Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jadis

  • Vous n'avez aucun message.

    connection,solitude,seul,message,portable,jadis,connecté,vintage,humeur,seul,seul au monde,flolou,leshaker,cyril balayn,Le bouton rouge du répondeur qui clignote. Tu sais cet instant magique ou en rentrant chez toi tu vas découvrir si une personne pense à toi ou a cherché à te contacter. Bon pour connaître ça il faut être un peu vieux comme moi ou pas tout jeune, ou sur un début de fin, enfin entre deux âges. C’est la première chose que tu regardais en rentrant chez toi, tu t’en faisais une joie, les plaisirs les meilleurs sont aussi les plus simples. Il pouvait y avoir de la déception en écoutant le bip bip du rien du tout, ou un message à la con.

    En cette période il existait un espace-temps ou tu pouvais te demander que quelqu’un, quelque part, pouvait tenter de te joindre ou le désirait. Tu n’étais pas dans la même notion d’attente du message, il y avait un moment où personne ne pouvait te contacter

    Nos connections servent à cela. A nous rendre compte de notre solitude quand rien ne sonne. Une nouvelle fois nous avons matérialisé ce que nous pouvions soupçonner avant.

    [crédit photo Bruno Birkhofer]

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 2 commentaires
  • Pas à pas.

    flolou,pas à pas,jeunesse,nostalgie,enfance,ma fille,leshaker,cyril balayn,jadis,enfant,quotidien,grandir,évolution,croissance,adolescence,ado,micki minaj,violetta,Les choses se modifient lentement, elles se fondent dans le quotidien, tu ne vois rien venir puis peu à peu une chose remplace l’autre. Elle se fige aussi. Cela a commencé avec les poupées qui ne bougent plus vraiment, qui passe le temps à se regarder dans le même sens depuis des jours, des semaines, des mois. L’ordinateur vient d’envahir la chambre et Photoshop trace les portraits du chat (avec une couronne sur la tête, en train de faire du vélo, avec un très beau collier etc…). Comme une trace d’un passé lointain ou les ruines d’un vestige juste au-dessus trône le portrait de Violetta, l’idole s’ancre encore sur le mur. Le son de l’égérie de Disney se fait moins entendre (et heureusement) mais il se trouve remplacé par les déhanchements de Micki Minaj. Une petite voix d’une jeune demoiselle vient même résonner « ça t’embête si j’écoute cette chanteuse ? », comme si je devais bénir la chose.

    En faisant glisser le regard on trouve le livre de la Youtubeuse Natoo, du vernis, les boucles d’oreilles et le parfum. De temps en temps en passant devant la porte fermée de la chambre j’entends la sonnerie de Skype, j’écoute, ce sont les copines, je valide. Dans les boutiques les envies sont plus précises. Les choses changent petit à petit, la tristesse se lit de temps en temps sur le visage suite aux histoires au collège, on explique que c’est la vie. On est si proche qu’on regarde de loin cette évolution. 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 6 commentaires
  • Dans vos yeux d'enfants #3

    L'idée de ce projet c'est vous, ce petit retour en arrière ou vous viendrez nous raconter vos envies de jouer, vos inventions, vos délires, vos créations au travers de vos yeux d'enfants. Si vous souhaitez participer au projet et obtenir des infos contactez-moi. Dans les yeux d'Harmonie #3, vous pouvez retrouver cette blogueuse Caennaise sur [lebeautemps.fr].

     

    harmonie,le beau temps,lifestyle,causette,caennaise,enfant,dans vos yeux d'enfants,enfance,gamin,flolou,leshaker,cyril balayn,style,mode,lebeautemps.fr,petit,jadis,souvenir,émotionVoir des animaux dans les nuages.

    Dessiner des lignes sur les murs, parce que le papier peint beige ressemble vraiment à une grande page blanche sur laquelle on peut colorier.

    Balancer ses pieds le long de la chaise, et entendre le bruit du bout de sa chaussure et de ses lacets qui cognent contre le métal.

    Entre mes mains, la gomme devient un enfant, et les crayons deviennent ses parents.

    Il y'en aurait, des choses à dire et des parallélismes à faire: comment deux crayons, de deux couleurs différentes peuvent mettre au monde une gomme?

    Ca ne parait pourtant pas si compliqué à inventer, quand on regarde cela avec des yeux d'enfant de 5 ans.

    L'enfance est un territoire où tout reste à inventer et où rien n'est impossible.

    Oh, n'allez pas croire que les enfants soient si crédules!

    Il suffit de s'approcher d'eux et de demander, en pointant du doigt la gomme:

    _ C'est un enfant?

    _ Mais non enfin, maman, tu vois bien que c'est une gomme! 

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake vos yeux d'enfants [contribution]. 0 commentaire
  • Dans vos yeux d'enfants #2

    L'idée de ce projet c'est vous, ce petit retour en arrière ou vous viendrez nous raconter vos envies de jouer, vos inventions, vos délires, vos créations au travers de vos yeux d'enfants. Si vous souhaitez participer au projet et obtenir des infos contactez-moi. Dans les yeux de Seve #2

     

    enfant,enfance,dans vos yeux d'enfants,petit,bambin,gamin,souvenir,nostalgie,retour,jadis,vintage,flolou,leshaker,projet,cyril balayn,contribution,

     

    J’ai trente-neuf ans, je m’allonge par terre car c’est là que je me sens le mieux pour jouer. J’écoute la musique de mon walkman MP3 et j’observe tous mes jouets un par un.

    Je m’invente des histoires avec chacun d’eux. Sans frère ni sœur, on a tendance à développer notre imagination pour ne pas être seule.

    Alors sous mes crayons, je fais des décors, pour les petites fées qui jouent avec moi, pendant des heures… 

    Lien permanent Catégories : Shake vos yeux d'enfants [contribution]. 0 commentaire
  • Dans vos yeux d'enfants #1

    L'idée de ce projet c'est vous, ce petit retour en arrière ou vous viendrez nous raconter vos envies de jouer, vos inventions, vos délires, vos créations au travers de vos yeux d'enfants. Si vous souhaitez participer au projet et obtenir des infos contactez-moi. Dans les yeux de Matthieu #1

     

    dans vos yeux d'enfants,enfant,enfance,jouer,dinosaure,souvenir,jadis,époque,s'amuser,bambin,s'agenouiller,se souvenir,yeux,flolou,cyril balayn,projet,leshakerAh quelle joie de jouer avec son neveu !

    C’est le lendemain de Noël, la passion d’Ugo pour les dinosaures et quelques voitures avaient rempli le salon de mamie. Ugo jouait avec ces figurines devant la bibliothèque et je décidais de le rejoindre, profitant de la dernière demi-heure avant son départ.

    J’avoue, même si je me considère comme un grand enfant, j’avais un peu peur de me faire démasquer en tant que vieil enfant et d’ennuyer mon partenaire de jeux. Ugo avait pris les plus charismatiques des dinosaures, l’impressionnant tricératops et le sanguinaire T.rex, et moi il me restait la famille des diplodocus bouffeur de feuilles et Ptérodactyle demi-oiseau anorexique.

    En fait, les souvenirs et l’imagination sont revenus dare-dare, nous avons décidés que les dinos étaient tous parents et que les voitures coincées sous les pâtes des mastodontes servaient de patin à roulettes. Ainsi, les pachydermes ne paraissaient plus empotés avec leurs quintaux, mais glisser tel des ballerines du Bolchoï quaternaire et faisaient, bien évidemment « LA COURSE ! ».

    Lien permanent Catégories : Shake vos yeux d'enfants [contribution]. 1 commentaire
  • Mais ça c'était avant.

    En l’espace de deux ans la pose est moins naturelle et le regard bien plus sérieux. Mon chat tu vieillis. Amen.

    chat,félin,leshaker,cyril balayn,deux ans,vieillir,âge,jadis,mais ça c'était avant,époque,flolou,clic clac,

    Lien permanent Catégories : Shake ton clic-clac [photo]. 0 commentaire
  • Ma VHS et moi #1.

    J'ai rien lâché pour ce premier opus, rien du tout. J'ai gardé la honte, ma chambre, mon espèce de gilet moche, mon chat, mes potes patrick et Marc, une voiture la nuit, des boobs, mon camescope... 

    L'idée de cette rubrique c'est de partager mes anciennes cassettes VHS, nos conneries, nos délires, de l'époque. Nous sommes en 1993, j'ai donc 21 ans. Billie Idol venait de passer chez Nagui dans Taratata, j'étais pas spécialement fan. 21 ans, putain !

    Lien permanent Catégories : Shake ma VHS et moi [vidéo] 2 commentaires
  • Définitions #48.

    rire,définitions,lu,zahia,américaine,avant,jadis,las végas,Jeunesse : Il faut le dire, il faut le répéter, on m’a dit « jeune homme » dans la rue. Bon en même temps il était tard, il faisait nuit, et les gens de chez Greenpeace sont diplomates.

    Paris-Première : J’ai honteusement regardé le reportage sur Zahia, mais je cherche encore le concept de cette fille. C’est quoi ? C’est qui Zahia ? C’est un fake ?

    Lu : « Nous sommes d’une génération qui passe plus de temps à effacer son historique qu’à écrire l’histoire ».

    Souvenir : Depuis combien de temps n’ai-je pas rigolé, partagé, profité, pleinement avec des gens autour de moi ? Je n’ai pas réussi à répondre, le temps efface les lointains souvenirs.

    Une amie qui vient de loin : Réussir à des milliers de kms à mettre en place un système parfaitement huilé  pour mettre un terme à mon désert de vie sociale… (Voir sentimental). Rien que pour cela, chapeau l’américaine.

    Avant : Je connaissais jadis des gens avec une vie normale et qui n'avaient pas de telephone. Aujourd'hui je connais des gens avec une vie de ministre et qui ne prennent pas le temps de se servir de "ce" telephone. C’est formidable la technologie.

    Las Vegas : Ma fille fait une fixation sur cette destination. C’est ennuyeux en plus d’être coûteux.

    Leshaker c’est ici aussi.

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 2 commentaires
  • Les chroniques de Lisianne #33. Jadis.

    les chroniques de lisianne,leshaker,jadis,trace numérique,flasback,Flashback de 20 ans. Elle est toute pourrie mon histoire, la même histoire, celle de mon départ, celle que tu viens lire ici de temps en temps. La dimension dramatique moins intense, j’aurais certainement annoncé au travers d’une lettre à ma famille mon intention de partir loin de tous, plus difficilement (voir impossible) de mettre en scène ma fuite, laisser des traces de mes sentiments et de mes pensées dans un journal intime que moi seule aurait eu l’audace de jeter dans le feu plus tard.

    Google n’aurait jamais eu la trace de mes faiblesses, mes enfants n’auraient pas eu la joie de découvrir le parcours frondeur de leur mère. Le numérique a remplacé nos désirs créatifs, remplacé nos vies par du virtuel, remplacé notre pauvre vie sociale et tenté de la combler par le biais de nos réseaux sociaux. Mon compte Facebook est actif, il est là bien présent, il existe pour mieux me faire exister au sein d’une communauté. Et pourtant ma photo n’est pas la mienne, mon nom n’est pas celui que je porte depuis toute petite, rien n’est fidèle à ma représentation.

    Rien. Je suis juste ici, là, et ici, peut être là, pas vraiment loin, mais proche quand même, si tu prenais le temps de bien regarder tu pourrais me voir. Ici le temps passe lentement, j’ai choisi la chaleur comme réconfort. C’est compliqué de traduire cette lenteur. C’est compliqué de me relire, compliqué de me comprendre, la trace numérique que je laisse illustre de façon sommaire la femme que je suis. Pour me donner de la consistance il va me falloir trouver un autre moyen pour venir te parler, la vidéo semble être un moyen radical. Et si demain tu me découvrais ?! 

    [lisianne]

    Lien permanent Catégories : Shake les mots de Lisianne [contribution]. 0 commentaire
  • Éphémère.

    éphémère,leshaker,jadis,enfance,ladyblogue,radio,blog,Quand j’étais plus jeune, vraiment plus jeune, je passais des heures dans ma chambre à inventer des histoires, à rêver, à jouer aussi. Des sentiments et des sensations éphémères. Plus tard je commençais à vouloir créer, l’envie de poser ma voix, l’envie de parler et de placer des mots. Le soir dans ma chambre je faisais une émission de radio, un truc de dingue, des dizaines et des dizaines de numéros. Travailler les rubriques, faire des enregistrements, des interviews, préparer les plages de Pub, programmer la musique, un véritable travail d’équipe que je faisais seul dans ma chambre.

    Le plus sympa c’était d’imaginer les gens qui écoutaient le programme, c'est-à-dire personne. Des émissions éphémères dont je garde seulement la trace dans mes souvenirs.

    Aujourd’hui je blogue. Je ne suis pas si loin de cet enfant que j’étais et qui imaginait son émission. A l’exception que je laisse une trace, que je diffuse, que tu pourras découvrir sans pour autant connaître son auteur. C’est notre génération, cette trace numérique entre les facebook, les twitters et nos blogs.

    Et pourtant.

    Pourtant il ne restera pas grand-chose, je tente souvent d’imaginer si je garderais une trace plus tard de ce blog, si je viendrais le consulter quand j’aurais 50 ans. Un blog c’est éphémère, c’est une trace sur un instant. C’est en venant d’écrire cette note que je viens de comprendre « à ma façon » le titre d’un blog « l’éphémère en continu », il résume parfaitement mon chemin... qui continue.

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 6 commentaires