Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

peur

  • Exclusif #15

    je suis charlie,humain,peur,terroriste,chrétien,musulman,flolou,leshaker,cyril balayn,souvenir,enfant,amour,policier,tueur,attentat,charlie hebdo,

    Lien permanent Catégories : Shake les exclusifs ! [photo] 0 commentaire
  • Lettre ouverte à Linda #12

    linda blair,exorcisme,l'exorciste,horreur,film d'épouvante,démon,démoniaque,cyril balayn,flolou,leshaker,lettre ouverte,conjurer,peur,sombre,Linda, je suis passé par le stade derrière la porte et dans la pénombre du couloir à regarder pour la première fois ta sale tronche de Regan. J’étais jeune et en pyjama. Un second stade ou installé confortablement dans le canapé j’ai découvert le père Lankester Merrin se faire vomir dessus pendant que tu lui balançais des obscénités. J’étais encore jeune et certainement en pyjama.

    A ce stade j’ai plus vraiment dormi la nuit. On est bien d’accord je n’y croyais pas une seule seconde à ton histoire de démon, mais dans le doute. Plus tard avec un ami je suis même allé à la bibliothèque de ma ville (copain Google n’était pas né), j’ai découvert le succès du film, les photos du tournage, le mannequin utilisé dans le film, les quelques anecdotes de tournage. J’avais même une copie VHS. Je m’en souviens car je pense que cette copie est restée 30 secondes chez moi car hors de question qu’une copie de ce film traîne dans les quartiers. Je n’y crois pas à ton histoire, mais dans le doute.

    Dans les années 2001 tu reviens sur grand écran. J’étais bien moins jeune et je ne dormais plus en pyjama. En plus j’avais une copine de couchage. Pour m’exorciser ou conjurer le sort j’ai décidé de venir voir ta petite tronche de poupée folle au cinéma. J’ai découvert ta prestation de l’araignée dans l’escalier mais finalement, et à mon plus grand étonnement je n’ai rien ressenti de démoniaque en moi. L’exorcisme était en cours.

    Bien plus tard (ça c’est un signe) je change de chaine sur un vulgaire signal TNT et je tombe en plein sur ta tronche de merde. L’ambiance, la musique, la fameuse scène ou tu descends de l’escalier pour venir pisser sur le tapis devant les invités et la phrase « vous allez mourir là-haut ». Inutile de te dire que je déteste le moment ou le film est diffusé, n’attendant qu’une seule chose, la scène de fin et le prochain programme. En plus à cette époque je n’avais plus de copine de couchage alors pour m’endormir et commencer l’exorcisme, une comédie ou un bon Walt Disney et de rigueur. Je n’y crois pas à ton histoire de merde, mais dans le doute.

    Dernièrement j’ai regardé le film avec des amis, chez des amis. Exorcisme total. Juste les flashs de temps en temps sur le chemin du retour, bien regarder derrière moi et ne pas me retrouver dans le noir du couloir de l’immeuble. Jusqu’ici tout va bien.

    Puis là aujourd’hui, tout de suite. Ta tronche sur la toile avec un Tigrou. C’est encore un signe, c’est le doudou de ma fille. Linda tu ne vas pas me faire chier longtemps, l’exorcisme total c’est de te placer au sein du blog, de défier le démon par les pixels. Challenge pas facile, d’habitude j’écris avec la musique sur les oreilles mais j’ai retiré les écouteurs, dans le doute. Y’a des bruits que je n’entends jamais dans ce putain d’appartement. On est bien d’accord je n’y crois pas une seule seconde à ton histoire, mais ton film reste pour moi le plus terrifiant de l'univers et de la galaxie, et si le blog reste bloqué des années sur cette note c'est que...

    Lien permanent Catégories : Shake la lettre ouverte... 0 commentaire
  • Je suis une princesse phobique du dentiste.

    [Alexandra Le Dauphin]

    phobie,dentiste,peur,fraise,leshaker,drôle de plume,rédactrice,Aujourd’hui, je me dévoile. Et c’est pas joli à lire. Il faut savoir reconnaître ses faiblesses, et de ce côté-là, je suis une princesse qui assume son incapacité à réussir quoi que ce soit en cuisine, sa désastreuse attitude face au marteau et aux clous ou sa nullité totale en matière d’orientation.

    Comme si cela ne suffisait pas, les fées qui se sont penchées sur mon berceau de princesse se sont acharnées, il n’y en avait pas une pour rattraper l’autre, tiens !

    Si vous aviez été là le jour de ma naissance, vous auriez entendu :

    -          « petite princesse, non seulement tu seras une plaie de la cuisine, du bricolage et de l’orientation, mais en plus tu te liquéfieras devant ton dentiste et te taperas la honte à chacun de tes passages sur le siège de l’épouvante ».

    Sérieux, merci les fées.

    En tant que rédactrice, j’aimerai te dire chère princesse que je fabule, que mon boulot c’est de broder mais le pire, c’est que ce qui va suivre est vrai. Retour sur ma dernière visite dans l’antre de la roulette.

    8h00 du mat’, un samedi par -2° dehors. Ca commençait bien. Mon lit de princesse ne m’avait pas empêché de passer une nuit blanche à méditer sur les horreurs qui allaient se dérouler dans ma bouche.

    8H00 du matin, donc, Drôle de Plume-princesse phobique de la roulette part à l’aventure à quelques mètres de chez elle, le cœur battant (à la limite de la crise cardiaque) et angoissant sur les misères qui l’attendaient.

    8h02 : dans la salle d’attente. Le bruit du claquement des dents de ta rédactrice couvre tous les bruits environnants. Je ne te fais pas un dessin, tu vois l’ampleur de la catastrophe.

    8h13 : mon prince m’avance mon siège. Enfin, c’est un drôle de prince avec masque et lunettes en plastique bien moches. Ajustage du siège. Premiers tremblements de la jambe droite.

    8h16 : ce n’est pas compliqué, maintenant tout mon corps de princesse tremble. Je manque de mordre le dentiste, qui, semblant ne rien voir, me demande si tout va bien.

    L’anesthésiant local masque la douleur d’un détartrage massif mais pas le bruit infernal qui a lieu dans ma bouche. Bzzzzzzzzzzz et re-bzzzzzzzzzzzzz.

    Le siège de princesse s’est transformé en siège de la hantise, où mes mains crispées s’agrippent aux accoudoirs si fort qu’elles pourraient bien les malmener.

    Je ne sais pas si tu as peur de l’avion, mais à ce moment précis, je me suis figuré que j’étais en phase de décollage dans un A-320 me cramponnant à ma place en attente de la torture qui allait suivre et priant pour que ledit A-320 décolle vite fait, bien fait et que l’on en parle plus. Tout ça dans un vacarme assourdissant et sans aucune garantie que le vol serait sans heurt.

    C’est exactement ce que j’ai ressenti dès les premières minutes sur mon siège de l’angoisse.

    Alors oui, chère princesse, c’est la loose. Mais ta rédactrice ne fabule pas sur ce coup- là.

    J’espère donc que tu te livreras et me raconteras ton dernier coup de stress, histoire que je me sente moins seule.

    Alexandra est rédactrice freelance. Pour la retrouver sur Facebook et découvrez son livre "au boulot, Chômette"

    Lien permanent Catégories : Shake les princesses [contribution]. 5 commentaires
  • Retour sur 112 Ocean Avenue.

    112,ocean,avenue,amityville,horreur,george lutz,épouvante,peur,bourgade,touristes

    Je reviendrais de façon irrégulière sur mes photos argentiques, un retour sur nos albums. Un retour en arrière de 1991. Première émotion américaine, découverte d'un continent, passage obligé sur New York pour finir une journée entière au travers de cette photo sur cette bonne vieille bourgade qu'est Amityville. 

    Tu connais cette ville au travers du cinéma, étant que je suis un touriste de base passage obligé au 112 Ocean Avenue le lieu de "L'horreur". Derrière moi sur cette photo la façade arrière de la maison. 

    Je garde étrangement un souvenir assez présent de cette journée. Un soleil très fort, une chaleur étouffante, un bar étonnant couvert des photos de Tony Danza (si si tu te souviens !), des gens qui te regardent cachés derrière la fenêtre, un gars qui va nous prendre en voiture (une sublime grosse bagnole avec de la moquette bleue), un gars qui va nous dire que l'histoire d'Amityville c'est des conneries pour des gars comme nous... . 

    Puis moi, 19 ans, des cheveux, 68 kg... et si seulement une partie de ma jeunesse était restée la-bas ?

    Lien permanent Catégories : Shake le Retour sur... 2 commentaires
  • Les chroniques de Lisianne #4. Moi, une autre !

    fatôme,mystère,peur,puissance,néfaste,crainte,doute,le shaker de cyril,autreCette note je viens de l'écrire, elle vient ponctuer ma petite chronique que "généralement" j'écris bien en avance, avant de m'envoler vers des horizons lointains. Cette note remplace celle que tu devais lire.

    Musique à fond dans les oreilles, monter le son, déchirer l'espace, Kravitz dans les décibels, me souvenir de cet homme la semaine passée sans ses bagages, lui montrer son siège, discuter en lui présentant son repas, apprendre qu'il change de vie, se sépare, plaque tout, le destin me rattrape... . 

    Le son toujours à fond écrire cette note, frapper le clavier à la force du rythme, me souvenir, me persuader de ma rupture, savoir que j'ai fait le bon choix, l'envie aussi de partir, de tout plaquer, de changer de vie, une envie sans passer à l'action. Je suis étrangère à mon corps, je suis une autre, je dis n'importe quoi, ras le bol de tout ressentir +10 000, regretter mes gestes, mes attitudes, prendre du recul et me demander "qui je suis ?".

    Je me fais peur, terriblement peur, et si seulement je pouvais avoir la force de tout changer, tout recommencer, pour ne jamais regretter... le son à fond, Kravitz dans les oreilles, ça pulse au maximum, je ne vais rien relire, je sais aujourd'hui que mon métier d'hôtesse me correspond, je suis comme l'avion, je laisse une trace, qui s'efface, qui s'efface... .

    [Lisianne/Leshaker]

    Lien permanent Catégories : Shake les mots de Lisianne [contribution]. 4 commentaires