement non. Dans ma vie de tous les jours oui. Enzo et Louise se construisent autour de ça. On a tendance à penser que c’est mieux que des parents qui restent pour le pognon, le confort ou parce que c’est comme ça… faut du courage pour se séparer et affronter cet échec.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake le Retour sur... 0 commentaire
  • Maman solo jette un oeil sur papa solo #2

    Rencontre avec Patricia 35 ans (Rennes), maman d'Anna 7 ans.

    papa solo,maman solo;parentalité,parent,père,célibat,enfant,être père,shake les daddy's,flolou,leshaker,cyril balayn,entrevue,interview,un papa,solo,maman solo,Comment pourrait se définir un papa solo selon toi ?

    Probablement comme celui de ma fille. J’ai la chance d’avoir un père pour ma fille qui est très présent, très autonome, j’ai tendance à penser les papas (pas tous je sais bien) se comportent de la même façon. Il a 40 ans, il s’est toujours débrouillé quand notre fille était toute petite, je crois qu’il n’a pas vraiment besoin de quelqu’un pour gérer.

    Pourquoi préciser son âge ?

    J’ai rencontré des hommes de sa génération. Ils ont un profil commun. Des hommes investis dans le rôle de père, ce n’est pas l’ancienne génération. Mon ex-belle-mère est une femme indépendante, libre, il a donc était élevé dans cette ambiance et cette ouverture d’esprit.

    On parle de temps en temps d’une forme de « sacralisation » de la mère.

    Alors ça je ne sais pas trop mais c’est fortement possible. Déjà sur le net y’a que des mamans qui parlent, c’est rarement les hommes, j’ai un peu tendance à penser que c’est tabou d’une certaine façon. Ça m’arrive même de me confronter à mes collègues. Elles parlent souvent des galères du quotidien en évitant le sujet du papa ou de l’homme présent dans le foyer. C’est toujours très étrange. On a l’impression que le père existe mais pas vraiment. Une forme de virtualité.

    Tu me disais observer dans un endroit où tu vas l’été de plus en plus de « papa solo ».

    Oui c’est vrai, je suis souvent dans le même terrain de camping l’été et j’observe de plus en plus les papas en mode solo que les autres années. On va finir par penser que les couples se séparent de plus en plus (et ça c’est très possible), mais je crois que les pères assument de mieux en mieux et n’ont pas besoin d’aide véritablement. Ou aussi profitent véritablement du célibat pour passer des moments forts avec les enfants. Les mentalités changent c’est une évidence.

    Un papa solo qui vit une histoire est-il toujours solo par définition ?

    Bonne question. Au travers de la séparation oui car le lien ce sont les parents et pas les personnes qui viennent dans nos vies éventuellement. La séparation conditionne le côté « solo » obligatoirement. En ce qui me concerne la présence forte du père de ma fille m’a facilité la vie je n’ai pas honte de le dire. Je sais mon enfant bien avec son père et cela favorise ma vie sociale et amoureuse, mais ça c’est une autre histoire.

    maman solo jette un oeil sur papa solo #1

    Lien permanent Catégories : Shake les daddy's [entrevue]. 0 commentaire