Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mal être

  • Les chroniques de Lisianne #36. Ne pas changer.

    leshaker,les chroniques de lisianne,nostalgie,paris,ne pas changer,mal être,émotions,lisianne,leshaker,Quand j’étais petite j’étais souvent indécise. Une vraie personnalité pourtant, mais je ne savais jamais ce qui était bon pour moi. Au fil du temps j’ai fini par ajuster cette faiblesse. J’étais drôle, amusante, souriante, une véritable Ferris Bueller au féminin. Diplomate aussi, à toujours chercher les raisons d’un comportement, réussir à comprendre l’humain. A force d’observer j’évitais de me regarder. Quand j’ai décidé de franchir le pas vers ce grand départ j’ai organisé et planifié un plan parfait, sans accroc comme dirais Hannibal, sans accroc (enfin presque), une quête vers l’avant pour chercher et trouver moi-même. Puis petit à petit au fil du temps à force de retrouver je me suis perdu dans l’absence et le silence, j’ai fini par me décrocher d’une vie, oublier les mots, oublier mon corps… depuis combien de temps n’ai-je pas fait l’amour et sentir la peau d’un homme contre moi ? De toute façon je m’en fou, la sexualité reste une action très surévaluée, la plupart du temps c’est totalement décevant. Pourtant j’ai du désir. Finalement je ne change pas je suis toujours cette petite fille indécise avec un caractère bien trempé.

    Il m’arrive de m’ennuyer. Rarement. De temps en temps. J’ai commencé à boire, un peu, jamais vraiment, c’est souvent très ennuyeux. J’ai passé du temps à marcher, énormément, j’ai tué au moins dix paires de chaussures depuis mon escapade. Je suis nostalgique, souvent, tous le temps, c’est chiant, nostalgie de mon appartement parisien, de ma demeure feutrée, des bouquins par terre, du verre de vin qui traîne et qui symbolise une vie sociale. Nostalgique mais jamais en manque. La musique me manque ici, toujours ce besoin d’avoir du son pour faire vivre mes émotions, la plupart du temps je n’écoute rien, juste les gens, les voitures, la mer, et moi. Oui moi. Je me parle. Tous les jours. Une discussion soutenue sur différents sujets, les questions et les réponses.  J’en oublie l’actualité de mon pays, je vais profiter de mon passage parisien pour retrouver quelques repères.

    Ah oui Paris, le 9 février. Une journée d’escale. Quelques heures. Ma sœur. Nos retrouvailles. Nos émotions. Instant figé, jardin secret, j’ai hâte. Puis toi. Cyril. Leshaker. Toi derrière ton pseudo que je connais si peu finalement. Te retrouver, te parler, te serrer, t’expliquer, m’entendre, te donner mes raisons, te dire que j’étais si proche lors de ta venue en Russie, si proche, et pourtant si immobile et si muette.

    Plus je cherche à me retrouver et plus je suis seule. Je ne sais pas si c’est bien ou mal. C’est mon destin, mon chemin, je tente d’être proche de mes désirs et mes motivations se signent souvent dans une ligne d’horizon. Le 9 février je serais sur Paris. Le 10 bien ailleurs, très loin, dans un autre univers, une autre civilisation, des odeurs et des sons différents, et pourtant si proche de vous pour écrire. A très vite.

    [lisianne]

    Lien permanent Catégories : Shake les mots de Lisianne [contribution]. 4 commentaires