Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

virtuel

  • A distance.

    leshaker,distance,loin,absence,kms,cyril balayn,flolou,a distance,distante,fantasme,rêve,virtuel,être loin,tu manques,Je pense à toi à distance. Je t’aime à distance. Tu es si belle à distance. Tu me fais rêver à distance. Tu es si distante depuis notre distance. Je rêve de toi, hier avec toi, ballade dans mes bras, les mains dans mes mains, un bord de plage en horizon, les galères dans le dos et les désirs en pleine tronche. J’aime ton univers à distance, les mots aussi, ta sphère et tellement proche de moi et de ce que je suis. J’imagine. Finalement t’es si proche dans ton lointain. Si tu étais à côté de moi je te sentirais lointaine.

    Je ne rêve pas de te retrouver j’aime juste t’imaginer. Je ne souhaite pas venir vers toi mais juste le souhaiter. Je rêve de toucher ta silhouette si lointaine, de te sentir au téléphone, de sentir la chaleur de tes mails. Faisons l’amour à distance. J’aime rêver l’odeur de tes cheveux. L’odeur de ton corps. Je suis le compagnon idéal de cette distance.

    Pourtant je te connais, le curseur de la sensation virtuelle est difficile à placer. T’es juste loin. Et c’est ce loin qui me passionne, qui me frissonne et m’emprisonne, ce loin que je fantasme et que je vampirise. Sucer ton sang 2.0

    Derrière nos lignes internet.

    Je me fiche de cette distance, du loin, de ce que je ne pourrais pas toucher et capter, laisse-moi imaginer et fantasmer, donne-moi le temps de capturer le virtuel. L’important c’est de ressentir.

    Debout et les bras en croix je me laisse glisser en arrière. Vous êtes derrière ? Retenez-moi.

    Lien permanent Catégories : Shake l'instant. 0 commentaire
  • Les chroniques de Lisianne #30. En toi.

    shake les mots de lisianne,le shaker de cyril,partir,poscou,russie,démons,souffert,virtuelQuand j’étais toute petite je passais mon temps à jouer, je m’inventais des histoires, au son de la musique j’imaginais la scène et les spectateurs, je fermais les yeux, le rêve pouvait durer des heures.

    Si j’avais continué sans m’écouter je serais encore en train de rêver, certainement seule, me laissant guider par mes attentes, mes désirs et mes doutes. Aujourd’hui je suis grande dans mon corps mais mon âme d'enfant demeure en moi. Durant des années j’ai voyagé, loin, me laissant guider au travers des nuages, ne laissant des traces qu’au travers des chambres d’hôtels. Je suis ici physiquement avec l’envie de toute mettre à plat, de prendre le temps, de contempler, de jeter un regard vers le bonheur. Cette quête c’était mon envie de Russie, mon envie de départ, cette aventure que je suis venu te raconter de temps en temps.

    Puis…

    Je ne suis pas si vaillante, les démons ne quittent jamais un corps, même loin. Ils sont en moi. C’est donc un précipice qui se dresse devant moi, une volonté de toute effacer pour mieux recommencer. Je vais laisser derrière moi des gens, une famille, de l’amour.

    Si seulement il était simple d’écrire et de t’expliquer. Pour la première fois c’est une véritable torture, disons plus forte que d’habitude.

    Alors je sais…

    Je sais que tu as souffert, que c’est une épreuve. Je voudrais juste que tu puisses comprendre que je devais donner un sens, de l’histoire à l’histoire, donner une consistance aux mots, ne pas me contenter du virtuel au travers des mails, je devais venir graver mon départ et mon absence dans cette tête qui pour rien au monde ne viendra me juger.

    Tu viens de graver mes mots sur les pixels de ton ordinateur, moi j’entendais ton souffle quand tu as  pris cette lettre.

    Le livre se referme mais l’histoire continue. Donne-moi juste du temps.

    [Lisianne/Leshaker]

    Lien permanent Catégories : Shake les mots de Lisianne [contribution]. 7 commentaires
  • Retour sur... l'âge de la maturité.

    Le samedi c'est "retour sur..." une note mais il y a un an. Il ma fallait piocher dans une note du 20 au 26 mars 2010. Une semaine riche ou j'ai illustré mes folles années au travers d'une histoire vraie, ou j'ai découvert un joueur virtuel à la dérive au travers d'un épisode du Radio Shaker et aussi la complication d'écrire une note.

    Cependant mon choix s'arrête sur une jolie vidéo de ma fille du 23 mars 2010. Du haut de ses 7 ans.

    La note d'origine.

    Lien permanent Catégories : Shake le Retour sur... 0 commentaire