Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

paris

  • Denis en entrevue.

    Comme une évidence de faire un focus sur le travail de Denis. Il est blogueur. Photographe aussi. il aime Paris et les jolies choses. J'aime son travail depuis quelques années déjà, ses articles et sa façon de mettre en scène cette si jolie ville. Je vous invite vivement à parcourir son blog photos, Denis en entrevue c'est maintenant... [denis Photos] [Le blog] [facebook]

     

    denis,photo,photographe,denisphoto,paris,thématique,blogueur,leshaker,flolou,cyrilbalayn,parisien,bobo,modèle,entrevue,interview,blog,appareil photo,cyril balayn,leshaker,denis,photographe,Denis tu mets en scène cette merveilleuse ville de Paris au travers de ta vision d’où vient cet amour pour cette ville ?

    Bonjour Leshaker d’abord merci beaucoup pour cette entrevue c’est un grand privilège de passer chez toi, moi qui te lit depuis fort fort longtemps.

    Mon amour de Paris date de mon adolescence alors que j’habitais en banlieue, je rêvais d’y vivre, mais plutôt pour les côté cosmopolite et festif. J’aime les gens et la foule et Paris est l’endroit idéal pour se fondre dans la masse et observer ce qui se passe. C’est avec le temps que je me suis passionné par l’architecture de cette ville.

    C’est avec mon blog que j’ai commencé à tout photographier pour illustrer mes articles et que je me suis aperçu qu’il y avait tant de choses différentes à voir. J’aime Paris et c’est l’endroit que je photographie le plus mais j’adore la France qui regorge de beautés et soyons fou, le monde entier ! Il y a tant de choses à faire, je regrette tellement de ne pas en profiter d’avantage, c’est dommage d’être enfermé dans un bureau à essayer de gagner sa vie.

    Comment s’organise une séance et comment viennent les idées de mettre en valeur les lieux ?

    Je suis très attaché à la lumière c’est la seule chose qui change quand on regarde un monument, donc je vais surtout me balader le matin ou en fin d’après-midi pendant les heures où la lumière est la plus douce.

    En fait je vais plutôt chercher de la lumière et si je croise la tour Eiffel en arrière-plan c’est tant mieux mais je n’irais pas spontanément la photographier, sauf si je dois écrire un article. Mais à Paris j’ai un peu fait le tour des endroits à photographier, je recherche surtout des ambiances grâce aux gens, car ce sont les parisiens qui font vivre cette ville, j’aime beaucoup la photographie de rue pour saisir le quotidien mais je me tourne de plus en plus vers le portrait car j'aime les gens et les femmes en particulier...

    Depuis les attentats ton travail s’opère t’il différemment et comment vit le parisien que tu es ?

    Absolument pas, je suis sorti le lendemain pour faire des photographies du forum des Halles qui était complètement vide un samedi après-midi, c’était tellement flippant. Mais je n’ai pas changé mes habitudes même s’il faut l’avouer par moment j’ai un peu peur, mais plus pour ma fille qui va vivre dans le drôle de monde que nous lui laissons que pour moi-même.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les entrevues. 0 commentaire
  • Définitions #113

    Un jour au mauvais endroit : Comme vous, comme nous, tous, j’ai ma photo Facebook qui témoigne de l’émotion. J’ai choisi de l’insérer car le jour du cliché nous étions bien, heureux, libre et plus encore. Et puis…

    Choisir les mots, expliquer à ma fille une nouvelle fois ce que moi-même je n’arrive plus à comprendre, prendre le temps d’une carte pour lui montrer de nouveau que là-bas, ailleurs y’a aussi des humains qui souffrent depuis des années, que nous avons la chance d’avoir une carte d’identité française. Prendre le temps d’un truc qui me dépasse.

    Lui expliquer qu’elle entendra le racisme le plus profond sortir de la bouche des gens, lui expliquer que l’amalgame sera la poison de demain.

    Lui expliquer qu’il faut aussi se sortir de l’émotion du moment, que c’est une guerre, qu’on n’a pas le choix que de s’en sortir.

    Elle a 12 ans. 12 ans. Comment je lui explique tout cela, ce monde, cette merde ?

    Je vais l’aimer, la serrer et on va tous faire la même chose. Je voudrais juste qu’on arrête que tout cela puisse s’arrêter un jour.

    Je suis seulement dépassé.

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 0 commentaire
  • Mon expérience à la Vidéo City [en mode Niagara].

    vidéo city,vidéocity,youtubers,youtubeurs,meet up,rassemblement,paris,youtube,sweetie,flolou,leshaker,bfmtv,bfm,internet,star,star du web,cyril balayn,ma fille,niagara,j'ai vu,parodieSi je te dis Cyprien, Norman, Sweetie, Natoo, tu connais bien évidement. Tu connais car t’es jeune et tu regardes You Tube, ou bien t’es un parent et tu baignes dedans par obligation ou par connerie aussi. Ce week end avait lieu la Vidéo City, un rassemblement, le premier, avec l’ensemble des Youtubeurs d’aujourd’hui. YouTube en vrai.

    C’était pourtant une belle idée cette manifestation et elle reste très bien organisée. Mais moi j’ai découvert un monde, j’ai halluciné, pourtant je suis très loin d’être déconnecté. J’ai vu des ados avec des gardes du corps pour se rendre aux toilettes, des fans hystériques hurler car d’un geste magique (en en vrai) une star d’un web a fait un signe de la main. J’ai découvert un monde en vrai qui se traduit en général derrière un écran.

    Ma fille avait des paillettes dans les yeux et je ne regrette rien, c’était un des plus beaux jours de sa vie, et les « Youtubeurs » étaient de toute évidence heureux de cet évènement. On y sera donc l’année prochaine et je vous invite vivement à y assister.

    Pourtant, pourtant…

    Je ne peux pas m’empêcher de me dire que les gamins doivent garder les pieds sur terre, qu’ils ont (je l’espère) l’idée de se dire que les choses peuvent demeurer éphémère. Si demain t’as plus envie de créer il se passe quoi ? Tu n’es plus rien, tu n’existes plus. Tu n’es même pas un livre qui traîne dans une bibliothèque (c’est peut-être pour cela que certains écrivent des bouquins, j’y pense ?).

    vidéo city,vidéocity,youtubers,youtubeurs,meet up,rassemblement,paris,youtube,sweetie,flolou,leshaker,bfmtv,bfm,internet,star,star du web,cyril balayn,ma fille,niagara,j'ai vu,parodieEtrangement j’ai envie de me dire que c’est que le début, que la télé pour les jeunes n’existent plus, que les « stars du web » d’aujourd’hui ont du talent (ou pas) et composent avec les stylos du moment. J’ai passé un moment très agréable, j’étais heureux de voir ma fille heureuse, il ne m’en faut pas plus. Alors merci pour le show. Etant donné mon grand âge et que j’aime Niagara et Muriel (oui y’avait pas YouTube à l’époque) l’idée d’interpréter la chanson à ma sauce j’ai eu (v’là que je parle en Yoda).

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 2 commentaires
  • Définitions #112

    article,tendance ouest,blogueuse,à la une,leshaker,flolou,cyril balayn,presse,caen,ville de caen,caennais,définitions,projet,vidéo city,paris,rendez vous

    A la Une : Finalement je suis assez content de faire partie de cet article dans Tendance Ouest. « Les blogueuses ont le vent en poupe » et moi aussi. Je suis sur Caen que depuis quelques mois et heureux de voir que mon petit bout de chez moi compte d’un certain sens. Merci à ce journaliste d’avoir mis un mec la dedans. Du coup j’ai fait des rencontres et je viendrais vous faire découvrir un univers assez sympa d’une fille assez sympa… restons futiles (ne l’oubliez pas). [l'article ici]

    Rendez-vous : On se retrouve à la Vidéo City de Paris ? C’est juste histoire de créer un groupe puissant de parents afin de lutter contre l’hystérie des jeunes. J’y serais le samedi 7 novembre.

    Jusqu’ici tout va bien : La jalousie est une gangrène. Une partie de la conquête c’est de commencer à s’en rendre compte, de vouloir changer les choses. J’ai pris le temps de lui expliquer qu’elle est humaine aussi et que dans la vie on s’écorche les genoux aussi. Y’a juste ce petit interrupteur à ne pas déclencher qui te feras faire n’importe quoi et perdre raison. C’est un pote on discute. C’est ça aussi l’amitié.

    Corbeille : Pour celles et ceux qui connaissent. Il fallait que je prenne le temps de vous faire une petite bafouille. J’ai en effet commencé un projet aujourd’hui stoppé avec Sandra Soy. « Journal d’une névrose en 52 jours ». 52 jours, 52 notes. C’est juste que c’est compliqué dans la vie de Sandra et que la régularité puisse être aussi une source d’angoisse. Elle reviendra, merci à celles et ceux qui apprécient son écriture.

    Vieux con : Il va vraiment falloir que je fasse une vidéo un jeudi soir dans les rues de Caen. J’ai aujourd’hui 43 ans et mes souvenirs sont trop lointains. On picolait autant ? On faisait autant les cons à balancer des poubelles, casser du verre sur la route… ? comme-ci une partie du fun doit passer par la dégradation. Je ne compare rien je m’interroge juste sur ce qui change ou pas.

    Graver : Etienne Daho disait « son épaule et tattoo ». On en reparle.

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 0 commentaire
  • Définitions #85 (spécial Noël)

    noël,grand palais,paris,fête foraine,manège,chaises volante,leshaker,cyril balayn,flolou,définitions,joie,père noël,rencontre,consommation,Souvenir : Il faisait bon, il faisait doux. Je devais avoir 10 – 11 – 12 ans moins probablement. Le bateau pirate playmobil existait déjà. Au fond de la pièce la famille, ma mère, mes oncles, mes grands-parents. Au fond du bateau que je venais de découvrir pour mon noël, un coffre, avec des pièces d’or. Je faisais deviner la valeur des pièces à la famille, jeux du hasard… ou pas. A chaque fois bingo ils trouvaient. Des minutes surprenantes. J’avais oublié un de mes oncles derrière moi qui faisait deviner le chiffre avec ses doigts. Souvenir simple, d’un temps d’insouciance ou j’arrachais le papier cadeau en pyjama. Toi aussi tu en as des souvenirs ?!

    Tourner manège : Noël c’est aussi le Grand Palais à Paris, avec une fête foraine dedans. Un rendez-vous à faire si vous en avez l’occasion (10 euros enfants – 15 euros l’adulte). L’endroit doit être insupportable en cas d’affluence J’y suis allé avec ma fille hier lundi sur l’heure du déjeuner c’est un horaire agréable… sauf que l’organisation aurait pu décorer un peu plus « noël », et que finalement c’est beau la nuit avec les lumières du Grand Palais. On a eu l’occasion de s’en rendre compte en partant à 17h30 (mais la foule – la foule…).

    C’est aussi : … l’énervement dans la consommation, ne jamais attendre, consommer du produit, l’agressivité dans l’achat, la frénésie pour obtenir un produit, ne jamais attendre, consommer, s’engueuler dans les rayons avec maman pour le cadeau de la petite, ne jamais attendre, avoir la tête des mauvais jours, consommer, surtout consommer pour prouver son existence. Je déteste mon travail mais rien que pour cela j’ai une pensée pour celles et ceux qui bossent dans la distribution, c’est une période délicate humainement.

    Noël :… c’est aussi des surprises. Un appel, une surprise, une belle surprise, un smille sur le visage, un souvenir d’été. Elle se reconnaitra…

    Patinage : Noël c’est aussi le froid et la glace, séance patinage, moi qui faisais un triple Axel (oui non bon d’accord) quand j’avais 5 ans. C’est comme le vélo les sensations reviennent au grand galop et j’ai même pas pris une gamelle. Belle soirée.

    Père Noël : Apporter une rencontre à un pote, rendre la soirée belle, voir les émotions sur les visages, faire le job, juste être présent pour limiter la timidité, être heureux pour eux, lui dire le soir même de se jeter à l’eau car c’est une femme formidable. J’étais là. Maintenant c’est à lui d’écrire l’histoire. … et mon noël à moi, il est où ?

    A vous : … des joyeuses fêtes et du bonheur dans les yeux.

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 0 commentaire
  • Dans les yeux de ma fille #4

    La vie sur le net réserve des surprises. Il est loin le temps où j’avais peur d’écrire des mots. Son espace est une bouffée d’oxygène. Une dose dont j’ai besoin. Elle l’incarne. C’est la première fois que j’ai pu lui glisser sur son répondeur « à demain… »

    Aujourd'hui 24 novembre je serais à Paris et elle aussi. Delphine Jory aka ladyblogue.

    ladyblogue,delphine jory,rencontre,paris,club st germain,flolou,cyril balayn,leshaker,se rencontrer,internet,les blogs,

    ladyblogue,delphine jory,rencontre,paris,club st germain,flolou,cyril balayn,leshaker,se rencontrer,internet,les blogs,

    Lien permanent Catégories : Shake les yeux de ma fille. 0 commentaire
  • 6 New York.

    bitume,humide,paris,6 new york,restaurant,quai,tour eiffel,intermittente,leshaker,shake l'instant,charisme,Lundi j’ai déjeuné avec Géraldine. Une surprise, un sms sur mon téléphone, l’idée de se retrouver pour une rencontre légère, en off, juste à deux. Géraldine est intermittente, une comédienne, elle a joué dans de nombreux films, le dernier en date reste celui de Michel Gondry « l’écume des jours », un beau souvenir au fond de ses yeux. Elle est aussi graphiste, garde les émotions de l’école des Beaux-Arts à l’époque, de sa ville natale Bordeaux. Elle vit de son art, de son métier avec des hauts et des bas, Paris n’est pas une ville facile.

    Nous avons déjeuné au 6 New York, super resto, super ambiance. De loin il est assez facile de reconnaître Géraldine, elle est grande, brune, avec des grand yeux noirs. J’aime son charisme naturel, je suis très réceptif à cela, j’aime aussi sa simplicité et sa voix. J’aime le silence. J’aime son silence.

    Quand tu rencontres une personne que tu ne connais pas, tu as toujours le cœur qui palpite, tu cherches à trouver les mots, à donner un sens au silence. C’est elle qui dirige, elle domine la conversation, moi j’écoute mais j’évite l’envahissement, je garde la maîtrise, avec le temps j’ai enfin réussi à rester mystérieux (juste un peu). Puis elle me parle de son désir pour ce métier, elle parle de la création et de l’envie, juste du plaisir de la vie à faire des choses qui font palpiter le corps et le cœur. J’enchaine sur le blog, sur cet endroit, sur mon manque de vie pour le construire avec plus de densité, pour fabriquer mes souvenirs et les raconter.

    Cette rencontre est une fabrication d’un souvenir, elle trouvera sa place ici. On prendra le temps de se balader le long des quais, de se prendre une belle averse et de se réfugier sous un pont. Elle finira par s’engouffrer dans une station de métro. Juste le temps de sentir une dernière fois son parfum et de la remercier de cette rencontre éphémère. Juste le plaisir d’une rencontre autour d’une table dans un lieu magnifique avec une femme étonnante.

    Je termine ma journée sous le bitume humide. Le temps de regarder la Tour Eiffel une fois de plus et me dire que « décidément » cette ville est tellement magnifique pour les touristes. Cette rencontre m’a donné des émotions, de la force, des souvenirs. J’ai juste le temps de prendre mon téléphone et de capturer Mme Eiffel pour l’envoyer à une personne qui m’est très chère et qui reste le symbole de cette journée… et que je n’ai jamais rencontré.

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 0 commentaire
  • L'oeil de Sauron sur le championnat de France.

    sauron,oeil,l'oeil de sauron,mordor,championnant de france,violence,paris,violence a paris,leshaker,frodon,docile,affrontement,L’œil de Sauron en haut de la tour Eiffel. Le peuple en bas sur cette terre vide et désolé du Mordor. Subsistent encore les échafaudages des tours pour la surveillance proche du Trocadéro. Sauron le sait, la tension est palpable, le peuple n’est jamais aussi docile que lorsqu’il se présente en masse.

    Il sait aussi que les parties de gauche et de droite ne feront que se renvoyer la balle, il sait que la presse, les médias, les tweets, les unes seront nombreuses. Sauron le sait. Il sait que c’est l’occasion de prendre avec lui des âmes vides et sans repères. Sauron aime l’extrême, il l’est lui-même.

    Au loin Frodon s’agite, il est seul, il n’avait pas imaginé un rassemblement aussi vaste, et ici surtout. Frodon éternel utopiste, démocrate, libertaire va tout perdre une nouvelle fois.

    Au loin Sauron déclenche l’attaque, la foule, la haine, les cris, la violence, cette violence qui attise les sens, Sauron en utilise le message, il le sait et il le fera. Il sait surtout que ce n’est que le début, que c’est juste une petite victoire, juste un minuscule championnat, il compte bien un jour utiliser la Ligue des Champions pour faire de Paris une véritable ville du Mordor… et par les urnes un jour.

    Je ne le souhaite pas, je ne l’espère pas, je ne le veux pas.

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 2 commentaires
  • Concours Highheels by Cindy.

    Une fois n’est pas coutume je laisse place à mon amie Cindy, que vous connaissez peut être au travers de quelques notes. Elle dirige une agence de Marketing à New York et elle lance prochainement une toute nouvelle marque de chaussures pour femme. J’ai donc demandé a cette dernière pour une première fois de m’organiser un petit concours tout simple sachant qu’elle viendra présenter cette marque à Paris le samedi 27 avril prochain.

     

    talons hauts,leshaker,highheels,marque,marqueting,jeux concours,paris,repas,jouer,sexy,Bonjour à tous. C’est expliqué plus haut mais le 27 avril je serais la digne représentante d’une toute nouvelle marque « highheels » souhaitant se faire connaître sur le marché européen. De passage à Paris pour le lancement et la présentation des modèles j’organise une soirée sur le thème « dîner, champagne, glamour et Highheels », le lieu reste à définir actuellement. Durant cette soirée il vous sera donc possible de venir me dire bonjour, d’embrasser Leshaker en vrai , de venir assister à la présentation des modèles, de vous asseoir à nos côtés pour le dîner et de faire trémousser votre popotin sur le dancefloor.

    Ce petit concours est une demande de Mr Leshaker et je ne peux rien lui refuser. Il n’est pas organisé par la marque mais par mon agence uniquement. Je vais donc prendre en charge (pour deux personnes) votre trajet (aller-retour) jusqu'à Paris (train uniquement), votre chambre d’hôtel (Novotel uniquement, une nuit-une chambre deux personnes, petit dejeuner), votre trajet en taxi aller-retour de votre hôtel au lieu de la soirée. Dans un souci de transparence c'est ma collaboratrice qui votera pour vos clichés que je viendrais lui présenter.

    Etant uniquement ouvert à vous les filles, faites-moi parvenir  une photo de vos plus jolies talons hauts, avec les pieds dedans ou pas (vos photos seront publiées sur le blog)…. A vous de faire en sorte que cela reste le plus glamour possible. Attention je vérifierais que cela provienne bien de vous et pas du monde de l’internet.

    Le concours débute actuellement et reste ouvert jusqu’au 31 mars 2013.

    Pour participer une seule adresse -  ul1362148716ycr@mail-temporaire.fr (mail temporaire pour le concours afin d’éviter le spam et  seulement pour cette occasion. Cette adresse mail ne sera plus valide à compter du 1 avril 2013), uniquement votre adresse mail et votre nom ou pseudo (je prendrais contact avec vous par la suite gagnante, ou pas).

    Merci à toutes et j’ai hâte de découvrir vos photos. Bonne participation. (si vous avez des questions merci de les adresser par mail ou dans les commentaires je viendrais y répondre).

    NB (du 10/03/2013) : Suite à une question via facebook, si la personne participante est mineure le concours étant pour deux personnes, j'impose un parent ou un membre de la famille proche. 

    Lien permanent Catégories : Shake les jeux, les concours... 15 commentaires
  • Les chroniques de Lisianne #36. Ne pas changer.

    leshaker,les chroniques de lisianne,nostalgie,paris,ne pas changer,mal être,émotions,lisianne,leshaker,Quand j’étais petite j’étais souvent indécise. Une vraie personnalité pourtant, mais je ne savais jamais ce qui était bon pour moi. Au fil du temps j’ai fini par ajuster cette faiblesse. J’étais drôle, amusante, souriante, une véritable Ferris Bueller au féminin. Diplomate aussi, à toujours chercher les raisons d’un comportement, réussir à comprendre l’humain. A force d’observer j’évitais de me regarder. Quand j’ai décidé de franchir le pas vers ce grand départ j’ai organisé et planifié un plan parfait, sans accroc comme dirais Hannibal, sans accroc (enfin presque), une quête vers l’avant pour chercher et trouver moi-même. Puis petit à petit au fil du temps à force de retrouver je me suis perdu dans l’absence et le silence, j’ai fini par me décrocher d’une vie, oublier les mots, oublier mon corps… depuis combien de temps n’ai-je pas fait l’amour et sentir la peau d’un homme contre moi ? De toute façon je m’en fou, la sexualité reste une action très surévaluée, la plupart du temps c’est totalement décevant. Pourtant j’ai du désir. Finalement je ne change pas je suis toujours cette petite fille indécise avec un caractère bien trempé.

    Il m’arrive de m’ennuyer. Rarement. De temps en temps. J’ai commencé à boire, un peu, jamais vraiment, c’est souvent très ennuyeux. J’ai passé du temps à marcher, énormément, j’ai tué au moins dix paires de chaussures depuis mon escapade. Je suis nostalgique, souvent, tous le temps, c’est chiant, nostalgie de mon appartement parisien, de ma demeure feutrée, des bouquins par terre, du verre de vin qui traîne et qui symbolise une vie sociale. Nostalgique mais jamais en manque. La musique me manque ici, toujours ce besoin d’avoir du son pour faire vivre mes émotions, la plupart du temps je n’écoute rien, juste les gens, les voitures, la mer, et moi. Oui moi. Je me parle. Tous les jours. Une discussion soutenue sur différents sujets, les questions et les réponses.  J’en oublie l’actualité de mon pays, je vais profiter de mon passage parisien pour retrouver quelques repères.

    Ah oui Paris, le 9 février. Une journée d’escale. Quelques heures. Ma sœur. Nos retrouvailles. Nos émotions. Instant figé, jardin secret, j’ai hâte. Puis toi. Cyril. Leshaker. Toi derrière ton pseudo que je connais si peu finalement. Te retrouver, te parler, te serrer, t’expliquer, m’entendre, te donner mes raisons, te dire que j’étais si proche lors de ta venue en Russie, si proche, et pourtant si immobile et si muette.

    Plus je cherche à me retrouver et plus je suis seule. Je ne sais pas si c’est bien ou mal. C’est mon destin, mon chemin, je tente d’être proche de mes désirs et mes motivations se signent souvent dans une ligne d’horizon. Le 9 février je serais sur Paris. Le 10 bien ailleurs, très loin, dans un autre univers, une autre civilisation, des odeurs et des sons différents, et pourtant si proche de vous pour écrire. A très vite.

    [lisianne]

    Lien permanent Catégories : Shake les mots de Lisianne [contribution]. 4 commentaires