Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

parents

  • Maman solo jette un oeil sur papa solo #3

    Dernier opus de cette série. Un grand merci aux mamans. Entrevue #1Entrevue #2

    Rencontre avec Jennifer 33 ans (Creteil), maman de Marion 6 ans.

    parents,célibat,papa solo,maman solo,solitude,divorce,parentalité,burn out,solo,flolou,leshaker,cyril balayn,papa,père,mère,être père,Alors, il est comment ce papa solo ?

    Loin, très loin. Je vais casser les codes et désolé par avance mais j’ai un mal fou à me retrouver dans la définition du terme « solo » autant pour les mères que les pères. Je ne suis pas complètement folle je sais que cela fait référence à notre célibat, à nous retrouver qu’un et plus deux. Mais pour moi le terme ne fait pas référence à cette réalité. Je suis en effet une maman séparée, qui a un fils, mais ce dernier à un père, présent… comment donc définir le terme de « solo » ?

    Se trouver seul(e) avec l’enfant, gérer les émotions seul(e), développer une vie différente empreinte d’une « solitude ».

    On n’est pas vraiment seul Cyril. J’ai une amie qui est une maman solo au sens noble du terme. Elle vit près de chez moi, loin de la famille, le père a démissionné, elle est donc véritablement seule pour se gérer et élever son enfant. Moi ce n’est pas le cas. Je suis seule et j’ai bien conscience que cela m’a changé, je dois faire face différemment mais j’ai le père qui est présent et cela modifie considérablement mon comportement avec mon fils. Le « attention je vais le dire à papa » c’est une devise chez nous.

    Cela sous-entend une bonne entente entre les parents et tu sais que ce n’est malheureusement pas toujours le cas.

    C’est vrai. Mais la présence du père est essentielle. C’est le terme « solo » qui ne me convient pas et je cible mon discours dans ce sens. J’ai bien conscience que la mésentente ne facilite pas l’échange et l’éducation. Je le sais. Mais si le père est présent, cela va terriblement modifier le développement de l’enfant et notre propre comportement. Je ne suis pas en guerre mais de temps en temps j’en ai un peu marre d’entendre le discours des gens qui viennent balayer d’un revers de main la présence de l’autre.

    « Solo » c’est aussi se retrouver dans des plaisirs que la séparation procure. En ce qui me concerne j’aime voyager avec ma fille, je suis un papa solo, et c’est un bonheur indescriptible d’être seul avec elle, loin, je ne souhaiterais pas renoncer à ce plaisir.

    Encore une fois Cyril, c’est le terme mais je comprends ton propos. Prenons un exemple. Si tu vivais en couple à ce jour, tu serais dans la délectation de ce moment que tu as connu et dont tu ne souhaites jamais renoncer. Mais tu pourrais le vivre en étant en couple. Ce n’est qu’un moment, un échange, un truc qui fait partie du jardin secret et qu’on ne souhaite partager avec personne. Ta fille à une maman, présente, par définition tu n’es pas véritablement solo, comme moi. J’en profite pour saluer les mamans et les papas qui sont seul(es), totalement. 

    Lien permanent Catégories : Shake les daddy's [entrevue]. 0 commentaire
  • Maman solo jette un oeil sur papa solo.

    Premier portait d’une « maman solo » qui vient nous donner sa vision d’un « papa solo ». Comme vous le savez mon envie, mon désir, mon souhait c’est de ne jamais rentrer dans les clivages, les codes, nous définir, les hommes et les femmes, comme des parents, tout simplement. Je voulais remercier Carole, ma fidèle, grâce à qui les portraits prennent corps au sein du blog. Voici le premier témoignage des trois (la suite jeudi et vendredi).

    Rencontre avec Gaëlle, 38 ans (Cherbourg), maman de Lucie 12 ans et Sophie 8 ans.

    père,papa solo,maman solo,séparation,solitude,célibataire,parentalité,parents,enfants,divorce,flolou,leshaker,cyril balayn,sacralisation,mère,shake les daddy's,Gaëlle, si je te demandais de me définir un « papa solo », serait-il totalement différent de toi ?

    Pour moi oui. Je ne vais pas rentrer dans les grandes lignes mais mon parcours de vie ne tisse pas un profil idéal de l’homme. Notre père nous a abandonné (j’avais 9 ans), moi mon frère et ma sœur. Je pense que je suis encore marquée par cet abandon et c’est certainement la cause de ma séparation. Heureusement maman était là, elle, et ce n’était pas facile seule de gérer trois enfants. J’ai tendance à penser qu’un père ne gère pas aussi bien.

    Le père de tes filles est portant lui aussi un « papa solo », il est présent dans la vie des enfants ?

    Il est en couple depuis un bon moment. Notre système de garde est d’un week-end sur deux et moitié des vacances, c’est déjà très suffisant. Il n’est pas très présent, son investissement avec les filles est très léger. Je pense que cette situation l’arrange et que cela lui permet de faire sa vie autrement et avec une certaine liberté.

    Investissement, présence, un week-end sur deux… lui as-tu laissé la place de père véritablement ?

    (Gaëlle ne répondra pas à cette question qu’elle juge trop intime et hors-sujet)

    Au-delà de ton histoire, la présence d’un père pour tes filles reste nécessaire ?

    Au fond oui. Je n’ai pas envie que le lien se coupe. On va dire que le système de garde que je vis c’est déjà bien assez. J’ai tendance à me construire et à éduquer mes filles seule. Le père n’est qu’une option. C’est comme ça.

    Peut-on alors parler de « sacralisation » de la mère ?

    Peut-être oui, l’idée ne me dérange pas.

    Pourtant les « papas solos » sont présents, solidaires, eux aussi connaissent les difficultés que tu vis.

    Certainement. Je n’en connais pas vraiment. Les femmes sont solidaires, les blogs sur les « mamans » j’en connais des tas, on partage nos idées, nos humeurs, nos galères, c’est assez intéressant de voir et de comparer nos difficultés. Je crois que les papas se regardent moins entre eux.

    Lien permanent Catégories : Shake les daddy's [entrevue]. 0 commentaire
  • Lettre ouverte à mes parents #2.

    cahuzac,enfant,enfance,leshaker,mensonge,mentir,cas cahuzac,affaire cahuzac,mentir,les yeux dans les yeux,lettre ouverte,parents,Je ne pensais pas vivre un jour un tel désastre. J’en suis désolé. Un mea Culpa n’est même pas nécessaire, je crois que je ne vais rien faire, si je pouvais me foutre sous terre quelques années ça m’arrangerais bien.  Maman, papa. Pourquoi ? Ma réussite c'est pourtant des joies et de la fierté. pour des parents l'assurance de mon avenir. Plus le temps passe et moins je comprends, et c’est pareil chez vous je pense. Je n’ose même pas croiser votre regard. Je suis un enfant, un gosse, un sale môme, un petit con. Je n’ai pas changé. J’ai pourtant cru le contraire jusqu’au 2 avril dernier.

    Mais c’est de ta faute papa aussi. A toujours me suivre, ne jamais me lâcher de peur que je fasse des conneries. J’adorais tellement petit dérober de la bouffe dans le réfrigérateur, crois-moi il me fallait une dose de mensonge pour affronter ton regard de tueur un bout de jambon dans la bouche alors que nous devions passer à table dans les 5 minutes. Plus tard, bien plus tard lors d’une fête avec des amis, je devais avoir 17 ans, la connerie de dérober des bouteilles  de vin sans le demander. Sacrilège. J’ai tenu tête, je m’en souviens encore, « je te jure c’est pas moi » ça résonne encore en moi.

    Tu me croiras ou pas mais le jour de l’émission chez Bourdin j’ai pensé à la scène, vraiment, l’ambiance, les copains, le délire, la fumée, les bouteilles qui se vident. Puis ton regard du lendemain. J’étais heureux. T’affronter et te mentir sont mes armes, j’ai combattu durant des années. Me voilà à terre à présent.

    Je demande votre pardon. A l’enfant que j’étais. C’est de ma faute, vraiment de ma faute, les yeux dans les yeux il va falloir me croire, cette fois.

    Lien permanent Catégories : Shake la lettre ouverte... 0 commentaire
  • Une note en guise d'hommage.

    parentalité,journaliste,papa,solo,le shaker de cyril,magazine,parents,presse,tabouUne fois n'est pas coutume mon blog reste mon espace personnel, j'en use et abuse comme je le souhaite. Une note en forme d'hommage, de déclaration, lui dire que "bordel j'aime notre collaboration".

    Petit rappel. J'ai pris il y a quelques mois la parole sur le thème des papas solos. Une parole rare, étrangement, relayée par de nombreux blogs féminins. Une heureuse surprise qui se solda par un contact avec un magazine connu qui me proposa de travailler sur différents thèmes liés à la parentalité. Rencontre d'un univers que je connaissais pas, découverte de la journaliste qui devenait en un claquement de doigt celle que j'allais suivre et écouter. 

    C'est evidement une petite collaboration, j'oeuvre le lundi, le seul jour de la semaine qui me permet de me rendre à la capitale, et cette petite aventure dure depuis quelques mois desormais. Depuis le départ j'ai appris des choses passionnantes, rencontré des associations, des familles recomposées, des papas venir me parler, des blogueuses, des politiques aussi... et c'est loin de se finir car le thème est passionnant et se dévoile devant nous plus nous avançons. 

    Il va falloir qu'un jour je vienne te parler plus longuement de tout cela, mais à ce jour je peux te dire que la précarité des pères est un sujet tabou, même en 2011. J'ai conscience que les mentalités changent, mais je sais aussi que le chemin sera long et je tente de me l'expliquer au travers de ce travail que j'ai la chance d'explorer. 

    Pour revenir à mon début de note, je voulais lui dire, à elle, cette journaliste, Carole (elle se reconnaitra), que je lui suis reconnaissant de travailler avec moi de cette façon. Me laisser comprendre et apprendre, m'écouter, ne pas se formaliser avec ma réthorique légère... . Nous venons ce soir de passer trois heures au telephone pour préparer notre rentrée après cette longue période estivale, et c'est toujours aussi bon et passionnant. 

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 2 commentaires
  • Allo papa bobo !.

    parents,père célibataire,le shaker de cyril,enfants,presse magasine,précarité des pères,parents séparésDepuis plus d'un mois je suis en contact avec un univers que je ne connais pas. Suite à mes différentes entrevues ici et, et ailleurs, j'ai parlé des "papas" de la vie des célibataires, des parents séparés, de la précarité des pères... .

    A force de parler, et c'est la force du net, j'ai été contacté par la "presse magazine" afin de travailler sur des thèmes liès à la parentalité. Je me suis même déplacé dernièrement sur Paris pour découvrir le magasine qui souhaite travailler avec moi, découvrir les règles de l'écriture, moi qui à la base n'éprouve pas une passion pour les mots et ne dégage pas un talent particulier.

    Il y a deux jours une des journalistes qui devait recevoir mes notes me propose autre chose, un virage à 180°. Nous constatons elle et moi que la précarité des pères est un sujet rarement évoqué sur les blogs, les sites, à la limite un sujet "tabou". Un terme peut être fort mais qui transpire un véritable sujet, une analyse à developper.

    Je vais donc travailler avec elle sur ce thème, pour le magasine, nous allons explorer les blogs "communautaires", interroger les blogueuses sur le sujet, afin de comprendre cette mécanique complexe et faire "peut-être" avancer les choses. L'intêret pour nous deux étant de ne pas sombrer dans le clivage "homme-femme".

    Bon alors autant te dire que je flippe et que je passe du temps devant mon PC. Moi qui rêvait de faire un article sur les père qui veulent jouer aux playmobils, je pense que c'est mort.

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 4 commentaires
  • A propos...

    a propos,le shakerd e cyril,cyril balayn,bog a deux,parentalité,mistinguett,amstramgram,le shaker de cyril,duo,parents,papas solos

    Il est rare que je vienne te voir pour te parler un peu de moi mais c'est l'occasion. Je suis toujours en mouvement au travers du Shaker, toujours cette envie folle de bloguer et de communiquer. Dernièrement une blogueuse m'a demandé de participer à une note, sa volonté (très bonne) de donner la parole aux papas. J'ai eu plaisir à participer, à lire aussi les commentaires déposés sur son blog (amstramgram c'est ici), et la joie, le plaisir, suite à cet article d'être invité a droite et gauche des blogs puis surtout le plaisir d'être contacté part un célèbre magasine pour contribuer à parler de la parentalité (version papa)... . je reviendrais t'en parler.

    Sinon je travaille avec ma chère et douce frangine sur un blog à deux, j'ai hâte que ce projet puisse voir le jour, un blog à deux, un blog à quatre mains, un blog qui va parler des hommes, des femmes, des plaisirs, des rencontres, de notre esprit "coloc" ... avec du fun et de la liberté. Le titre n'est pas définitif mais nous souhaitons faire un hommage à jacky Quartz, il risque donc de s'intituler "juste une mise au point" (ne rigole pas). Reste à savoir si je reviendrais t'en parler, et prendre le risque du lien entre ce nouveau blog et moi-même, je n'ai pas envie de devoir me brider. Je t'embrasse internaute et je te dis à bientôt.

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 8 commentaires