Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

oeil

  • Définitions #111

    désillusion,définitions,2050,vintage,pensée,ma fille,rebelle,belle,nana,leshaker,flolou,cyril balayn,blogueur,oeil,Désillusion : Le profond sentiment et l’attirance pour l’horizon est universel, sentir le lointain, regarder loin devant et laisser voguer l’imagination. On se fige devant la mer, on regarde les avions qui décollent, c’est certainement mieux de l’autre côté. Puis au fil du temps devant la mer et sa perspective tu te dis qu’un autre comme toi regarde fixement vers ton étendue, imaginant lui aussi ce que toi tu ne connais que trop bien. Y’a que des regards qui se croisent finalement.

    Partir : J’ai envie d’Inde.

    √²: Le battement d’ailes du papillon, le puzzle enfin terminé, mon amour du karma, l’équation résolu. Il reste à faire face aux démons et les exorciser. La route est la bonne, au loin… l’horizon. On regarde dans la même direction.

    Calendrier : En 2050 j’aurais 78 ans. Pile quand la terre s’arrêtera de tourner. Le bol.

    Elle : Ma fille est belle, ma fille est extraordinaire, ma fille à un putain de caractère, ma fille à un putain de talent créatif, ma fille est un volcan qui fume pour mieux exploser prochainement, ma fille est une rebelle. Ma fille est entière et aime la vie. Merci Lou pour ce que tu es et ce que tu deviendras.

    Dicton : La sciatique c’est chiatique.

    Photo : Il est vrai que je suis moins prolixe sur le blog ces derniers temps, la réponse ne se justifie pas uniquement en cette saison estivale. Je passe moins de temps devant mon ordi, mes pensées vagabondent autrement. Je garde un œil sur vous.

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 0 commentaire
  • L'oeil de Sauron sur le championnat de France.

    sauron,oeil,l'oeil de sauron,mordor,championnant de france,violence,paris,violence a paris,leshaker,frodon,docile,affrontement,L’œil de Sauron en haut de la tour Eiffel. Le peuple en bas sur cette terre vide et désolé du Mordor. Subsistent encore les échafaudages des tours pour la surveillance proche du Trocadéro. Sauron le sait, la tension est palpable, le peuple n’est jamais aussi docile que lorsqu’il se présente en masse.

    Il sait aussi que les parties de gauche et de droite ne feront que se renvoyer la balle, il sait que la presse, les médias, les tweets, les unes seront nombreuses. Sauron le sait. Il sait que c’est l’occasion de prendre avec lui des âmes vides et sans repères. Sauron aime l’extrême, il l’est lui-même.

    Au loin Frodon s’agite, il est seul, il n’avait pas imaginé un rassemblement aussi vaste, et ici surtout. Frodon éternel utopiste, démocrate, libertaire va tout perdre une nouvelle fois.

    Au loin Sauron déclenche l’attaque, la foule, la haine, les cris, la violence, cette violence qui attise les sens, Sauron en utilise le message, il le sait et il le fera. Il sait surtout que ce n’est que le début, que c’est juste une petite victoire, juste un minuscule championnat, il compte bien un jour utiliser la Ligue des Champions pour faire de Paris une véritable ville du Mordor… et par les urnes un jour.

    Je ne le souhaite pas, je ne l’espère pas, je ne le veux pas.

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 2 commentaires
  • Retour sur... Être père.

    Retour sur une note mais il y a un an. Il me fallait piocher dans un note du 19 au 25 juin 2010.

    Durant cette semaine ma fille avait décidé de mettre le joueur Anelka au coin, j'ai découvert de la musique avec les mains, je me suis mis le doigt dans l'oeil et plus encore..., et j'avais eu 38 ans. Mon choix s'arrête sur une note de père, sur ce que je suis finalement au quotidien dans mes tripes, moi qui ne connait pas le mien (de papa). Note d'origine.

    retour,an,piocher,semaine,anelka,joueur,coin,musique,main,oeil,doigt,anniversaire,tripe,père,le shaker de cyril,flolou

    Être père. Un truc fou, une aventure incroyable que j’ai commencé à vivre il y a plus de 7 ans. Propulsé d’une seconde sur l’autre dans un rôle que je ne connaissais pas (moi qui ne connait pas le mien, de père). J’ai pourtant suivi la grossesse de la mère de ma fille à 100%, parlé et discuté à son ventre des heures durant. Souvenir lointain des rendez-vous avec la sage-femme ou nous devions nous relaxer tous les deux, un coussin entre les jambes et tenter d’imaginer (toujours tous les deux), l’accouchement (c’était vraiment plus simple pour elle).

    Propulsé dans un rôle de père d’une seconde sur l’autre, tenant entre mes mains un petit bout de vie, une princesse formidable que j’aimerais ma vie entière.  Une dose de bonheur intense qui pourtant me fera perdre pied, oubliant l’homme que j’étais, oubliant mon union, et quelques années plus tard m’indiquant le chemin de la séparation. Une séparation qu’aujourd’hui ni moi ni sa mère ne regrettons. Juste ma capacité à regarder ma princesse et lui dire que sa mère et moi avons eu le désir d’elle car nous nous aimions très fort.

    Je suis un père, c’est un état naturel, j’ai besoin de son souffle, de sa peau, de sa présence, elle me donne de la force. Je t’aime ma fille et je sais qu’un jour quand tu seras plus grande tu liras ces quelques lignes, sache que je t’aime, tout simplement… à vie… à vie.

    A tous les papas, et surtout à ceux qui n’ont pas la chance d’avoir les enfants avec eux.

    Lien permanent Catégories : Shake le Retour sur... 4 commentaires
  • Oeil pour oeil.

    La folie du Shaker #2. Oeil pour oeil c'est la cas... enfin pour lui.

    Lien permanent Catégories : Shake la folie du Shaker [vidéo] 2 commentaires