Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

père célibataire

  • Être père #6

    Le mardi au sein de cette rubrique vous allez découvrir dix portraits de pères. Des gens différents, des situations différentes, des galères, des joies, des concessions et du bonheur aussi. Merci à eux.

    Rencontre avec Lionel, 36 ans (Laval), papa de Margaux 4 ans et Timéo 6 ans.

    leshaker,être père,papa solo,solitude,célibataire,parent,parentalité,papa solo,père célibataire,moyen de garde,papa,père,cyril balayn,flolou,père,être père,C’est une séparation que tu vis actuellement Lionel, au moment où je réalise cette entrevue (mois de mars), cela fait six mois que tu viens de te séparer. Comment vous organisez vous pour la garde des enfants ?

    J’ai les enfants en milieu de semaine, mardi soir jusqu’au mercredi et une fois tous les 15 jours. Nous avons eu la chance de pouvoir divorcer assez vite et la vente de notre maison s’est opérée assez rapidement aussi. Pas facile de vendre de tirer un trait sur un parcours et une vie, j’ai eu un gros coup de blues dès le départ c’est un peu mieux aujourd’hui.

    La mère des enfants vit aujourd’hui avec un autre homme (qui lui aussi à des enfants), comment se passe cette vie de famille recomposée ?

    Elle se passe. J’ai pas vraiment le choix. Margaux et Timéo le subissent aussi même si les choses dans l’ensemble vont bien. C’est plutôt Timéo qui témoigne d’un ras le bol avec tous les gamins de la nouvelle maison de sa maman. Le compagnon de mon ex-femme a trois enfants. Les enfants me racontent pas grand-chose, je pense que les choses s’établissent lentement mais surement.

    Et ta vie sentimentale à toi depuis cette séparation ?

    No-Way. Calme plat mais ce n’est pas vraiment une surprise je ne suis pas disponible du tout pour une relation. A ce jour je n’en éprouve pas le besoin, mes enfants me prennent mon temps libre et j’ai même l’impression que les femmes ne parviennent pas à trouver une place au milieu d’un papa et deux enfants. C’est mon impression, je me trompe certainement.

    La vie en solo, les impressions après six mois.

    C’est pas mal d’être seul, de pouvoir faire sans composer avec l’autre. J’aime bien aussi m’occuper des enfants seul, prendre le temps du temps. Sinon c’est douloureux de faire le deuil d’une vie à deux, de ne plus être propriétaire, je vis actuellement dans un petit appartement ça me change la vie et je sais que cela sera bien plus difficile tout seul.

    Une chose à changer, un truc à ne pas faire ?

    A changer OUI. Une grosse amertume quand nous sommes passé devant le JAF. Nous étions convenus d’une pension alimentaire avec la mère des enfants. Lors de l’entrevue avec le juge cette dernière à regarder mon ex-femme pour lui dire qu’elle pouvait demander plus. J’ai trouvé cette remarque honteuse et dégueulasse, nous étions dans un consentement tacite, cela a bien foutu le bordel entre nous durant plusieurs mois à cause de ce magistrat. Les juges devraient faire attention au choix des mots.

    Lien permanent Catégories : Shake les daddy's [entrevue]. 0 commentaire
  • Allo papa bobo !.

    parents,père célibataire,le shaker de cyril,enfants,presse magasine,précarité des pères,parents séparésDepuis plus d'un mois je suis en contact avec un univers que je ne connais pas. Suite à mes différentes entrevues ici et, et ailleurs, j'ai parlé des "papas" de la vie des célibataires, des parents séparés, de la précarité des pères... .

    A force de parler, et c'est la force du net, j'ai été contacté par la "presse magazine" afin de travailler sur des thèmes liès à la parentalité. Je me suis même déplacé dernièrement sur Paris pour découvrir le magasine qui souhaite travailler avec moi, découvrir les règles de l'écriture, moi qui à la base n'éprouve pas une passion pour les mots et ne dégage pas un talent particulier.

    Il y a deux jours une des journalistes qui devait recevoir mes notes me propose autre chose, un virage à 180°. Nous constatons elle et moi que la précarité des pères est un sujet rarement évoqué sur les blogs, les sites, à la limite un sujet "tabou". Un terme peut être fort mais qui transpire un véritable sujet, une analyse à developper.

    Je vais donc travailler avec elle sur ce thème, pour le magasine, nous allons explorer les blogs "communautaires", interroger les blogueuses sur le sujet, afin de comprendre cette mécanique complexe et faire "peut-être" avancer les choses. L'intêret pour nous deux étant de ne pas sombrer dans le clivage "homme-femme".

    Bon alors autant te dire que je flippe et que je passe du temps devant mon PC. Moi qui rêvait de faire un article sur les père qui veulent jouer aux playmobils, je pense que c'est mort.

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 4 commentaires