Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sportive

  • Bilan sportif...

    [Alexandra Le Dauphin]

    shake les princesses,leshaker,princesses,bilan sportif,sportive,drole de plumes,chroniqueuse,chomette,Chère princesse, le mois dernier, je t’ai raconté mes fermes intentions de me mettre plus au sport et d’être plus assidue sur toutes les surfaces où l’on peut se démener.

    Je vais être franche : c’est une catastrophe. Oui, tu peux te moquer.

    D’accord, il y a eu un petit séjour en Espagne qui n’a rien arrangé mais je dois admettre que je suis une princesse qui a caressé le rêve de raffermir ses cuisses sans pour autant s’en donner les moyens.

    En un mois, si l’on ne tient pas compte des mes courses effrénées pour rattraper mon petit dernier qui a la fâcheuse tendance à vouloir échapper à ma vigilance, je peux dire que le bilan sportif est proche du zéro.

    Heureusement que la marche compte pour faire monter le compteur de mes pas, car j’en ai usé et abusé, surtout sur le sol espagnol, à battre le pavé dans les boutiques comme toute princesse qui se respecte.

    Ce que je te propose : la huée virtuelle. Vas-y, ne te gêne pas…

    Parce que j’ai eu beau croire en ma volonté de faire plus de sport, elle n’a visiblement pas suffi.

    Chère princesse, tu dois bien te moquer. Et tu as raison. À la limite, tu peux rédiger ton commentaire bien critique, histoire de piquer là où ça fait mal et qui sait, dans trois semaines, je viendrai te dire merci ?!

    On a parfois besoin d’un bon coup de pied pour avancer, tu ne crois pas ?

    Je ne te promets rien, mais j’essaierai de conjuguer sport et ordinateur à tous les temps du futur, histoire d’avancer sur tous les fronts.

    Je suis une princesse qui cherche sa motivation, mais je suis certaine qu’elle est là, quelque part. Si ça se trouve, elle me lit, et elle fulmine de me filer un bon coup de pied au derrière…

    Allez, princesse, si tu aussi tu as noté « faire du sport » sur ta to-do list mais que ça passe après « lancer la machine » ou « acheter du PQ », viens me le raconter. Je me sentirai moins seule.

    Objectif pour le mois prochain : faire au moins un match de tennis en compétition. On y croit. (Surtout mon prof, qui va finir par m’engueuler).

    Alexandra est rédactrice freelance. Pour la retrouver sur Facebook et découvrez son livre "au boulot, Chômette"

    Lien permanent Catégories : Shake les princesses [contribution]. 2 commentaires
  • Je suis une princesse sportive (enfin, j’aimerai).

    [Alexandra Le Dauphin]

    leshaker,drole de plume,chronique,princesse,sportive,sport,courir,jogging,chomette,Aujourd’hui, chère princesse, je t’implique dans ma vie sportive. Pire, je compte sur toi pour me donner un grand coup de pied au biiiiiiiip afin de me remettre au sport bien comme il faut.

    Car autant je peux taper des heures sur mon clavier d’ordinateur sans m’arrêter, autant je n’arrive pas à fouler des heures l’asphalte environnant et pourtant, ça m’oxygènerait.

    Avant, je n’avais pas de mal à concilier les deux : rédiger ne m’empêchait pas de courir et vice versa. Mais aujourd’hui, avec deux petits loups avec la petite bouée de sauvetage qu’ils m’ont laissé à la place du ventre, c’est plus difficile de trouver du temps.

    Je suis donc une princesse sportive (dans mes rêves) mais je reste persuadée qu’avec deux ou trois mots doux de ta part, je peux me dépasser et organiser une heure non-stop de course à pied.

    D’accord, au début, je ne résisterai que 8 minutes trente, soufflant comme un phoque à l’arrivée et passerai le reste de l’heure à regarder les mouches voler pour faire style que j’ai travaillé dur.

    Mais petit à petit, peut-être que je pourrai me dépasser ?

    (Qui a rigolé ?)

    Sur le shaker, on aborde ses problématiques de maman et d’entrepreneure, non ? Eh bien figure-toi, chère princesse, que celle-ci est de taille et je pense que tu ne me contrediras pas.

    Nous sommes toutes des princesses avec de nombreuses priorités qu’il faut caser dans un emploi du temps non extensible et peu enclin à s’adapter à nos petits caprices.

    Alors, il faut composer. (Et parfois se décomposer). Mais au final, on y arrive, à faire un peu de sport malgré ses enfants, son travail et sa maison à ranger. Non ?

    Du coup, histoire de me motiver et m’obliger à bouger mes miches de rédactrice habituée à son confort devant l’écran, je propose que tu me bottes le derrière pour que j’aille profiter du bon air et battre mon record.

    Chère princesse, je prends cet engagement solennel : courir, tenir, courir, tenir, courir, tenir jusqu’à ce que je ne souffle plus comme un phoque à la fin de l’exercice et crois-moi, ça doit être faisable. (Des années d’entraînement ?).

    Enfin bref, maintenant que tout ceci est dit, je suis une princesse qui n’a plus le droit de se dégonfler au risque de ne plus pouvoir te regarder dans les yeux (virtuels) la prochaine fois que je viendrai te parler sur le Shaker.

    J’ai donc environ trois semaines pour tenir mes engagements et venir te raconter. Pression, pression.

    J’espère que tu seras indulgente. Peut-être même que je t’aurai motivée ?

    Allez, j’y crois !

    Tu comptes te mettre au  sport, toi ?

    Alexandra est rédactrice freelance. Pour la retrouver sur Facebook et découvrez son livre "au boulot, Chômette"

    Lien permanent Catégories : Shake les princesses [contribution]. 1 commentaire
  • Princesse sportive ?

    [Alexandra Le Dauphin]

    princesse,sport,sportive,shake les princesses,drôle de plume,leshaker,Je ne sais pas pour toi, mais j’essaie de faire un peu de sport. Pas facile quand on a deux enfants et que les journées s’enchaînent sans qu’on n’arrive toujours à les optimiser comme on voudrait…

    Le Samedi matin, c’est MON moment. Une heure trente de détente (enfin presque, tu vas comprendre pourquoi). Je suis une princesse qui joue au tennis. Bon, sans ma couronne, évidemment. Et dans un langage pas très princier. En fait, oublie carrément que je suis une Princesse quand je suis sur le court de tennis (ou alors, une très bon marché, dont le Roi et la Reine auraient foiré l’éducation). Il faut dire que le Prof n’aide pas. Toujours à charrier ses élèves, celui-là.

    Du coup, pendant une heure trente, entre sueur et désespoir, je cours dans tous les sens pour gommer les excès de la semaine,  tout en sachant pertinemment qu’il faudrait au moins une journée de tennis intensif pour venir à bout du quart de mes réserves pour l’hiver. Mais ce n’est pas grave, c’est déjà ça en moins dans mes cuisses.

    Sauf que le Prof-Tout-Puissant, armé de son arme fatale (le bonnet tricoté par Mémé Yvette, destiné à son p’tit garçon et non pas à un plus que trentenaire au crâne démesuré) me déconcentre. Ok, la (fausse) Princesse que je suis à tendance à s’éparpiller, ce n’est pas nouveau. Alors, je propose qu’on interdise les objets susceptibles d’être méchamment vannés sur le court. (T’en penses quoi, coach, si tu me lis ?) Mais il y a plus grave. L’étiquette du Prof de tennis va en prendre un coup quand vous aurez lu ces lignes.

    Étant gauchère, les gestes tennistiques sont inversés par rapport à la majorité des élèves du cours. Et j’ai bien envie de vous parler de l’explication du Prof (toujours le même, celui au bonnet trop petit d’avant-guerre, mais je ne me moque pas, je constate, hein ?) Motivée comme jamais, j’attendais la consigne, en princesse sage (pour une fois). Le Prof l’explique aux droitiers, puis se souvenant (tiens donc) qu’il a deux gauchères dans son cours, tente de nous montrer les gestes à appliquer.

    princesse,sport,sportive,shake les princesses,drôle de plume,leshaker,Et là, cramponne-toi à ton siège, voici l’explication faite pour nous qui sommes latéralisées à l’inverse de tout le monde (je cite) : « alors, les gauchères, pour vous, c’est hop hop hop ». Hum. De quoi ? Suite à cela, le Prof n’arrivant pas à simuler l’exercice à l’envers, a pris une minute pour y réfléchir et nous proposer une explication plus rationnelle que ce fameux « hop hop hop ». Je suis mesquine, mais il fallait en parler, non ?

    Je sens déjà le souffle de la révolte gronder chez mon coach tennistique. Ça va chauffer pour mon matricule. Mais j’l’avais prévenu  qu’il n’échapperait à la sentence Drôle de Plume. Parce que votre rédactrice adore écrire sur des gens ordinaires, dotés de bonnets extraordinaires. Les situations de la vie courante, celles qui te parlent, doivent être mises en valeur, non ? Maintenant, je file me terrer dans un coin et attends la peine capitale (22 tours de terrain sans s’arrêter pour crime envers sa Majesté des Balles).

    Fais du sport, quoi, chère Princesse. Mais choisis bien ton Prof.

    Alexandra est rédactrice freelance. Pour la retrouver sur Facebook et découvrez son livre "au boulot, Chômette"

    Lien permanent Catégories : Shake les princesses [contribution]. 0 commentaire