Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

philippe besson

  • Définitions #59.

    définitions,leshaker,chat,download,fermeture des magasins chapitre,code,lire,philippe besson,putain,nostalgie,dématérialisation,Download : La chaine des magasins « Chapitre » (style Fnac) va fermer ses portes dans ma ville (onze au total dans toute la France). La raison nous la connaissons tous. Le telechargement intensif, les achats sur le net etc… à la différence du Virgin de Paris cette fermeture se déroulera silencieusement. Je reste très concerné par cette conjoncture, mon emploi aussi est directement menacé. La dématérialisation est en marche et ne touche pas que les produits.

    Putain : …de nostalgie.

    Code : Je vais travailler dès le mois de mai sur les codes hétéros avec la journaliste. Comment lui dire, sans lui expliquer ma vie, que je suis en dehors de ça, sur le côté, depuis bien bien longtemps (et pire aujourd’hui).

    Porter plainte : C’est acté. Mon réseau galère quand j’appelle la Bretagne (ou l’inverse). Mobilisation.

    Comme vous tous : Les rayons de soleil dimanche c’était quand même le pied le plus total. J’ai même réussi comme un blanc bec à me choper des rougeurs sur la tronche. Vais-je me balader sous le soleil radieux Londonien ? Je vous tiens au courant la semaine prochaine.

    Le chat blanc : J’ai eu dans mon objectif le chat blanc dont je parlais ici-même, il vomissait au moment où je suis arrivé sur lui, c’est un signe ?

    Lire : je viens de terminer « une bonne raison de se tuer » de Philippe Besson, pas le meilleur, mais je reste fidèle, j’aime bien son univers. Je commence « L’écume des jours » de Boris Vian, surement étudié mais jamais lu.

    On peut toujours rêver : … et c’est important de rêver finalement – « L'horizon s'éclaircit sublime le soleil s'est levé. Dans le rôle du rebelle des sables enfin tu apparais. Défiant toutes tes attitudes dans les dunes cachées. Je n'te laisserai aucune chance pas de chance. J'fais un vœu le feu d'un duel au soleil. Je rêve d'un duel avec toi. En haut d'la falaise tu viendras. Provoc et duel avec toi. Me donner la fièvre au soleil. En haut de la falaise rebelle. Je veux un duel avec toi. Duel au soleil contre moi… »

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 4 commentaires
  • Définitions #50.

    david rault,comicscope,livre,leshaker,définitions,soirée,mariée,entreprise,cora,philippe bessonLu : « Je relance la carrière d'Estelle Denis et... - Impossible, j'ai Jean-Luc Lahaye qui fait un plat à 7m50 en opposition". KAMOULOX! » (il est fort ce Fredouat).

    Amitié : …qui s’emboîte et se déboîte, qui s’enchaîne et se déchaîne, qui se partage et qui dégage mais qui perdure quand même. Quand le silence règne c’est que tout va bien.

    Soirée : J’ai passé une soirée avec une fille géniale, drôle, intelligente, envoûtante, souriante mais mariée. #decidementpasdebol

    Elle : Oui j’ai passé une après-midi avec Lisianne, oui c’était bien, oui c’était impressionnant, non ce n’était pas celle de la soirée, oui elle m’a laissé les clés de la prochaine chronique.

    Lire : Force est de constater que j’aime Philippe Besson j’attaque encore un bouquin. L’histoire de Laura Parker qui à la fin de la journée décide de mettre fin à ses jours mais c’est sans compter la présence Samuel Jones, le tout sous un fond de Venice Beach. Oui je sais ça donne pas envie mais je sens que je vais adorer. #unebonneraisondesetuer

    Ma petite entreprise : On a six mois pour faire comprendre à un client qu’en achetant une cartouche d’encre il doit aussi acheter un PC, une télé et un Ipad. Sinon fermeture définitive pour cause de crise. (le groupe annonce +2,9% de hausse des ventes sur l'année 2012. L'année 2013 sera noire. #bahvoyons)

    C’est moche la vie : C’est d’un triste de manger une pomme devant la télé, c’était plus sympa avec du chocolat des madeleines et du coca, je sens que je vais craquer, je serais gros, tant pis.

    Comicscope : Mon pote David Rault vient de sortir son dernier bouquin, c’est un truc dont il a toujours rêvé de faire, une série de portraits photographiques d’auteurs ou acteurs de la bande dessinée francophone, célèbres ou méconnus. #coupdeprojecteur

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 4 commentaires
  • Se résoudre aux adieux.

    philippe besson,se résoudre aux adieux,livre,souvenir,le shaker de cyril"Sais-tu que New York et venise ont ceci de commun que des tours s'y écroulent ? Ici, ce fut le Campanile, sur la place Saint-Marc. Il est tombé, il y a longtemps, au matin d'un 14 juillet, sans faire de bruit ni de victimes, là est la différence. On ne saluera jamais assez l'élégance surannée de la Vénétie. Les effondrements n'y ont rien de tragique : l'esthétique prime."

    "Mes journées  se passent dans une belle indolence. J'ai installé  une chaise longue sur la terrasse de l'appartement. Je regarde les ciels purs après les orages. C'est après la pluie que Venise est la plus belle, je ne t'apprends rien."

    C'est un livre qui me parle, un sujet qui témoigne de mon expérience, il se dégage une force de ce livre que je n'explique pas, car, en effet, il faut toujours se résoudre aux adieux.

    Philippe Besson Se résoudre aux adieux 10/18.

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 2 commentaires
  • En tournant les pages.

    philippe besson,se résoudre aux adieux,le shaker de cyril,livre,oublier une femme,aimer une femme pour rien,aimer une femme mariée,je ne l'oublierais jamaisJ’ai entre les mains un livre qui est en train de me faire vaciller. Dès les premières lignes, dès le départ, sur le titre. Pourtant mon armure était en place, avoir supprimé son numéro de portable (même si je connais par cœur son numéro), avoir la chance de ne jamais croiser sa route (car la voir était trop difficile j’ai mis du temps avant de pouvoir anticiper mon émotion et reprendre mes esprits), en un mot l’oublier, enfin tenter de l’oublier ou plus sincérement y croire tout simplement. Le temps passe, plus de deux ans déjà.

    L’organisation était en place, les cicatrices présentes mais la douleur absente. Cette histoire inachevée, cette femme que je ne cessais d’aimer. Pourtant j’ai tendance à tourner la page rapidement, ne jamais s’arrêter pour avancer plus vite et découvrir les autres, les univers, les sensations, les joies, les sourires, les baisers partagés très haut dans les nuages. Continuer à être moi en existant par mes expériences.

    Puis ce livre. Cette histoire. Anodine.

    Je viens de le finir, étrangement j’ai parcouru les lignes avec une vitesse déconcertante, sans oublier que toutes les pages tournées me faisaient penser à elle. Je n’ai pas eu le temps de lui écrire, je n’en aurais jamais l’occasion, il me sera impossible de lui traduire mes émotions, c’est la vie, c’est ainsi, mais je pense à elle, je pense à elle en continuant à croire en ce que je vis et vivrais demain sans elle. Ce n’est pas triste. Elle me manque c’est tout et c’est aussi simple que ça. Il fait chier ce livre.

     

    « j’ai décidé de t’écrire, plutôt que rien. Plutôt que de rester là, comme ça, dans le silence.

    Que je te dise : je me suis honnêtement sérieusement essayé au silence, je l’ai endossé comme on se glisse dans un vêtement, je m’y suis livré comme on accepte une astreinte. Je l’ai fait d’abord pour moi, ne t’y trompe pas, c’était égoïste, même s’il m’a coûté. Mais le rien-dire ne sauve pas, enfin disons que, moi, il ne m’a pas sauvé…. »

    Philippe Besson Se résoudre aux adieux.

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 0 commentaire