Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

projet

  • J'ai rendez-vous.

    Tu sais que je me cherche en ce moment, j’ai toujours cette envie d’écrire mais je trouve pas les mots et c’est limite pire j’ai rien à te raconter. Enfin si j’ai des trucs. Il doit y avoir un manque d’énergie, une connexion qui ne se fait pas, il est de coutume de dire ou de penser qu’il faut donner du temps et faire une pause. Ouais mais le problème c’est que la notion du temps j’ai un gros souci avec ça. Je l’emmerde le temps.

    Prends le temps.

    Tu verras demain.

    Il faut être patient.

    Pas à pas.

    Il fera jour demain.

    Tu verras les choses autrement.

    Patience.

    Il faut être certain.

    Seul le temps…

    rendez vous,blog,projet,inspiration,dieu,god,église,invoquer,cyril balayn,force,puissance,curé,leshaker,flolou,j'ai rendez vousBon tu l’auras compris tout cela m’emmerde gravement. Je passe du temps en ce moment à chercher une autre plateforme pour écrire d’un trait, y’a mon Tumblr qui me fait de l’œil car c’est un espace assez ouvert pour y poser des choses futiles et inutiles. Je crois tout simplement que je cherche un endroit où je ne pourrais pas me relire. Va comprendre. Etant donné que je cherche l’inspiration je vais faire ce que j’ai toujours fait. Je vais filer dans une église moi qui suis athée, dans mon début de prière y’a toujours un début avec « je suis désolé de venir ici moi qui ne crois pas en toi » et après je me lance. Dans le doute j’invoque.

    Je crois au fond de moi que c’est un tournant, une page qui se tourne, je n’ai pas envie d’arrêter mais justement de continuer mais je cherche la route qui me permettra d’être totalement ce que je suis. Y’a toujours eu un lien assez étroit entre mes années de blog et ce qui se passe dans ma vie, mais je sais aussi que je n’ai jamais franchi la frontière de l’impudique. Jamais.

    Bon je te laisse y’a dieu qui m’attends on a des choses à se raconter lui et moi.

    Crédit photo Moses Stell

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 2 commentaires
  • Définitions #112

    article,tendance ouest,blogueuse,à la une,leshaker,flolou,cyril balayn,presse,caen,ville de caen,caennais,définitions,projet,vidéo city,paris,rendez vous

    A la Une : Finalement je suis assez content de faire partie de cet article dans Tendance Ouest. « Les blogueuses ont le vent en poupe » et moi aussi. Je suis sur Caen que depuis quelques mois et heureux de voir que mon petit bout de chez moi compte d’un certain sens. Merci à ce journaliste d’avoir mis un mec la dedans. Du coup j’ai fait des rencontres et je viendrais vous faire découvrir un univers assez sympa d’une fille assez sympa… restons futiles (ne l’oubliez pas). [l'article ici]

    Rendez-vous : On se retrouve à la Vidéo City de Paris ? C’est juste histoire de créer un groupe puissant de parents afin de lutter contre l’hystérie des jeunes. J’y serais le samedi 7 novembre.

    Jusqu’ici tout va bien : La jalousie est une gangrène. Une partie de la conquête c’est de commencer à s’en rendre compte, de vouloir changer les choses. J’ai pris le temps de lui expliquer qu’elle est humaine aussi et que dans la vie on s’écorche les genoux aussi. Y’a juste ce petit interrupteur à ne pas déclencher qui te feras faire n’importe quoi et perdre raison. C’est un pote on discute. C’est ça aussi l’amitié.

    Corbeille : Pour celles et ceux qui connaissent. Il fallait que je prenne le temps de vous faire une petite bafouille. J’ai en effet commencé un projet aujourd’hui stoppé avec Sandra Soy. « Journal d’une névrose en 52 jours ». 52 jours, 52 notes. C’est juste que c’est compliqué dans la vie de Sandra et que la régularité puisse être aussi une source d’angoisse. Elle reviendra, merci à celles et ceux qui apprécient son écriture.

    Vieux con : Il va vraiment falloir que je fasse une vidéo un jeudi soir dans les rues de Caen. J’ai aujourd’hui 43 ans et mes souvenirs sont trop lointains. On picolait autant ? On faisait autant les cons à balancer des poubelles, casser du verre sur la route… ? comme-ci une partie du fun doit passer par la dégradation. Je ne compare rien je m’interroge juste sur ce qui change ou pas.

    Graver : Etienne Daho disait « son épaule et tattoo ». On en reparle.

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 0 commentaire
  • Dans vos yeux d'enfants #2

    L'idée de ce projet c'est vous, ce petit retour en arrière ou vous viendrez nous raconter vos envies de jouer, vos inventions, vos délires, vos créations au travers de vos yeux d'enfants. Si vous souhaitez participer au projet et obtenir des infos contactez-moi. Dans les yeux de Seve #2

     

    enfant,enfance,dans vos yeux d'enfants,petit,bambin,gamin,souvenir,nostalgie,retour,jadis,vintage,flolou,leshaker,projet,cyril balayn,contribution,

     

    J’ai trente-neuf ans, je m’allonge par terre car c’est là que je me sens le mieux pour jouer. J’écoute la musique de mon walkman MP3 et j’observe tous mes jouets un par un.

    Je m’invente des histoires avec chacun d’eux. Sans frère ni sœur, on a tendance à développer notre imagination pour ne pas être seule.

    Alors sous mes crayons, je fais des décors, pour les petites fées qui jouent avec moi, pendant des heures… 

    Lien permanent Catégories : Shake vos yeux d'enfants [contribution]. 0 commentaire
  • Dans vos yeux d'enfants #1

    L'idée de ce projet c'est vous, ce petit retour en arrière ou vous viendrez nous raconter vos envies de jouer, vos inventions, vos délires, vos créations au travers de vos yeux d'enfants. Si vous souhaitez participer au projet et obtenir des infos contactez-moi. Dans les yeux de Matthieu #1

     

    dans vos yeux d'enfants,enfant,enfance,jouer,dinosaure,souvenir,jadis,époque,s'amuser,bambin,s'agenouiller,se souvenir,yeux,flolou,cyril balayn,projet,leshakerAh quelle joie de jouer avec son neveu !

    C’est le lendemain de Noël, la passion d’Ugo pour les dinosaures et quelques voitures avaient rempli le salon de mamie. Ugo jouait avec ces figurines devant la bibliothèque et je décidais de le rejoindre, profitant de la dernière demi-heure avant son départ.

    J’avoue, même si je me considère comme un grand enfant, j’avais un peu peur de me faire démasquer en tant que vieil enfant et d’ennuyer mon partenaire de jeux. Ugo avait pris les plus charismatiques des dinosaures, l’impressionnant tricératops et le sanguinaire T.rex, et moi il me restait la famille des diplodocus bouffeur de feuilles et Ptérodactyle demi-oiseau anorexique.

    En fait, les souvenirs et l’imagination sont revenus dare-dare, nous avons décidés que les dinos étaient tous parents et que les voitures coincées sous les pâtes des mastodontes servaient de patin à roulettes. Ainsi, les pachydermes ne paraissaient plus empotés avec leurs quintaux, mais glisser tel des ballerines du Bolchoï quaternaire et faisaient, bien évidemment « LA COURSE ! ».

    Lien permanent Catégories : Shake vos yeux d'enfants [contribution]. 1 commentaire
  • Définitions #105

    francois simon,paris dernière,paris première,simon says,définitions,interlope,louche,burn-in,humeur,leshaker,flolou,cyril balayn,projet,papa solo,violetta,affiche,disney,concert,Projet : En « presque » dix ans c’était une perspective impossible. Nous deux et nos compagnes. Un repas le plus simple du monde autour de quatre assiettes. On lance un défi encore plus complexe en 2015, faire de cette année le repas du siècle à six. Nous trois et nos compagnes. Six assiettes. N’y voit pas de métaphore, il ne s’agit que de gastronomie, de vie et de plaisir partagé. Il nous reste dix mois.

    ? : Je m’interroge. Est-il possible de construire un blog autour du rien ? Comment faire s’il ne se passe rien ? Il faut de temps en temps revenir aux fondamentaux et rebondir sur une phrase, un mot, un sens ou une odeur. Comme avant. C’est toujours mieux avant.

    Curseur : Le burn-in s’installe avant le burn-out. Et entre les deux, juste cet espace avant de sombrer, il se passe quoi ? #surlefil

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 0 commentaire
  • 5h du mat j'ai des frissons...

    [Emilie daffis]

    « Je claque des dents et je monte le son. Seul sur le lit. Dans mes draps bleus froissés. C'est l'insomnie. Sommeil cassé… »

    Dernier jour de l’année, 5h du matin, réveillée par une envie soudaine de vivre, je me prépare mon café et fume ma clope tranquillement en observant les dernières actualités de mes « amis » Facebook.
    Greenday à fond dans mes oreilles, je repense à toute cette année, à ses chemins que chacun de nous avons pris.
    Suis-je satisfaite ? Est-ce que j’ai fait tout ce que je voulais faire ?
    Et vous, avez-vous accompli ce que vous souhaitiez ? Avez-vous vécu, ou subit votre année ?
    Mais est-ce véritablement la bonne question à se poser ?
    C’est vrai, tout le monde parle des résolutions, entre ceux qui en ont, ceux qui n’en ont pas, ceux qui s’en tapent.
    Nous avons tous une conception particulière de voir la vie, nous avons tous une vision différente de ce que nous voulons ou pas.

    Mais encore faut-il se poser la question. Que voulez-vous ? Qu’est-ce qui vous fait vraiment envie ?
    Là maintenant tout de suite, vous aimeriez être qui, vous aimeriez quoi, quels sont vos rêves ?
    En avez-vous vraiment envie ? Y croyez-vous réellement ?
    On pourrait se dire plein de choses sur les rêves, les envies, les objectifs, on pourrait se trouver aussi pleins d’excuses, le pourquoi on ne l’a pas fait, le temps qui nous manque, les souffrances qui nous paralysent. On pourrait se caresser dans le sens du poil pour ne pas avoir à culpabiliser, de ses pas que l’on n’a pas osé faire à cause du quand dira-t-on.
    On pourrait aussi parler pendant des heures des autres, du bien, du mal, de ce que les autres pourraient nous dire sur nos choix, nos non-choix, comme si leurs avis comptaient plus que notre propre vie, comme si leur existence importait plus que la nôtre en fait.
    Ce que je crois, c’est que nous n’avons qu’une vie, parfois nous la subirons, parfois nous souffrirons, parfois nous reculerons, parfois encore nous attendrons.
    Ce que je crois surtout, c’est que nous avons la vie que nous pouvons avoir la vie que nous voulons mais pour cela il faut oser, pour cela il faut s’en donner les moyens, pour cela il faut y mettre tout son cœur, y croire très très fort et agir.

    Je crois, que de marcher sur sa ligne de vie, c’est aimer,  penser, croire, et agir. 

    Vous me direz, oui mais ce n’est pas si simple, il y a le quotidien, il y a les difficultés financières, matérielles, il y a les autres, il y a aussi les coups durs, il y a aussi la perte de ceux que l’on aime, il y aussi des souffrances, celles dont on peine à se relever, il y a les blessures des autres, il y a …
    Oui, il y a tout ça, mais la vie n’est pas que rose bonbon, la vie est expérience, la vie est faite de montagnes russes, de haut et de bas, la vie est faite de joie et de peine.
    La vie n’est pas que soleil, chaleur, lumière, il y a aussi la pluie, les orages, les tempêtes.
    La vie si tu veux la vivre, il te faut accepter l’ensemble de ces éléments pour pouvoir danser même sous la pluie.
    C’est comme lorsque tu aimes véritablement une personne, tu ne l’aimes pas que pour ses qualités, tu l’aimes pour ce qu’il est, en entier. Ses défauts, ses vulnérabilités, ses casseroles font qu’il est ce qu’il est. Quand on aime une personne en entier sans jugement, mais avec bienveillance, l’amour devient authentique, vrai, sincère et puissant.
    Et bien la vie, c’est pareil, si tu veux la vivre puissamment aime là en entier, accepte ce tsunami qui t’emporte, et relèves-toi, regarde vers la lumière, observe ce monde qui t’entoure et accroches-toi.
    Parce que la vie peut t’apporter son lot de surprises, de petits cadeaux magnifiques, des trucs auxquels tu ne t’y attendais pas.

    Si je devais faire ce bilan de mon année, je pourrais te raconter ce qui n’a pas été comme je voulais, où ses pleurs que j’ai lâchés, ses déceptions ou ses colères, de ces choix difficiles que j’ai dû faire, ou de mes peurs qui ont pu me paralyser. Mais je pourrais aussi te dire, que cette année, j’ai beaucoup appris, j’ai appris que l’amour pouvait être un moteur formidable, j’ai appris que l’amour pouvait faire beaucoup en moi et chez les autres. Cette année, j’ai appris à me détacher du regard des autres et à vivre ma vie, la mienne, avec tout ce que cela comporte.
    J’ai continué de poursuivre mes rêves. Cette année, j’ai pu profiter de cette liberté d’être et d’agir, et je crois mettre fait le plus beau cadeau : Etre libre d’être ce que je suis !

    Et toi quel cadeau tu t’es fait cette année ? Quel est le cadeau que tu te feras l’année prochaine ?

    veoux,2015,nouvel an,bonne année,emilie daffis,reveillon,soirée,projet,bonheur,shake les princesses,femme,princesse,flolou,leshaker,cyril balayn,Pour cette année 2015 et toutes les autres années, je vous souhaite de vivre votre vie. Je vous souhaite de trouver l’amour en vous, je vous souhaite de vivre des avalanches d’amour. Je vous souhaite de connaître l’amour authentique, celui où vous pourrez être vous tout en aimant l’autre en entier.
    Je vous souhaite d’être libre, responsable de votre vie, je vous souhaite de faire les choix qui vous importent.

    Je vous souhaite de devenir votre meilleur ami.
    Je vous souhaite d’être aimé comme jamais.
    Je vous souhaite aussi beaucoup de tendresse, de rire, et de délire.
    Je vous souhaite de rester différent et singulier, et d’apprécier ce que vous êtes.

    N’oubliez jamais pendant cette année de croire en vous, de vous aimer, de vous respecter, et de faire des choix, les vôtres !

    Je vous souhaite de vivre une très belle année 2015, que vos vœux se réalisent.

    Lien permanent Catégories : Shake les mots d'Emilie Daffis [contribution]. 2 commentaires
  • Définitions #61.

    leshaker,définitions,auteur,diane ducret,projet,nescafé,arnaud de nescafé,se creuser la tête,santé,Ministre : Y’a de la sexytude chez Aurélie Filippetti.

    Concours : Fin de semaine autour d’une rencontre, d’un show, des talons, de mon amie, des bisous, du rire, du champagne, beaucoup de champagne.

    Auteur : passer du temps autour de femmes de dictateur 1 & 2 n’est pas une perte de temps.

    Ciné : « Cette place vous convient ? » c’est d’un chiant ce choix obligatoire de placement #rebelleduplacement

    Projet : Trois semaines que je tourne en rond pour travailler avec deux sorcières qui refusent les codes de cette société. J’ai envie mais je suis vide. Zen.

    Santé : Pour info j’ai une légère presbytie. Oui j’ai 40 ans, oui j’ai des lunettes, oui !

    Santé (bis) : Je dois reprendre le sport avec une amie, en douceur, il va falloir car j’ai arrêté les KitKat mais enchaîné avec les Snickers, c’est pas malin.

    Rejet : j’ai un problème avec cette ville, avec ce département je crois, c’est simple je le déteste.

    Arnaud : C’est le gars de la pub Nescafé que tu as certainement vu à la tv. Fake ou véritablement friendly cette campagne est une réussite je me suis même surpris pour la première fois (de ma vie) à regarder la série sur le web. Je devrais faire pareil avec mes contacts facebook, reste à savoir où j’irais en premier (j’ai comme une idée). Juste un truc, un seul truc, un petit truc, le gars à des potes et des potesses avec des apparts de fou (souvent) et des situations de fou (souvent). La pauvreté n’est pas vendeuse. En tout cas le gars à un bon potentiel, une bonne bouille… à suivre donc. Really Friends.

    Se creuser : je voulais mettre un dernier truc, puis je trouve rien, il ne se passe pas grand-chose finalement.

    Lien permanent Catégories : Shake les définitions. 4 commentaires
  • 5000 interviews.


    6 milliards d'autres from Emmanuel de Saint-Bon on Vimeo.

     

    Un bien jolie initiative de Yann Arthus-Bertrand. A découvrir si vous ne connaissez pas.

    Lien permanent Catégories : Shake mes découvertes. 0 commentaire