Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

the end

  • 1559.

    fin,the end,fin du blog,blogging,finir,leshaker,cyrilbalayn,flolou,instant,une vie,solitude,terminerOn va se dire au revoir. Ce n’est pas utile d’en faire des lignes on va se dire au revoir. Une page se tourne ici et ailleurs car au fond je n’ai plus rien à vous dire. Enfin plus précisément les mots que j’écris ne sont plus pour vous. C’est pas une séparation juste un changement, une nouvelle orientation. Je ne suis pas un homme figé, il faut que je me laisse bercer par mes certitudes et ma volonté

    J’ai passé mes dernières soirées à lire et relire mes notes depuis des années. Au fond me suis-je raconté ? J’en sais rien et ce n’est pas le plus important. Ici j’ai canalisé mes émotions et ma solitude et c’est loin d’être pathétique.


    Faut que je bouge, que je me dresse, que je me fasse des cicatrices. Cela ne passe pas dans les mots bien au contraire, mais dans l’action. Alors on va se dire au revoir.

    Ici, à cet endroit, je n’ai plus rien à vous écrire.

    On trouvera une autre sphère, il faut bien que je pose des mots et que mes conneries prennent corps.

    Je n’oublie rien. Vous encore moins.

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 2 commentaires
  • Les chroniques de Lisianne #17. Je ne reviendrais pas.

    fin,the end,chroniques,je ne reviendrais pas,le shaker de cyril,lisianne suite et fin,suite et fin,épilogueLisianne,

    Tu vas vivre des choses, cumuler les expériences de la vie, réussir et perdre en même temps, te découvrir sans jamais te connaître vraiment, avoir le plaisir de partager et ressentir la nostalgie, te dépasser de temps en temps et reculer par crainte, te sentir vivante sans entendre battre ton cœur…

    Tu cherches un bonheur simple, il reste le plus compliqué, tu cherches ton chemin mais tu ne connais pas ta destination. Au fond ce que tu construiras aura un but, un objectif, j’ai conscience que cette notion est difficile pour toi à l’heure où tu liras ces lignes. Il faut juste me faire confiance, ne jamais te soustraire.

    Tu te plairas à vivre dans l’éphémère, ne donner que des parties de toi, donner le temps aux autres de te goûter, t’apprécier et te comprendre. Ceux qui prendront le temps seront là, ils seront toujours là. Il faut juste me faire confiance.

    Je t’embrasse tendrement, ne change rien, rêve encore même si tu as conscience qu’un jour tes rêves ne seront que des illusions. Balance des paillettes dans tes yeux et dans celles et ceux qui partageront ta route, je ne te souhaite que ça.

    C’est la lettre que j’avais envie de m’écrire à moi-même, à la petite fille que je ne suis plus.

    [Lisianne/Leshaker]

    Lien permanent Catégories : Shake les mots de Lisianne [contribution]. 2 commentaires